MySpace : le média dans le média

Je viens de lire un article très intéressant sur le phénomène MySpace : MySpace in the Marketing Mix.

Selon l’auteur, le web en tant que média est en train de vivre le même séisme avec la montée en puissance de MySpace que les médias traditionnels (radio, TV) lors du décollage de l’internet. Comprenez par là que les annonceurs qui pensaient maîtriser un minimum le canal (internet) et les cibles (les internautes) se retrouvent confrontés une population qui échappe complètement à leur contrôle (les ados) et qui interagissent sur un médium qu’ils ne comprennent pas (les réseaux sociaux).

Le phénomène MySpace prend une telle ampleur que l’on arrive à le considérer comme un média à part entière. D’ailleurs il est courant chez les jeunes américains de demander Est-ce que tu as un MySpace ? à la place de Est-ce que tu as un email ?. MySpace a réalisé ainsi en moins de deux ans le tour de force que Yahoo! essaye de réaliser depuis 10 ans : devenir un média dans le média.

Le marché français n’est pas non plus épargné par ce phénomène. N’est-il pas courant d’entendre C’est quoi ton Skyblog ? Tout ceci est d’autant plus promoteur que pour l’instant les Skyblogs sont fonctionnellement très pauvres. Comment tout ceci va-t-il évoluer lorsque ces fameux Skyblogs passeront à la vitesse supérieure et entreront dans l’ère du très haut-débit avec partage de vidéos, livecast et autres prouesses technologiques ?

Et nous alors (les vieux de plus de 20 ans) ? C’est quoi notre place dans ce nouveau paysage ? Est-ce que l’on doit rejoindre ces réseaux sociaux de jeunes au risque de se faire ridiculiser ? Est-ce que l’on doit se rabattre sur des réseaux un peu plus ‘pro’ comme Going On ou Ziki ? Ou sommes-nous cantonnés aux réseaux sociaux orientés business comme LinkedIn ou OpenBC ?

J’ai comme la très désagréable impression de me sentir sur la touche, pas vous ?

Un commentaire sur “MySpace : le média dans le média

  1. Bah oui mais j’ai un peu peur de paraître ridicule… mes maigres connaissances du rap (Benny B., MC Hammer) vont me faire passer pour le dernier des ringards ! /Fred

  2. Je réagis à ta conclusion : J’ai comme la très désagréable impression de me sentir sur la touche, pas vous ? Moi je découvre à peine MySpace que j’apprends par ton post que certains le considèrent déjà comme un média à part entière… Depuis que je fais sérieusement de la veille sur les tendances du web (depuis un peu plus de 6 mois), je fais le constat de cette rapidité que le web a à évoluer. Les buzz autour de toutes les nouvelles percées sont tels que l’on a envie de toutes les tester pour éventuellement se positionner dessus. En fait je me rend compte qu’il faut avoir non pas 1 mais 2 voir 3 temps d’avance pour être vraiment innovant, car combien de fois nous avons trouvé une idée que l’on pensait révolutionnaire et dont nous avons vu le développement achevé par quelqu’un d’autre en l’espace de quelques semaines ou mois ? En tout cas moi ça m’arrive à longueur de semaine… Je travaille dans une petite agence de communication et n’avons pas les moyens de lancer développer immédiatement chaque concept que nous imaginons… et à chaque fois, paf, quelqu’un sort le truc avant… Le monde du web est impitoyable tant il évolue rapidement, ce n’est pas une nouveauté mais pour moi, c’est un constat plutôt nouveau puique dorénavant le web est mon métier.

  3. Pour rester à jours rien ne vaut une petite soeur de 16 ans… Et sinon, j’ai surtout le sentiment qu’aucun outil « pour les un peu plus vieux » ne s’est vraiment dégagé comme l’a fait myspace ou les skyblogs. Devant ce choix enorme de plateformes: linkedin, openbc, viaduc, 6nergies, ziki, copains d’avants, signalsocial… cela revient en fait a ne rien choisir. Car qui prendra la peine de maintenir les infos à jours dans toutes ces plateformes ? Par exemple, ce n’est pas tant qu’il faut un gagnant a linkedin, openbc, viaduc et 6nergies, ce qu’il faudrait, c’est une interopérabilité, un « standard » d’exportation des données par exemple, comme le OPML l’est aux aggrégateurs. Fred qu’en penses tu? (J’ai un peu dérivé du thème désolé)

  4. Effectivement, les réseaux sociaux orientés ‘business’ ne trouveront un second souffle que dans l’interopérabilité. Et à ce petit jeu, il faudrait au moins un acteur de poids comme Google pour imposer l’interopérabilité (un peu comme il l’a fait avec ses protocoles pour Gtalk et Gcalendar). /Fred

  5. « Et nous alors (les vieux de plus de 20 ans) ? C’est quoi notre place dans ce nouveau paysage ? » Qu’est-ce qui t’étonnes dans tout cela ? Que ce soient les jeunes qui donnent une impulsion au net ? Il en a toujours été ainsi, non ? Il y a quelques années (lors du décollage d’internet), les jeunes… c’était nous !!!

  6. Ha l’interopérabilité, un doux rêve. Quand j’avais étudié les solutions de rencontres, j’étais tombé sur Etoopia, sorte d’agrégateur des services de rencontres basés sur le script PHPizabi. Mais difficile d’imaginer une solution globale à l’échelle de tous les sites.

  7. > Et nous alors (les vieux de plus de 20 ans) ? C’est quoi notre place dans ce nouveau paysage ? Dans l’étude FT r&d sur les Skyblog, il est intéressant de relever le cas, apparemment fréquent, de skyblogeurs qui délaissent ce support pour des plateformes de bloging plus « sérieuses » après le bac. En quittant le lycée, leur réseau social se recomposent et ils semblent donc adopter d’autres modes de réseautage. Ils changent de peau en quelque sorte. On est sans doute un peu assomé par le poids de cette génération et de ses usages, mais peut-être qu’il y a de la place pour différents mondes en fonction de qui l’on est et de ce que l’on veut faire. Après tout, un grand machin où tout est mélangé ce n’est pas forcément une bonne idée.

  8. MySpace est tout de même ciblé pour les jeunes, très jeunes. Aux usa, les +de 18 ans passent rapidement au facebook. Je ne pense pas que Myspace soit un média non plus. c’est un site. Nous sommes en http, avec des connections tcp. rien ne change. Je vais sur myspace, je vais sur un site internet. simplement. Je ne sais pas si vous êtes allé fair un tour là bas, sur les myspace, les digg et autres … avez vous remarquer quelque chose …. c’est vide. Ce sont des pages comportant des suites de liens. Je met une vidéo de la nouvelle pub de BMW, je met un lien vers un site qui montre des images rigolotes. Et dans la finalité, les gens ne regardent pas myspace, mais ce qu’il y a dans myspace.

  9. Concernant Myspace, à l’époque ou l’on était tous en 56k j’utilisais un service qui s’appelait myspace qui était le premier à proposer de l’espace gratuit (genre 200mo) ou je mettais des épisodes des simpsons a telecharger pour mon site perso. Je me demande si le myspace d’aujourd’hui est juste une évolution de cette société ancienne. Malheureusement on ne peut consulter les anciens designs de myspace sur archive.org car ils ont bloqué le service. Maintenant le service en lui même, c’est certains que la plupart des réseaux sociaux s’adressent aux jeunes puisque ils savent utiliser à merveille l’informatique. Les seuls réseaux sociaux des +25 pour moi existent peu, il y’avait hi5 qui était pas mal. Encore une fois pour moi les réseaux sociaux et tous les sites internet visant à rassembler des gens de manière systèmatique et en grand nombre, sont des pièges pour les personnes en mal être (solitude, chomage etc…) car au lieu d’essayer de rebondir, il entretiennent ce mal être avec d’autres gens eux aussi atteints, /! DANGER /! (tous les sites de rencontres, tous les sites communautaires sont des repères à personnes déprimées et seules c’est connu)

  10. Pour ma part j’ai du mal avec tous ces réseaux artificiels. Je ne me sens pas appartenir d’office à une communauté. Oui je ressens ce sentiment d’être sur la touche puisque je ne suis en rien concerné.

  11. perso ça me rassure d’être sur la touche en ce qui concerne skyblog. Ne pas faire partie de cette communauté rattachée à cette radio débile où la cacophonie règne, le brouhaha (orth ?), le non-abouti. Qui peut me donner l’adresse d’un site sur skyblog qui vaille le coup ? A part les photos de pochtrons, de chat, de sourire pour dire JE SUIS SUR LE WEB , je doute de l’intérêt de ce genre de pages. JE SUIS SUR LE WEB = JE PASSE A LA TELE = JE SUIS CELEBRE mais non mon ami tu es VICTIME, un NULERO pour VENDRE DES PUBS. Combien de vidéos vraiment intéressantes ? de photos dignes de ce nom ? Il ne faut pas croire que la facilité technique entraîne la qualité en création artistique. Nous ne sommes pas TOUS talentueux > WANAT. « We Are Not All Talentuous ». WAT, SKYBLOG communique sur le nombre d’inscrits. C’est si facile de s’inscrire. Après pour assurer il faut travailler sur la DUREE. Il faut réabiliter le TRAVAIL DANS LA DUREE, pas le truc « j’ai une photo de mon chat oh il est trop mignon » je prends mon appareil photo numérique et je le shoote et hop sur mon skyblog trop cool. Perso, je préfère les bons vieux sites internet avec du CONTENU mon ami, DU CONTENU. Pas de la poudre aux yeux mais du CONTENU. Fred ton site est de qualité et fort logiquement apprécié car le CONTENU EST PRESENT ET DIGNE DE CE NOM. Je suis sûr que ce phénomène de blog va s’éteindre très rapidement ; les podcasts se professionnalisent les grandes radios, les télés, les amateurs sont extrémement rares malgré les appels récurrents du gourou loic lemeur ,qui on le sait vend des solutions pour créer des blogs et des podcasts, à créer son podcast, son blog.

  12. Oui moi aussi j’ai tendance à me sentir sur la touche face aux nouveaux usages que font les ados de l’internet. Et pourtant je suis pas bien vieux et avant c’est moi qui était dans le coup. Mais c’est inexorable. On n’est plus dans le coup, on veut rester accrochés à nos usages et nos convictions. Tout ça évolue tellement vite.

  13. 1/ on parle de médias dans le média car beaucoup (médias traditionnels et entreprises spécialisées dans le web) sont à la recherche de nouveaux modèles économiques… Et donc on a une cible, un positionnement tres clair sur les myspace et autres. La preuve en est votre perception de ce site skyblogs (rap, brouhaha…). Même si c’est un autre sujet, le communautaire en France reste mal perçu en dehors de l’Internet (insconscient collectif de fissure dans la nation). Il en emmerge une réalité sociale positive pour les nouvelles générations. Un média dans le média, peut être pas, juste une nouvelle forme d’expression des communautés. De ce fait, une corporation, un club, une association…c’est pas du communautaire quelque part? Donc on n’invente rien il me semble, juste la puissance qui est décuplé par le média Internet et l’ouverture de ces nouvelles générations qui facilite l’emergence! A signaler que Myspace est Américain et que le communautarisme est de fait, le modèle de société. Donc pour nous, je comprend le choc que cela peut provoquer. Boompa, la communauté des garagistes en france un jour?

  14. Je ne suis pas d’accord avec l’âge, ni avec le fait que ce soit un truc qui va disparaître. Je pense que pour l’instant les liens entre les personnes n’ont pas été approfondis, ce qui nous fait des communautés du vide. J’ai tenté LinkedIn, franchement pour moi c’est plus un critère pour éliminer des gens de mon carnet d’adresses (si on me cherche on me trouve, personne n’a besoin de passer par LinkedIn pour ça). A mon avis le partages de liens, de flux, la participation à des collaborations de contenu (wiki ou comme ici commentaires sur blog qui créent aussi du contenu), ou même des trucs du type Swarm (mais c’est pas terrible pour l’instant parce qu’on ne peut pas mettre de filtre sur des tags par exemple) c’est à dire une sorte de vrai surf avec des vagues sur une totalité du web, me parait un prérequis à la mise en place d’une communauté et pas l’inverse.

  15. FC  » D’ailleurs il est courant chez les jeunes américains de demander Est-ce que tu as un MySpace ?  » Sans exagérer, pour la seule journée d’hier, on m’a posé cette question deux fois et je l’ai posée aussi deux ou trois fois. Tu peux enlever « américain » de ta réflexion :)

  16. Je suis sûr qu’ados, vous avez tous à moment donné décoré votre cahier de texte avec des photos débiles de groupes (style AH AH, Alphaville, George Michael, etc…), des textes ou des citations que vous aimiez bien, etc… Je me trompe peut-être mais ces médias sont rien de plus que le prolongement de ce que l’on faisait à notre époque. Un moyen simple de s’individualiser dans une communauté, un moyen d’exister par les choses qu’on aime, une vitrine sur notre personnalité. Il ne faut pas prendre ça avec condescendance (hein elucubrations ;-)), on a tous écrit des trucs débiles ou aimé des groupes de ‘BiiiP’.

  17. Pourquoi être inquiet à l’idée d’être déconnecté de ces nouveaux usage du Net alors qu’il ne nous viendrait pas à l’idée d’être inquiet de se sentir déconnecté des usages (sans cesse renouvellés) que font les annonceurs de la {presse-télé-radio-consommation} ciblée pour les ado ?

Laisser un commentaire