Un nouvel âge d’or pour les widgets

J’ai comme l’impression que le créneau des widgets est en pleine ébullition en ce moment :

Bref, les widgtes ont le vent en poupe, et ça Google l’a bien compris. Google ? Mais oui enfin : Google. Celui-là même qui propose un portail web (iGoogle) et une application  (Google Desktop) pour faire tourner tout un tas de widgets. Celui-là même qui est en train de finaliser une plateforme mobile compatible avec les widgets pour concurrencer l’iPhone (cf. Google’s Android: How Will it Compare to iPhone?). Et celui-là même qui a lancé une initiative terriblement maline : les widgets sociales (Google Friend Connect).

Car quand vous y réfléchissez bien, qu’est qu’un widget ? C’est l’opportunité de déporter votre contenu / service là où il y a du trafic. Traduction : plutôt que d’acheter des mots-clé pour faire venir du trafic sur votre site, vous déportez vos contenus sur des sites où il y a déjà du trafic (blogs, pages Myspace, profil Facebook…). C’est donc un moyen beaucoup plus rentable de toucher une large population avec un investissement limité et en plus un levier de viralité.

Conclusion : les widgets sont là pour durer, ils sont la matérialisation des nouvelles habitudes de consommation des internautes (micro-contenus pour micro-attention) et des annonceurs. Que se soit pour exporter des contenus / services (cf. Sprout Builder, un éditeur de widget en ligne et Sprout + Zlio = Craftly), pour aggréger et re-publier votre activité sociale (cf. LiFE2Front + Sprout = mEgo), pour viraliser autour d’une marque (cf. A Smart Social Media Play From… Coca-Cola? et Coke Rolls Out First Ad Widget on Joost) ou dans un contexte de mobilité (cf. L’avenir du mobile sera-t-il aux widgets ?).

La widgetisation du web est-elle en route ?

27 commentaires sur “Un nouvel âge d’or pour les widgets

  1. La widgetisation du web n’est pas un phénomène anodin : j’en veux pour preuve que même une industrie aussi « traditionnelle » que l’industrie pharma (pour laquelle je travaille) commence à produire des widgets pour déportabiliser leurs contenus et services auprès des professionnels de santé (population àa la pointe de l’innovation comme chacun le sait ;-)
    Roche, Wyeth, Sanofi-aventis entre autres…

    Mon blog sur les expériences d’un apprenti manager e-Marketing dans l’industrie pharma : http://www.managementetmoi.blogspot.com/

  2. ça fait des années qu’on entend que les widgets vont décoller et pourtant… à part pour les lecteurs de flux, j’ai l’impression que leur utilité ne convainc pas. Ca se comprend, il suffit de voir les widgets Vista ou Opera… ils font tous la même chose : lecteur de flux, horloge, twitter, meteo et.. (c’est presque) tout. Les widgets sont en effet là pour durer mais j’espère également qu’on ne va pas vers « une gadgetisation du web »

  3. Fred, aurais-tu raté Retaggr ? Leur widget se propose d’aggréger nos profils ET des pseudos-widgets* pour refléter notre identité… Et là, j’adoube !
    (*) pas flagrant, car seul Twitter est supporté actuellement.

  4. Ah ! La widgetisation du web ! Tout un phénomène mais ca va même plus loin que ca si on considère que l’essence même du widget c’est porter dans la sphere du privé, de l’intime, des services et des contenus, et ce dans une démarche de permission marketing: au départ, le widget investit mon bureau d’ordinateur, puis mon blog, puis mon netvibes ou igoogle, enfin mon facebook, mon iphone ou terminal de poche évolué… La prochaine étape est d’aller au delà du web ==> Investir les objets personnels du quotidien :le mobile ( c’est déjà le cas) , mon écran plasma mais aussi mon frigo , mon radio réveil, mon auto radio, mon GPS, etc… Pour forcer le trait, nabaztag, le lapin communiquant est un widget: il porte en lui des données digitales de type service météo, etc… Le off line devient interactif et le champs de la widgetisation peut s’y étendre …

  5. trop cool les widgets on peut avoir la météo et l’heure ouah c’est le web 4.0. ?

    Surcharger le web de tas de gadgets n’a à mon humble avis pas une bonne chose : restons simples mais efficaces.
    Sans parler des problèmes de sécurité et de responsabilité de contenu que cela entraîne.

  6. La widgetisation du web est-elle en route ? Oui !!! Si vous n’êtes pas convaincus regardez cette excellente présentation sur SlideShare (qui lui même offre des widgets…):
    Widget ecosystem and Widget economy:

    Les widgets ne servent pas juste a donner l’heure et la météo. Adsense a révolutionné la publicité en ligne. YouTube la vidéo en ligne.

    Le consommateur de widgets peut choisir de prendre un contenu et en laisser un autre de coté. Sa possibilité de choisir fait de lui un consom’acteur et un diffuseur/prescripteur. L’abondance de l’information crée une pénurie de l’attention. Dans ce contexte la prescription par les pairs et la personnalisation de l’expérience utilisateur vont avoir de plus en plus d’importance. Et les widgets aussi.

    Fred dit:
    « plutôt que d’acheter des mots-clé pour faire venir du trafic sur votre site, vous déportez vos contenus sur des sites où il y a déjà du trafic »

    Je rajouterai à cela:

    « plutôt que déporter votre contenu là ou il y a du trafic vous offrez un moyen à vos utilisateurs/fans de déporter votre contenu à votre place en de nombreux endroits ou votre contenu sera exposé à un trafic plus ciblé. »

    Je compile ici les usages de widgets par des artistes, si vous avez d’autres exemples ça m’intéresse:
    http://toc-arts.org/blog/tag/widget/

  7. Le boulot de toutes ces plateformes de widgets qui ont levé des fortunes est principalement de permettre la propagation de widgets commerciaux, cela s’appelle tout simplement de la pub et cela existe depuis bien longtemps avec tout le marché de l’affiliation. La page personnelle de réseau social est le site web du pauvre. Comme un site web majeur ou un blog elle peut contenir toutes sortes d’éléments physiquement externalisés dont certains peuvent rapporter un peu d’argent grâce au partage des revenus. En fin de compte rien de bien nouveau. Les widgets sont le truc à la mode et le buzz autour de ce marché est là pour sauver des boites comme Netvibes du néant où elles sombrent doucement ou faire de émerger de nouvelles startups que se vendront ensuite très cher à des Yahoo, Google, Microsoft, MySpace ou Facebook.

  8. @francois : a, enfin une vision qui s’eleve un peu! ;-)

    Oui, effectivement, les widgets on vocation, a mon avis, de s’integrer partout. Il s’agit pour nous de fournir a l’utilisateur une manière simple d’acceder a un service, ou au moins a une information synthetique sur ce service….

    Et je pense que l’on n’a pas fini de voir des widgets partout….

    @chgreugneugneu : justement, il s’agit plus d’une simplification que d’une surcharge….. seul l’infiormation reellement pertinente et remontée a l’utilisateur…

    http://www.webwag.com

  9. Belle analyse Fred,

    La réalité économique et marketing des widgets devient également palpable avec la multiplication des réseaux publicitaires et ce à l’heure ou les formats traditionnelles des baniéres ont tendance à s’essouffler … Avec les widgets, les annonceurs on enfin le moyen de créer du lien de façon intelligente et parfois utile …

    Je pense que les challenges des widgets résides à la fois dans la standardisation (entre les formats web, mobiles et de bureau) et le développement de l’ergonomie pour la syndication des modules …

    Un petit screencast pour la route pour expliquer les widgets à vos parents …
    http://www.mediaventilo.com/screencast-comprendre-les-widgets/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s