Twitter au cœur de la révolution des médias sociaux ?

Voilà plus d’un an que j’ai commencé à vous parler de Twitter, une année riche pour ce service qui intrigue autant qu’il passionne et qui reste une valeur sûr dans cette profusion de nouveaux médias sociaux. Pour celles et ceux qui ont raté le coche, il est encore largement temps de prendre le train en marche : Twitter in Plain English.

Pourquoi un tel engouement ? Peut-être parce que ce service à priori simpliste se révèle être une authentique pépite : un catalyseur de pratiques sociales de nouvelle génération. De nouvelle génération ? Oui tout à fait, des pratiques plus spontanées, plus informelles, avec d’avantage de proximité mais paradoxalement moins d’intrusion et de pollution. Nouvelle génération ensuite car il se passe des choses merveilleuses sur Twitter (à l’image de cette demande en mariage : Did We Just Witness a Twitter Marriage Proposal?) et que personne n’est encore tout à fait d’accord sur les raisons du succès (The secret to Twitter, The secret to Twitter, part II et A Twitter Primer), la preuve que le concept n’a pas encore dévoilé tout son potentiel.

Nouvelle génération enfin car il faut bien reconnaitre que les réseaux sociaux tels que nous les connaissons commencent sérieusement à s’essouffler (Twitter is The New Facebook). Dernière preuve en date : le rachat de Bebo par AOL (AOL + Bebo = Still No Market Differentiation), un flagrant constat d’échec de la part d’un portail à bout de souffle qui jette son dévolue sur une proie facile. Reconnaissez-le : si les réseaux sociaux n’intéressent pas les fonds d’investissement c’est qu’il y a un réel problème de modèle économique, seuls les portails y trouvent leur compte en achetant de l’audience au prix fort.

En fait c’est une longue discussion avec Dan Berte qui m’a fait ouvrir les yeux et redécouvrir ce service sous un nouvel angle. Twitter est en quelque sorte la CB du web : un pseudo-réseau social informel qui se développe et évolue au hasard des rencontres. Les messages y sont brefs et sincères, on s’échange des tuyaux, on demande des conseils, on raconte son quotidien à qui veut bien vous suivre, le tout en tâche de fond. N’y voyez pas une quelconque évolution de l’email ou de la messagerie instantanée, c’est simplement une nouvelle forme d’expression et d’interaction sociale (la CB remplace-t-elle le téléphone ?).

La force de Twitter réside dans sa capacité à n’intéresser à priori personne mais au final beaucoup de monde. C’est très certainement le format extrêmement court des messages (moins de 140 caractères) qui assure le succès de ce service : il force les utilisateurs à être concis dans leurs messages qui du coup ne perturbent pas trop l’attention des lecteurs.

Idéal pour faire la couverture d’évènements en live (cf. Twitter crowd goes bananas at SXSW), les twitteurs sont comme des témoins quasi-anonymes qui trouvent également leur place dans un contexte marchand (Shopalize) ou d’entreprise (cf. The Beauty, Secrets and Utility of Twitter for Business et How companies connect using Twitter). Il existe ainsi des sur-couches applicatives permettant d’étendre les capacités de Twitter comme ce service d’aggrégation et de création de groupes : TweetPeek.

L’activité sociale des réseaux de twitteurs est bien plus développées que vous ne l’imaginez : il se passe réellement quelque chose durant ces échanges éphémères où votre prochain n’est jamais très loin. Il vous suffit alors de solliciter vos followers pour obtenir une réponse quasi-instantanée (voir à ce sujet Shouldi, un service à mi-chemin entre Twitter et Yahoo! Answers).

Les deux exemples de déclinaisons précédemment cités illustrent le grand paradoxe de Twitter : un outil incroyablement minimaliste qui est pourtant capable d’orchestrer des relations sociales bien plus complexes que ne le font les réseaux sociaux traditionnels (oui c’est bien de Facebook dont je parle).

Au final on en vient à se demander pourquoi il n’existe que si peu de concurrents à Twitter, et surtout pourquoi Google ne parvient pas à faire quelque chose d’intéressant après le rachat de DodgeBall et Jaiku (deux services proches).

Je me lancerais bien dans une petite prédiction : le rachat de Twitter par Yahoo!. Cela pourrait faire du sens : compléter une gamme de services « 2.0 » très large (MyBlogLog, FlickR, del.icio.us, Buzz) et faire le pont avec des services encore plus avant-gardistes (Yahoo! Live). Alors, vous y croyez ?

46 commentaires sur “Twitter au cœur de la révolution des médias sociaux ?

  1. Je pense que twitter n’intéresse qu’une infime fraction de la population (une partie des geeks). Si cela attirait la ménagère, j’aurai foi en ce service, mais là, c’est une niche qui est trop limitée pour représenter un avenir économique radieux.

    A la limite si des stars s’y collent…

  2. Si twitter est une CB alors il ne touchera qu’une partie de la population et je parie que ce sera ceux qui adorent être hyper connectés. La CB ne remplace pas le téléphone mais le téléphone rend son usage confidentiel. Si twitter devait avoir autant de succès que les SMS alors il faudrait peut être penser à toucher les jeunes, qui sont assez friand de ce genre d’outil mais bizarrement ça ne perse pas plus que ça pour le moment… j’ai l’impression que comme d’hab les gens ne sont juste pas au courant (je parle de la masse, ceux qui font vivre un truc quand ils sont plusieurs dizaines de millions…)

    Sinon il y a un truc qui me choque dans tes propos c’est lorsque tu dis que les réseaux sociaux tels que nous les connaissons commencent sérieusement à s’essouffler je te trouve un peu radical. Ning cartonne (pas forcément en France), Linkedin se porte très bien (ils ont même noué un partenariat avec l’APEC en France), Myspace ne fléchit pas tant que ça.

    Et pour Facebook c’est un peu comme l’état de grâce présidentiel. Tout le monde c’est réveillé, a compris que ce n’était pas LE réseau pas excellence, qu’il y avait des lacunes, que oui Myspace domine toujours le marché et pire que tout, que les bannières ne cliques pas et que pour rentrer une marque a beaucoup, beaucoup de mal…

  3. @ Nenelle > Oui effectivement, mais je te rappelle tout de même que tu es sûr un blog BtoB dont l’objectif est de faire de l’analyse et de la prospective. Donc si mes propos te semblent « choquant » ou déconnectés de la réalité, c’est normal puisque je me positionne en avance de phase.

    /Dred

  4. Je ne voulais pas être désobligeant, ce n’est pas du tout dans mon caractère. Mais même si j’ai bien compris le caractère de ton blog, je me permettais de dire que ta phrase relevé plus d’une analyse que d’une prospective (tu sembles annoncer un état de fait, plutôt que de prédire quelque chose.)

    Hors l’état de l’art c’est plutôt que les réseaux se portent plutôt pas mal même si certains s’essoufflent rapidement (comme Facebook comme tu le fais remarquer très justement). Les réseaux sociaux, il faut juste qu’il passe à la vitesse supérieure : aller au delà de la simple connexion entre les gens ou de la page perso, apporter du contenu, de vrais expériences avec des marques (comme des « clubs » participatif – comme celui de Dell ou de Starbucks – qui marche en stand alone mais qui aurait dû être proposé par un des grands réseaux sociaux – cette idée n’est pas neuve c’est juste un exemple – ou se rapprocher d’organisme nationaux, comme l’a fait Linkedin avec l’Apec).

  5. Le déploiement auprès du grand public réside peut-être en partie dans l’idée judicieuse de Cobolian suggérant que « les stars s’y mettent » ; – )))
    Après la télé-réalité mettant en scène des people dans leur vie privée (expériences faites avec Eve Angeli, Joey Starr, Francis Lalanne en france mais aussi aux USA : Ozzy Osbourne dans « The Osbournes », Anna Nicole Smith dans le « Anna Nicole Show »), on peut imaginer qu’un twitter alimenté par une star (voire le jeune talent prometteur participant à une émission de télé-réalité musicale) rencontrerait un succès gigantesque. Quel meilleur moyen pour un fan d’avoir l’impression de « suivre » littéralement sa star préférée…

  6. 100% d’accord avec William, j’utilise twitter pour organiser des activités +-improvisées avec un groupe d’amis (twitter). Un service de multi-sms gratuit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s