Vers la santé 2.0 avec PatientLikeMe

La santé est un sujet de préoccupation très présent dans la culture anglo-saxonne où l’on pratique l’automédication à bien plus forte dose qu’en France. Je vous propose de découvrir ce soir non pas une encyclopédie collaborative de l’automédication mais plutôt un service très malin de coaching médical collectif : Patients Like Me.

L’objectif de ce service est de permettre la rencontre de patients ayant des profils similaires pour créer une émulation de groupe et une dynamique positive dans le processus de guérison. Ce service propose ainsi de suivre l’évolution de sa pathologie, de comparer les progrès réalisés avec d’autres patients similaires, de consulter une base de connaissance collaborative (answer network)… Pour résumer disons que c’est le MySpace des hôpitaux et clinique.

Je trouve cet initiative particulièrement intéressante et dans la droite ligne des services de coaching collectif  (à l’image de InpowR ou de ce réseau social de personnes désirant perdre du poids (dont je ne me souviens pus du nom).

En plus, je ne me lasse pas de cette mise en page très sobre mais terriblement efficace :

PatientsLikeMe (1)

 

Avez-vous d’autres exemples de sites de santé 2.0 ?

Un commentaire sur “Vers la santé 2.0 avec PatientLikeMe

  1. Je ne sais pas s’il faut forcément se focaliser sur la branchouillitude qu’évoque le 2.0 pour trouver de bons exemples d’entraide médicale. Doctissimo est un parfait exemple que la vague de jadis fonctionne toujours.

  2. Faudrait voir les fonctionnalités pour pouvoir comparer je pense. Si il y a davantage que du texte et si la recherche de « patients comme moi » est facilitée, ça a l’air d’être une très bonne idée ce site.

  3. Bonjour,

    Je suis médecin et je peux vous faire part de mon expérience de la gestion d’un site médical fonctionnant sur ce principe : http://www.atoute.org

    Créé en 2000 sur le principe de l’entraide entre patients, il reçoit actuellement un peu plus d’un million de visiteurs par mois.

    Dans la partie réservée aux questions sur les maladies, un regroupement des questions dans une même discussion demande un gros travail de modération (qui le distingue d’autres forums plus fréquentés) mais permet à un internaute d’accéder immédiatement à de nombreuses contributions plus anciennes sur le même sujet :
    http://www.atoute.org/n/forum/forumdisplay.php?f=24
    créant ainsi une sorte d’encyclopédie vivante d’expériences de patients et non un éparpillement de ces memes contributions dans de nombreuses discussions redondantes.

    Il est apparu rapidement que le regroupement de patients au profil similaire était le besoin le plus fréquent, bien plus encore que la simple recherche d’information médicale auprès du gestionnaire du site. Lorsque le trafic devient très important sur un sujet, un forum spécifique peut être créé, avec parfois des surprises concernant des besoins insoupçonnés comme le forum sur la mauvaise haleine.

    Il est important que les conversations soient animées par des non-médecins : des « online patient helpers » car sinon cela tourne rapidement à la demande d’avis médicaux.

    Il s’agit en effet de pur Web2.0, car le contenu est finalement apporté quasi exclusivement par l’utilisateur. L’administrateur se borne à fournir l’outil, à faciliter le dialogue et assurer une bonne tenue des échanges.

    Tel M. Jourdain, nous sommes nombreux à faire du W2.0 sans le savoir ;-)

  4. Encore un site pour se trouver toutes les maladies du monde… Personnellement je suis très retissant à ce genre de site.

  5. Bonjour il n’y a pas que Doctissimo comme bon exemple d’entraide médicale en Web historique. Il y a aussi Atoute.
    Cordialement

  6. Il faut aussi voir à quelles pathologies s’adresse ce genre de réseau social.

    Pour ce qui est des maladies où il y a un objectif de guérison ou d’amélioration, passant avant tout par le patient (modif de l’hygienne de vie, observance du traitement…), ce site peut être un plus car il pourra fonctionner comme un groupe d’entraide. Ca peut être le cas du diabète, des maladies coronariennes, de l’obésité ou même de l’alcoolisme et du tabagisme.

    En revanche, pour des maladies plus spécifiques, j’ai peur que cela génère une sorte de dérive, du style « moi je n’ai pas suivit l’ordonnance de mon médecin, j’ai bu du thé et j’ai vu mon magnétiseur, et j’ai guérit, alors pourquoi pas vous ? ».

    Je sais pas, peut être qu’il faudrait inclure des médecins dans ce réseau social, en tant que consultant, pour être à l’écoute et conseiller au cas où.

  7. Salut,

    Il existe un autre site tres similaire du point de vu fonctionalité et sobriété du design qui s’appelle:
    http://www.ourhealthcircle.org/.
    Il s’agit d’un projet assez récent (6 mois) dévelopé par 2 étudiants de Berkeley.

    D’autres developent leur services de manière plus large (pharmacy paramédicale, comparatif d’assurance, conseil, information….). A ma connaissance, les plus efficaces sont bien évidement basés aux Etats Unis:
    http://www.healthcare.com/
    http://www.revolutionhealth.com/

    Dans le meme genre d’idée, je participe moi meme a un projet qui s’interesse a la médecine vétérinaire. Le site:
    http://www.vetstoria.co.uk/templates/home.html
    Tout commentaire very welcome …

  8. A propos du site Atoute du DrDupagne cité plus haut par lui même, je suis très surprise des chiffres : un million de visiteurs par mois, pour proportionnellement peu de messages en fin de comptes (1.200.000 messages depuis la naissance du site il y 2 an et demi pour cette version).
    Cet écart m’interpelle : les messages postés ont une sacrée valeur, ce sont néanmoins très largement les lecteurs qui créent le traffic.
    Cet état de fait est il transposable à un service comme Twitter/Jaiku ?

Laisser un commentaire