La fin des newsletters ?

Voilà près de 10 ans que l’internet existe… et les newsletters également. Considérées comme l’arme ultime du recrutement et de la fidélisation il y a quelques années, les récentes pratiques abusives que j’ai pu constater récemment me poussent à croire que l’ère des newsletters est proche de son terme. Non pas que le support soit mauvais, mais plutôt que ceux qui l’utilisent se sont perdus en chemin.

La Redoute : un lien de désabonnement camouflé

Voilà quelque mois que je me fais spammer par La Redoute. En fait depuis mon dernier achat, bien que je ne me souvienne pas avoir coché la case relative aux newsletters…

J’ai donc décidé ce WE de cliquer une bonne fois pour toute sur le lien de désabonnement en bas de leur newsletter (ils appellent ça Gérer vos abonnements). Et là je suis tombé sur cette page :

NewsletterRedoute

 

A première vue, toutes les cases sont décochées. Mais quand on y regarde de plus près, en fait il faut cliquer sur le lien Si vous n’êtes plus intéressé par nos offres… cliquez ici pour se désabonner complètement. Et je trouve cette pratique particulièrement minable : faire croire aux utilisateurs qu’ils ne sont abonnés à aucune newsletter (et affichant des cases à cocher vides) et camoufler le lien de désabonnement en utilisant du texte noir sans soulignement.

Même si cette pratique n’est pas illégale, j’estime qu’une enseigne aussi respectable que La Redoute a un contrat moral avec ses clients et qu’utiliser des subterfuges comme celui est tout simplement inacceptable.

Le pire, c’est que même en ayant cliqué sur ce fameux lien camouflé, je continue à recevoir des courriers non sollicités. Là… on tombe dans l’illégal et je me demande si la LCEN n’a pas été justement créée pour lutter contre ça.

CDiscount : des robots spammeurs qui deviennent fous

Je ne vous apprendrais rien en vous disant que CDiscount n’est pas un modèle à suivre en terme de gestion de la relation client (à une époque ils faisaient la compétition avec PereNoel.fr). Il n’empêche que je me suis récemment fait tenter par les prix redoutables qu’ils proposent. J’ai donc décidé de passer commande un vendredi soir. Le lundi matin j’ai eu une surprise en ne découvrant pas moins de 7 messages publicitaires dans ma boîte aux lettres. Sept messages publicitaires en un WE !!!!, non mais qu’est-ce qu’elle a fumé Super Fourmi pour envoyer 7 newsletters en 2 jours ?

Bien évidemment ce n’est pas un opérateur humain qui les a expédié, ces newsletters, mais bon il a bien fallu que quelqu’un paramètre le robot chargé de cette basse besogne.

A votre avis, c’est quoi le taux de réponse de la septième newsletter ?

Est-ce vraiment la fin des newsletter ?

Non pas du tout, les newsletters continueront d’exister pendant de nombreuses années. En fait jusqu’à ce qu’on leur trouve un remplaçant. Par contre, ce sont les pratiques commerciales basées sur les newsletters qui vont disparaître si elles continuent sur à train là. Les annonceurs vont en effet vite tester d’autres supports si les taux de réponse ne sont pas à la hauteur, et ce n’est pas en suivant les exemples précités qu’ils vont les améliorer.

Deux facteurs vont venir aggraver le tout :

  1. les filtres anti-spams sont de plus en plus performants (notamment parce que les pratiques de spam et de phishing sont de plus en plus nuisibles) ;
  2. les utilisateurs sont de plus en plus vigilants.

Comme je ne suis pas devin, je ne peux pas vous dire quel va être le futur format publicitaire miracle (RSS ?, podcast ?…), en tout cas je peux vous garantir que ce n’est pas en jouant le jeu de la surenchère (à l’image de ces deux pratiques à la limite du grotesque) que les annonceurs vont gagner / conserver la confiance de leurs clients.

Un commentaire sur “La fin des newsletters ?

  1. La très grande majorité des boites utilisent ce genre de mesquineries pour se permettre de spammer leurs clients potentiels ou pas. Je me suis récemment désabonné de la newsletter d’un site d’impressiond e cartes de visite. Il semblerait que la seule chose à laquelle ait servi mon désabonnement soit de tester la validité de mon mail et mon existence. J’ai tendance maintenant pour toutes mes commandes sur le net à utiliser des comptes mail temporaires que je crée pour l’occasion et que je désactive entre 2 commandes. Ce n’est pas le plus simple, ni le plus performant, mais ça a au moins le mérite de marcher à peu près bien.

  2. Ca fait longtemps que je pense que les newsletters sont un mode de communication en voie de disparition, au profit notamment des RSS. Je gère trois newsletters pour un total d’environ 10000 adresses, et pour deux d’entre elles, j’ai carrément envoyé un mode d’emploi pour s’abonner aux fils RSS. Le mail est un moyen de communication qui a été largement saboté par les spammeurs et dans une moindre mesure, par le monde du marketing direct. La recherche du contact et du profit immédiat conduit les uns et autres à mettre leur déontologie en bandoulière. Si le monde était moral, je dirais qu’ils ont scié la branche sur laquelle ils étaient assis, mais l’expérience aidant, je sais que lorsque le mail sera mort, il trouveront bien d’autres solutions pour nous emm.

  3. Effectivement j’ai déjà vu ce type d’arnaque : un robot qui balance des milliers de messages au hasard avec un lien de désabonnement dedans et si l’utilisateur clique dessus, il s’abonne ! /Fred

  4. A mon humble avis, le RSS est parti pour remplacer les newsletters. Tout simplement par le fait que via le RSS, c’est l’utilisateur qui va chercher l’information et non le contraire avec les newsletters. Ainsi l’utilisateur reste anonyme et, malheureusement pour certaines compagnies, intouchable. Ceci dit, le RSS n’est utilisé que par les personnes connaissants bien le monde du Web. Mais avec son arrivée dans IE7 et la meilleure prise en compte du protocole feed:// par les lecteur RSS, il est possible qu’il se démocratise plus vite que prévu.

  5. Autre technique pour empêcher le désabonnement : exiger de se logger avec un Pseudo/mot de passe. Evidemment on ne sait plus où on a foutu ces données utilisées lors de la commande, donc on laisse tomber.

  6. Shemu: c’est un peu ça l’enjeu du Web 2.0 (sic): passer d’une vision centrée sur le producteur du site / de l’application avec un utilisateur forcé de s’adapter à quelque chose qui satisfait un besoin certes – mais sans que celui-ci ait été consulté sur la manière de le résoudre – à un modèle centré sur l’utilisateur, dans lequel l’utilisateur n’est plus utilisateur mais acteur du monde qui l’entoure. Et pour les créateurs, c’est aussi ça qui est amusant :)

  7. Les newsletters sont ennuyeuses. Elles ne parlent en général à personne. On sait très bien que c’est un robot qui les envoit. Pour moi une piste prometteuse consiste à continuer d’innover, fournir de bons produits, à un coût cohérent et le bouche à oreille peut faire le reste (Skype, laFraise,…mais lorsqu’il s’agit de toucher la ménagère de moins de 50 ans c’est plus dur sans pub télé…). Tiens, au fait, est ce que quelqu’un a testé JotForm.com ? C’est vraiment réussi (mince voila que je me mets à faire du bouche à oreille sans m’en rendre compte).

  8. Si quelqu’un sait comment de désabonner de la newsletter d’e-bay (qui me dit à chaque fois que mon compte a été supprimé, pour mon plus grand plaisir, mais qui n’en fait rien!). Pareil pour celle de la sncf. Bizarre, j’suis quand même pas complètement manchot du mulot mais y’a des sites qui semblent faire la sourde oreille à mes demandes de désabonnement. Alors j’ai trouvé un palliatif: le filtre anti-spam…

  9. J’aimerais avoir vos avis concernant la « rivalité » naissante entre les flux rss et les procédés d’e-mailing, par lesquels certaines entreprises font de surcroît parvenir leurs newsletters. Il est clair que l’audience est plus captive avec les flux RSS dans la mesure où l’internaute aura fait une veritable démarche d’abonnement, par opposition à une newsletter-e mailing et son caractère intrusif. Mais quid des effets « personnalisation du message/segmentation de clientèle » et « marketing viral » générées par l’ emailing ? (je me place ici du côté des entreprises). Enfin, le RSS va-t-il, à plus ou moins court terme, être intégré par une catégorie de population, peu sensibilisée aux techniques de marketing/communication mais d’autant plus ciblée par des procédées de spam ? Son accès via IE 7 pourrait en effet contribuer à sa démocratisation. A voir…

  10. Je pense que la newsletter n’est pas encore prête à mourir. Certe, le flux RSS grandit très vite mais je constate à droite a gauche un grand nombre d’utilisateurs qui n’ont pas vraiment le temps (ou qui ne le prennent pas) de surfer sur les sites. A quoi bon s’embêter si l’on peut recevoir les informations les plus importantes sur sa boîte mail? Personnellement, je préfère naviguer à gauche à droite et utiliser un gestionnaire de flux RSS mais cela dépend du caractère de la personne et de son temps de libre à naviguer sur Internet. En revanche, je suis d’accord que la pratique commerciale risque vite de prendre fin si des tactiques minables sont mises en place par les société pour « empêcher » le désabonnement à leur « spammerlettres » oups pardon ! Leur newsletters…

  11. La newsletter n’est pas morte Ce sont seulement ceux qui ont des pratiques abusives qui ont du soucis à se faire… Il y a des newsletters que l’on attend tous. Tout est une question de permission ;)

  12. PAS DE PUBLICITE, merci! j’ai beau avoir affiché cette mention sur ma boite aux lettres, ça ne m’enpêche pas de devoir la trier tous les jours pour trouver le courrier qui m’est directement adressé. °!°marselb

  13. J’ai longtemps pensé que les flux RSS allaient remplacer les newsletters, pris par l’exitation suscitée par cette nouvelle pratique. Or, je me rends bien compte que surveiller des flux prend du temps, que l’on piste parfois des sites qui ont peu d’intérêts … (Cf un de mes récents billets) La newsletter peut se révéler très efficace si elle vient une fois par mois résumer les évolutions d’un site. Je suis d’accord sur le fait que certaines pratiques sont inadmissibles. Les meilleures armes pour lutter contre elles sont la « règle outlook » qui supprime automatiquement les mails en provenance d’un expéditeur bien précis et le relais sur les blogs et autres sites. L’influence d’un blog comme celui de Fred Cavazza va positionner la Redoute, dans les jours et semaines à venir, comme un cas d’école à ne pas suivre … l’image de marque en prend un coup. Aux Etats-Unis, un groupe de jeunes militants auraient certainement créé un site http://www.rasleboldesnewsletters.com avec tous ces bons conseils, question de faire pression pour une meilleure pratique.

  14. Ce qu’il y’a de bien avec les newsletter c’est qu’elle permette de faire fonctionner encore plus vite l’antispam de thunderbird :D

  15. Recevoir des newsletters qui sont difficiles/quasi impossibles à désactiver ne font que donner une image TRES negative de la marque en question. Donc, pas question pour moi d’acheter un quelconque article dans un magasin si peu respectueux de leurs (futurs) clients … donc, nous disions La Redoute ? C’est noté ;-)

  16. La fin des newsletters ?… J’ai un peu bondi en lisant le titre du dernier billet de Fred Cavazza… Et pour cause, puisque je suis responsable d’un projet newsletter dans mon entreprise depuis pas loin d’un an maintenant, et que passer de l’imprimé au numérique a été pour…

  17. Et que dire de Boursorama qui me gratifie depuis le 27 janvier d’un lien HTMele dans leur newsletter, lien de redirection sur leur site avec nécessité de me connecter et ouverture d’un super fichier PDF (au bas mot 1 Mo – j’ai vraiment que celà à faire de bon matin)! Et qui vous fournisse un lien de désabonnement qui ne fonctionne qu’avec certains navigateurs ! Et dont la réponse via le formulaire de contact vous dit que vous avez bien disparu de leur fichier d’abonnement mais dont vous recevez systématiquement la news tous les matins (merci le filtre indésirable de Thundebird). J’ai déposé déjà un petit message sur leur forum et celà n’a même pas l’air de les émouvoir, ni eux, ni les inconditionnels du site (pas même une réaction à mon message). Ils font trop travailler de stagiaires chez Boursorama. Qui lance rasleboldesnewslettersnullesach… ? PS : chouette la nouvelle couleur …

  18. Remise en question de l’email marketing Fred Cavazza fait du bruit avec sa note La fin des newsletters ou il dénonce à très juse titre La Redoute et Cdiscount qui utilisent des techniques peut scrupuleuses en ce qui concerne leurs newsletters. Pourquoi risquer des amendes (surtout pour cd…

  19. Je trouve que c’est aussi « minable » de faire en sorte à ce que le plus important soit écrit tout à la fin et en petits caractères. Il faut dire que ça induit l’internaute en erreur. Concernant les spams, des fois, il y a des courriers importants qui se retrouvent dans les spams. Je pensais que c’était des humains qui géraient ces derniers, mais il faut croire que je me suis trompé.

Laisser un commentaire