La technologie n’est qu’un outil

Je ne le répéterais jamais assez : la technologie n’est qu’un outil. Et en tant que tel, cet outil doit être utilisé à bon escient. D’ailleurs je ne suis pas le premier à le dire : Des usages, des besoins et des outils.

Alors quand je lis dans le très sérieux Business 2.0 magazine qu’AJAX est la technologie la plus novatrice de l’année 2005 devant les médicaments biogénériques, la radio numérique via satellite, la voix sur Wi-Fi ou encore le Wi-Max, je me demande si le journaliste qui a écrit l’article n’a pas lui aussi succombé aux sirènes de la facilités et de l’effet de mode : Seven Technologies That Change Everything.

Même si j’ai déjà eu l’occasion d’exprimer mon enthousiasme sur le renouveau des service en ligne, je pense qu’il est important de garder à l’esprit que la technologie n’est plus un facteur-clé de succès mais un facteur-clé d’échec.

En d’autres termes : Si ça fonctionne tant mieux. Mais le service est-il utile, répond-t-il à un besoin de façon efficace… Si ça fonctionne pas, bye-bye.

Heureusement que certains ont une opinion un peu plus mature sur la question comme par exemple le blog O’Reilly Radar qui nous apprend que le très bon service en ligne Writely repose sur des technologies Microsoft : The Secret Sauce of Writely.

Pour le patron de Writely, le secret d’un bon service en ligne repose sur la volonté de s’intéresser aux utilisateurs et plus particulièrement à leur apporter une solution pour répondre à un besoin non couvert.

A méditer.

Un commentaire sur “La technologie n’est qu’un outil

  1. Et d’ailleurs c’est intéressant de voir comment les gens sont près à reproduire la même erreur une seconde fois : si mes souvenirs sont bons, c’est déjà la spéculation technologique qui avait créé le massacre financier de la bulle dotcom, parce qu’on investissait sur tout ce qui portait la mention Internet, sans se soucier de savoir si ça répondait à un réel besoin ou pas. Dans ce contexte, je comprends tout à fait que certains soient sceptiques quant à la réalité du Web 2.0, parce que si on n’y associe qu’un ensemble de technologies, ce n’est rien d’autre que ce qui existe déjà et qui a déjà suffisamment refroidi les capitaux-risqueurs pour que eux ne reproduisent pas les erreurs du passé. Mais le Web 2.0 selon moi c’est bien plus que ça : ce sont des idées, des concepts et surtout des gens forts de leur expérience du web qui sont prêts à faire évoluer le web pour satisfaire les besoins d’ergonomie, d’utilisabilité, de réactivité et de qualité sur ce médium. Tu as raison de le rappeler Fred : la technologie est indispensable, mais ce n’est qu’un maillon de la chaîne qui doit relier les fournisseurs de services aux clients pour que le Web 2.0 devienne une réalité.

  2. Business 2.0, c’est la revue qui a le plus haut ratio buzzwords/page. Ce peut être une lecture intéressante, mais un investisseur qui suit leurs conseils pour décider de ses placements est condamné à voir ses économies dilapidées à chaque bulle spéculative. Il n’en manquent pas une.

  3. C’est exactement ça ! Nom mais quelle aberration de penser que AJAX est novateur c’est la techno la plus novatrice de l’année ! Alors que justement ce n’est qu’un moyen pour arriver à faire des interfaces user friendly ! Flash faisait déjà ça avant, ce n’est donc pas novateur, et du point de vue de Javascript, la seule différence avec avant, c’est qu’aujourd’hui, la patique est plus populaire auprès des développeurs javascript, et que les navigateurs ont réussi à gérer de façon supportable le DHTML, le DOM… Face au Wimax ou à la voix sur wifi, je ne vois pas ce que vient faire AJAX. C’est justement ce genre de foutaise qui nous colle des boutons !

  4. Un outil certes, mais convenablement utilisé, il devient lui même une source d’inspiration phénoménale. Malheureusement, lorsqu’on ne sait pas exploiter pleinement le potentiel créatif d’un outil, ce dernier est finalement détourné en argument commercial.

  5. Ours, je suis pas d’accord avec toi sur le fait que c’est une source d’inspiration phénoménale. La technologie ne doit pas être une source d’inspiration, il ne doit être que l’outil pour réaliser ton idée. Peu importe que ton site utilise tel ou tel technologies (Java, PHP, RUBY …), l’essentiel c’est que le besoin soit comblé. L’internaute se moque que ton site utilise tel ou tel technologie. Ce qui lui importe c’est que l’outil réponde clairement à son besoin. Il suffit de regarder par exemple Google, c’est vraiment simple et sobre, et pourtant très efficace et répondant à un besoin. Google parait simple d’apparence mais l’architecture technologique est très complexe. Pour en revenir, ce qu’on craint c’est d’une Bulle 2.0. Donc il vaut mieux prévenir que guérir. http://www.webdesigner.com.fr/index.php/2005/10/07/88-bulle-2

  6. Nuançons un peu : L’outil peut être une source d’inspiration phénoménale, parfois même par accident : l’histoire en est remplie d’exemple. L’ordinateur n’est pas le fruit d’une illumination. Il a vu le jour à partir de la machine de Charles Babbage. L’inventeur du micro-onde n’a pas suivi d’étude de marché : il planchait sur un radar quand il a, par mégarde, réchauffé son sandwich… etc… Pour moi, L’Utilisateur -> le Marketeur -> le Concepteur, c’est un circuit qui s’autoalimente : chaque élément nourrit les deux autres. C’est d’ailleurs pour cette raison que de nos jours, le circuit d’un projet est itératif. On ne voit celui-ci ou celui-là au sommet de la pyramide uniquement pour servir son intérêt.

  7. Oui mais on retombe sur nos pattes : la technologie n’est qu’un maillon de la chaîne, une partie du circuit qui s’auto-alimente, et la technologie tout seul c’est comme un moteur en roue libre, ça fait pas avancer grand chose ;-)

  8. Quand les hommes préhistoriques ont découvert le feu, ils venaient de comprendre qu’il serait plus sympa de manger chaud, de se protéger des ours et de se réchauffer! Mais il aura fallut plus d’un million d’année ensuite afin de découvrir l’outil qu’est le silex pour domestiquer cet élément. Alors si le Web pouvez s’apparenter au feu je ne conçois pas un instant qu’un Ajax en soit une révolution technologique et encore moins un outil pour le domestiquer car c’est justement l’inverse qui se produit car il engendre plus de contraintes pour le développeur qu’autre chose ! Si ce n’est bien sur l’amélioration de l’expérience utilisateur final sans aucun doute alors que les gens de Business 2.0 Magazine avec leur niveau technique (très bas à mon avis comme tous ceux qui parle commerce) que seul leur regard de novice en technologique web leur permet de s’enthousiasmer devant des « drag and drop » et des pages qui ne se rechargent pas sans cesse ! De la même manière que les premiers hommes furent ébahis devant une flamme :-) Mais n’oublions pas que le mérite revient à celui qui après des milliers de génération a le premier permis à d’autres d’apprendre l’usage du silex. C’est pour dire simplement qu’il faudra encore attendre quelques années pour avoir des outils dignes pour le Web de nouvelle génération (XUL, SVG, FLEX, XAML…) et qu’Ajax n’est qu’un feu de paille provoqué par un soleil trop fort ! Salut

  9. En lisant la plupart des commentaires je me demande si leurs auteurs développent des sites web… Je ne sais pas si c’est *la* technologie de l’année 2005, tout ce que je sais c’est que cette technologie me permet aujourd’hui de répondre à certaines attentes de mes clients qui n’étaient même pas envisageables l’année dernière. A mon humble avis, c’est quand même une petite révolution dans le monde du development…

  10. Salut Oui cela confirme ce que l’ont disait c’est bien une révolution pour l’internaute mais pas pour le développeur. Ajax utilise une ancienne fonction de javascript le XmlHttpRequest donc ce n’est pas une nouveauté chez les créateurs de site Web mais une simple « astuce » pour l’échange de données transparent entre le client et le serveur (comme les frames invisibles) alors Ajax est une révolution ou une évolution je vous invite à lire cet article: Ajax : le retour des lessiviers? Ajax sera une révolution quand certaines taches seront réalisées côté serveur dans le style des JSF car que se passe t’il quand l’internaute décoche la case javascript? Ajax ne lessive plus! Bye

    
    
  11. Depuis le temps que je peste contre les IHM HTML pour faire des applications je suis bien content qu’AJAX se démocratise enfin. On va peut-être en finir avec la régression d’IHM qu’on a subi avec le HTML… (la perte des menus contextuels et de tout ce qui fait une IHM moderne…) Ca me rappelle la première fois que j’ai développé une appli AJAX, enfin ça n’en portait pas encore le nom à l’époque, c’était en 1999…

Laisser un commentaire