Petit compte-rendu de la conférence Buzz The Brand 2009

J’ai fait un (trop court) passage hier à la conférence Buzz The Brand pour venir écouter les spécialistes nationaux du marketing viral et du buzz. Autant le dire tout de suite, le niveau des présentations auxquelles j’ai pu assister était très bon. L’édition 2009 de cette conférence était donc l’occasion pour démystifier certaines légendes urbaines au sujet du buzz et des campagnes virales.

À noter la bonne idée des organisateurs d’avoir placée cette édition sous la thématique cowboys et indiens : de très beau cactus pour la déco et ce magnifique t-shirt arboré par Gregory :

GregoryPouy

Mise à nu des mécaniques de buzz

C’est Emmanuel Vivier de Vanksen qui ouvre le bal avec une série de vérités vraies sur le buzz :

  • Les supports utilisés pour le buzz ne sont pas un territoire pour les jeunes (la moyenne d’âge pour Facebook et YouTube est supérieure à 30 ans) ;
  • Les internautes ne discutent pas avec des marques, ils discutent avec d’autres internautes (qui sont des représentants / ambassadeurs de marque) ;
  • Importance de bien planifier sa stratégie de buzz, notamment au travers du modèle utilisé par Forrester (POSTE – Profil, Objectif, Stratégie, Technologie, Evaluation) ;
  • Le buzz fonctionne aussi pour le luxe (cf. les campagnes Chanel ou JP Gautier) ;
  • Le viral fonctionne aussi très bien pour le BtoB (cf. les livrets blancs qui ne datent pas d’hier) ;
  • Il est essentiel de laisser parler les consommateurs (le buzz ne sert pas qu’à parler mais aussi à écouter) ;
  • Pensez à la population interne (les collaborateurs) pour initier / relayer votre campagne.

Des vérités qui sont toujours bonnes à dire.

Cahier de tendances du web social

Venaient ensuite David Réguer de RCA et Benoît Raphaël pour LePost.fr :

  • Ils publient régulièrement le baromètre BigBuzzBlog des blogs qui buzzent le plus ;
  • 2009 est l’année de la transgression (cf. l’exploitation d’Hitler dans différentes vidéos parodiques) ;
  • 2009 est l’année du paranormal (une matière première très facile à travailler) ;
  • 2009 est l’année des détournements (cf. Orange qui n’a pas fini de payer…) ;
  • 2009 est l’année du chat (cf. les innombrables vidéos de chats dans des situations cocasses) ;
  • Un exemple de bad buzz mal géré : MacDo et Pharrell Williams.

Un bon résumé des temps forts de l’année.

Pas de médias sociaux sans une nouvelle approche du ROI

Intervention de Catherine Barbat (Malinea), Ludovic Delaharche (Eyeka) :

  • Nécessité de travailler le support vidéo en lui-même pour pouvoir transformer les vidéos virales en outils d’acquisition avec des liens cliquables en fin de visionnage ;
  • L’annonceur est propriétaire des vidéos publiées par les internautes mais doit rémunérer les créateur en cas d’exploitation ;
  • La vidéo n’est qu’un maillon d’une campagne de buzz, idéalement il faut synchroniser tout le parcours client (de la page d’atterrissage jusqu’au tunnel de vente).

Puis c’est au tour de Paul Choppin (2xmoinscher) de nous faire son témoignage :

  • Ils ont mis en place la solution FeedBack2.0 pour pouvoir mieux dialoguer avec leur communauté de clients (échanges plus constructifs) ;
  • Bel engagement du DG qui organise souvent des déjeunés individuels avec des membres de la communauté (une sorte d’expérience « terrain »).

Deux beaux témoignages dont vous devriez trouver plus de détails sur les blogs respectifs des speakers.

Quelle approche du ROI pour le web social ?

Anthony Hamelle et Guilhem Fouetilloun de Linkfluence sur l’analyse du buzz de la campagne Evian Babies :

  • Le + gros buzz commercial du web= 35 millions de vues (1 internaute sur 23) sur 232 pays  ;
  • 1 vue achetée sur YouTube = 14 vues gratuites (via l’habillage de la page d’accueil) ;
  • Près de 40.000 commentaires publiés sur YouTube (volume trop important pour en faire une analyse sémantique concluante et surtout beaucoup de pollution) ;
  • Gros enjeu = Comment industrialiser le lancement ?
  • Gros travail de seeding sur le mois de juin 2009 avec des vidéos de teasing qui n’ont pas du tout fonctionnées (mais score très honorable après coup avec deux vidéos à plus de 2M de vues) ;
  • Ils attendent un écho de la campagne en fin d’année avec les best-of annuels (projection = 40M de vues sur l’année) ;
  • 13.500 liens directs pour 17 millions de referers (viralisation via email, tchat…) ;
  • L’objectif n’était pas de vendre des bouteilles d’eau mais plutôt de travailler l’attachement à la marque (de ce point de vue là l’annonceur semble satisfait) ;
  • Même si l’audience est concentrée sur une poignée de blogs à fort trafic, le nombre total de referers est très important pour de la viralisation de fond (notamment sur des cibles ou des marchés non programmés) ;
  • Campagne complètement ratée sur les Skyblogs (1.500 citations pour 3.000 vues) et sur Twitter (qui représente un très faible volume par rapport à la blogosphère) ;
  • MySpace a ramené beaucoup plus de visiteurs que Facebook (une audience de fond qui n’est pas très médiatisée mais bien présente) ;
  • Un impact faible sur les communautés famille et beaucoup plus fort sur les communautés marketing & com (la profession se regarde le nombril ?) ;
  • La propagation virale s’active et se travaille (sinon impossible de dépasser les 5 millions de vue) ;
  • Il n’y a pas que le ROI, mais aussi le ROO (retour sur objectifs), le ROE (retour sur attributs) et le ROSW (retour sur présence dans les médias sociaux) ;
  • Le calcul du ROI ne sert à rien sans la possibilité de comparer à d’autres campagnes => nécessité de standardiser.

Wow, un cas d’école hors norme pour une campagne pharaonique : plus de 4 mois de préparation et un budget avoisinant les 300 KE (hors création des vidéos). Ils prévoient de publier un livret blanc sur cette campagne et l’analyse de sa propagation, jetez-vous dessus quand il sortira !

——

Voilà, c’est tout pour cette année, je passe la main aux autres blogueurs présents à cette conférence pour qu’ils complètent mon compte-rendu.

Adobe Max 2009 – Jour 3

Troisième et dernier jour de conférences à l’édition 2009 de l’Adobe Max.

From Sketch to Click-Through HTML Prototype with Fireworks

Enfin une session sur le protoypage avec Fireworks avec Dave Hogue de l’agence Fluid :

  • Il est tout à fait possible de se servir de Fireworks pour créer des prototypes et les tester avec des utilisateurs ;
  • Tout commence avec des croquis qui sont importés dans l’outil (Fireworks CS4) ;

    Première étape du prototypage
    Première étape du prototypage
  • La Master Page est utile pour « poser » les éléments immuables (header, nav…) ;
  • La grille et les règles permettent de structurer les pages ;

    Deuxième étape
    Deuxième étape
  • Des éléments sont ensuite superposés sur le croquis ;
    Troisième étape
    Troisième étape

    Quatrième étape
    Quatrième étape
  • Les outils « Slices » et « Hotspots » servent à rajouter de l’interactivité ;
  • Possibilité d’encapsuler du code HTML (pour une carte Google Maps par exemple) ;

    Encapsulation d'éléments HTML dans la maquette
    Encapsulation d'éléments HTML dans la maquette
  • La dernière étape est l’export en HTML mais cela génère un code source de très mauvaise qualité (suffisant pour faire des tests avec des utilisateurs mais inacceptables en production) ;
  • Il y a également la possibilité d’exporter ce travail dans Dreamwaver (pour retravailler le code source) ou Flash Catalyst (pour en faire une RIA).

Une session intéressante mais qui n’a pas réellement mis en valeur les synergies possibles entre les outils de la gamme pour faire du prototypage rapide ET réutilisable. Car il faut bien admettre que tout ce qu’il a montré peut être fait dans Powerpoint, avec en plus la très précieuse possibilité de faire des tableaux (ce que ne permet pas Fireworks).

Augmented Reality within the Flash Player

Enfin une session qui aborde le potentiel (et les contraintes) de la réalité augmentée dans Flash avec Jesse Freeman :

  • FLARToolkit est une librairie open source qui gère l’affichage de contenus 3D en surimpression d’un flux vidéo de la webcam ;
  • Retour d’expérience sur des expérimentations pour la Nasa et la mission Juno ;

    Exemple d'application de réalité augmentée à la NASA
    Exemple d'application de réalité augmentée à la NASA
  • L’intérêt n’est plus d’afficher du contenu 3D en réalité augmentée mais de faire interagir différents contenus (selon la position des marqueurs) ;
  • Problème = autoriser l’accès à la webcam à chaque fois ;
  • Il existe un émulateur pour gagner du temps et faciliter le debugging ;
  • Le Virtual Physical Computing est un domaine d’application prometteur = manipulation d’objets et de contenus 3D sans clavier ni souris ;
  • Les limitations de FLAR = très gourmand en CPU, pas de gestion native de la 3D dans Flash (nécessite des librairies 3D comme Papervision3D ou Away3D, le flux vidéo de la webcam est plutôt lent) ;
  • Les évolutions = utilisation d’Alchemy pour mieux exploiter les capacités hardware, support 3D natif et plus performant, réalité augmentée en dehors de Flash (smartphones…).

Vient ensuite au micro James Aliban pour des retours d’expériences plus expérimentales / créatives :

  • Utilisations plus artistiques avec de la gestion des particules (AR Particle Bean) ou des expérimentations musicales (Augmented Reality Drum Kit) ;

    Réalité augmentée et gestino des particules
    Réalité augmentée et gestion des particules
  • Implémentation facilitée avec FLARManager ;
  • Une communauté existe depuis l’année dernière (FLARToolkitDocs.org) ;
  • Très intéressante expérimentation avec les cartes de visite augmentées ;
  • Il existe de nombreuses applications commerciales (GE, BMW, Nissan, Toyota, Ikea…) ;
  • Autres exemples = 5Gum, Living Sasquatch, Julian Perretta’s « Ride My Star »… ;
  • Flash est clairement un facteur limitatif car il utilise le processeur pour faire le rendu 3D et non la carte 3D (600 polygones maximum pour limiter l’effet stroboscope, lié au faible taux de rafraichissement en cas de mouvements du modèle 3D ou de la webcam) ;
  • Entre 20% et 25% des ordinateurs domestiques sont équipés d’une webcam ;
  • La prise en main est délicate pour les concepteurs et développeurs d’applications car l’image est inversée (vue depuis la webcam).

Wow ! Non seulement nous n’en sommes qu’au début de cette nouvelle forme d’expression mais en plus la communauté est très active (de nombreuses choses sont disponibles en open source).

Building Browser-Based Casual MMOs

Campfu, un casual MMO qui n'existe plus
Campfu, un casual MMO qui n'existe plus

Encore une session très prometteuse avec l’intervention de Nick Fortugno concepteur en chef chez Rebel Monkey qui nous propose son retour d’expérience sur Campfu, un casual MMO qui n’existe malheureusement plus :

  • Le projet a nécessité 18 mois de développement et 2M$ d’investissements (le site n’a été en ligne pour 6 mois) ;
  • Pas besoin d’avoir de très beau graphismes comme Runescape (ex : Kingdom of Loathing qui est quasi-textuel) ;
  • La notion d’engagement est clé car la grosse majorité des causal MMO sont gratuits ;
  • Le fait de ne pas avoir à télécharger ou installer quelque chose est un levier concurrentiel très puissant (vis à vis des MMORPG traditionnels) Puzzle Pirates a commencé en version téléchargeable et est maintenant accessible en ligne ;
  • Les plus grosses difficultés techniques sont du côté du serveur (il existe des solutions middleware comme SmartFoxServer, ElectroServer ou Project Darkstar) ;
  • Avec une solution middleware comme SmartFoxServer, le temps de développement peut être réduit à 1 mois (mais cela induit de fortes limitations en terme d’évolutivité et de montée en charge) ;
  • Les difficulté auxquelles il faut faire face = sécurité (qui a un impact direct sur les performances), disponibilité, stabilité (surtout pour du code interprété), intégrité (via à vis des possibilité de hacking de la partie « client ») ;
  • Les jeux en temps réel sont un vrai défi technologique, voilà pourquoi il est très sceptique vis à vis des solutions de cloud gaming comme OnLive ;
  • Les outils d’automation (débug…) permettent de gagner beaucoup de temps lors de la phase de développement ;
  • La phase de beta est indispensable car de toute façon il y aura des bugs majeurs (quelque soit le temps de préparation et de conception) ;
  • La visibilité est clé dès le début du projet car il faut impérativement recruter très vite un grand nombre de testeurs ;
  • Les revenus générés par la publicité ne deviennent significatifs qu’avec plusieurs millions de joueurs ;
  • Les modèles économiques fondés sur l’abonnement sont particulièrement adaptés pour la cible des plus jeunes (Tween) ;
  • La vente d’items virtuels est intéressant mais demande de gros efforts de surveillance (pou éviter la fraude ou les trafics parallèles) ;
  • Tout comme pour les sites web et boutiques en ligne, les solutions de surveillance des échanges comme celle de TwoFish sont indispensables pour comprendre les flux économiques et éviter les déséquilibres (il est tout à fait possible de faire de l’A/B testing sur le prix de vente d’accessoires virtuels).

Voici une session extrêmement riche en enseignements et surtout un discours qui n’était pas que technique mais qui abordait aussi les problématiques organisationnelles et business.

Adobe Max 2009 – Jour 2 (suite)

Suite de la seconde journée de conférences à l’Adobe Max 2009.

RIA Design Strategies for Business and Product Owners

IMG_0844

Aaron Adams de l’agence Cynergy à propos des facteurs-clés de succès des interfaces riches :

  • L’étude sur le terrain est clé pour bien comprendre le contexte et les contraintes d’usage ;
  • La modélisation des processus permet de simplifier la compréhension de l’enchaînement des tâches et les interactions entre les différents types d’utilisateurs (rôles) ;
  • Il existe plusieurs niveaux de prototypage (plus ou moins précis) ;IMG_0846
  • Les schémas de conception des sites web sont parfois trop restrictifs, il faut plutôt s’inspirer des schémas de conception des applications ;
  • Les tableaux ne sont pas forcément le seul moyen de représenter des données ;
  • La scénarisation des écrans ainsi que les transitions sont essentielles pour faciliter la compréhension d’une interface et pour concentrer l’attention.

C’est étrange mais j’ai vraiment l’impression d’avoir vu cette présentation plusieurs fois… Peut-être est-ce bon signe car cela prouve que les avis convergent.

Max Awards

Comme chaque année nous avons la traditionnelle remise des Max Awards qui récompense les meilleures réalisations et c’est un authentique chevalier Jedi qui préside cette session 2009 : Mark Hamill.

IMG_0854

Cette année il y a 8 catégories :

  • Advertising & Branding = Pepsi Max It (un jeu en ligne avec la possibilité de contrôler une sorte de tirette comme dans les fêtes foraines) ;
  • Education = PD360 par School Improvement Network (une application en ligne pour publier du matériel éducatif) ;
  • Enterprise Productivity = i3Cube (une solution de gestion d’expérimentations médicales) ;
  • Entertainment = MLB Media Player 4.0 (l’offre de VoD de la ligue de baseball US) ;
  • Mobile = QNX Car Application Platform (une plateforme de widgets pour voitures) ;
  • Public Sector = CommandSim (urn serious game pour l’équivalent de la protection civil) ;
  • Social Computing = SmallWorlds (un casual MMO dont j’ai déjà parlé plusieurs fois) ;
  • Social Responsability = Replay: Finding Zoe (une histoire interactive pour accepter les différences des autres).

Une belle moisson de prix pour cette édition 2009 dont les extraits vidéos sont à découvrir ici : Max Awards.

Sneak Peeks

Mark Hamill et Ted Patrick sont sur scène pour une présentation des différents projets en cours de gestation :

  • Thin Gaming Client pour une expérimentation de Cloud-gaming sur netbooks et iPod Touch (c’est donc du streaming vidéo d’un jeu qui est exécuté sur le serveur) ;

IMG_0856

  • Un moteur physique dans Flash pour simuler des comportements réalistes (collisions…) ;IMG_0857
  • Smart Paste in Dreamweaver pour un copier / coller intelligent en mixant des données XML avec un design Illustrator dans Dreamweaver ;
  • Flex Mobile avec une application mobile développée avec… Flex ;
  • Projet « Rome », un outil d’édition simplifié (à mi-chemin entre Flash et Photoshop) qui repose sur AIR (mais peut être exécuté dans le navigateur) ;

IMG_0859

  • Developer Cloud pour du développement avec des services hébergés dans les nuages ;
  • Selective Undo in Fireworks pour l’annulation sélective de modifications dans Fireworks ;
  • Patchmatch for images, un algorithme de correction de photos qui respecte le contexte de la photo (très impressionnant).

Comme toujours les Sneak Peeks sont très technique et l’on y voit surtout beaucoup de code. Et comme toujours, la traditionnelle démo des algorithmes expérimentaux de Photoshop a bluffée tout le monde (heureusement que nos députés travaillent sur la loi Photoshop). Il est certain que les possibilités de manipulation des images vont très certainement franchir un nouveau stade.

Adobe Max 2009 – Jour 2

Second jour de mon voyage à L.A. pour la grande messe annuelle d’Adobe.

Keynote 2

Cette seconde keynote est visiblement dédiée à du témoignage clients. Nous avons donc un premier témoignage de la Major League Basball à propos de MLB TV :

  • Streaming HD, possibilité de faire des ralentis, intégration avec Twitter ;
  • Nouveau player avec vue en mosaïque (offre payante pour les play-off).
Le player vidéo de MLB
Le player vidéo de MLB

Les domaines d’innovation de Flash dans la vidéo sont les suivants : HTTP Streaming pour plus de souplesse dans l’intégration, protection du contenu avec Flash Access 2.0, Open Source Media Framework qui permet de créer votre propre lecteur vidéo, intégration de metrics Omniture.

Second témoignage avec les RIA en entreprise de Fedex et un exemple d’une application de localisation des camions de livraison :

Géolocalisation des camions de livraison de Fedex
Géolocalisation des camions de livraison de Fedex
Rayon d'actin d'un camion Fedex pour gérer les changements d'itinéraires
Visualisation du rayon d'action d'un camion Fedex pour gérer les changements d'itinéraires

Troisième témoignage avec Electronic Arts et leur portail de casual gaming Pogo.com :

  • Ils utilisent un outil de prototype rapide pour concevoir les jeux ;
    Prototypage rapide pour les casual games de Pogo.com
    Prototype d'un futur casual games de Pogo.com

    La version finale du jeu
    La version finale du jeu
  • Premier social game en Flash dans Facebook avec Pogo Puppies.

Illustration des Flash Platform Services avec le Distribution Manager qui permet de faciliter la distribution d’un « social widget« , de le monétiser (en gérant le try & buy) et de le surveiller (avec un tableau de bord et des indicateurs d’engagement).

Tableau de bord avec les indicateurs d'engagement de social widgets
Tableau de bord avec les indicateurs d'engagement de social widgets

Kevin Lynch est de nouveau sur scène pour parler de réalité augmentée :

Une keynote tout à fait intéressante qui nous a permis de voir des beaux exemples (et surtout pas de code !).

New Experimental Work from Joshua Davis

Première session de la journée avec un authentique artiste, le célèbre Joshua Davis (qui se présente comme skateur de profession).

Joshua Davis en chair et en tatouages
Joshua Davis en chair et en tatouages

L’objectif de cette présentation est de nous faire découvrir les dernières réalisations expérimentales de l’artiste intitulées « Space » :

  • Le choix du thème de l’espace n’est pas anodin car les premières observations spatiales datent de 400 ans avec Galileo ;
  • La gestion de l’espace (des espacements) et du positionnement (sur une grille ou pas, avec superposition ou pas, rotation ou pas) donne des résultats très différents en fonction du pattern utilisé (carrés, ronds, fleurs…) ;

    Créatino artistique à l'aide de patterns distribués de façon aléatoires
    Création artistique à l'aide de patterns distribués de façon aléatoires
  • La proximité peut être exploiter dans des représentations visuelles dynamiques (à l’aide des mouvements de la souris) ;

    Un tableau numérique hypnotique
    Un tableau numérique hypnotique
  • Les ordinateurs autorisent une forme de créativité impossible à explorer avec du papier et des crayons ;

    Une créatino artistique numérique impossible à réaliser avec du papier
    Une création artistique numérique impossible à réaliser avec du papier
  • La gestion de forces d’attraction et de répulsion permet de générer des tableaux semi-aléatoires de façon industrielle ;
  • Exemple de créations artistiques appliquées à du travail pour ses clients (Beans.jp) ;

    Exemple de travail réalisé pour un de ses client
    Exemple de travail réalisé pour un de ses clients
  • Une composition peut être généré automatiquement (ici avec un effet kaleïdoskoque) et retouchée dans Illustrator ;

    Un "tableau" du maitre
    Un "tableau" du maitre
  • Il a même commencé à expérimenter des créations sur l’iPhone avec l’application Reflect ;

    L'applicatino Reflect pour iPhone
    L'applicatino Reflect pour iPhone
  • Dans une expérimentation récente il utilise les courbes de Bezier et un moteur physique de gestion des particules (plus un peu de retouche toujours dans Illustrator) pour générer des scènes surréalistes ;
  • Autre exemple de réalisation interactive exposée au Portugal (une caméra infrarouge capture les mouvements des visiteurs et fait tourner les cubes en fonction) ;
  • La plupart de ses clients lui demande de répliquer des créations déjà réalisées plutôt que d’innover et d’expérimenter ;
  • Quelques exemples de réalisations exposées dans différentes galerie ou expo :
    Exemple de réalisation retouchée dans Illustrator
    Exemple de réalisation retouchée dans Illustrator
    Autre exemple de création basée sur de l'impression aléatoire
    Autre exemple de création basée sur de l'impression aléatoire

    Travail de recherche sur des films transparents
    Travail de recherche sur des films transparents
  • Quelques exemples de sources d’inspiration comme par exemple les décorations d’avions de la seconde guère mondiale (sic !).

    Ses sources d'inspiration sont parfaois surprenantes
    Ses sources d'inspiration sont parfois surprenantes

Génial ! Ce type a une force créative et une énergie incroyable. Cerise sur le gâteau : il fait preuve de beaucoup d’enthousiasme et ses explications sont clairs.

Adobe Max 2009 – Jour 1 (suite)

Future of the Flash Platform

L'équipe en charge de l'évolution de la Flash Platform
L'équipe en charge de l'évolution de la Flash Platform

Un beau panel réservé à la presse avec l’équipe de Flash Platform :

  • Open Screen Project représente un très gros challenge pour Adobe et pour les producteurs de contenus / annonceurs ;
  • Il y a maintenant 3 métiers représentés dans la Flash Platform (les développeurs avec Flex, les créatifs avec Photoshop & cie et les concepteurs avec Catalyst) ;
  • Des nouveautés très intéressantes autour des Flash Platform Services avec des services de paiement et de distribution sur les médias sociaux (ndr : un rapport avec Adobe Wave ?) ;
  • Adobe travail sur la compatibilité de ses produits avec près d’une centaine de standards ;
  • Dans la mesure où Acrobat Reader peut lire du Flash, ils se posent la question de savoir si le Flash Player devrait pouvoir lire des fichiers PDF (et remplacer à terme l’Acrobat Reader) ;
  • Malgré de nombreuses demandes pour pouvoir implémenter Flash sur l’iPhone (grâce à un plug-in) ils ont dû se débrouiller avec le SDK disponible publiquement pour réaliser le compilateur Flash > Objective C. Le processus d’adoption sur l’App Store a été par contre très rapide (signe de bonne volonté d’Apple) ;
  • Flash Catalyst n’a pas été conçu pour être un outil de prototypage « ouvert », il sert avant tout d’outil de prototypage de RIAs et son format de sortie est et restera du MXML (au moins pour les prochaines années), sinon il y a toujours Photoshop ou Illustrator pour faire du wireframing (ndr : heu… et Fireworks ?).

Je suis triste de constater qu’encore une fois le concepteur d’interface est toujours laissé de côté et qu’il n’existe pas d’outils répondant à ses besoins. Quel dommage, surtout dans la mesure où il ne manque que très peu de chose pour faire du couple Fireworks / Dreamwaver un très bon outil de prototypage rapide capable de générer un format de sortie plus ouvert comme (au hasard) de l’HTML.

The Future of Design

Evolution des outils de conception
Evolution des outils de création et de distribution

Un autre très beau panel avec Will Eisley (en charge du développement produits de la suite CS) sur la vision d’Adobe du design et des changements à anticiper :

  • L’iPhone a réussi l’exploit de rendre viable la consommation de contenus textuels sur un terminal mobile ;
  • Nous passons d’une ère où le contenu était roi à une ère où la communauté est reine (elle décide de la nature et du format des contenus qu’elle veut consommer) ;
  • Internet est la colonne vertébrale de l’information, même dans le print car les articles et mises en pages sont échangées / revues / discutées sur le web ;
  • Le cloud compting est la clé pour libérer les contenus de la contrainte du support et les rendre accessibles n’importe où ;
  • Impacts pour les designers : conception pluri-médias (avec différentes capacités et contraintes d’affichage), distribution facilitée au travers de players universels (Acrobat Reader, Flash et l’Open Screen Project), meilleures efficacité (grâce aux outils d’optimisation) ;
  • Faciliter la collaboration entre les membres d’une équipe est essentiel pour améliorer la qualité (itérations rapides) ;
  • Ils ont publié un document résumant les bonnes pratiques de conception de contenus pour les terminaux à ancre électronique (Kindle…) ;
  • Les netbooks sont des terminaux problématiques car ils sont à mi-chemin entre ordinateurs et terminaux mobiles, ils subissent des contraintes trop souvent ignorées (mémoire et puissance limitée, claviers étriqués…), les tablets (touchbooks ?) vont faire avancer les choses (et participer à la reconnaissance / prise en compte de ce format intermédiaire).

Prise de parole intéressante mais qui ne tranche pas réellement avec ce que l’on peut entendre ailleurs (qui va remettre ne cause l’impact des smartphones et des médias sociaux ?).

La suite demain…

Compte-rendu du salon E-commerce Paris 2009

En ce moment se déroule la grande messe du commerce en ligne : le salon E-commerce Paris 2009 à la Porte de Versailles. 450 exposants et 250 conférences ça fait du monde, beaucoup de monde, beaucoup beaucoup de monde, il faut croire que la grippe n’effraie pas les visiteurs.

Premières impressions

Dans les faits, ça ressemble à un immense village de stands où une foule compacte se bouscule aux carrefours, il y fait une chaleur terrifiante et le brouhaha des conversations dans les allées se mêlent aux grondements des orateurs des salles de conférences réparties en périphérie du hall.

Salon_Ecommerce09

Donc au final ça se bouscule et ça casse les oreilles, deux signes qui me font dire que le commerce en ligne se porte bien, très bien même au vu de l’affluence sur cet évènement. Qui s’en plaindrait ? (peut-être ceux qui ont fait 1/2 H de queue pour acheter un sandwich hors de prix)

Impossible pour moi d’assister aux conférences car j’avais trop à faire dans les allées et les stands où l’on trouve de tout : du petit stand partagé par plusieurs start-ups au giga-stand avec hôtesses aux longues jambes et gros dirigeable pour être vu de plus loin (je précise que les gros dirigeables font référence aux… gros dirigeables gonflables comme on peut le voir sur la photo au dessus).

EcomParis09_Hotesses

Un très large spectre d’éditeurs et prestataires sont représentés : solutions technologiques, référenceurs, plateformes d’affiliation, comparateurs de prix, spécialistes en marketing de la performance, logisticiens, solutions de paiement… il y en a pour tous les gouts et l’organisation avait eu la bonne idée de proposer des « parcours » thématiques.

Packshot_Creator

Des comptes-rendus sont déjà disponibles sur d’autres blogs : Salon e-commerce 2009 Paris : Suivez l’évènement en direct et Une chasseuse de têtes en promenade sur le salon e-commerce.

Rencontres et interviews vidéo

Lors de mes déambulations dans le salon j’ai eu l’occasion de discuter avec différents acteurs et même d’entamer une série d’interviews vidéo. Autant vous prévenir tout de suite : le choix des personnes et sociétés interviewées est purement arbitraire, il correspond à mes centres d’intérêt du moment (rich comemrce, social marketing, mobilité et open source).

Pour le moment je n’ai pu mettre en ligne que deux interviews vidéo mais la suite viendra demain. La qualité sonore laisse à désirer mais il faudra vous en contenter car il est hors de question que je me trimballe tout un attirail :

Cocktail de blogueurs

Durant le salon les organisateurs ont eu la gentillesse de mettre à notre disposition un coin du salon VIP pour pouvoir réunir quelques blogueurs autour d’un buffet :

Blog2Blog

L’occasion pour nous (les blogueurs) de discuter de l’actualité du commerce en ligne, d’échanger nos impressions sur le salon et surtout d’entamer la rédaction d’un petit ouvrage collectif sous la forme d’un recueil d’avis. Nous avons déjà collecté une vingtaine d’avis (avec le Capitaine Commerce) et nous en attendons d’autres pour pouvoir finaliser ce document qui sera bientôt diffusé (normalement la semaine prochaine).

Déambulations dans les allées

Le deuxième jour a été l’occasion pour moi de rencontrer d’autres personnes et d’approfondir les discussions entamées la veille.

EcomParis2

Les quelques personnes avec lesquelles j’ai pu partager mes impressions ont toutes été d’accord pour dire que les offres et prestataires d’acquisition de trafic sont sur-représentés par rapport à ceux qui travaillent la partie aval du parcours client. Cela reflète très certainement une réalité du marché où les dépenses sont beaucoup plus importantes pour créer / acheter du trafic et beaucoup moins pour optimiser / transformer (analyse de la performance, amélioration du potentiel de transformation, relance sur paniers abandonnés).

Autre forte impression : le foisonnement autour du mobile, aussi bien les prestataires de développement de sites mobiles et autres applications pour smartphones que les solutions de tags mobiles :

EcomParis09_MobileTag

Mais j’aurais l’occasion de détailler mes propos lors d’un prochain billet qui parlera de mes impressions post-salon.

E-commerce Awards 2009

En fin de journée nous avons eu droit à la remise des prix des E-commerce Awards dont je faisais parti du jury.

EcomAwards1

Sans plus attendre, les résultats :

  • Catégorie « Technologies » = Squid Solution (dataming de données client sur des très grosses bases) ;
  • Catégorie « Confiance en ligne » = Absolu Telecom (solution de paiement via mobile) ;
  • Catégorie « Digital Marketing » = Beez’Up (solution pour gérer la présence de vos produits sur les comparateurs, régies…) ;
  • Catégorie « Innovations » = WorkIT (plug-in de comparaison de prix pour votre navigateur) ;
  • Catégorie « Logistique » = Top Chrono (livraison dans la journée) ,
  • Catégorie « International » = Twenga (comparateur de prix dans toute l’Europe et même plus) ;
  • Catégorie « Mobile » = GS1 (lecteur de code à barres sur mobile) ;
  • Catégorie « Relation Client » = FeedBack 2.0 (suggestions d’évolution collaboratives et dialogue clients / marque) ;
  • Catégorie « Nouveaux Services E-marchands » = Proxi Business (Banque alimentaire adaptée au commerce en ligne).

Signalons que le grand prix a été décerné à FeedBack 2.0 pour le caractère innovant de la solution (communautaire, participatif) et pour les belles références. Ici la photo de l’équipe avec Paul de 2xmoinscher.com qui utilise la solution (à droite sur la photo) :

EcomAwards2

Un grand bravo à tout ceux qui ont soumis leur dossier.

La suite de la soirée s’est ensuite déroulée dans un bar branché (du moins je crois) de la capitale. Ambiance cosy et musique à fond pour des discussions moins formelles et surtout beaucoup de monde dehors en train de fumer :

EcomParis09Party

Ouf, je n’ai pas le courage d’y retourner pour une troisième journée mais je garde un souvenir intense de ce salon. La suite de ce compte-rendu dans quelques jours avec une analyse à froid des tendances 2009 du commerce en ligne.

Compte-rendu de mon voyage au Chili

Déjà deux semaines que je suis rentré du Chili et je n’ai toujours pas eu le temps (courage ?) de vous faire un petit compte-rendu de mon voyage. Voici donc avec un peu de retard mes impressions sur ce pays hors normes.

Il y a déjà la distance : 14 H d’avion sans escale pour aller dans l’autre hémisphère, c’est sûr que je ne vais pas y retourner de si tôt ! Il y a ensuite la configuration : 200 Km de large pour 4.300 Km de long, un « petit » pays (en superficie) coincé entre l’Argentine et l’immense Pacifique.

Santiago : Capitale mondiale des centres commerciaux (et des fruits de mer)

Le moins que l’on puisse dire de Santiago est que le dépaysement n’est pas trop fort : sous influence US notoire, le quotidien des habitants de la capitale n’est pas très éloigné de celui des européens (ou des américains). Point de lamas ou de flutes de pan, le Chili est un pays prospère avec une économie stable. De ce fait, la capitale est à l’image de la croissance du pays : en pleine expansion.

Coincé entre la cordillère des Andes et la chaîne littorale, Santiago étouffe dans la pollution et les gratte-ciels du centre ville poussent comme des champignons. Le quartier des affaires est ainsi surnommé « Sanhatan » (contraction de Santiago et Manhatan).

Santiago1

Particularité étrange de la ville : quelques collines émergent de cet immense plateau pour apporter un peu de verdure à ce gigantesque paysage urbain (la moitié de la population du Chili est concentrée dans la région de Santiago). Les autorités locales ont eu la très bonne idée de faire de ces collines des zones non-constructibles (transformés en parcs, zoo…). Il y a même une immense statue de la Vierge Marie en haut de la plus grande colline :

Santiago2

 

Autre particularité improbable de cette ville : la surabondance des centres commerciaux. C’est bien simple il y en a partout, et ils sont énormes. Pour bien mesurer l’ampleur du phénomène, imaginez Paris avec un Velizy2 dans chaque arrondissement (voir plusieurs pour certains) ! Très surprenant mais sûrement bien pratique les jours de pluie et l’hiver.

Et puisque l’on parle de l’hiver, je regrette de ne pas avoir pu aller skier dans les stations de ski avoisinantes, c’était la pleine saison. La municipalité organise ainsi des package avec A/R en cars et forfait de remontées mécaniques pour la journée au départ du centre ville. Les parkings des centres commerciaux sont alors envahis par d’immenses tentes où il est possible de louer du matériel. J’ai même croisé des touristes en combinaison dans le hall de mon hôtel, ils partaient skier pour la journée.

Du côté du centre-ville, les immeubles sont un peu plus typiques et les rues commerçantes très piétonnes :

Santiago4

 

Pour chercher un peu de dépaysement, une seule destination : le quartier de Bellavista. Proche de la zone étudiante, ce quartier bohème est un pur régal de petits bars, restaurants et vieilles bâtisses de toutes les couleurs :

Santiago5

 

Très agréables, ce quartier est l’endroit rêvé pour se mêler à la population locale et même pour goûter une bière du coin (pas très bonne d’ailleurs) :

Santiago6

 

Côté cuisine locale, la spécialité incontestée du Chili sont les poissons et fruits de mer (les restaurants de sushi sont très à la mode). Il faut dire qu’avec une côte aussi gigantesque, les produits de la mer sont abondants. J’ai ainsi eu la chance de goûter du thon rouge de l’île de Pâques (délicieux) et même des fruits de mer à mi-chemin entre huître et moule (impossible de me souvenir du nom) :

Santiago3

 

(un grand merci à Serge et son épouse pour cette découverte culinaire)

Où en est l’internet Chilien ?

Outre mes découvertes touristiques, j’étais également là-bas pour intervenir à la conférence annuelle de l’IAB Chile : Seminario IAB Chile. J’ai donc pu me familiariser avec le marché locale : bon taux d’équipement des ménages et très bon déploiement de l’ADSL. Ceci est bien évidement dû à la très forte concentration de population dans la capitale ainsi qu’à la politique du gouvernement de favoriser l’e-adminstration pour ne pas avoir à installer trop de fonctionnaires tout au long de son immense territoire.

Influence US oblige, on ne parle que de Facebook et de MySpace, mais la star des médias sociaux est incontestablement un service de partage de photo nommé Fotolog. C’est en quelque sorte le FlickR locale qui a été récemment racheté par une société française (hé hé hé).

Beaucoup d’annonceurs et d’acteurs locaux étaient venus pour écouter les différents speakers et essayer d’en savoir plus sur la révolution des médias sociaux : des chiliens, deux américains, deux espagnols, notre Reza national et votre serviteur :

Santiago7

 

(un autre grand merci aux organisatrices pour m’avoir donné la possibilité de m’exprimer lors de cette journée)

J’avais choisi de parler de mes thèmes de prédilection du moment : un panorama des médias sociaux, un focus sur les réseaux sociaux et des perspectives d’évolution (notamment dans le domaine du social gaming). Ma présentation était en anglais car je ne me sentais vraiment pas prêt pour la faire en espagnol, mais si je suis invité de nouveau, c’est promis je ferais l’effort !

Je pense très honnêtement avoir plus semé le doute dans l’auditoire qu’autre chose, peut-être s’attendaient-ils à ce que je leur dise que Facebook allait bientôt dominer le monde… Toujours est-il que les personnes qui sont venus me voir à la fin de ma présentation étaient très enthousiastes quant au potentiel des plateformes sociales virtuelles fondées sur le jeu (casual games ou MMO). En tout cas des projets sont en cours et les chiliens ne sont pas en reste, il parait même qu’il y a une forte communauté sur Dofus !

Valparaiso : bohème et douceur de vivre

Après cette journée de conférence et un RDV avec un annonceur locale, direction la côte pour quelques jours à Valparaiso. Une ambiance complètement différente, mais toujours fortement contrastée : d’un côté le port (très industriel) et les collines sur les hauteurs (très bohèmes), de l’autre la station balnéaire de Vina del Mar (très bling-bling) et ses bidons-villes sur les hauteurs. En tout cas quel bonheur de pouvoir respirer l’air du Pacifique après s’être encrassé les poumons dans la capitale.

Pour vous la faire courte, disons que Valparaiso est un des endroits les plus plaisant que j’ai visité (avec Venise). C’est une ville magique où le port est entouré d’une dizaine de collines auxquelles on accède par un réseau de téléphériques.

Valparaiso1

 

Ces collines sont minuscules (à peine quelques rues) et l’ambiance est y très bohème : petites maisons en tôles ondulées de toutes les couleurs, trottoirs et routes défoncées, multitudes d’escaliers et de ruelles où il n’y a rien à faire que de goûter la douceur de vivre et d’apprécier le paysage.

Valparaiso2

 

La ville est maintenant inscrite au Patrimoine Mondiale de l’Unesco et c’est une très bonne chose car ce magnifique panorama ne doit pas bouger. En parlant de bouger… on se demande comment les funiculaires parviennent à gravir ces pentes impossibles (ils datent du début du siècle et ressemblent plus à des ascenseurs qu’autre chose) :

Non seulement la vie sur ces collines est très douces (ils les appellent des cerros) mais en plus elle n’est pas très chère : compter 75 € pour une chambre de charme avec vue sur la baie et 5 € pour un repas typique le midi dans le boui-boui du coin. Il faut dire que le pesos Chilien est indexé sur le dollars US, donc forcément en ce moment c’est très avantageux pour les européens.

C’est donc dans cette ambiance bohème et surannée que mon séjour s’achève au Chili. Grand bonheur pour moi que d’humer l’air marin du Pacifique et de profiter du climat très doux de la saison (c’est pourtant le plein hiver).

Valparaiso3

 

Quand j’ai démarré ce blog il y plus de 5 ans, je ne me serais jamais douté qu’il me permettrait de voyager autant et surtout dans des destinations aussi folklorique que le Chili. Encore une fois un grand merci aux organisateurs de m’avoir invité, de gros bisous à toutes celles et ceux que j’ai rencontré sur place et à une prochaine fois j’espère (message subliminale).