Révélation exclusive : bloguer n’est pas mon métier

Voilà un petit bout de temps que je réfléchis à écrire ce billet de mise au point sur mon statut et surtout sur mon quotidien professionnel. Car au vu des messages et nombreuses sollicitations que je reçois, il doit y avoir une confusion sur mon activité professionnelle principale.

Voici donc une révélation exclusive : Je ne suis pas blogueur mais consultant, je gagne ma vie en vendant des prestations de conseil et de formation.

Aussi surprenant que cela puisse vous paraître, je ne gagne rien avec mes blogs, ce sont des outils de travail qui me permettent d’acquérir de la visibilité et de partager mes idées. Cette activité de blog m’occupe 3 à 4 heures par jour depuis 5 ans, et pour rentabiliser cette veille intensive, je propose mon expertise sous différentes formes :

  • Des missions de conseil (benchmark concurrentiel, audit de faisabilité, stratégie communautaire…) ;
  • Des missions de conception (arborescence, cas d’utilisation, parcours-client, storyboard…) et de refonte ergonomique ;
  • Des missions d’évangélisation (formation, séminaire interne, conférence…).

Dans tous les cas de figure, ces prestations sont facturées. Et oui, le monde professionnel est ainsi fait et il faut bien vivre. Le principe d’un consultant, c’est qu’il se rémunère en mettant à disposition son expertise, c’est en quelque sorte son modèle économique à lui.

Mon fond de commerce à moi est de conseiller et d’accompagner les entreprises, toutes les entreprises : les grands comptes, les PME, les startups, les agences… J’ai fait le choix de partager une partie de mon expertise sur mes blogs pour en faire ma vitrine professionnelle, tout ceci étant gratuit et sans publicité. Mais la finalité (et vous vous en doutez bien) c’est de réaliser des missions, de séduire des clients.

Or je constate depuis ces derniers mois la tendance très désagréable de voir ma casquette de blogueur éclipser le reste de mon activité. A écouter et lire ce qui se dit j’ai vraiment l’impression de ne plus être qu’un blogueur, le type sympa a qui l’on peut tout demander, celui que l’on tutoie, celui qui doit toujours être disponible pour une interview, un avis ou une conférence.

Donc pour résumer : je suis avant tout consultant indépendant, c’est mon métier. Bloguer n’est qu’une activité para-professionnelle.

Pour en savoir plus sur ce que je propose, je vous invite à consulter cette page : Mon offre.

Voilà, j’espère que le message est passé et qu’il n’y aura plus d’ambigüité sur mes motivations et sur mon statut.

37 commentaires sur “Révélation exclusive : bloguer n’est pas mon métier

  1. Complètement d’accord, et toute ma solidarité de consultant qui blogue aussi dans son coin car ce serait dommage que toutes ces idées qui bouillonnent restent en vase clos.

  2. En fait, j’dirais que c’est – un peu – de ta faute ; tu nous parle trés trés trés rarement de ton travail bien que certains de tes articles en sont surement inspirés, non ?

    Donc je te suggère de faire plus de petites et discrètes allusions dans tes articles du genre ; « En étudiant le projet de … » , « en cherchant des infos sur … pour … », etc. Et quelques Twitt de tes activités pro ;o)

    NB: c’est pas clair sur ta LiFE, si j’supprime la bio, çà sera celle de MyBlogLog qui l’a remplacera… J’supprime ou tu m’envoie mieux ?

  3. Quoi que tu fasse tu auras toujours des gens pour venir te demander des conseils ou des services gratuits, c’est la vie. Savoir dire non gentiment, c’est la vie aussi ;-).

  4. Je pense que je vais faire un copier/coller de ton article pour le publier sur mon Blog ;).
    Quand je vois le ton de certains commentaires ou mail que je reçois…

  5. Héhé… Les gens ne se rendent pas compte du temps qu’on passe devant nos écrans. Mon métier est différent, mais ça reste du web. Hier, je me faisais la réflexion, et si on retire l’expérience et l’expertise, en fait, on vend du temps humain.

    Mon dernier site m’a pris deux mois pleins en développement, de A à Z… Mais bon, on peut se dire qu’on fait un beau métier… intéressant, captivant même.

  6. Frédéric Cavazza serait-il Frédéric Cavazza sans son blog ?

    La crédibilité et la visibilité permettent de « mieux » vendre du conseil. Le blog permet de confronter la veille et les idées et de profiter d’autres retours d’expérience.

    Si le conseil est le coeur de ton métier, ton blog est une partie de ton dispositif de communication, donc tu ne peux pas demander non plus au gens d’oublier que l’auteur du blog et le consultant sont la même personne.

    Concernant la monétisation (il faudra qu’on m’explique comment Fred pourrait monétiser son blog en l’état -> pas de posts sponsorisés, pas de bannière…), les gens doivent comprendre qu’un blog c’est plutôt l’inverse pour un consultant : un investissement/coût sur lequel on espère un R.O.I. en termes de missions apportées. Quand on blogue, on ne fait pas de mission, donc il faut le faire en intelligence.

    Dernier point, je n’oublie pas non plus qu’on blogue pour un tas d’autres raisons, notamment le plaisir, mais bon, il faut rester un lecteur attentif et ma première démarche, quand je découvre un blog et de comprendre qui est l’auteur et quel est son intérêt à bloguer. L’information est traitée avec un certain nombre de biais (professionnel, culturel, économique…) et de limites (compétences, expériences…).

  7. Le beurre et l’argent du beurre.

    Comme le souligne François, il y aura toujours des gens pour venir demander un coup de main ou un conseil gratuit, je reçois des demandes à peu près tous les jours.

    Je suis un peu dur en utilisant l’expression « le beurre et l’argent du beurre » mais il y a un moment ou il faut assumer son statut d’entrepreneur blogueur utilisant son blog comme principal outil de communication et de prospection passive ou alors on repasse au bon vieux modèle de al prospection à la papa.

    Si tu as des demandes, même farfelues, c’est que ton pari est gagné, tu as obtenu de la visibilité, ces demandes ne sont qu’un effet de bord inévitable.

    Ce n’est pas que le fait que tu sois blogueur qui créé la confusion, tous les canaux de communication qui donnent de la visibilité y contribuent. Un exemple, je reçois en moyenne une fois par semaine un appel d’une personne qui désire acheter un ordinateur et qui veut des conseils… je ne vend pas d’ordinateurs, c’est juste ma classification via mon code APE dans les pages jaunes qui me créé ces contacts et les gens ne comprennent pas forcément quand je leur réponds que non, je ne peux rien pour eux.

    Concernant les demandes d’aide ou de conseil faites par des lecteurs de mon blog (ou simple visite suite à une requête gooogle je les classe en trois catégories :

    La demande lourde « des fois que » – La je réponds que c’est avec plaisir que je prendrai un rendez-vous pour parler du projet et que ma base de facturation minimum est de tant. En général il n’y a pas de suites.

    La demande « au secours » – Si les formes sont mises (politesse) et que la demande de coup de main n’est pas abusive (les gens ne se rendent pas forcément compte de la complexité de leur question) j’essaie d’y répondre rapidement et sincèrement. J’ai obtenu un client l’année dernière grâce à ça. La personne avait apprécié mon sérieux et le fait que je ne la snob pas et quand un patron dans son entourage a eu un projet de site et lui en a parlé, elle l’a renvoyé vers moi.

    La demande « cas d’école » – Une demande d’aide ou une question posant une problématique intéressante : j’en fais un billet.

    Un blogant « technique » et en partageant ses connaissances, on se créé une image, et c’est aussi en étant fidèle à cette image, même hors du blog que l’on assure son statut « expert ».

  8. Heu, c’est quoi le tarif pour demander par mail ton opinion sur le métier de assistant MOE/MAE ?

    Ou alors j’échange contre 200 pépettes sur Chapatiz :o) .oO(la v2 est orientée social-network, au fait)

  9. Je comprends ton besoin de faire cette mise au point. Et je trouve d’ailleurs cette initiative fort intéressante, car elle montre que le concept même de blogueur évolue. Au début des années 2000, on considérait le blog comme un outil de partage (publication simplifiée et accessible à tous). Puis, on a vendu l’idée que le blog était un outil d’animation de communautés. Pour finalement découvrir qu’il s’agit simplement d’un outil d’expression, qui ne sert qu’à la promotion personnelle ou collective d’une organisation.
    En revanche, je pense que ce qui explique cette confusion, c’est le fait que tu es capable de produire un billet par jour si ce n’est plus et que tu lances tous les 3 mois un nouveau blog ou un nouveau support (twitter, seesmic, …). Et tout cela demande du temps. Beaucoup de temps. Donc on peut à un moment croire que tu ne fais que çà.
    Félicitations quand même pour ton travail.

  10. On trouve toujours des gens qui sont surpris lorsqu’ils demandent un travail / une fonction supplémentaire etc. et qu’on leur propose de leur faire un devis…

  11. Mais ce que les gens connaissent de toi, c’est le blog. C’est ton canal de communication, et c’est ce qui te définit, pour nous lecteur.
    Alors après, à toi d’adapter ton message pour nous montrer ce que tu veut que l’on voit de toi.

    Un bon exemple serait Jean-Marc Hardy de http://blog.60questions.net/. Il parle assez régulièrement de ses activités pro dans ses posts, et surtout affiche un bon gros call-to-action dans son menu gauche qui recadre les choses.

    Pour aller plus loin encore, il faudrait intégrer ton blog dans un site qui présente tes activités, et non pas l’inverse comme c’est le cas ici. Bon c’est peut être extrémiste comme solution.

  12. Aaaaaaaaaah voici revenir le fameux marronnier des blogueurs ! Chic, chic, je vais aller m’acheter un stock de pop corn, à coup sûr ce post va faire encore tâche d’huile et d’autres blogueurs vont encore faire leur coming out toussa. Chic, chic ! Vas y Fredo (je peux t’appeler Fredo puisque tu es un personnage public ?) ! Fais honneur à France Gall : Résiste !

    Des bisous.

  13. 3 à 4 heures par jour depuis 5 ans !!!
    Cette franchise me plait. Je me demandais depuis longtemps combien de temps passaient les bloggueurs à rédiger leurs articles.
    J’ai un blog personnel et je vois déjà le temps que cela me prend quelques fois par mois. Je me demandais si vous étiez des cyborgs ou si vous viviez dans un monde parallèle où les journées font plus de 24h.
    ;-)

    Ce n’est pas le cas.

    Chapeau bas en tout cas. Ton blog est d’une grande qualité; très certainement que ton expertise professionnelle doit l’être tout autant.

    Bon courage !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s