Web 2.0 : on s’amuse bien, non ?

Dans son dernier billet Richard MacManus reconnaît qu’il y a effectivement un phénomène de buzz sur-amplifié autour du web 2.0 : Web 2.0: Land of Opportunity, or Land of Absurdity?. Cela fait écho à la dernière vague de critiques autour de ce sujet chaud.

Malgré l’enthousiasme que je porte au phénomène du nouveau web, je reste tout de même lucide :

  • les prototypes de différents services en ligne estampillés web 2.0 (que l’on peut voir passer sur des sites comme eHub) sont intéressant mais loin d’être finalisés ;
  • on peut surtout voir beaucoup de remix de concepts (autrement appelés mash-up) tournant toujours autour de concepts-clés comme les tags, les réseaux sociaux, les wikis, les podcats ou la recherche vidéo ;
  • on est en droit de se demander s’il y a des modèles économiques sérieux derrière ces services.

OK, c’est dit, et maintenant ? On abandonne ?

Je profite de ce billet pour rappeler que la chance souris aux audacieux. Après tout, qui aurait misé 2,6 milliards de dollars sur Skype il y a 6 mois ? Et ce n’est pas un exemple isolé : Technorati, Bloglines, del.icio.us, Flickr, FeedBurner, Craigslist… sont des services qui ont sût innover et se positionner sur un créneau encore vierge. Aujourd’hui ils sont convoités (ou ont déjà été rachetés) par les grands acteurs car ils ont pris une avance considérable et que comme le disait Napoléon : en temps de guerre, rien ne rattrape le temps perdu.

Qui peut dire si les BaseCamp, Writely, NetVibes et autres Guten Tag ne seront pas les Skype de demain ?

Les lecteurs de ce blog ont le droit d’être sceptiques et d’exprimer leur opinion (à partir du moment où elle est constructive et qu’elle ne se résume pas à des grossièretés ou des insultes). Par contre, vous pouvez bien reconnaître une chose : une nouvelle dynamique est en train de se mettre en place, et elle est fondée sur l’innovation pas sur la critique.

Bon allez, je laisse le mot de la fin à Kathy Sierra : The best thing about web 2.0 is that… nobody knows what the hell it really means. And this is the true beauty and power of Web 2.0: it makes people think.

Un commentaire sur “Web 2.0 : on s’amuse bien, non ?

  1. Technorati me paraît plutôt un incinérateur de cash qui ne serra jamais rentable qu’autre chose. Mais il est possible que ses investisseurs retombent tout de même sur leurs pieds, en pleine bulle 2.0 on ne peut jurer de rien.

  2. Peut-être… mais qui sait ce que Technorati nous réserve ? Et pourquoi pas des publicités textuelles à la Google ? Et pourquoi pas des tags publicitaires ou des tags sponsorisés ? Et pourquoi pas un rachat par Google d’ailleurs ? Petite indiscrétion : N’y a-t-il jamais eu d’offres pour le rachat de BlogMarks ? /Fred

  3. une nouvelle dynamique est en train de se mettre en place, et elle est fondée sur l’innovation pas sur la critique. Absolument. Mais la chose n’est pas vraiment technologique, n’est pas révolutionnaire, n’a ni le besoin ni la justification de s’appeler web 2.0. C’est juste une nouvelle tendance, comme il y en a eu des dizaines auparavant. Une tendance sexy, intéressante, un peu plus mature, et qui pour nous webmasters a le grand intérêt d’être technologiquement propre et élégante. Mais tout le buzz autour de la chose, qui le décrit comme une nouveauté, je ne comprends toujours pas.

  4. Concernant Skype, voici un post de Pierre Chappaz (ancien président de yahoo europe) concernant le rachat par ebay.
    Il y a 1 an Skype etait deja valorise a plus d’1 milliard

  5. Je crois que le fait même de parler de dollars dans les 3/4 d’un blog consacré au ‘Web2.0’ c’est du buzz. Le StandBlog ne parlait pas comme ça des standards…

  6. Oui Brig, c’est vrai. Mais il faut que tu saches que quand j’ai démarré ce blog il y a près de 2 ans 1/2, mes premiers billets parlaient des standards W3C, de l’accessibilité, de FireBird (l’ancêtre de FF) et les critiques étaient tout aussi virulentes. En fait, il y a un phénomène naturel de résistance au changement, une sorte de méfiance latente. /Fred

  7. Il y a 2 phénomènes dans ce trlede web 2.0 : la fabrication de la tendance (un peu inflationiste, c’es tdans le process de fab de toute tendance, regardez dans un autre ordre d’idée les übermachins), que l’on peut mettre de côté, et l’aspérité par rapport à l’expérience utilisateur qui émerge. Bien sûr personne ne peut dire jusqu’où elle ira, perseonne n’est mmesoleil.com. mais il y a qqch d’intéressant, que ce soit une révolution ou pas. Mais en même temps, il y a comme un désir d’en revenir au mythe fondateur du web : le partage. Et ça , c’est un truc qui ne remue pas que le monde du web, mais aussi les réflexions économiques par exemple. Autre chose aussi : possibilité d’une réflexion quasi philosophique / épistémologique, sur le web.

  8. Arf, ça s’auto-décribilise bien ici. Ce web 2.0 commence à gaver tous les professionnels du métier. Parce qu’une appli sympa, gratuite et pas réellement novatrice utilise le pseudo-dieu Ajax, ça en fait la boite du siècle. Tous ces concepts, ces technos, ce genre de sites existent depuis la fin des années ’90. On dirait que certains anciens ont la mémoire courte, ou on besoin de s’auto-proclamer messies du web. Pour ma part, ça fait 10 ans que je bosse dans les new-tech, et ce web 2.0, je le trouve, comment dire, ridicule, surgonflé et egocentrique. En 1999 on sortait, dans une de mes anciennes sociétés, un portail web2.0 à public local (avec 50K visiteurs uniques/mois), basé sur la syndication d’actus, la personnalisation de fils, la meteo, l’email, le contenu cobrandé, etc… ;) ça fait plus de 4 ans que j’utilise le social networking et les concepts « web 2.0 » Des applis « web 2.0 », ça fait donc des plombes que ça existe, on doit pas surfer sur les memes sites. Juste que maintenant ça fait hype, branché, moderne pour les neophytes. Pour les connaisseurs, ça fait ridicule, arriviste…c’est de la pure masturbation intellectuelle ! Et je pense qu’on voit plus d’avis négatif sur ce hype bizarre que d’initiatives du genre « ouaiiis le ouaib 2.0 c’est supeeer! » Je sais, je suis acide, critique et cynique. mais surtout realiste et surement pas jaloux ;)

  9. Oui mazu, nous sommes tous au courant qu’AJAX repose sur des briques technologiques « anciennes ». Cependant, laisse-moi préciser certains points : C’est une grave erreur que de systématiquement associé web 2.0 et AJAX. La notion de web 2.0 est principalement bâti sur des nouveaux usages et non sur de nouvelles technologies. Dans le titre en haut il y a écrit Simplifions l’internet et non Découvrez les technologies dont vous n’osiez pas rêver avant. L’objectif de ce blog est de vulgariser et éventuellement de faire changer les mentalités, pas de scotcher les techniciens purs et durs avec des technologies ultra-novatrices. Si tu as mis en oeuvre ce type de technologie sur un portail avec une grosse fréquentation, cela intéresse sûrement de nombreux lecteurs. Quel est ton retour d’expérience sur ce projet ? /Fred

  10. Je ne comprend toujours rien aux discussions techniques mais d’un point de vue utilisateur le web actuel ne ressemble pas du tout à celui d’il y a 5 ans quand j’etais étudiant Avant c’etait moche et compliqué, maintenant c’est juste compliqué. Je veux bien croire qu’il existe encore une étape pour que ce soit enfin simple et joli. Apres on qu’appelle ça web 2.0 ou Internet pour tous c’est qu’une question de marketing !

  11. Web 2.0 : réflexion = innovation Dans la continuité des discussions entourant le Web 2.0, voici un article très intéressant intitulé “The best thing about Web 2.0” [en] de Kathy Sierra du blogue collaboratifCreating passionnate users [en]. Il …

  12. Daniel, effectivement ce n’est que du marketing. Fred, je cite Ajax, car c’est systématique pour le web 2.0 de sortir Ajax ou autre terme hype dans ce style de conversation. Des nouveaux usages ? tu parles des blogs ? lis le post de Tristant Nitot, Slashdot était un genre de blog, juste que ce nom « blog » n’existait pas. ça s’appellait un site perso (avec moult criardises clignotantes, j’en conviens). Linkdup etait aussi un ce qu’on pourrait appeller un blog (système chronologique de contenu en liste) Les reseaux sociaux ? rien de nouveau non plus, Linkedin, our orkut, ça fait dejà un bail, et si tu veux encore plus web 2.0 au niveau de l’usage, jette un oeil sur parano.be (faut arriver à se faire inviter). Il y a un système de folksonomie, et ce site a des années et des milliers d’adhérents. Le web plus joli actuellement ? heuuu ce qu’on peut dire c’est qu’il y a une masse de nouveaux sites. Mais en 1997 on avait Nirvanet.net et d’autres pointures graphiques/multimédias. Juste que les tendances changent, on a eu le scratch, le dark, le techno, le pixel art, le glow, le plastic, maintenant c’est full dégradé et Les gros portails n’ont jamais changé fondatementalement de look (yahoo, google, les quotidiens de presse, les sites de dating, les sites de socialnetworking, etc..). A verifier sur wayback machine ;) http://www.archive.org/ je veux pas paraitre négatif, mais le web suit doucement son évolution, et ce hype 2.0 est ridicule. Ce serait plutot l’epoque du 8.45beta. Le net est passé par de multiples phases, de multiples évolutions, de multiples visages. Les podcats audio, les podcasts video, bein avant c’etait des ezines de streams videos ou audios (par exemple suprasonic de nirvanet). OK, pas par fil RSS, on utilisait le RSS mais pas appliqué à l’audio/video.D’ailleurs, l’explosion du MP3 est toute récente, en 1999 il n’yavait que Diamond avec son Rio pour les lecteurs MP3. Idem pour les wiki, ça fait déjà bien longtemps (et je suis un grand « admirateur » de wikipedia). Je prone un web facile a utiliser et non-commercial. Ce web 2.0 en terme de communication et mediatisation me fait l’ effet d’un onemilliondollarpage ;)

Laisser un commentaire