Vers un Second Life 2.0 ?

Second Life, figure emblématique des univers virtuels. Encensé par les médias, décrié par d’autres (dont moi et de nombreuses autres personnes dans les commentaires de ce billet : Pourquoi je ne crois plus en Second Life). Son potentiel est proportionnel à ses lacunes mais l’univers de Second Life évolue : implémentation prochaine de la voix pour remplacer le système de chat, présence notable de nombreux géants de l’informatique (IBM, Sun, Dell, Microsoft…) qui pourraient bien aider à sa mutation (ex. le projet de mainframes dédiés aux univers virtuels).

C’est dans ce contexte que je vous propose de lire cet article intéressant sur une hypothétique itération : Towards Second Life 2.0. Outre les limitations technologiques (montée en charge, faiblesse du moteur 3D…), l’auteur s’interroge sur les composantes faisant défaut à Second Life. Il prend comme référence le modèle social et collaboratif du web 2.0. Et je suis bien d’accord avec lui !

Que manque-t-il à Second Life ?

1/ Une réelle dimension sociale avec des outils communautaires et de réseautage social. L’auteur considère ainsi que World Of Warcraft n’est pas tant un MMORPG qu’un réseau social gigantesque où il est possible de compléter des quêtes et de farcir des dragons. En ce sens, il rejoint l’avis d’Elisabeth Lane Lawley que j’ai eu l’occasion d’écouter au Webcom de Montréal. Force est de constater que les résidents de Second Life sociabilisent assez peu (combien d’avatars renseignent l’onglet 1st Life de leur profil ?). Peut-être manque-t-il un Warcraft Social Networks à Second Life ?

De même, les environnements de collaboration sont inexistants. Ceux qui souhaitent animer une communauté ou faire des affaires au sein d’une place de marché (ou l’équivalent) doivent s’en remettre à des outils externes (blog, wiki, groups, SLBoutique…). N’y aurait-il pas une possibilité de les intégrer de façon élégante ? Après tout, il est bien possible de consulter un site web dans Virtual Laguna Beach !

2/ Plus d’ouverture vers les standards technologiques actuels. J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur le parcours très difficile du nouveau venu dans Second Life (il faut entre 20 et 30 minutes pour s’immerger dans l’univers). Pourquoi ne pas simplifier la création d’un compte et faire de la délégation d’authentification via OpenID ? Cela permettrait de raccourcir le processus (et il en aurait bien besoin !).

De même, ne pensez-vous pas qu’il serait intéressant de proposer un ensemble d’API pour pouvoir réaliser un certain nombre de tâches depuis l’extérieur (consulter le solde de crédits, gérer son inventaire…) ou interagir avec des applications externes (exporter son avatar à la manière des Yahoo! Avatars, communiquer depuis ou vers son compte de messagerie instantanée, son mobile ou même Twitter…).

3/ Plus de garanties et surtout les moyens de maîtriser son image. Si les marques sont si réticentes à sauter le pas, c’est très certainement parce qu’elles ont peur de ne pas pouvoir maîtriser leur présence dans cet univers : face aux nombreux ralentissements et opérations de maintenance de l’éditeur (qui nuisent à la qualité de service) ; face à la difficulté de trouver du personnel fiable et bon marché ; face aux problèmes de vandalisme et d’escroqueries (arnaques, contrefaçons, virtual-squatting…) ; face au vides juridiques (quid de la notion de propriété ?) et fiscaux (quid des bénéfices engendrés ?).

Lien de moi l’idée de vouloir tout règlementer dans un univers qui doit son succès à sa très (trop ?) grande liberté, mais au vue des tarifs pratiqués pour pouvoir s’implanter, les annonceurs sont en droit d’exiger des garanties. Et l’éditeur (Linden Lab) a bien du mal à les fournir.

Conclusion

Ce ne sont là que des pistes de réflexion, et il en existe surement de nombreuses autres. Rassurez-vous, je ne suis pas en train de vous expliquer que Second Life va disparaitre, cet univers continuera certainement à passionner de nombreux fans. Le message que je souhaite faire passer est plutôt le suivant : si Second Life souhaite garder les faveurs du public, des médias et des annonceurs, l’univers doit impérativement évoluer (et évoluer au plus vite).

Alors bien évidement vous pourriez me répondre que Second Life n’a pas besoin des grandes marques pour continuer à exister et que ses nombreux résidents seront toujours là pour assurer sa croissance et que dans 5 ans, 80 % des internautes seront des utilisateurs des univers virtuels. Oui, vous pouvez continuer à vous mentir. Mais par expérience je connais la nature volatile des internautes et je peux vous assurer que leur patience à des limites.

Les sucess stories éclairs comme celles de Second Life attirent de nombreux opportunistes qui rêvent de lui voler la vedette : start-up ambitieuses (comme Entropia Universe) ou plutôt discrètes mais extrêmement lucratives (comme Habbo Hotel), géant des médias (comme Sony Home) ou des jouets (comme Barbie Girls)… la liste est longue, et les enjeux colossaux. Si Second Life ne corrige pas au plus vite ses lacunes, les utilisateurs et annonceurs pourraient bien vite se reporter sur d’autres univers virtuels plus prometteurs.

24 commentaires sur “Vers un Second Life 2.0 ?

  1. Très intéressante analyse. Je partage tout à fait ce point de vue. C’est l’idée que je me suis faite après avoir comme beaucoup de monde, je pense, installé, testé et desinstallé Second Life. Pour avoir joué quelques années à des MMORPG (et dans ce domaine World of Warcraft n’est pas un modèle de social, il y a bien mieux encore), j’ai trouvé Second Life bien fade. Au niveau graphique déjà. Des graphismes coupés à la hache et assez poussif. Alors qu’il est sorti il y a de nombreuses années déjà. Au niveau gameplay, s’il l’on peut appeler ca comme ça. Long à prendre en main. Et c’est ca le pire, au niveau intérêt. Passé les débuts, on s’aperçoit qu’il s’agit surtout d’une immense vitrine pour de nombreuses enseignes. On se marre 5min dans les « paradis du sexe » puis on va dans deux ou trois endroits branchés à la mode. Et voilà. Rien d’autre à faire. Mais c’est aussi ma faute, je n’ai peut être (surement même) pas cherché à pousser le social et à tisser des liens. Mais quitte à tisser des liens, je préfère les tisser dans un dongon, en faisant une quête, plutôt qu’en jouant à la dinette :) Finalement Second Life est un chat géant, et un place commerciale.

  2. Salut Fred, Ton billet ici fait un peu mouche du coche quand même mais merci tjs des infos. Second-life est 2.0 depuis le début, c´est même sa spécifité principale parmi les mondes virtuels: Ce sont les second-lifer qui créent les paysages, les animations. Pour mieux avancer sur Second-life, ne pourrions-nous pas analyser Second-life comme une ville virtuelle (non pas comme un jeu). Pour imager la chose, on pourrait peut-être tenter un paralléle avec Sophia-Antipolis (ville nouvelle aussi mais en dur) voir http://www.sophia-antipolis.org.

  3. Dans les griefs contre Second Life, on pourrait également rajouter la lourdeur du logiciel, aussi bien quant à la taille de téléchargement que des ressources machines nécessaires pour le faire tourner. Là aussi, on est trés loin du concept 2.0, non ? Les univers virtuels basés sur des interfaces légères (RIA ou RDA) me semblent avoir un plus bel avenir.

  4. @ Matthieu > Je ne pense pas que la qualité des visuels soit un pré-requis, MySpac est le site le plus hideux de cette décénie et pourtant il regroupe près de 130 millions d’utilisateurs. @ Tentez le virtuel > OK pour le côté User Generated World, par contre où sont les outils sociaux ? @ Julien > Non non, 30 Mo pour le player de SL c’est très peu comparé au Go de celui d’Entropia Universe. /Fred

  5. Salut Fred pour suivre, peut-on imaginer dans un avenir proche la naissance de sous-réseaux sociaux Second Live way qui seraient adossés à des réseaux comme Viadeo, Linkedin etc.?

  6. Je ne suis pas très fan des univers comme Second Life. Je trouve cela trop compliqué à installer et à utiliser pour le visiteur de base. Fred -> Par contre, je crois qu’une petite faute de frappe c’est glissée dans ton billet. Tu écris « pus » au lieu de « plus » (ex. « et évoluer au pus vite » ou encore « ne corrige pas au pus vite ». ).

  7. Chez Linden Lab, ils savent ce qu’ils font. Ils font aussi ce qu’ils peuvent. Open Letter ou pas. La voix, l’amélioration du rendu graphique, viendront et très rapidement quelles qu soient les spéculations. La sculpture de primitives est une révolution qui va changer complètement le rendu graphique de cet univers. Dès maintenant et progressivement. Le positionnement de Linden Lab est expliqué très clairement dans Changing Realities de Cory Ondrejka, avec les 4 différentes technologies de Second Life qui font sa force, son originalité (et je crois aussi sa pérennité) y sont bien distinguées :
    – le jeu massivement multijoueur en ligne
    (même si ce n’est pas un jeu, c’est une composante de SL)
    – le web (c’est étroitement intégré au web : RSS, blog … )
    – la réalité virtuelle (C’est en partie du « Matrix » !)
    – les mondes d’avatars décentralisés (là on pensera plus à l’apport de There.com et au positionnement de Home de Sony). Toutes les ressources des web 1.0 et 2.0 sont exploitées en 3.D : LinkedIn Squawk Leur intégration n’est et ne peut être que progressive. Faciliter l’accès à SL est en passe de se réaliser avec l’externalisation de l’accueil : Cela a commencé : 4 ou 5 autres points d’accueil existent déjà. L’événement social, c’est aujourd’hui la « Second Life Community Convention« . Les développements demain viendront avec l’augmentation du nombre de résidents. Comme on ne demande pas à un élève de CP de maitriser le calcul matriciel; de même SL a encore beaucoup à faire avant de parvenir à maturité. Pour ma part, je ne pense pas qu’il y ait lieu encore de s’inquiéter tant la concurrence est en fait encore loin.

  8. Intéressante analyse Fred. Mais on dira que je te liche parce qu’on est maintenant des amis. Alors, je m’insurge… non, non, non, Second Life n’as aucun problème… il est parfait tel quel! Je blague évidemment… Je devrais désormais l’écrire lorsque je fais de l’ironie!

  9. Fred, Récemment sur un post j’ai essayé d’analyser le phénomène et force est de constater qu’il est tout sauf mort… la preuve : certains pays commencent à y monter des « ambassades » si toutefois c’est un argument ;-) Pour moi, les concepts de ce type marquent peut-être un profond changement dans la façon d’aborder le web. Je pense même que la virtualisation des interfaces dans des univers 3D est l’avenir des sites web. Il me semble que tout le monde a besoin de se raccrocher à des éléments visuels tangibles et de raccrocher tout cela à des éléments qu’il connait ou identifie dans la « vraie vie ». De ce fait les mondes virtuels sont de vrais paradigmes. Ensuite on peut parler de la qualité graphique, des fonctionnalités d’échanges etc. Mais quand on voit les grandes entreprises présentes, il semble que le développement n’en est qu’à ses débuts et qu’il y a fort à parier que demain les personnes qui sont aujourd’hui critiques (dont je faisais jusqu’ici parti) devront réviser leur jugement. N’oublions pas que ce type de concept est relativement nouveau, et à âge égal le web était loin d’une progression aussi fulgurante. En tout cas je me pose en spectateur attentionné de ce genre de pratiques sociales sur le web.

  10. Concernant World of Warcraft (ou dans d’autres jeux type MMORPG), le lien social qui se tisse vient du fait que certaines quetes ou instances (donjons), ne peuvent se parcourir qu’à plusieurs. Battre un dragon épique est impossible seul, ou même à dix. Il faut constituer un groupe de 50 personnes qui se coordonnent….et c’est extremement jouissif. Ces quetes ou instances, donnent lieu à une récompense (artefact, objet, arme, etc), qui sont des objets en nombre limité et difficiles à obtenir. Evoluer dans le jeu seul est possible, mais en groupe c’est plus facile (on récolte souvent des objets qui ne sont pas destinés à son « type » de personnage> revente ou échange) pour les échanges d’objets, d’infos…. La difficulté croissante des quetes amène à se dépasser avec son perso, et la course aux points d’expérience pour se démarquer est aussi un facteur important de sociabilité…tout comme les points de réputation qui font obtenir aux personnages un rang: par exemple, il y a un seul champion par serveur, et être champion vous donne une aura incroyable sur les autres joueurs.

  11. Bonjour, Très intéressant comme article. Je voulais rebondir sur le dernier post qui explique toute la notoriété et la force des jeux type MMORPG. Il ne peut y avoir de communauté sans leader, ni de force commune sans un pouvoir allant de l’avant. (mon opinion bien sur et pouvant évoluer) Je ne maitrise pas encore l’univers seconde Life, mais je ne pense pas qu’il puisse vraiment décoller sans cette approche. J’ai relayé ce post sur mon site car Seconde Life se met au recrutement virtuel pour des jobs réels le 11 juin. Alors, testons ce nouveau concept. A bientôt. Thierry

  12. Bonjour, Excellent article comme bien souvent merci :) Je vous conseille de jeter un oeil vers Outback qui devrait être à mon avis le SL 2.0. Cette métaverse devrait voir le jour cet été… Il s’agit d’une plateforme ayant toutes les possibilités de SL mais en mieux ! Graphisme aussi évolué que World of Warcraft, meilleure jouabilité contrairement à SL qui effectivement est très difficile à prendre en main et surtout, Outback fonctionnera en pear to pear ce qui devrait empêcher le lag et les bugs de SL ^^

  13. Très bonne analyse de SL. J’apprécie d’autant plus que la médiatisation à outrance du phénomène ne visant qu’à l’encenser fait oublier que SL n’est pas, ne peut pas être, aussi idyllique qu’on veut le faire croire. Je pense que le premier frein au développement est as forme trop ludique qui est en contradiction avec son : Second Life. La vie, qu’elle soit réelle ou virtuelle, n’est pas un jeu. Malgré les sites de recrutement (j’attends de voir les résultats à long terme), il manque un degré de professionnalisme à SL. Les entreprises intègrent SL uniquement dans un but marketing : se faire connaître. Imaginons un peu des réunions de travail sur SL, des AG d’actionnaires. Dans une logique marketing, les entreprises pourraient ouvrir leur porte, faire participer les consommateurs à l’élaboration des produits ou des campagnes par le biais de réunions sur SL. Dans ces cas-là, la fidélité du consommateur à la marque est largement acrue. L’intégration par le monde scolaire pourrait être aussi envisageable avec des cours de soutien scolaire, des conseils de classe. Ces propositions paraissent irréalisables au premier abord mais les possibilités du web tel qu’on le connait aujourd’hui l’étaient aussi, il y a 5 ans…

  14. La longue quête de Frederic pour trouver un successeur à Second Life est assez intéressante (merci toutefois, ma virtuelothèque s’agrandit). Cependant je ne pense pas que Second Life puisse aujourd’hui être comparé à quelque chose d’existant. Second Life est un ‘do it world’ (user content), si vous n’êtes pas satisfait de la qualité graphique, allez le dire à la personne qui a réalisé l’endroit où vous vous trouvez à ce moment précis. Ou encore passez une soirée à texturer un fauteuil avec vos petites menottes pour contribuer à en faire un monde plus beau. Si les contenus se professionnalisent et que les entreprises sont prêtes à payer des 3D artists, plutôt que de faire du buzz avec des bicoques pourries, alors, la qualité graphique s’améliorera… (le moteur graphique HAVOK permet autant d’effets et de qualité graphique qu’un jeu video classique – en tout cas bien mieux que cette salle de bain que j’ai pu voir dans un poste précédent…). Second Life est surtout le miroir de ce que vous y apportez, un concours lépine permanent, ne restons pas le bec ouvert en priant Linden Labs. Ce n’est pas à eux d’apporter les solutions, ils ont créé l’outil et l’améliorent jour après jour, aux résidents de bien s’en servir… fussent-ils des entreprises :) Et d’ailleurs, aujourd’hui les conditions d’une implantation sont réunies mais il faut savoir constituer de bonnes équipes de travail dans Second Life, car la création se fait online. D’où un phénomène que l’on pourrait qualifier d’esotérique (‘qui nécessite une initation’) et énerve bien les cols blancs (yeuk, c’est quoi ce monde de no life, pas question que j’y mette les pieds) et même les créatifs des agences qui se trouvent bien dépourvus. Mais pourtant les solutions sont là : les résidents. Cependant n’allez pas leur demander de travailler pour moitié moins qu’un créa d’agence. Second Life : c’est du web dans un moteur graphique de jeu vidéo. La réalisation d’un site web 3D devrait être un investissement supérieur à un site web pour avoir la qualité graphique d’un jeu video. Je pense que le climax de Second Life n’est pas atteint. Par contre celui du buzz media autour de la plateforme va bientôt rendre l’âme. Les marques qui apporteront des solutions pour les résidents et feront leur métier dans Second Life (ex : Banques : service bancaires) tireront leur épingle du jeu à moyen terme en imprimant une idée forte de leur capacité d’adaptation.

  15. Merci Nick pour ce long commentaire. Mais la réalité n’est pas si simple. Le moteur 3D de Second Life est limité, très limité, tellement limité que certains objets ne peuvent pas être reproduits fidèlement. En tout cas suffisamment fidèlement pour convaincre une grande marque. Je suis très impressionné par la nouvelle île de Harry Potter, mais prenons l’exemple des voitures : certains modèle sont tout simplement trop complexes et demanderaient beaucoup trop de prims (générant une surcharge du serveur et un ralentissement de la sim). Avec la nouvelle mise à jour du client SL peut-être les choses vont-elles évoluées et notamment avec la nouvelle gestion des textures sculptées. En tout cas jusqu’avant cette mise à jour, le niveau de réalisme était encore trop faible pour les clients les plus exigeants. /Fred

  16. J’ai testé second life, j’ai trouvé ça lourd, lent, pénible, et j’ai désinstallé. Comme tous ceux que je connais et qui l’ont essayé. Parmis eux, il y avait quelques joueurs de WOW qui ont trouvé SL « minable ». SL est certainement l’un des softs qui a le plus de buzz injustifié : sur la home en ce moment : Total Residents: 7,026,440 __Logged In Last 60 Days: 1,767,200 Online Now: 39,592__ Est-ce que vous arrivez à évaluer ces chiffres ? Franchement, à mon avis ça ne mérite pas un tel tapage.

Laisser un commentaire