Second Life est mort, vive Second Life !

Visiblement mes billets précédents (Pourquoi je ne crois plus en Second Life et Univers virtuels : nouveau média ou nouvelle déclinaison du média digital ?) trouvent de l’écho sur d’autres blogs :

Heureusement il existe des personnes pour tenter de défendre aussi cet univers (dont le courageux Michel Leblanc : Les problèmes de Second Life).

Je reste persuadé qu’il ne faut pas voir ça comme la fin de Second Life, mais plutôt comme l’acte de naissance des univers virtuels : en découvrant les lacunes de Second Life, on se rend compte qu’il existe maintenant des millions d’utilisateurs d’univers virtuels avec des attentes.

Quelle est la solution : Refondre Second Life sur une nouvelle architecture technique entièrement open source ? Peut-être. Développer une infinité d’univers parallèles entièrement contrôlés par des marques surpuissantes (à l’image des univers de MTV et de ses premières déclinaisons comme Virtual Korn, Lego ou Sony) ? Peut-être également.

Difficile de prédire l’avenir tant l’actualité est riche en ce moment… J’ai certainement oublié des liens vers des billets très intéressants qui traitent de ce même sujet, n’hésitez pas à les rajouter en commentaire.

Un commentaire sur “Second Life est mort, vive Second Life !

  1. Une interopérabilité des mondes virtuels, sous couvert de normes techniques à la manière du W3C pourrait être envisageable (un VWC ?), mais longue… longue… Si on compare notre internet actuel avec une « grid » future dans laquelle est hébergé l’ensemble d’un monde virtuel en 3D, j’imagine que les contraintes et difficultés techniques sont élevées au carré, et que les besoins en infrastructure et en bande passante sont faramineux.

  2. Petite parenthèse en passant, mais pour avoir joué avec le Deuxième Monde à l’époque, je dois dire que ce qui était sympa, c’était de pouvoir se promener dans paris ! Alors que l’univers de 2e life est triste à mourir

  3. J’avais fais une petite piqure de rappel sur mon blog concernant le 2e monde le 4 décembre dernier ;-) http://kaplan.lionel.free.fr/blog/index.php/2006/12/04/53-second-life Je suis à peu près de l’avis de tout le monde, conforté en cela lors de l’Ad tech, comme quoi Second Life est avant tout une immense opération de RP. Les sites de Nissan, Dell ou American Apparel sont vides pratiquement toute le temps. Le Mall Ile de France est derserté le samedi après midi et on trouve un stand le lingerie féminine en plein milieu d’une réplique du parc Astérix. je rejoins aussi le point de vue d’Ecosphere, dont tu mets le lien, sur l’aspect hôtel de passe de l’ensemble. En fait, Second Life c’est exactement comme dans la vraie vie: ce qui attire le plus ? Sexe, argent facile, drogue et party.

  4. World of Warcraft est il considéré comme un univers virtuel?

    WOW est déjà bien rentable pour vivendi en tant que jeux. Quid d’un univers virtuel? les recettes seraient elles doublées? Vivendi aurait le beurre et l’argent du beurre. – des recettes issues de l’abonnement (frais de maintenance couverts) – des recettes issues de la pub et autres taxes sur d’éventuels échanges marchands.

  5. Y avait aussi autre chose à l’époque du deuxième monde qui se rapprochait plus de Second Life. Il me semble que cela s’appelait Virtual Worlds.

  6. En fait, c’est certainement due au fait où l’univers est trop vaste et sans limite. On peut sans problème aller dans des places vides, par conséquent, il y a trop de choses à faire. Si seconde life avait limité l’étendue du territoire, il y aurait eu plus de compétition, de volonté commune, formations de clans et autres. Donc, plus de dynamisme et moins d’ennuis. Trop grand, trop vide. Enfin, c’est l’image abstraite que j’en tire.

  7. Quelle est la solution : Refondre Second Life sur une nouvelle architecture technique entièrement open source ? Je ne pense pas que l’opensource est grand chose à faire dans cette histoire de monter en charge. J’aurais plutot écrit : Quelle est la solution : Refondre Second Life sur une nouvelle architecture technique scalable et perenne. Après technologie opensource ou proprio, c’est un choix mais encore faut-il les utiliser correctement. Maintenant si c’est opensource, c’est bien, mais c’est un autre débat qui n’a rien à voir avec les performances AMHA.

  8. Peut-être qu’en premier lieu il faudrait que les univers virtuels soient vus comme des univers tout court. Sur ton précédent article sur le sujet mic comparait Second Life au monde réel en disant que c’était la même chose. Or, et tu le dis toi-même, Second Life considéré comme un univers réel est extrêmement pauvre indépendamment de tout point de vue technique. On se sent vite seul, le vécu émotionnel est quasiment inexistant. Bien entendu une fois intégré j’imagine qu’on s’y retrouve. L’intégration, l’immersion… voilà je pense les points à travailler. Dans le monde réel on arrive avec des parents puis des structures socialisantes nous sont imposées (crèche, école…) relativement à des objectifs sociaux. Si d’un point de vue individuel le jeu est constructif la société se construit peu là-dessus. On pourrait aborder le problème de l’état-civil, du professionnalisme et de la gouvernance et du choix de société. L’entrée dans un nouvel espace d’interactions se fait généralement de manière utilitaire (avant la rencontre avec cet espace social il n’existe pas et nous existons sur d’autres espaces) et on trouve rapidement des éléments intégrateurs. Nous sommes adultes, c’est à dire que notre rapport au social est principalement engagé et qu’une reconstruction n’est pas vraiment nécessaire. Pour les enfants l’univers n’est pas assez riche pour permettre une construction identitaire autre que l’expérience mimicry du jeu de rôle. Le jeu n’est donc ni suffisamment utilitaire ni imposé par un cadre socialisant qui le dépasserait. Certains peuvent s’adapter très rapidement et ne voient pas nécessairement le problème, pourtant moi qui n’ai pas l’habitude des jeux PC (cette existence nécessaire intégrée au soi pour entrer dans un nouvel espace d’interactions j’imagine) je ne m’y retrouve pas alors que dans le monde réel je n’ai aucune difficulté à la mise en place d’interactions sociales avec de parfaits inconnus. J’en viens donc à l’objectif: pourquoi irais-je dans cet espace virtuel ? Force est de constater que je n’y vais pas justement mais je me dis qu’il y a un potentiel important. Je vois avant tout les univers virtuels non pas comme quelque chose en plus ou autre, mais comme une interface pratique au monde réel. Mais bon je suis peut-être à côté de la plaque.

  9. Hey merci Robip de contribuer au postulat « SL comme ville à part entière ». Je me sentais un peu seul ici. Je voudrais ajouter à ta notion de intégration (+immersion) celle d’expansion/création/représentation. Le fait que dans SL tu puisses créer ton espace, tes objets et surtout les animer donne à SL un atout majeur…Tout comme une ville qui vit, qui s’organise. Y’a les createurs, urbanistes qui offre leur espace aux badauts, visiteurs, clients, journalistes, touristes, SL-cyclistes… Fred : Est-ce qu’on peut animer ses créations sur Sony ou c’est juste pour le fun ? Merci Robip, merci Fred

  10. Linden Lab a fait la partie ingrate du boulot et un pari audacieux. L’ambition de SL était d’aboutir graphiquement un monde virtuel et de le monétiser, de manière originale, dès le départ. Comme le joueur de Monopoly qui découvre les rues d’une grande ville en passant par la case vilain capitaliste, l’avatar SL se promène dans un monde marchand et y crée sa vie propre. C’est un peu matérialiste mais stimulant pour l’imagination. Les gens de Linden Lab ont bossé pendant longtemps sans beaucoup de succès. Qu’ils remportent ou pas leur pari, ils auront ouvert deux voies par leur travail et leur buzz : 1) Il y a fort à parier que de grands groupes industriels s’intéresseront de beaucoup plus près maintenant aux galeries marchandes online. Voir les mouvements actuels dans le monde du luxe et tout l’intérêt que peut à nouveau susciter le virtuel pour certains. 2) Les utilisateurs de SL qui se sont sentis frustrés vont sûrement être entendus. Que de déclinaisons sociales et de jeux sont imaginables sur une telle plateforme, ses cousines ou de nouveaux mondes from scratch. Mathieu Noonan semble d’accord : « SL is great and they deserve to survive and thrive ».

  11. « Développer une infinité d’univers parallèles » Héhé, çà rejoint une idée de jeu (pas forcément en 3D), dont je n’ai jamais parlé… Je note que je dois en parler et l’expliquer dans mon Labo de partage d’idées ;o)

  12. Si ma mémoire ne flanche pas trop, il me semble que pespi avait également tenté l’expérience de l’univers 3D il y a quelques années… quelqu’un s’en souvient ?

  13. Bonjour, J’aime beaucoup l’idée de parcours initiatique accompagné développé par robip…l’ayant vécu comme ça, je valide l’importance de ce moment et de ce processus dans ma compréhension de SL ! Bonne journée !

  14. Effectivement c’était Active Worlds, lancé en 1995, et qui utilisait la technologie VRML… j’avais mon avatar sur AW, et franchement 12 ans après SL ressemble étrangement à AW ;) Pour moi SL va mourir de sa belle mort, action RP feu de paille pour marketers à la recherche de reconnaissance du management. SL est insipide, propre à une logique quasi-pyramidale, techniquement dépassé. En bon belge, c’est du brol.

Laisser un commentaire