Pourquoi je suis contre Hadopi et pour la licence globale

Je suis volontairement resté très discret sur le débat autour du projet de loi « Création et internet » (ou Loi Hadopi) mais je souhaiterais tout de même apporter ma contribution à ce débat. Avant toute chose : Télécharger des oeuvres culturelles protégées c’est mal et répréhensible. Voilà, c’est dit.

Intéressons-nous maintenant au fond du problème : les complications techniques que cette approche de riposte graduée vont entraîner. Pour faire simple disons que la riposte graduée est techniquement trop complexe pour être mise en oeuvre dans de bonnes conditions, c’est à dire qui ne vont pas perturber le bon fonctionnement des fournisseurs d’accès à internet. Ceci est d’autant plus vrai qu’il existe de nombreux protocoles P2P avec des architectures toutes différentes (centralisée, semi-centralisée, décentralisée, via Usenet…).

Peut-être serait-il plus simple que les industriels du plastique (CD, DVD…) admettent qu’ils ont perdu la bataille et qu’ils mobilisent leurs forces pour la mise en place d’une licence globale qui semble être le meilleur compromis dont nous disposons (mes recherches sur le sujet ne sont pas exhaustives donc n’hésitez pas à argumenter mais pas de troll SVP).

Pour vous convaincre du fait que de toute façon la balle est dans le camp des utilisateurs (une communauté motivée arrive toujours à contourner les barrières, cf. le jailbreak de l’iPhone), je vous propose de découvrir cette application mobile qui permet de lancer le téléchargement d’une oeuvre en scannant un code barre avec votre téléphone : Torrent Droid Preview.

Le principe est tout simple :

  1. Lorsque vous êtes dans un magasin, vous prenez en photo le code barre d’une oeuvre (CD, DVD…) ;
  2. Le logiciel se charge de trouver le nom de l’oeuvre ;
  3. Il vous fournit la liste des fichiers disponibles sur les réseaux P2P ;
  4. Vous choisissez le fichier et lancez le téléchargement sur votre ordinateur (en vous servant de la console de contrôle à distance).

Démonstration en images :

torrentdroid0

torrentdroid1

torrentdroid2

torrentdroid3

torrentdroid4

Démonstration vidéo :

Est-ce que vous imaginez la même chose mais avec les mobiles tags sur les affiche de films ?

43 commentaires sur “Pourquoi je suis contre Hadopi et pour la licence globale

  1. Même avis, même constat.

    Comment lutter contre un système en roue libre comme internet ?

    A moins d’être le gouvernement chinois, il n’y aura jamais aucun moyen efficace de lutter contre le téléchargement illégal.

    Il faut réformer toutes les industries culturelles.

    J’aime bien citer cette anecdote dans ce débat :
    A l’époque (il y a 10 ans environ), quand on achetait un jeu PC, ça coûtait 300 Frs … on avait une boîte énorme, avec plein de goodies, le jeu avait une durée de vie de plusieurs mois de jeu.

    Maintenant, quand on achète la même chose, c’est 70 euros le jeu PC, c’est tout petit, et le jeu se fini en 5 heures.

    Alors évidemment, ils sont tous morts, et seuls les MMORPG, et quelques blockbusters survivents (GTA, FIFA, PES, etc.)

    Je serais volontier prêt à payer 15 euros/mois (en + de mon forfait internet) pour avoir accès à toute la production musicale/ludique/vidéo … et je pense qu’à court terme c’est la seule chose qui peut sauver leurs meubles …! Alors pourquoi elle ne se met pas en place cette license globale ?

  2. Le principal inconvénient de la licence globale est qu’elle fait payer ceux qui ne consomment pas, un peu comme la redevance tv et qu’elle risque fort de ne pas être suffisante pour financer la production cinématographique bien plus couteuse que la musique.

    Mais c’est évident que c’est celle qui est le plus adaptée au sens de l’histoire…

  3. « Télécharger des oeuvres culturelles c’est mal et répréhensible. Voilà, c’est dit. »

    C’est pour des oeuvres culturelles « protégées » dont on a pas acquis les droits que c’est mal. Si l’oeuvre est en Creative Commons ou libre, c’est très bien!

  4. « la riposte graduée est techniquement trop complexe pour être mise en oeuvre dans de bonnes conditions »

    Et la licence globale? Cela reviendrai à bureaucratiser le processus de redistribution aux ayants-droits et la chaîne de valeur de l’industrie entière.

    Je pense encore que passer d’un régime de droit exclusif à un régime de licence légale (pas globale) pour l’exploitation streaming des catalogues est une des solutions les plus logiques.

    Les barrières financières à l’entrée dues aux coûts d’acquisition des catalogues, aux avances sur royalties et aux miniums garantis sont des freins à l’innovation qui doivent être levés.

    Ces sujets sont plus amplement développés sur mon blog, faites-y un tour si ces sujets relatifs à l’industrie musicale vous intéressent ! :)

  5. Le problème de la licence globale, c’est la répartition des revenus entre les différents producteurs d’oeuvres culturelles il me semble.

    Je paie mes 15e mensuels et j’accède à tout Eagle of Death Metal, et c’est Obispo qui ramasse la grosse partie du paquet. Comment ça peut fonctionner ce genre de dispositif ?

  6. Je me demandais justement un truc. Le fait de donner raison aux grandes industries ne va t il pas les conforter dans leur ancrage préhistorique? Lorsqu’ils se sentaient en danger, ils évoluaient, ou pouvaient tenté des trucs. Maintenant qu’ils se sentent protéger, cela peut il nuire à des initiatives comme Deezer?

    Le véritable problème n’est pas vraiment la licence global ou non, c’est de trouver enfin un modèle économique viable. Straming video avec des pubs avant et après impossibles à passer (genre Allocine), publicité à la Deezer même si ça ressemblait plus à rien des fois (player customisé). Quand je vois les créateurs de South Park qui au début mettaient leurs oeuvres gratos sur le web, avec un zeste de pub, et qui ne peuvent en faire profiter que les states pour des raisons de distribution, tu te dis, y a un truc de pourrit. Ce sont eux les créateurs, et ils doivent subir la loi des distributeurs…

    Plutôt que de concentrer leurs efforts dans des lois idiotes, ils devraient plutôt trouver de nouveaux moyens de gagner des sous, et c’est pas en limitant Deezer, et en pourrissant d’autres sites qui tentent d’apporter des solutions viables (mais il faut du temps et le temps c’est de …) qu’ils sortiront de la crise.

    Le summum de la connerie, je pense, et si je ne dis pas de connerie et vue que j’en dit beaucoup on sait jamais, le dernier album ACDC qui apparemment n’existait pas en numérique. A l’époque où le balladeur MP3 est roi… ils veulent que du CD… c’est se tirer une balle dans le pied (si c’est vrai).

    Donc pirater c’est mal, la non intelligence c’est pire :(

  7. Je suis évidemment pour la licence global et contre cette loi stupide concoctée par ceux qui ne se sont pas adaptés à temps.

    Et je pense que c’est toute une l’économie de se secteur qui est à revoir pour qu’une somme forfaitaire de licence globale soit plus correctement redistribuer (que les majors s’en mettent un poil dans les fouilles).

    Personnellement, je télécharge, j’écoute et quelques minutes plus tard je sais si ça va à la poubelle ou si je vais aller les voir en concert.
    Mais comme je reste bloqué sur un petit nombre d’artistes, j’achète chaque nouvel album, c’est « un geste de soutient de fan ».

    Je pense aussi que ce n’est pas cette loi qui arrêtera quoi que se soit, il existe et existera bien d’autres moyens de se procurer musiques et films.

  8. C’est énorme Torrent Droid mais je pense que c’est le pire de ce qu’on peut faire pour pirater un film.

    Je suis également contre la loi Hadopi, elle est bien trop lourde à mettre en place et beaucoup trop chère.
    De plus, je ne suis pas d’accord pour que ma connexion internet soit filtrée, je paye tous les mois, j’ai droit de faire ce que je veux sur internet sans devoir être controlé (je ne parle pas du piratage). Les écoutes téléphoniques sont illégales, pourquoi « l’écoute » de ma connexion internet serait elle légale ?

    Il y a bien d’autres manières d’enrayer le piratage : baisser les prix des places de cinéma par exemple, car c’est en allant au cinéma que l’envie d’acheter un film peut venir.
    Les DvD sont encore bien trop cher, contrairement à toutes les nouvelles technologies, c’est le seul produit dont le prix n’a pas baissé depuis des années.

    Je pense que tout est une question de prix, si les majors s’en mettaient moins les poches, les artistes seraient mieux rémunerés et ne seraient surement pas en faveur de cette loi.

    Bref, on verra ça lors des prochaines séances de l’assemblée nationale, mais d’après ce que j’entendais hier, les députés ont l’air plus enclins à se disputer entre eux qu’à penser aux internautes qui eux, n’ont pas leur mot à dire visiblement.

    Je suis également pour la mise en place d’un ecran avec le flux du cannal #hadopi de twitter en direct dans l’emicycle ! :)

  9. Télécharger une oeuvre sur Internet et l’écouter, c’est plus écologique: aucun plastique ne sera consommé.

    Les artistes qui sont d’accord avec une telle loi font des spectacles pour vendre des disques. Les autres font des disques pour vendre des spectacles. Je préfère cette deuxième catégorie.

  10. @ Hugo : super Kutiman ! J’adore.

    Sinon, une idée : sur Deezer, il me semble que les recettes publicitaires sont redistribuées aux ayant-droits au pro rata des écoutes. Obispo perçoit beacoup plus de royalties, mais si un groupe de trans-core-death metal venait à connaitre un succès supérieur à notre Pascal national, il toucherait plus d’argent.
    N’y aurait il pas moyen de mettre en place un système qui permette de redistribuer les recettes d’une licence globale, en se basant sur des statistiques issues des sites de streaming legal ? Ca permettrait de rétribuer les artistes à hauteur de leur succès. Par contre, ça serait sûrement une usine à gaz…
    Pour le cinéma, par contre, c ‘est une autre histoire. Ceci dit, il y a très peu de piratage de films aux USA. C’est aussi un problème culturel (c’est à dire, un problème qui appartient à la classe des problèmes les plus difficiles à résoudre).

  11. @ulysse il existe actuellement 2 organismes – SORECOPE et Copie France – qui s’occupent de percevoir et de redistribuer les taxes sur les suports numériques amovibles au titre de la « Copie Privée ». Pour répartir justement ces perceptions, ces organismes s’appuient entre autres sur des sondages effectués auprès des consommateurs…

    Ainsi dans la perspective de la mise en place d’une Licence Globale, l’organisme de perception se basera bien évidemment sur les statistiques fournies par les sites de streaming légaux, et la répartition est en quelque sorte plus juste.

    Mais qu’arrive-t-il si certains groupes mettent au point une méthode pour doper leurs résultats par le biais d’un logiciel ou d’un virus qui ferait lire leurs morceaux aux PC infectés?

    C’est une mesure trop juste techniquement, et telle l’est la loi « Création et Internet »…

  12. Quand on voit ce que des petits forcenés sont capables de développer dans leur coin (l’exemple avec les codes barre est ahurissant) avec une maîtrise de l’ergonomie, de l’efficacité, des données mises en ligne, on se demande comment les majors, avec leur milliards en banque, n’arrivent pas à développer une plate forme digne de ce nom. Prenez Sony: ils ont la maîtrise hardware, software et le contenu: au bout du compte: Rien. C’est sensé être leur coeur de métier. Ils ont complètement raté le virage technologique. Pour mémoire, les discours des majors aujourd’hui est exactement le même qu’ils tenaient à la sortie de la K7 audio puis du magnétoscope. Cela devait les tuer. Et non. Pourquoi? Ils étaient en pointe technologiquement. Une offre pensée, légale et raisonnable du point de vue tarifaire (fini de se goinfrer avec des prix de CDs injustifiés) auraient dû les maintenir dans la course. Ils sont aujourd’hui dépassé. Tant mieux?

  13. « Télécharger des oeuvres culturelles protégées c’est mal et répréhensible. Voilà, c’est dit. »

    Sacré Fred ! Allez on dira que c’est la fatigue.:)

  14. J’aimerai bien qu’on m’expose les raisons (précisées) pour laquelle la licence globale dérange, à chaque fois qu’on en parlait hier à l’Assemblée c’était « On a déjà fait ce débat il y a quelques années avec DADVSI ! ».
    Ce que j’ai du mal à comprendre c’est qu’en fait, ce système existe déjà ! Comme la redistribution des sous aux majors(?? O.o) pour les artistes via Deezer par exemple ou alors tout simplement la SACEM ! Et quand on paye pour entrer au musée : d’une certaine manière c’est une licence globale aussi… on paye l’accès à des oeuvres (certe en nombre limité j’en conviens…), pourtant les oeuvres ne sont pas rémunéré une à une pour que l’on puisse les voir.

    Pour moi l’avenir est le streaming… quand on aura un accès Wifi/Wimax + 3G et ce, grâce p-e aux femtocell intégrés au box(??), là on pourra avoir un bon maillage réseau n’importe où, et là, vive le streaming !
    Autrement dit on demandera un accès pour une représentation et non pour une reproduction (Voir le billet de Maïtre Eolas  » Les droits d’auteur pour les nuls »), je suis persuadée que l’avenir est là…

    Après, une ponction tous les mois sur l’abonnement ?
    Payer tous les mois à un site qui met à disposition la musique ?
    Quel montant payer ?
    Comment vons être redistribuer l’argent ?
    Et toutes les autres raisons qui s’opposent à cette licence globale et que je ne connais pas…

  15. Pour moi c’est clair:

    « Si on me coupe ma connection internet, je n’acheterai plus jamais de CD ni de DVD, je n’irai plus jamais au cinéma hormis les petites salles indépendantes, je n’assisterai plus jamais à aucun concert hormis ceux des petits inconnus et je me remettrai à lire un bon vieux bouquin »

    L’état peut censurer, mais moi aussi, je peux le faire !! J’entame mon ère d’auto-censure.

    Pour une fois que le petit peuple peut mettre à mal l’industrie des plus riches !

  16. @ Nicolas et Dust > Pourriez-vous préciser ce qui vous fait tiquer ?

    @ OyoKooN > Oui de totue façon la seule et unique solution viable est de modifier la chaine de distribution.

    @ Ulysse > Il me semble que les majors sont déjà à l’écoute des réseaux P2P pour voir quels sont les morceaux / artistes qui fonctionnent le mieux.

    @ Antoine Dupin > Le dernier AC/DC uniquement dispo en vinyle ? Voilà une très bonne idée qui leur permet de restreindre la distribution à leur coeur de cible (les + de 40 ans)

    @ JAdiS > Oui tout à fait, c’est ton droit de censurer les majors.

    /Fred

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s