De la place des smartphones dans notre quotidien

Aviez-vous remarqué à quel point les smartphones occupent une place prépondérante dans notre quotidien ? Autant, vous auriez beaucoup de mal à vivre dans un monde sans téléphone portable, autant les possesseurs de smartphone dans mon entourage n’envisagent plus de vivre tous les jours sans ce formidable outil. Outil de quoi ? De télécommunication, mais également de bien d’autres choses. Et c’est là le principal atout des smartphones de dernière génération : ils font intégralement partie de notre quotidien et participent même à son amélioration. De nombreuses personnes de mon entourage avouent ne jamais éteindre leur smartphone, ils dorment à proximité.

Même si les smartphones ne concernent qu’1/4 des propriétaires de téléphones mobiles, ces usages vont petit à petit se diluer sur des téléphones moins sophistiqués mais qui s’améliorent avec le temps. (cf. Ne négligez pas les smartphones low cost). Outre sa fonction de valorisation sociale, le smartphone a su prouver au grand public son utilité, et le pire dans tout ça, c’est que nous n’en sommes qu’au début…

Le smartphone est le meilleur ami de l’homme (et de la femme) (et des ados)

Les smartphones existent depuis une dizaine d’années, mais l’iPhone, son catalogue d’applications et ses forfaits (quasi) illimités ont permis d’élargir considérablement le spectre d’utilisations (cf. Les smartphones vont-ils tuer les terminaux portables dédiés) :

Grâce aux smartphone, les utilisateurs restent en permanence connectés (à leurs proches, collègues et graphe social), ils ne sont plus perdus, ils ne s’ennuient plus (musique et jeux), ils sont omnipotents (m.wikipedia.fr) et mieux organisés (nombreuses applications de productivité)…

iPhone_Compared

Difficile de se passer de son smartphones, surtout que les occasions sont fréquentes. On dénombre ainsi de nombreux contextes d’usages privilégiés :

  • Au bureau ou en réunion (consultation d’emails et prise de RDV) ;
  • Dans les transports (musique) ;
  • Dans les files d’attente (jeux) ;
  • À la maison (recherches ponctuelles sur le web)…

Avec 350.000 applications disponibles sur l’App Store d’iTunes (et plus de 250.000 sur l’Android Market), il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. Toutes les cibles sont ainsi représentées : hommes, femmes, ados, enfants…

AppStores-550x413

Non seulement les capacités techniques des machines évoluent, mais la créativité des éditeurs d’applications va dans le même sens. J’ai ainsi été récemment bluffé par un jeu sur iPhone qui n’utilise que le son : PapaSangre. Mais outre les domaines ludiques, les smartphones vont petit à petit venir s’installer sur des territoires toujours novateurs.

Les nouveaux usages en mobilité

Avec la croissance fulgurante que le segment des smartphones est en train de vivre, le marché s’organise pour fournir un ensemble de services étendant encore plus l’utilisation que nous faisons des smartphones au quotidien.

J’ai déjà parlé des applications de réalité augmentée donc je fais volontairement l’impasse là-dessus.

Il y a tout d’abord une authentique explosion des applications de messagerie groupée, sociale et/ou locale. Kik était précurseur en ce domaine, mais cette application à fait de nombreux émules comme GroupedInBeluga, GoupMe… (cf. Mobile Messaging March Madness). Dans cette série, Yobongo sort du lot en offrant la possibilité de dialoguer avec un nombre limité de personnes qui sont situées dans le même périmètre géographique que vous. Un concept intéressant pour faire tomber les barrières sociales et vous forcer à interagir avec de nouvelles personnes (sur le même principe, il y a aussi Color dont on parle beaucoup : Color Looks To Reinvent Social Interaction With Its Mobile Photo App).

Nous avons ensuite les applications d’informations ambiantes auxquelles on accède grâce aux flashcodes : contenus (magazines), tourisme, commerce, jeux… il existe une infinité de possibilités d’association d’information à un produit ou un service (lire à ce sujet le très complet Future Of Mobile Tagging). La dernière initiative que j’ai retenue est QR4Wine, une base de données de vin doublée d’une plateforme marketing (promotion, fidélisation…).

QR4Wine

Même si vous n’avez pas de lecteur de flashcodes, des applications comme Google Googles fonctionnent sur le principe de reconnaissance de formes et de scènes. Mais nous pouvons aller beaucoup plus loin avec les nombreuses applications de reconnaissance faciale comme Viewdle : This is the Creepy, Super Cool Future of Smartphones and Social Networks.

Viewdle

Signalons également de gros progrès dans les échanges CtoC avec des acteurs historiques comme Paypal, mais aussi de nouveaux entrants comme Square. Outre un certain nombre de startups, l’arrivée sur ce segment d’acteurs industriels va bouleverser la donne : Banques (j’ai personnellement travaillé sur un projet très ambitieux), opérateurs de paiement (Visa Adds Person-to-Person Payments in U.S.) et opérateurs téléphoniques (La Banque de France a accordé à Buyster son agrément définitif) sont ainsi sur les starting blocks.

Les échanges monétaires entre particuliers est un marché prometteur, mais pas tout neuf. J’ai par contre récemment découvert Zaarly, un service innovant qui permet de faire des offres d’échanges de service spontanées et ponctuelles : Zaarly, Is This The Future of Mobile Money and Markets?.

zaarly

Derrière ce service, il y a bien plus qu’une application en ligne. La possibilité de solliciter son entourage géographique direct procure ainsi un sentiment de (relative) toute puissance : vous ne faites plus la queue, vous ne portez plus vos sacs… Une fois déployé à grande échelle, un tel service pourrait être un très bon cas d’école dans l’évolution de notre société et de notre rapport aux autres.

Signalons également toutes les expérimentations autour du paiement sans contact : Visa begins trialling iPhone NFC payment solution in Europe, Google’s NFC plan: data sharing, targeted ads, and discounts et NFC in 2011: Wells Fargo Tests Mobile Payments in San Francisco. Tous ces articles font référence à la technologie NFC (Near Field Communication), mais ne vous y trompez pas : les puces NFC ne sont qu’un composant technique nécessaire, mais pas suffisant (cf. Le smartphone deviendra-t-il notre moyen de paiement principal ?).

Dernier domaine d’application dont je voulais vous parler : la capture et l’analyse de données personnelles (autrement appelé Self Tracking ou encore Quantified Self). Vous connaissez déjà le pèse-personne connecté de chez Withings ou radio réveil qui mesure vos plages de rêve de chez Zeo. L’objectif de ces terminaux est de collecter de façon systématique vos données personnelles (sommeil, poids, activité sportive…) afin de suivre vos progressions quotidiennes (avec un principe de social coaching). Tout ceci est très intéressant, mais nécessite le recours à un terminal dédié qui se charge de collecter et transmettre la donnée.

Zeo

Les smartphones pourraient ainsi se substituer à ces terminaux et servir pour la collecte de vos données personnelles : sur des données « simples » (vous saisissez votre poids) ou des données plus complexes (en connectant un tensiomètre à la prise casque). La saisie pourrait ainsi vous être rappelée quotidiennement par une alerte en mode push sur votre smartphone. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande le blog d’Emmanuel Gadenne qui s’y intéresse de très près ou encore la startup française Quantter.

Il existe de nombreux autres domaines d’application innovants, mais ceux-ci me semblent particulièrement intéressants.

Quels impacts ?

Pour le moment, tout ceci est petit à petit en train de se mettre en place, mais nous commençons déjà à voir dans quelle mesure les smartphones se positionnent au centre de notre quotidien : dans nos usages courants, dans notre travail, dans nos interactions sociales, dans nos transactions, dans notre santé…

La conséquence principale de cet usage croissant va être une augmentation considérable de la valeur émotionnelle des smartphones : on y trouve son carnet d’adresses, mais également ses photos et films personnels, ses fichiers musicaux et jeux… Préférez-vous perdre votre portefeuille que mon smartphone ? Quand les applications de porte-monnaie électronique seront déployées à grande échelle, la question ne se posera même plus !

De ce fait, les smartphones vont être l’objet de batailles toujours plus féroce pour capter l’attention des possesseurs. Il est déjà très complexe d’exister parmi les 350.000 applications de l’App Store, et ce n’est pas près de s’améliorer avec les usages innovants cités plus haut. Il va falloir faire preuve d’une très forte créativité pour proposer un service à forte valeur ajoutée et surtout pour le faire connaitre au marché (car vous ne serez pas le seul).

Pour couronner le tout, cette intensité concurrentielle réévaluée va s’accompagner d’un phénomène de rejet de ces sollicitations par les possesseurs : plus la valeur émotionnelle des smartphones augmente, la tolérance aux intrusions diminue. Il sera donc d’autant plus complexe de toucher les possesseurs de smartphones : une attention encore plus fragmentée, une concurrence encore plus féroce et une tolérance aux sollicitations encore plus faible. Il va falloir sel a jouer fine…

27 réflexions sur “De la place des smartphones dans notre quotidien

  1. Super article ! Surprenant parfois et pourtant tellement vrai ! Mon smartphone me sert beaucoup à communiquer avec ma meilleure amie que je ne voie pas souvent, c’est également ma bibliothèque musicale, mon transmetteur d’actualité, mon loisir instantané avec quelques jeux que j’ai installé, mon confident avec les poèmes que j’écris dans l’appli bloc-note. Bref, beaucoup de choses en un seul objet technologique. Et pourtant, je ne veux pas être esclave de la technologie, mais pouvons-nous vraiment l’eviter ? Surtout quand nous faisons partie de la génération Y ?

    J'aime

  2. Un excellent billet sur la place de plus en plus importante que prend notre smartphone dans nos vie. Merci pour les différentes mentions de mon blog webusage.net, de Quantter et du QuantifiedSelf qui est à coup sûr une tendance très prometteuse !

    J'aime

  3. Superbe post. Comme vous pouvez voir sur mon blog, pour des profs et étudiants de français, je reprend des nouveautés, nouvelles, etc de la culture française, qu’ils ne sont pas en disposition de connaître.
    Je vous demande la permission de « copier » votre post, bien sûr en faisant appel à votre blog.
    Merci de votre réponse.
    Abel

    J'aime

  4. @ Market_ere > Difficile de résister à la tentation… La question que je me pose est la suivante : Les smartphones nous rendent-ils plus intelligents ou plus dépendants ?

    @ aratapulphe > Plus le segment des smartphones haut de gamme progresse et plus celui des smartphones low cost également. Les innovations et interrogations sur l’iPhone ou le Nexus S se retrouveront dans 1 ans ou 2 sur des terminaux d’entrée de gamme, donc la discussion est valable por tous.

    J'aime

  5. Très bon post! Moi je me suis déjà dit que si je perdais le miens (alors que je n’ai plus de points auprès de mon opérateur) je serais prête à le racheter le prix fort! Alors que je n’ai pas forcément un budget extensible! Mais quand on y a gouté…. Sans compter bien sur qu’on dirait que j’ai des actions chez Apple auprès des personnes qui ne sont pas encore équipées… Et auprès de celles qui le sont déjà, je peux leur faire télécharger 3 ou 4 applis en 1h passée à côté lors d’une réunion :S

    J'aime

  6. Encore une fois, très bon article. Je me permettrais cependant une petite remarque concernant l’illustration « Comment les smartphones remplacent les autres terminaux » :

    On ne peut pas dire qu’un smartphone (qu’importe le constructeur) soit l’équivalent d’un APN à 370$ ou d’un GPS à 190$. Je suis totalement pour la convergence des outils dans un appareil, mais jusqu’à présent il est difficile de comparer un produit « stand-alone » à son équivalent mobile, souvent applicatif.

    Ce n’est qu’un aparté ;)

    J'aime

  7. La mobilité est également un enjeu clé les applications professionnelles. Chez IBM, nous avons par exemple développé une application mobile de notre réseau social d’entreprise, Lotus Connections pour nous adapter au changement de rytme de travail induit par l’explosion des smartphones. l’idée : que tous les collaborateurs puissent collaborer aussi facilement sur smartpone que sur PC.

    J'aime

  8. et les applications autour du video streaming (live broadcast, visiophonie, expertise / consultation médicale à distance…) ? vous ne les citez pas ? comment les voyez vous ?

    J'aime

  9. Très bon article bien étudié.
    N’oublions pas, pour comparer les tarifs, que la plupart des jeux et applications intéressantes (comme le GPS qu’il remplace) sont payantes et réduit ainsi le coût face aux multiples périphériques que le smartphone remplace.

    J'aime

  10. Certes…
    Pour *certains* utilisateurs, les smartphones sont devenus indispensables.
    N’oublions pas que la majorité (les 3/4 restants du marché) survit à priori très bien sans smartphone, sans applications inutiles, sans lire ses mails au milieu du repas…

    Relativement parlant,

    Guillaume

    J'aime

  11. Je suis d’un avis plus poussé que celui de Guillaume: faisant partie des 20% de français qui n’ont même pas de téléphone mobile… parce que je n’en ai pas besoin.

    Jusqu’ici. Un jour viendra où on ne pourra plus participer à une soirée, une fête, … sans téléphone. La cause? On s’organise différemment d’avant, tout se fait de plus en plus au dernier moment.
    On se met petit à petit hors de la société quand on n’a pas de téléphone mobile. Je suppose que ce sera pareil avec le smartphone (je trouve très bien trouver le slogan des Guignols à propos de Steve Jobs, de mémoire: il vous rend indispensable des choses dont vous n’avez pas besoin).

    J'aime

  12. Article très intéressant et très juste. Ayant un Iphone il est vrai que je ne l’éteign jamais et je l’utilise couramment dans la journée : reveil, radio, email, jeux, cartes, videos et music. Les smartphones sont une belle invention, mais l’on doit faire attention à pas devenir trop dépendant.

    J'aime

  13. Article très intéressant ! Je ne vis plus sans mon iPhone, et le week end que je viens de passer à Paris m’a prouvé qu’on trouve toujours l’appli dont on a besoin, en l’occurrence celle qui indique la station de taxi la plus proche. ;-)
    J’ajouterai donc au spectre des applications celles qui relèvent de l’aspect pratique : consultation de la météo le matin pour le choix de la tenue idéale, utilisation de la minuterie dans la cuisine… De fait, cela ne me gène pas d’être devenue dépendant d’un tel outil !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s