Amazon lance un site de contenus collaboratif pour la musique

Après IMDb pour les fans de cinéma, Amazon vient de lancer SoundUnwound, une plateforme collaborative de publication et de partage de contenus sur la musique. Ne vous y trompez pas, il ne s’agit pas d’un wiki géant à la Wikipedia, mais plutôt d’une grosse base de données éditable façon Internet Movies Database.

SoundUnwound

 

Cette plateforme concentre ainsi une grande quantité d’informations en provenance de sa base de produits (pour avoir la discographie complète des groupes et artistes), de Wikipedia, de YouTube (pour les vidéos) et de MusicBrainz (pour les biographies et anecdotes). Au final nous avons donc un site extrêmement riche qu’il est possible de compléter avec bien évidement un système de modération à priori. Exemple avec la page du groupe Soundgarden.

SoundUnwound_Group

 

Le site favorise un mode de découverte empirique en exploitant un certain nombre de d’informations pivot (genre, noms des membres…) Plus d’infos sur le blog officiel : SoundUnwound Blog.

Vous noterez au passage la possibilité d’avoir une représentation visuelle très sympa de la discographie d’un groupe sur une timeline (lire à ce sujet : Vive les timelines !) :

SoundUnwound_Timeline

 

Avec cette initiative, Amazon poursuit donc sa stratégie de capitalisation sur des contenus générés par les utilisateurs avec les sites suivants :

  • IMDb pour le cinéma (dont le modèle économique repose sur de l’affiliation) ;
  • SoundUnwound pour la musique ;
  • Shelfari pour les livres (un site communautaire racheté il y a peu) ;
  • Amapedia pour tous les produits présents dans la base ;
  • Askville pour les questions de la vie courante (une sorte de Yahoo! Answers mais qui peine un peu à décoller).

Voilà ce que l’on appelle une belle stratégie de couverture (domination ?) du marché. Selon vous quelle pourrait être la prochaine initiative d’Amazon ?

(via WebProNews)

Google se lance dans le cloud computing avec App Engine

Grosse surprise cette semaine avec l’annonce du lancement de Google App Engine, une plateforme d’hébergement d’applications (ils ont même un blog : Google App Engine Blog).

google_appengine

 

Concrètement App Engine est une plateforme qui s’adresse aux développeurs en leur proposant un ensemble de services (hébergement, base de données…) pour pouvoir faire tourner leurs applications sur les infrastructures de Google. Les experts appellent ça du cloud computing et cette solution est rudement pratique pour ceux qui veulent se concentrer sur le code et ne pas avoir à se soucier de l’infrastructure et des problématiques qui y sont liées (stabilité, disponibilité, monté en charge…). D’autant plus que Google propose dans son offre un certain nombre d’API pour leur simplifier la tâche (traitements divers, gestion de la BdD…).

Cette offre se positionne en concurrence directe avec l’offre de Amazon : S3 pour l’hébergement, EC2 pour les traitements et SimpleDB pour la base de données. Petite subtilité : les clients d’Amazon peuvent choisir un ou plusieurs de ces services (ils mangent à la carte) alors que les clients de Google doivent utiliser toute la plateforme (ils mangent au menu).

En poussant la comparaison un peu plus loin, nous pourrions associer Google App Engine à du PaaS (« Platform as a Service« ) comme peuvent le faire des acteurs comme SalesForce AppExchange ou BungeeLabs.

A peine lancé, certains pointent déjà du doigt les limitations de ce service :

D’autres y voient une très belle opportunité pour Google d’acquérir de nouveaux utilisateurs dans la mesure où il faut posséder un compte Google pour pouvoir exploiter les applications qui sot hébergées chez Google App Engine : Google App Engine: Cloud Control to Major Tom. Peut-être est-ce un moyen simple de pouvoir être plus proche des start-ups et de ne plus avoir à supporter le coût d’intégration en cas de rachat !

En poussant la réflexion un peu plus loin, on se rend compte que ce App Engine est en quelque sorte la réponse de Google à la Facebook Platform (App Engine, Facebook Platform, OpenSocial, and the Future of the Web) : la possibilité d’héberger des applications sur la plateforme technique de Google (les fameux data centers) et d’exploiter la base d’utilisateurs (les millions de clients de Gmail et des services de Google).

D’autres s’interrogent également sur le danger de cette nouvelle offre qui va permettre à Google d’accroitre encore sa position dominante (comparable à celle de Microsoft dans les années 90). Tiens et puisque l’on parle de Microsoft, il semblerait qu’ils ne soit pas en reste : Red Dog, Microsoft’s Answer to App Engine and AWS?.

Je manque encore de recul pou bien anticiper toutes les implications de ce nouveau service mais en tout cas nous nous dirigeons petit à petit vers un nouvel âge d’or de l’informatique. Qui pourrait nous confirmer cela : Guillaume ? Louis ? Didier ?…

Amazon US et ses bundles dynamiques

Vous devez forcément connaitre les bundles d’Amazon FR : « Deux, c’est mieux ! Achetez cet article et… ».

Mais connaissiez-vous les bundles dynamiques d’Amazon US ? Illustration avec la page-produit du Flip, le bundle est ici composé de 4 articles et il est possible d’en retirer certains :

AmazonDynamicBundle

 

Et il est même possible d’avoir des infos sur chacun des article du bundle en passant la souris dessus (une info-bulle géante est affichée). Rien à redire, c’est du grand art, et terriblement efficace en plus.

Par contre, savez-vous comment il est possible de se faire expédier ce produit en France ?

Amazon US, la Rolls des ‘Customer Reviews’ ?

Je parlais la semaine dernière des moyens de motiver les consommateurs à donner leur avis (cf. Comment motiver vos clients à donner leur avis) et voilà que le très bon blog de Varien publie un article sur l’utilisabilité des systèmes de collecte d’avis : Usability Review, Customer Reviews.

Différents exemples sont ainsi décortiqués dont celui de Amazon US qui présente la caractéristique très intéressante de pouvoir noter les avis. Ceci est particulièrement utile lorsque vous avez des milliers d’avis (comme sur le dernier tome de Harry Potter) et que vous souhaitez ne lire que les plus pertinents ou faire des statistiques. Ils proposent même de commenter les avis et de noter les commentaires des avis !

Vous avez de plus la possibilité de faire une lecture comparative du meilleur avis favorable et du meilleur avis critique :

Amazon_Customer_Reviews.jpg

Vous noterez également la possibilité de filtrer les avis en fonction des notes attribuées, de même que les avis publiés sous format vidéo :

Amazon_Video_Review.jpg

Ce n’est pas la première fois que je fais l’apologie d’Amazon dans sa version US, mais encore une fois je ne peux que reconnaitre leur savoir faire.

Pour ceux qui ne sont pas Amazon mais qui souhaitent se lancer dans l’aventure, je vous recommande cet article du Ecommerce and Entrepreneurship Blog qui recommande la solution de Power Reviews : Power Reviews Gives the Power to the Customer, and Helps the Retailer.

Qui connait cette solution ou l’a déjà testé ?

Amazon contraint de faire payer les frais de livraison

Le Syndicat du Livre Français vient de remporter la bataille juridique qui l’opposait à des boutiques en ligne dont Amazon et Alapage. Motif du litige : la gratuité des frais de port. Donc pour faire simple : Ce syndicat vient de condamner les clients qui le font vivre à payer des frais de livraison.

C’est un article de loi datant de 1981 (il y a donc 26 ans) qui a eu raison de la bonne volonté de ces cyber-marchands. Bonne volonté dont le patron d’Amazon avait fait son crédo (voir à ce sujet un billet rédigé il y a près de 3 ans : La fin de la publicité).

Je ne sais pas trop quoi dire sur cette décision absurde. Je suis triste… très triste d’être contraint par la loi de payer des frais de livraison. Une fois de plus, la France ne s’illustre pas : Amazon Ordered to End Free Delivery on Books in France.

Plus d’infos ici : Que pensez-vous de la remise en cause de la gratuité des frais de livraison pour les livres achetés en ligne ?

Qu’à cela ne tienne, je resterai fidèle à Amazon… et à la librairie de mon quartier. L’un m’apporte du confort et de l’exhaustivité aux meilleurs prix, l’autre m’apporte du conseil expert et de la proximité. Comme quoi, ces deux comportements d’achats ne sont pas antinomiques.

E-book + iPod Touch = Amazon Kindle

Grosse surprise hier lors de l’annonce par le patron d’Amazon du lancement d’un nouveau terminal dédié à la lecture de livres électroniques : Amazon Kindle.

Kindle

 

Au-delà de son look quelconque, ce petit terminal propose une expérience utilisateur tout à fait intéressante :

  • C’est un terminal autonome (pas besoin d’ordinateur) et extrêmement petit (une demi page A4) ;
  • Il utilise un affichage révolutionnaire d’encre électronique (décuplant ainsi la durée de vie des batteries) ;
  • Il se connecte automatiquement à la boutique Amazon (les livres que vous y achetez sont téléchargés en moins d’une minute grâce au réseau de téléphonie mobile) ;
  • Vous pouvez vous abonner à des grands journaux ou à des blogs pour pouvoir les lire tout les matins sans avoir à allumer votre ordinateur.

 

Kindle2

Et c’est bien là où ce produit est révolutionnaire : il élimine deux sources de problèmes (l’ordinateur et les opérateurs de téléphonie). Comprenez par là que dès lors où vous devez relier un terminal à votre ordinateur, tout se complique : problème de synchronisation, logiciels à installer et paramétrer, conflits… De même, dès que vous commencez à vouloir exploiter le réseau de téléphonie mobile, les opérateurs vous tombent dessus avec leurs histoires d’abonnements, de paiement à la minute…

Amazon a donc opté pour une expérience radicalement différente en rendant transparente la connexion de son terminal à l’internet. Tout ce fait par l’intermédiaire de Wispernet, la technologie d’Amazon qui repose sur le réseau haut-débit de Sprint. Vous noterez au passage qu’Amazon devient donc un MVNO verticalisé.

Cette approche transparente de l’utilisation du réseau de téléphonie mobile (pas de forfait, tout est inclus dans le prix du livre) est une petite révolution. Elle ouvre la voie a une expérience d’usage complètement différente. Ça ne vous rappelle rien ? Mais si enfin : l’iPod Touch et sa connexion Wifi grâce à laquelle vous pouvez acheter des morceaux sur iTunes sans passer par votre ordinateur.

Pour plus d’informations je vous recommande cette série de liens :

Vivement que ce produit soit disponible en France !

Une nouvelle version pour Amazon.com ?

Apèrs eBay, c’est visiblement au tour d’Amazon (en version US) de lancer une nouvelle version de son site : A Quick Tour of Our New Remodel.

Une grande première puisque les évolutions sont rares chez Amazon, la dernière remonte à mai 2005. Pour être plus précis il ne s’agit pas d’une refonte mais plutôt d’une évolution de son système de navigation :

NewAmazon

 

Un travail qui semble intéressant au premier coup d’œil. Attendons le résultat final pour voir ce qui va également changer sur le reste de la page.