Second Life et les effets d’annonce…

Second Life… paradis médiatique pour certains, cauchemar informatique pour d’autres. Si les marketeux s’extasient devant la couverture médiatique que tire à lui cet univers virtuel, les informaticiens s’arrachent les cheveux pour viabiliser ce nouvel environnement dans un système d’information existant.

Comprenez par là :

  1. ouvrir l’accès aux collaborateurs (dans des conditions satisfaisantes par rapport aux normes en vigueur dans l’entreprise)
  2. créer des passerelles avec le système d’information et les applications métiers (pour éviter la double saisie ou le traitement manuel)

Bref, concilier les deux demande de la patience (pour être prêt, au risque de se faire doubler par un concurrent) et de la coordination (pour que tous les métiers suivent le même objectif). Et quand on manque de l’un ou de l’autre, cela crée des situations comme celle décrite ici : Second life et les effets d’annonce ou la réalité du v-recrutement.

MAJ : Droit de réponse de BNP Paribas.

Cette opération n’est pas une opération purement marketing, c’est une première expérience de l’utilisation de Second Life comme canal supplémentaire de recrutement bien réel. BNP Paribas est une entreprise en pleine croissance qui a un fort besoin de recruter.

Nous avons mobilisé pour cet évènement 6 chargés de recrutement, 2 collaborateurs de nos services informatiques, 1 webmaster formé à Second Life. Plus de 400 CV ont été traités par les chargés de recrutement BNP Paribas qui ont procédé à une pré-sélection comme lors de processus de recrutement traditionnels. Nous avons fixé à ce jour plus de 60 entretiens individuels pour l’évènement Second Life. Nous vous rappelons qu’il s’agit d’une opération recrutement destinée aux professionnels des systèmes informatiques et par conséquent, seuls les profils correspondants à nos besoins actuels ont été sélectionnés. Les personnes non sélectionnées sont par ailleurs invitées à visiter l’espace recrutement où elles auront accès à des informations utiles sur le recrutement groupe.

Par ailleurs, il n’y a pas de « session de groupe ». Sans doute une méprise. Deux séances de « chat » sont organisées, en complément des entretiens individuels, avec des spécialistes de l’informatique qui répondront aux questions des visiteurs dans l’auditorium. Il ne s’agit pas de sessions de recrutement mais bien d’échange d’information.

Cela dit, nous sommes ouverts à toute critique constructive permettant d’améliorer notre dispositif Second Life.

Voilà, l’affaire est close.

Un commentaire sur “Second Life et les effets d’annonce…

  1. Le recrutement « de groupe » est un classique chez BNP Paribas : façon « loft », on enferme des candidats dans une pièce, on leur soumet un cas managérial à étudier (un projet à mettre en oeuvre le plus souvent), et on observe les comportements de chacun. Le choix se fait sur les prises d’initiative, les capacités à animer une équipe et à la mettre « en ordre de bataille » autant que sur la réflexion ou les capacités intellectuelles. Ca avait déjà un côté « Big brother », mais dans un environnement virtuel ça devient carrément « cyber-glauque ».

  2. Bonjour, Je me permet de répondre à votre post au nom de l’équipe BNP Paribas chargée d’organiser cet évènement. En effet, ce que nous lisons ne nous parait pas refléter la réalité. Nous espérons que ces informations supplémentaires vous seront utiles. Cette opération n’est pas une opération purement marketing, c’est une première expérience de l’utilisation de Second Life comme canal supplémentaire de recrutement bien réel. BNP Paribas est une entreprise en pleine croissance qui a un fort besoin de recruter. Nous avons mobilisé pour cet évènement 6 chargés de recrutement, 2 collaborateurs de nos services informatiques, 1 webmaster formé à Second Life. Plus de 400 CV ont été traités par les chargés de recrutement BNP Paribas qui ont procédé à une pré-sélection comme lors de process de recrutement traditionnels. Nous avons fixé à ce jour plus de 60 entretiens « one to one » pour l’évènement Second Life. Nous vous rappelons qu’il s’agit d’une opération recrutement destinée aux professionnels des systèmes informatiques et par conséquent, seuls les profils correspondants à nos besoins actuels ont été sélectionnés. Les personnes non sélectionnées sont par ailleurs invitées à visiter l’espace recrutement où elles auront accès à des informations utiles sur le recrutement groupe. Par ailleurs, il n’y a pas de « session de groupe ». Sans doute une méprise. Deux séances de « chat » sont organisées, en complément des entretiens « one to one », avec des spécialistes de l’informatique qui répondront aux questions des visiteurs dans l’auditorium. Il ne s’agit pas de sessions de recrutement mais bien d’échange d’information. Cela dit, nous sommes ouverts à toute critique constructive permettant d’améliorer notre dispositif Second Life. Je reste à votre disposition pour toute question. Alain GIOANNI BNP Paribas CPG Internet et Nouvelles technologies Directeur de Projet alain.gioanni@bnpparibas.com

  3. « Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher » disait Blaise Pascal. Dans cette optique je ne peux t’en vouloir de poster des billets de cet ordre … Mais plus j’en découvre … plus je me dis que ce qui intéresse un bloggeur en quête de reconnaissance c’est de générer du buzz et des débats dit familièrement « de comptoir » fondés sur des informations dont on doute souvent de la véracité et dont la source n’est que très rarement jugée … C’est attristant.

  4. Et moi ce que je trouve attristant c’est de laisser des commentaires anonymes comme celui-là. Tu dis découvrir la blogosphère, peut-être avant de critiquer devrais-tu découvrir mes archives qui témoignent de l’intérêt que je porte aux univers virtuels pour te rendre compte que ce sujet me tiens particulièrement à coeur, certainement un peu trop car j’ai tendance à m’emballer comme hier soir… /Fred

  5. Comme les trackbacks sont fermés, je me permets d’apporter un commentaire. Un petit tour d’horizon des univers virtuels avec son Top 10 par GigaOm et une petite analyse de l’action de Lancôme à travers Second Life et l’UGC (certainement un bon cas d’école de ce qu’il ne faut plus faire) : http://tinyurl.com/yogf5d R. PS pour Fred C. : pourquoi encore parler de SL sur Virtual Paris 2007 alors que tu n’as plus confiance dans cette plateforme ?

  6. http://www.gameblog.fr/podcast_13_podcast-n-12-la-montee-des-mmorpg Et faites glisser le curseur au-dessus de la fin du mot « télécharger ». Je suis tout-à-fait de leur avis : Second Life c’est du buzz, c’est du vent. C’est naze. Actuellement, ceux qui essayent encore de faire parler d’eux en faisant « quelque chose » sur second life ont plutôt tendance à passer pour des ringards. Comment Fred peut-il écrire {{les informaticiens s’arrachent les cheveux pour viabiliser ce nouvel environnement dans un système d’information existant. Comprenez par là :

      1. ouvrir l'accès aux collaborateurs (dans des conditions satisfaisantes par rapport aux normes en vigueur dans l'entreprise)   2. créer des passerelles avec le système d'information et les applications métiers (pour éviter la double saisie ou le traitement manuel)}}

    Mais aucune boite sensée n’en a rien à fiche ! C’est une perte de temps et donc d’argent. Ca n’a rien de bon pour la productivité. Le seul avantage, c’est les éventuelles retombées médiatiques des évènements qu’on crée autour, et encore… Intox, intox et re-intox. Allez voir la page sur Wikipédia, c’est tellement gros, ça se voit tellement que c’est une pub… Puis allez voir la home de second life, la ligne « online now ». En ce moment c’est 37.000 et des brouettes, c’est minable. 7,5 millions de comptes. Mais combien de comptes par personne, et combien d’inactifs ? Je l’ai installé, tout le monde autour de moi l’a installé « pour voir », puis l’a désinstallé. Parce que de toute façon, ça ne nuos intéressait pas vraiment. Et puis comparons avec World of Warcraft : 8,5 millions d’abonnés actifs qui payent tous les mois. Quant à la « réponse de la BNP » (est-ce une vraie, d’ailleurs ?) « Cette opération n’est pas une opération purement marketing, c’est une première expérience de l’utilisation de Second Life comme canal supplémentaire de recrutement bien réel. » Si ça c’est pas nous prendre pour des neuneus… Quelle société serait prête à organiser un truc aussi lourd, engager autant de frais pour piocher dans un panel aussi restreint de la population ? Et pourquoi en a t’on autant entendu parler ? Tout était fait pour se faire une image hype, éventuellement recruter mais à la limite, c’était accessoire, faut arrêter, là…

  7. Moi je dis « GO Fred!!! » continus tes billets sur Second Life parce que personellement tes analyses m’aident pour mon memoire ;-P Joey> Comparer SL et WoW n’est pas vraiment pertinent… On ne compare pas un « univers virtuel » (et non pas un jeux) avec un Jeux de role massivement multi-joueurs. Ceux qui installent Second Life « pour essayer » en se disant que ca peut etre marrant, vous risquez bien evidement d’etre decus… Il n’y a rien de plus a faire dans Second Life que dans la vraie vie si vous n’y allez pas avec un but. Il faut plus apprehender SL comme un outil collaboratif qui reste encore a perfectionner. Je me trouve pour ma part a Shanghai et j’ai passe un entretien virtuel avec Capgemini qui m’ont ensuite fixe une date d’entretien bien reel… Alors j’ai envie de dire que SL, ce n’est pas si mal :-p

  8. Si on ne sent pas SL, si on ne reconnait pas SL comme un nouvel outil d’inter-communication alors la meilleure solution c’est de ne pas laisser de commentaires! Les mails négatifs sont acceptables, mais j’émets un doute sur ceux cyniques. Anyway… Je suis OK avec les univers virtuels dont SL pour différentes raisons. Leur utilités, la subtilité qu’ils apportent dans l’inter-communication est évidente et les recrutements en ligne sont, je pense, légitimes et sensés. Je trouve même que SL se porte bien, car, tout en étant dans un état « pré-historique », et avec son buzz fané, il attire encore pas mal de gens et sociétés intéressantes. Merci et restons constructifs.

  9. @ Romain > Non non, je pense que tu interprète mal mes propos. Je n’y croyais plus il y a qq mois (en fonction du contexte de l’époque). Depuis, SL a beaucoup évolué et le meilleur reste à venir. Si je suis très critique en ce moment c’est parce que je suis en train de me documenter sur tout es les alternatives à SL et il y en a des très d’intéressantes (quoi que très différentes). Donc en 1 mot comme en 100, SL n’est pas mort, loin de là et je prépare un petit billet sur le sujet. @ Joey > Pour ton information, près de 5 million d’utilisateurs de WoW sont des chinois qui payent à la minute car le gouvernement leur interdit d’y jouer plus de 3heures par mois. Donc en fait il n’y a pas plus de 4 M d’abonnés. @ Shikra > Merci, un peu d’enthousiasme ça fait du bien. /Fred

  10. @joey : « Si ça c’est pas nous prendre pour des neuneus… Quelle société serait prête à organiser un truc aussi lourd, engager autant de frais pour piocher dans un panel aussi restreint de la population ? » Je ne sais pas pour BNP, et je ne veux pas parler en leur nom mais en ce qui me concerne, pour avoir organisé l’évènement recrutement qui a rassemblé Alstom, Areva, Capgemini, L’Oréal et Unilog la semaine dernière, je peux dire que c’était tout sauf prendre les gens pour des « neuneus ». Je comprends que ça n’en interesse pas certains … je comprends qu’on puisse trouver l’outil anecdotique, gadget, marketing … Maintenant la réalité c’est que ces entreprises ont reçu enormément de candidatures pour participer à des entretiens, qu’elles ont rencontré beaucoup de candidats et qu’elles comptent bien en recruter un maximum car elles ont des objectifs de recrutements forts … Est ce que c’est de la pub ? Oui … de la pub de recrutement, un manière d’en recruter certains et de faire savoir aux autres qu’elles recrutent … Quant à « piocher dans un panel aussi restreint de la population » … ça n’a tout simplement pas de sens … Ca reviendrait à dire « je ne veux pas organiser un salon au CNIT parcequ’il n’y a pas assez d’habitants à Courbevoie »

  11. Perso, tes posts (Fred) sur Second Life ne m’intéressent plus. Ca tourne au pathétique cette histoire: un univers déjà en perte de vitesse, un buzz en fin de vie, quelques fanatiques qui s’y accrochent encore. C’est dommage que tu fasses partie des gens connus qui s’entêtent à relater des non-infos sur ce sujet. Ca ne fait que retarder le jour où tout le monde aura avancé en oubliant Second Life. Second Life, ça sera un peu pour les univers virtuels le « Nice People de la télé-réalité » (je dépose le copyright pour la citation). Fred, parle-nous plutôt d’utilisabilité. Là, t’es bon!

  12. @Fred C. : SL me semble une coquille vide qui fait son chant du cygne avant de périr étouffé par l’apparition d’une « version 2 » de cette plateforme qui fut l’innovation incarnée à une certaine époque, je parle de Home de la PS3 (enfin si la PS3 se vend aussi bien que les autres version de la console, ce qui est possible malgré les mauvaises ventes en ce moment). Mais bien que IBM ait misé $10 millions (si je ne me trompe pas) sur SL (en développement propriétaire sur la plateforme, pas une injection d’argent dans Linden Labs), il n’en reste pas moins vrai qu’une unique entité pour gérer ce qui aurait pu devenir un nouveau moyen de navigation n’est pas possible. A moins que Linden Labs ouvre son code … et encore que l’intérêt des consommateurs est mort (7,4% de taux de rétention, c’est tout de même mineur, surtout quand cela représente plus de 6 millions de personnes qui sont parties, et qui ne reviendront pas). En tout cas j’attends avec impatience d’en discuter avec toi durant le prochain Yulbiz :) R.

  13. Non, non et non. Détrompez-vous, SL n’est pas mort, loin de là. Je suis en traind e préparer un billet sur ce sujet (peut-être en fin de semaine). /Fred

  14. Y’a encore plus naïf dans l’analyse… pour moi C’est peut-être aussi une manière d’orienter des flux, de segmenter et de se différencier… tant au niveau de l’émetteur que du récepteur… notamment pour les leaders d’opinion… bon ok « opinion leaders » ça fait mieux… fait un salon étudiant B+5 et tu verras les files d’attentes de 3 à 4 h sur certains stands vs d’autres tout vide… espoir, énergie, talent, engagement, réalisation … voilà ce que permet de réaliser ces nouveaux territoires d’expression cf l’article fait sur B-R-Ent http://b-r-ent.com/news/web-2-0-cgc-apres-bnpp-hsbc-sg-voici-la-caisse-d-epargne-sur-sl#comment_3 ou encore http://nano-marketing.viabloga.com/news/nnp-goes-on-with-mobile-phone-access-into-sl-with-comverse pour comprendre les enjeux avec le média téléphone portable ou encore le blog d’Accenture sur ces expériences Second Life… C’est moins Second Life que les univers virtuels et l’immersion en 3D qui sont stratégiques notamment pour la virtualisation des actifs des entreprises… cf les annonces de Dassaults avec IBM ou encore Microsoft… anyhow les passerelles entre blogosphère, web 2.0, 3D et mondialisation de l’économie sont évidents dans le dernier article de Business Week « Children of the Web » ! Cheers, Gil

  15. revgi> Je ne vois aucun rapport entre l’annonce Dassault/IBM et les mondes virtuels. L’intérêt du partenariat dont tu parles, c’est que c’est un outil qui sert à quelque chose car il colle au monde réel. Quant aux autres lien, c’est exactement ce que je (et d’autres ici) reproche : pour le premier, la pub dans SL est faite pour générer des articles et donc essayer de gagner en exposition gratuite (articles générés par les journalistes qui pensent que ça mérite d’être relayé ou en manque de sujet, liens par les inconditionnels de SL qui pensent que c’est être « in »). Mais ça ne peut marcher que parce que c’est nouveau, tout l’intérêt sera bientôt perdu. Même l’image hi-tech de Second Life a quasi disparu. Un jour un type a vendu son front comme espace pub. On en a parlé. Les suivants, on en a beaucoup moins entendu parler. Idem pour la $1M Home Page : les clones n’ont pas eu de succès. Quand le buzz sera enfin fini, on commencera à juger les opérations sur SL pour ce qu’elles génèrent DANS SL, et pas avec tout ce buzz gratos. On verra à ce moment-là s’il y aura encore beaucoup d’entreprises pour aller sur SL. Quant au deuxième article franchement je préfère ne rien dire pour éviter d’être trop féroce.

  16. Joey > Merci d’avoir fait l’effort de lire les 2 références que j’avais proposées. Je ne cherche pas à convaincre mais à être factuel sur ce qui s’y passe, et sur comment ça impacte déjà notre univers de travail. Il est clair que les composantes « branding » et « notoriété » existent et sont un moteur dans le bouzin. Leur exploitation peut même faire sourire comme certaines pub à la télé (média de masse qui draine des milliards de dollars à l’échelle de la planette) avec la fameuse trace noire sur le front suivi de « c’est pas écrit la poste » comme certains « people » ont accepté de le faire pour gagner leur vie… ;-) Plus sérieusement, j’espère avoir l’occasion de te rencontrer, peut-être d’ailleurs étais-tu hier soir au http://lesaperosdujeudi.com/ mais il faut vraiment voir qu’il y a des process métiers qui sont stratégiquement impactés notamment avec les outils de virtualisation comme les Virtual Rooms… Je ne peux pas tout te dire mais on est dans l’industriel lourd comme dans le partenariat IBM Dassault, et, SL en est un des territoires d’expérimentation et de réalisations concrètes. Les cas touchent pratiquement toutes les industries et formes organisationnelles (entreprises, ambassades, ministères, collectivités locales, enseignement etc.) et toutes les régions géographiques de notre petit monde. Alors permets-moi une petite dernière du « proof of concept » que nous avons montée avec Stephane ZugZwang pour le lancement d’une carte prépayée sur SL: c’est un process qui aurait pris au moins 2 bonnes années dans la real life (ne serait-ce que pour passer tous les niveaux décisionnels et SI associés au lancement d’un tel produit financier from scratch): le concept packagé avec l’article sur NNM nous a pris 2 jours « just in time » pour le lancement du livre de Brice Auckenthaler sur « l’imagination collective »! Tu apprécieras la pertinence du titre avec l’aventure des mondes virtuels dont SL: http://nano-marketing.viabloga.com/news/1st-prepaid-card-on-second-life-secures-your-second-life Y’a du « garbage » et toutes ces activités de virtualisation et d’expériences virtuelles ne viendront jamais en substitution de la vraie vie mais ce sont des canaux et des niveaux de complexité avec lesquels il faut aussi être capable de composer pour bien en appréhender les usages et l’utilité dans l’entreprise. A chacune son timing et son rythme intégration ou de rejet d’ailleurs… Dans mon boulot la question que je me pose souvent c’est pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple… et bien le champs des possibles dans les univers virtuels peut nous exhonorer de bien des contraintes… culturelles, physiques, matérielles, financières et humaines (dont les jeux politiques de pouvoir) dans un contexte au demeurant bien précis. L’écosystème d’un monde virtuel s’organise et reflète les valeurs de ceux qui le fréquente et s’y investissent… cf l’univers de IMVU (Instant Messanging Virtual Universe créé en 2004) avec plus de 10 millions de membres… Le milieu de l’entreprise peut trouver de l’utilité économique à ces outils dont l’usage est adapté à un contexte métier comme c’est le cas des blogs et moblogs sur skyblogs: le prix INTRABLOG sur BRENT l’a clairement illustré avec des cas d’école impressionnants. Let keep in touch. Cheers, Gil

Laisser un commentaire