Quand les pure-players bousculent l’ordre établi

Alors que les industriels de la musique n’en finissent plus de se faire violenter par les pure-player de la musique en ligne (voir à ce sujet mon billet précédent : Musique en ligne, il est temps d’arrêter de prendre les clients pour des poireaux), c’est maintenant au tour des opérateurs téléphoniques de se voir bousculer dans leur monopole.

Aujourd’hui le FAI Free vient de faire une annonce fracassante : En plus de proposer le dégroupage total, des débits hallucinants (20 Mbits), les appels gratuits et illimités dans toute la France, voici que l’on proposera aux abonnés dès le 1er janvier 2006 des appels gratuits et illimités vers les pays suivants : Allemagne, Autriche, Chine, Etats-Unis, Israël, Pays Bas, Royaume Uni, Australie, Canada, Espagne, Irlande, Italie, Portugal, Singapour.

Encore plus fort, il sera également possible d’appeler des téléphones mobiles aux Etats Unis et au Canada. Gloups ! C’est Monsieur France Telecom qui doit avoir des sueurs froides à la lecture de cette annonce.

Et si en plus vous rajoutez à cela la concurrence de Skype et Yahoo!, alors là… c’est le bouquet. (via PC Inpact)

Un commentaire sur “Quand les pure-players bousculent l’ordre établi

  1. Free, c’est bien, ils ont une politique d’être leader. Ils tirent le marché vers le haut. Mais quand on a des problèmes récurrents (déconnexion, reboot 50 fois par jour, etc…) avec sa freebox dernière génération, en dégroupage total et au centre d’une des grandes ville de France, on regarde ce genre de nouveauté d’un autre oeil. Si Free savait toujours assurer le miminum se serait déjà bien.

  2. « Pure-player » ça veut dire que se sont des nouveaux entrants (moins de 10 ans d’ancienneté) et qu’ils ne disposent pas d’un réseau de distribution physique. François, attention je ne cautionne pas forcément la stratégie de « terre brûlée » de Free. A savoir : on lance la fonctionnalité pour se faire un coup de pub et si jamais ça foire et bah on s’en fout puisque de toute façon les prospects continuent à affluer (whoua les cons, s’ils savaient !). /Fred

  3. Je pense que cette annonce est une bombinette, j’en suis resté le c.. collé à ma chaise hier. Il y a encore peu, personne ne réagissais lorsque Free annoncait des services. Aujourd’hui, c’est le ping pong, tous sont obligés de réagir et j’espere que c’est pour le plus grand bien des consommateurs. J’attends les annonces des jours à venir. Pour rappel, lorsque Free propose des échanges de 1Go, le 9 annonce le lendemain des échanges de 9Go. Free lance la FreeBox, tous suivent. Noos se met au telephone, CanalSat et TPS se sentent menacés, on enregristre la TV sur un DD et C+ s’encoquine avec archos. C’est une révolution et Free vient de achever le vieux modèle économique de FT.
    2006 sera un millésime exceptionnel, ou même le début d’une nouvelle ère (allez, comme rien n’est prévisible, on peut dire n’importe quoi alors j’annonce la mort de google en 2008).

  4. Voici une annonce alléchante, mais faisons tout de meme attention au combat qui se meme dans les tranchées des FAI. Chaque FAI a ses avantages et ses défauts.Lorsqu’on parle de SKYPE par exemple en matière de téléphonie, c’est vrai que c’est un super système mais le prix des communication en SkypeOut commence a mal vieillir ( 0,017€/mn contre 0,008 chez télé2 par exemple). Le choix est de plus en plus vaste mais de plus en plus dur.

  5. Du point de vue du consommateur, un peu d’attentisme ne sera pas inutile. En effet, un FAI qui continue « d’avancer » sans résoudre les questions basiques de fonctionnement réduit le bénéfice conso sur les avancées en question. Aujourd’hui, FT est fiable quasi à 100%, les autres ne peuvent en dire autant. Donc pour moi pas de révolution de modème économoqie, car les technologies de communication tirent 90% de leur valeur de la fiabilité. Deuxième aspect : le plus bas prix voire le gratuit quand on est dans le domaine des technologies propriétaires est-il la base d’un modèle économique qui tient la route ? Pas forcément. Réfléchissez à ceci : consommateur d’un côté, vous êtes « travailleur » de l’autre. Si le marché réduit votre employabilité, avec quoi consommez-vous ? Il n’y a pas « révolution » d’un modèle économique, il y a simplement rupture du pacte socio-économique qui s’est bâti depuis (en gros) une cinquantaine d’années. Bon ok ce n’est pas la première rupture (délocalisations…): disons que c’est une faille de plus dans le système. Mais y voir un profit me paraît peut-être un peu vite vu. Pour résumer : ni bénéfice utilisateur immédiat (fiabilité pas bien assurée), ni avantage sur le long terme (risque de casse sur la chaîne sociale donc financière). Je vois cette annonce juste comme un tank de plus sur le front de la téléphonie de l’internet du multi play. Modération : bien sûr il existe des clients Free satisfaits et qui ne perdent pas leur job.

Laisser un commentaire