De très beaux tableaux de bord pour Akamai

Akamai, le monsieur muscles de l’hébergement, vient de mettre en ligne un certains nombre de tableaux de bord très impressionnants : Real-Time Web Monitor. Pour la petite histoire, sachez qu’Akamai est tout de même responsable de 15 à 20 % du trafic mondiale du web (gloups !).

Ils proposent donc une série de tableaux de bord pour mesurer l’activité, avec notamment le trafic en temps-réel :

Akamai1

 

L’activité par pays avec un effêt loupe :

Akamai2

 

Et même l’activité par typologie de contenu (ici les news) :

Akamai3

 

Bref, c’est du très bon travail. (via Read/Write Web)

Un commentaire sur “De très beaux tableaux de bord pour Akamai

  1. D’autres retours d’expérience sur Akamai ? Est-ce par exemple dimensionné aussi pour une PME qui a un besoin d’accessibilité international ?

  2. Le service d’Akamai est très bien adapté aux flux volumineux de type B2C et aux contenus populaires, car les contenus les plus demandés ont une bonne chance de rester dans les caches Akamai (ce qui est logique pour qu’ils rentabilisent leur infrastructure). Dans ce cas, l’économie en infrastructure pour un site B2C diffusant mondialement est réelle. Par contre, il n’est pas adapté à mon avis aux contenus d’une PME, qui seraient peu demandés et qui risqueraient de sortir rapidement des caches Akamai, chassés par des contenus plus populaires. En clair, difficile de lutter avec iTunes (Apple est ou a été un gros client d’Akamai, je crois). Peut-être ont-ils une option payante pour « garder » les contenus dans un cache, mais c’est à vérifier.

  3. J’ai travaillé avec eux pour un grand site de B2C. Leur service permet même de cacher du contenu dynamique. Le principal intérêt que j’y vois n’est pas l’international mais la capacité à absorber les pics d’activité quand on héberge soi-même : tes serveurs sont réellement moins sollicités et tu as besoin d’acheter moins de bande passante. Quand on a une activité cyclique (VPC par exemple), il est inutile de payer toute l’année des infrastrcutures qui ne sont réellement à fond que 2/3 mois pas an. Evidemment, le service est payant. Faut faire un calcule de ROI. Nous on était gagnants – et je ne parle pas des temps de réponse :) – Pour une PME, ça dépend donc de l’affulence et du cout des infrastructures.

  4. En fait Akamai est utile pour: – Absorber les fortes charges (ils ont un service d’urgence pour cela) – Palier aux problèmes de latences de l’hébergement vers les autres pays. On ne s’en rend pas forcement compte mais un site hébergé en France demandera plusieurs dizaines de secondes pour s’afficher en Amérique du Sud ou en Australie par ex. (temps de réponses client/serveur * nombre de requete pour chaque page + poids des pages) J’ai utilisé Akamai dans environ 40 pays et j’en étais toujours content. Dommage qu’ils ne soient pas présents ni à Cuba ni en Chine (pour des raisons politiques il me semble).

Laisser un commentaire