Le web 2.0 aux chiottes !

C’est en substance ce qu’explique un billet publié sur le blog StraightUpSearch : Get Lost, Web 2.0.

A la lecture des arguments de l’auteur, je dois avouer que son point de vue est assez juste et résume parfaitement les défauts de jeunesse des concepts du web 2.0 :

  • Beaucoup de bruit ambiant et assez peu de contenu intéressant. Pour un billet intéressant, vous avez généralement une dizaine d’autres billets qui y font référence sans réellement apporter de la valeur ajoutée, juste du « bruit ». On peut en plus rajouter à cela les problèmes liés aux splogs.
  • Une audience très jeune qui pollue le débat. Les jeunes ont toujours eu une capacité d’adoption bien supérieure aux… autres (pour ne pas dire vieux de plus de 20 ans). De ce fait, des services comme les Skyblogs ou MySpace sont saturés de contenus un peu niais qui masquent des informations bien plus intéressantes. Mais dans la mesure où les auteurs n’ont pour la plupart pas plus de 15 ans, peut-on les blâmer ? L’auteur cite l’exemple du portail collaboratif Digg ou l’information qui figure en tête de liste est de moins en moins pertinente (un phénomène lié aux votes massifs enregistrés pour des infos à la con mais qui amuse les jeunes). Et je ne vous parle même pas du taux de déchet sur YouTube ou DailyMotion
  • Des réseaux sociaux pervertis par les annonceurs. L’auteur s’en prend ici à MySpace où les faux profils (liés à des marques, des films ou des groupes de musique) pullulent et inondent les autres membres de spams.

Avouez qu’il y a du vrai dans ce que l’auteur décrit. Mais bon, tous les concepts liés au web 2.0 sont bien évidemment encore à affiner, ça vous le saviez, non ? Je pense qu’il ne faut pas pour autant se fermer aux immenses possibilités représentées par l’intelligence collective ou le commerce collaborative. Il y un potentiel gigantesque derrière ces potentiels, tellement gigantesque que les opportunistes et autres parasites veulent en profiter au plus vite. C’est sûr que lorsque l’on constate le succès de MySpace (le site le plus visité en Amérique du Nord) on ne peut que relativiser.

Un commentaire sur “Le web 2.0 aux chiottes !

  1. Ca m’étonnerait que les skyblogueurs soient au courant de l’existence de Digg, MySpace, etc. A la rigueur YouTube, et encore…

  2. Je pense qu’il ne faut pas pour autant se fermer aux immenses possibilités représentées par l’intelligence collective Marrant, moi on m’avait dit que l’intelligence du groupe c’était le QI du plus con divisé par le nombre de participants au groupe. Ce qui explique d’ailleurs le faible intérêt des contenus dont tu parles dans ton billet.

  3. @Ced : Vu toutes les recherches possibles et imaginables sur des questions de référencement, et les astuces pour faire connaître un blog que l’on retrouve un peu partout sur le net, pense cela, c’est à mon avis sous estimer le besoin de reconnaissance de blogueurs, même jeunes.

  4. Sur Wikipédia, il y a beaucoup de déchets. C’est la rançon du succès du web 2.0. Je pense que les applications Web 2.0 ne peuvent pas s’adresser à un public généraliste. C’est à dire donner le « pouvoir » à tout le monde. On peut voir ce que cela donne chez yahoo avec son service « questions/réponses »: beaucoup de questions et réponses médiocres. Je pense que le web 2.0 est fait pour les marchés de niche, les applications ultra spécialisées, gérées par des experts d’un domaine.

  5. Hum… tu préconise donc l’intelligence collective ciblée (ou restreinte). Intéressant… Et pourquoi pas un système de modération à plusieurs niveaux : modération à priori pour les contributeurs débutant, modération à posteriori pour les contributeurs intermédiaires et plus de modération pour les super-contributeurs ? Les niveaux étant fonction du nombre de contributions et de la pertinence jugée par les autres membres. Avec bien évidemment un accès libre en mode ‘lecture simple’. /Fred

  6. Il est temps de se réveiller. Cela dure depuis au moins 1 an. À quoi cela est dû ? À la rapidité de diffusion d’information. Les contenu de répète et se rejoignent. Mes recherches je le fait désormais dans le Web dit « invisible ». Il y a un très bon article qui illustre bien la redondance de contenu de site en site : http://www.webdeux.info/la-veille-arme-secrete-du-bloggueur. Sinon pour le reste effectivement il ne faut pas se fier aux apparence.

  7. Un système de modération à plusieurs niveaux j’y crois pas du tout si votre volonté est de réduire les « déchets »… cf yahoo! question/réponses qui possède un système de niveaux. Je peux vous garantir que ceux qui accèdent aux plus hauts niveaux ne sont pas les plus pertinents. Et puis, le collaboratif, ça représente forcément l’état d’esprit général… donc à moins d’une baguette magique qui rendrait tout le monde « intéressant et pertinent », je ne vois pas comment régler votre problème. Et puis je vous trouve un peu vache sur vos commentaires sur les jeunes, skyblogs, etc. Un contenu de djeuns, ça se remarque au premier coup d’oeil, donc c’est possible de fuir tout de suite sans rien lire et ne pas se demander la question de la pertinence de ce que je viens de lire. Peut etre y aurait plus d’interet à creer des groupes dans le reseaux des collaborateurs : groupe par interet (sciences, politique, amusement, etc.) et/ou groupe par age (-20ans, 30/40, etc.)… et ainsi faire des recherches selon les critères pertinents des groupes auxquels on souhaiterait se rattacher.

  8. Ca m’étonnerait que les skyblogueurs soient au courant de l’existence de Digg, MySpace, etc. A la rigueur YouTube, et encore… Hum, non… En fait, les skyblogueurs sont tous en train de migrer vers myspace en ce moment… C’est le nouveau joujou à la mode. Je me rappel qu’au début quand je disais à mes potes : « j’ai un blog » ils pensaient skyblog et me répondaient « t’aime bien faire de la merde toi ». Bref, bel amalgame… Je pense qu’a terme (et c’est meme ce qui est en train de se passer), le web2.0 est communautaire, et il y aura forcément un clivage entre les appli (ou réseaux) destinées (ou accaparées) pour les jeunes et celles destinées pour les plus de 20 ans. Exemple super simple : typepad et skyblog. skyblog c’est pour les jeunes, typepad c’est pour les vieux. Je pense que le phénomène va encore plus s’accentuer a l’avenir avec la venue des réseaux sociaux de niche, ou spécifiques à un besoin. A pis j’aime vraiment pas le terme « web2.0 ». le web2.0 c’est quoi ? c’est un site avec de l’ajax à outrance, des couleurs criardes, et un carractère communautaire. Là dedans, y’a de bien que le communautaire, mais je trouve qu’il est encore trop sous exploité, il ne sert à rien pour le moment, juste à dire : « trop cool, j’appartiens à un groupe » ou « koi t ps sr myspace ? t trp nuuuul !!!! lol mdr (kikooo en option) ». Le jour ou l’esprit communautaire servira à faire quelque chose de concret (organisation d’évènement, mise en place d’actions structurées) on aura franchis un nouveau pas. Bon, et la question du captcha est rude, faut que je compte sur mes doigts

  9. Quand même le web serait moins rigolo si l’ont ne pouvait plus rigoler sur ces petits jeunes qui racontent tout et n’importe quoi :) Le web2, plus que de l’ajax c’est surtout un service orienté utilisateur et utile pour lui. Après qu’il y’est de l’ajax, du flash à outrance ou du ruby on s’en fout un peu…

  10. Si internet et ses services « web 2.0 » sont à la fois des jouets pour les uns et des outils pour les autres, on n’a pas fini de tout mélanger… A l’utilisateur de faire la part des choses et de choisir le service adapté: en fonction de ses besoins. Pas question d’utiliser MySpace pour son CV, pas plus que de mettre toutes ses blagues de comptoir dans Wikipedia. Je rejoins Valéry pour ce qui est de l’intérêt des marchés de niche.

  11. Effectivement, les contenus que vous pouvez trouver non-pertinent (splogs, skyblog rédigé en langage SMS…) ne sont qu’à 1 clic de contenus plus pertinents. Les utilisateurs ne sont pas avares de leurs clics et l’on peut très rapidement ré-orienter sa lecture / recherche. /Fred

  12. bonjour, quelques petites choses que j’ai noté :  » …sans réellement apporter de la valeur ajoutée ». Ce terme emprunté à l’économie a t-il réellement du sens concernant la production d’un discour sur un média ou l’idée de partage de la connaissance est une valeur officielle ? « …des services comme les Skyblogs ou MySpace sont saturés de contenus un peu niais qui masquent des informations bien plus intéressantes ». Pour qui ses informations sont-elles inintéressantes ? Pour toi, pour les lecteurs de ce blog ? Une information qui nous semble inintéressante est-elle de facto « niaise ? « …Une audience très jeune qui pollue le débat.« . En gros, « les (très)jeunes…fermez vos gueules où allez poster ailleurs… ». Un peut de circonspection me semblerait bien venu…Lorsque nous étions jeunes, nous mêmes, étions nous déjà si intelligent que cela ? Je note au passage l’absence de réaction des précédents intervenants… Le phénomêne de « cours » toucherait-il certains blogs ? Entre explication et analyse d’un processus, et jugement de valeur, il n’y à qu’un pas à franchir A bon entendeurs – FRED

  13. Merci de l’intervention à la conférence cet après-midi Le web2.0 c’est comme tout, il y a du bon, et du moins bon. Laissons lui du temps pour évoluer positivement!

  14. Oui, il faut toujours du temps. Et chacun voyant midi à sa porte (ouh la, très fort ça :-) ), le contenu est intéressant pour tous ceux qui y trouvent leur compte, quelqu’il soit. Question d’appréciation personnelle. Donc, moi j’apprécie le blogue de Fred Cavazza, mais alors ma petite soeur… elle doit trouver ça vraiment niais et inintéressant (sorry Fred !). Concernant les applications du web 2.0, les mashups par exemple sont une utilisation que, personnellement, je trouve intéressante, des possibilités web 2.0. J’en ai d’ailleurs créé une, histoire de voir (MontréalCafé.com, je fais de la pub). Et j’y trouve mon compte. Après, Myspace et autres Youtube, étant donné leur audience immense, forcément on y trouve de tout et donc du pas bon ou pas « bien pensant ».

Laisser un commentaire