On parle du web 2.0 sur BFM

BFM est une radio dédiée à l’actualité économique sur laquelle est diffusée tous les week-end une émission qui s’appelle l’Atelier Numérique. Sur ce programme, animé par François Sorel, Antoine Sire et Jean De Chambure, on y parle beaucoup d’internet et des services en ligne.

L'équipe de l'Atelier Numérique

Pour l’édition de ce week-end, l’un des thèmes abordés était le web 2.0. Pour animer le débat ils ont eu la bonne idée d’inviter votre serviteur afin de parler des interfaces riches. Pour la petite histoire j’étais accompagné de Laurent Binard, le DG de Wikio.

Pour ceux qui n’étaient pas devant leur poste de radio, je vous propose de télécharger le podcast de l’émission : Atelier Numérique BFM 24 juin (format MP3).

Et en prime, vous pouvez même écouter mon intervention (ça ne dure « que » 6 minutes) :

/podcast/dewplayer.swf?mp3=/podcast/Interview_BFM_Web2.0.mp3

Pour celles et ceux qui veulent creuser le débat, voici les liens vers les exemples qui sont cités dans l’interview :

Une expérience très sympa que d’être interviewé à la radio, même si je trouve que le thème était un peu traité à la légère… Mais bon, c’est une émission grand public, l’objectif n’est certainement pas de saoûler les auditeurs avec des querelles d’experts sur ces histoires d’Ajax et de vrais sites web 2.0. Au passage vous remarquerez que je n’ai pas cité une seul fois le mot ‘Ajax‘.

Un commentaire sur “On parle du web 2.0 sur BFM

  1. Le sujet est bien aborder pour du grand public. Quand vous dites que lun des avantages est le gain de bande passante, est ce vraiment un argument au vu des debits grandissant ?

  2. C’est bien beau tout ça, mais quid de l’accessibilité Web que l’on oublie encore trop souvent ? Si je trouve gmail simple d’utilisation et par conséquent accessible au plus grand nombre, il n’en laisse pas moins certains sur le bord de la route… Je trouve par ailleurs que le glisser/déposer sans alternative, c’est très limite… C’est, de plus, ce que propose Flash depuis des années… rien de nouveau donc… Ma question c’est : qui se cache donc derrière Web 2.0… des éditeurs d’ouvrage info? des entreprises à but… lucratif ? Web2.0 n’est-il pas simplement un moyen de rendre plus « visible » certains nombres de sites par cet argument commercial ? Oui au « web2 » s’il est conforme aux standards (ce qui n’est pas le cas), utilisé sans abus, et A-CCE-SSIBLE…

  3. Excellent ! Bravo pour votre intervention. Vous vous exprimez très clairement, ce qui ne va pas tant de soi lors de ce type d’exercice. Vous fournissez des exemples concrets. Après la video, le podcast a certainement sa place que votre blog ; sans doute le temps vous manque. En tout cas, c’est une bonne piste, et je suis sur que d’autres lecteurs trouveront que ce serait une bonne idée.

  4. Oui, je sais. Je consulte fredCavazza.net QUOTIDIENNEMENT. Si je pends un ton un peu agacé, au risque de passer pour un réfractaire, c’est que Web 2.0 déferle partout comme LA solution qui révolutionne le WEB. A mon sens, non seulement il n’en est rien, mais les problématiques évoquées (et résolues ?) par ce « courant » sont celles de nombre d’entre nous… les ‘praticiens’. Ma seule crainte, est que par effet de mode, comme flash le fut un temps, on oublie l’essentiel… rendre l’information accessible à tous. Je suis bien sûr pour une évolution majeure du Web, s’il elle est standardisée.

  5. Ha mais pas du tout Vincent ! Le web 2.0 n’a jamais été présenté comme LA solution du web. D’ailleurs depuis quand le web a-t-il un problème ? Je définirais le web 2.0 comme une phénomène encore embryonnaire qui ouvre de nouvelles possibilités pour toucher de façon différenciante des niches d’utilisateurs qui se désintéressent des médias traditionnels (le web 1.0 en fait partie). Après ça, ces nouvelles possibilités entraînes de nouvelles problématiques : on pensait par exemple les problèmes de compatibilité d’HTML définitivement résolus et voilà qu’Ajax débarque et nous replonge dedans. Moralité : considérons plus le web 2.0 comme un série d’expérimentations très prometteuses plutôt que comme LE web qui va ravir tout les utilisateurs du monde entier. /Fred

Laisser un commentaire