Ubuntu relève le défi du système d’exploitation universel

2013 sera résolument placé sous le signe de la mobilité. si le point de bascule est loin derrière nous, force est de constater que la tension concurrentielle sur ce marché est à son apogée et que les industriels investissent des sommes colossales pour grignoter des parts de marché auprès des utilisateurs de terminaux alternatifs. Problème : ce « marché » est loin d’être homogène et la multiplication des formats complique sacrément la tâche (smartphone, tablette, phablette, ultrabook, TV connectées…). Intel avait déjà tenté de proposer un système d’exploitation universel avec Meego, sans succès (De la difficulté de concevoir une interface multi-terminaux). Google et Apple s’entête à proposer la même interface, pourtant les tablettes méritent des interfaces dédiées. Heureusement, Canonical est là pour relever le défi et vient juste de présenter Ubuntu Touch, un système d’exploitation universel : Canonical unveils tablet version of Ubuntu with full touch support. Ubuntu rejoint donc le club des systèmes d’exploitation mobile aux côtés des derniers arrivés (FirefoxOS et Tizen, cf. Android régnera sur le marché des smartphones en 2013, mais ne sera pas seul).

Ubuntu-devices-family

Pour mémoire, Canonical est la société qui édite Ubuntu, une distribution Linux reposant sur Debian. La marque de fabrique d’Ubuntu est de proposer des interfaces graphiques particulièrement soignées et simple d’accès. Avec cette version Touch, ils ne déçoivent pas leurs fans et proposent pour la première fois un environnement parfaitement cohérent sur différents supports (smartphones, tablettes, ordinateurs, TV connectées…). Cerise sur le gâteau, cet OS est également disponible pour Android et se transforme même en version desktop une fois posée sur son socle :

Mais revenons à nos moutons et à cette superbe interface unifiée. Précisons avant toute chose que l’OS est loin d’être finalisé, car il vient tout juste de sortir pour les développeurs (Ubuntu Touch developer preview: What you need to know). Cet Ubuntu Touch propose une interface claire et visiblement très simple à utiliser grâce à une barre latérale simplifiant le basculement entre les applications. Elle supporte également plusieurs comptes utilisateurs et même un mode « invité« , une fonction qui manque cruellement aux autres systèmes d’exploitation.

Mais la principale innovation de l’interface pour tablettes est la possibilité de consulter deux applications en même temps en les disposant côte à côte :

Ubuntu-tablet-multi-tasking

Certes, il faut une tablette de grande taille (au moins 10 pouces), mais le fonctionnement est tout à fait convainquant. Au sujet des applications, l’éditeur précise qu’il fournira des outils pour simplifier la réutilisation du code source des applications créées pour Android (qui repose également sur Linux).

Concernant l’interface pour smartphone, le point marquant est qu’il n’y a pas d’écran de verrouillage,  mais un écran d’accueil. La différence est subtile, mais c’est visiblement un élément-clé de l’expérience utilisateur :

Sinon nous retrouvons la même simplicité d’usage, ainsi que ce même souci de la cohérence graphique qui n’est pas sans me rappeler celle du défunt Zune de Microsoft :

ubuntu-smartphone

Pour bien apprécier l’énorme travail d’harmonisation réalisé, je vous invite à découvrir la version TV d’Ubuntu :

Au final, nous avons donc un système d’exploitation multi-plateforme particulièrement réussi, surtout sur les terminaux mobiles. L’éditeur est resté assez évasif sur la disponibilité réelle, mais il y a visiblement des projets de smartphones dédiés avant la fin de l’année (Ubuntu phone launch set for early October 2013 in two large geographic markets). En attendant, vous avez toujours la possibilité de l’installer sur les terminaux de la gamme Nexus (Installer Ubuntu Touch sur une Nexus 7).

Bien évidemment nous ne pouvons que nous réjouir de l’arrivée d’un nouvel acteur sur le marché, cela va permettre de stimuler la concurrence et de faire émerger de nouvelles idées. J’attends avec impatience de voir dans quelle mesure les deux acteurs leaders (Apple et Google) et la communauté vont s’approprier les bonnes idées de cet Ubuntu Touch.

2 commentaires sur “Ubuntu relève le défi du système d’exploitation universel

  1. J’y crois pas une seconde. Ca ne marchera pas plus que Linux depuis des années qui est réservé à certains geeks et à une minorité de professionnels. Par contre Chrome OS a un grand avenir. C’est grâce à Google que le Network Computer qu’avait souhaité lancer Oracle et Ibm dans les années 90 mais avec échec car le haut débit était à peine apparu; renaît pleinement. Certains parlent même d’un minitel 2.0.

Laisser un commentaire