Flash continuera d’exister, même après le départ de Kevin Lynch

Gros remue-ménage la semaine dernière sur la planète web avec l’annonce du départ du directeur technique d’Adobe : Adobe CTO Kevin Lynch Moving to Apple. Vous ne le connaissez sûrement pas, mais Kevin Lynch est une figure emblématique chez Adobe : initialement employé par Macromedia, il a travaillé sur des projets majeurs comme Dreamweaver avant de prendre ce poste-clé chez Adobe. L’annonce de son départ ne me surprend qu’à moitié dans la mesure où la société qu’il quitte n’a plus rien à voir avec celle qu’il a connue, il devait estimer que sa mission était complétée.

Kevin Lynch chez Adobe
Kevin Lynch chez Adobe

Son arrivée prochaine chez Apple en tant que directeur technique a fait naître de nombreuses spéculations autour du portage prochain de Flash sur les terminaux mobiles d’Apple. De bien étranges spéculations dans la mesure où Flash est présent sur iOS depuis de nombreuses années, non pas dans le navigateur mais au travers de AIR. Un des plus grands succès de l’iPad (Machinarium) a par exemple été développé sous Flash. Précisons au passage que Flash n’est pas la seule technologie tierce présente sur iOS, je pense notamment à Unity utilisé entre autres pour The Room ou Temple Run 2.

Bref, tout ça pour dire que si Kevin Lynch a naturellement été un grand défenseur de Flash, son départ de Adobe ne signe pas l’arrêt de mort de cette technologie. L’essentiel de l’action de Kevin Lynch ces dernières années a ainsi porté sur la transformation des offres de l’éditeur qui sont passées d’un modèle de licence à un modèle SaaS. Cette tâche titanesque étant achevée, les offres Creative Cloud et Marketing Cloud sont disponibles sur de nombreux marchés, il va s’occuper du cloud d’Apple qui en a bien besoin.

Le départ de Kevin Lynch va en attrister plus d’un(e), mais Adobe est une grosse société qui emploie de nombreux autres talents, dont Ben Forta et notre Thibault national. Dans tous les cas, le départ d’une figure, aussi emblématique soit-elle, ne remet pas en cause la roap map d’un éditeur (Microsoft a également connu le départ de son CRO, Ray Ozzie). Flash va donc logiquement continuer son évolutionAdobe Flash Player 11.6 and AIR 3.6 now available et Google declares Flash is now ‘fully sandboxed’ in Chrome for Windows, Mac, Linux and Chrome OS.

Comma j’avais déjà eu l’occasion de l’expliquer, Flash est et aurait toujours dû être un produit de niche. Le fait est qu’avec la stagnation des spécifications HTML, la communauté s’est rabattu sur cette technologie pour proposer des expériences toujours plus différenciantes. Maintenant que HTML5 est là, Flash retrouve la place qu’il aurait dû avoir, notamment en se recentrant sur les jeux et la vidéo. Cela n’empêche bien évidemment pas Adobe de le valoriser en tant que support de créativité, comme c’est le cas au travers des Cutting Edge Projects : Adobe partners with FWA to highlight new, cutting edge Web designs every week.

Moralité : Flash continuera d’exister, au même titre que d’autres technologies propriétaires comme Quicktime, Unity ou 3DVia.

4 commentaires sur “Flash continuera d’exister, même après le départ de Kevin Lynch

  1. Hum, sauf que Thibaut arrête de faire de s’occuper de Flash pour faire du JS, pas très rassurant tout de même…

  2. ça m’évoque 2 réflexions :
    1. il n’ est pas facile de sortir de l’ère d’un leader ultra présent et charismatique (un peu comme l’UMP en ce moment !!)
    2. la promotion interne a beaucoup de bon mais on peut arriver à la consanguinité assez rapidement. Il est vital pour une entreprise d’avoir des bouffées d’air externes. Pour ça il faut être clair sur ce que l’on en attend.

    Il est tout à fait normal que Cook imprime Apple par son management et que les produits Apple que nous aimons aient une suite sans équivoque (on entend trop de : « Apple n’innove plus, etc etc « 

Laisser un commentaire