Quels enseignements peut-on tirer du rachat de YouTube par Google ?

Très grosse surprise cette nuit avec l’annonce officielle du rachat de YouTube par Google. Bon OK, très grosse surprise surtout pour moi puisque ma prédiction de la veille était fausse (il faut vraiment que je change d’indic…).

Plus sérieusement, la nouvelle a de quoi surprendre : 1,65 milliards de dollars, la somme est colossale. A partir de là, quels enseignements peut-on en tirer ?

1/ Nous entrons dans un nouvel âge d’or de la publicité en ligne

J’ai fais mes comptes, et ça fait une sacrée somme : 1 milliard de $ versé à MySpace + 1,65 milliards de $ pour YouTube = 2,65 milliards de $ pour pouvoir placer des publicités contextuelles. Waouh ! Cela représente un sacré marché. Entendons nous bien, je ne parle pas de bannières, mais bien de publicités contextuelles. Le défi à relever par Google va maintenant être de finaliser son moteur d’analyse pour pouvoir extraire des vidéos le contexte et y accoler des publicités contextualisées. C’est un sacré challenge, mais rien n’est impossible pour Google. A votre avis, vont-ils oser mettre des liens sponsorisés juste en dessus des vidéos encapsulées ?

2/ Les producteurs se défendent comme ils peuvent

Un accord signé à la va-vite avec Universal et zou, le rachat est signé. Je ne sais pas comment vous interprétez ça, mais moi je pense que les producteurs de contenus vidéos essayent tant bien que mal de récupérer les miettes d’un marché qui leur échappe complètement. Pour s’en convaincre, il suffit de voir ce qui s’est produit avec Napster : sitôt le service fermé, une multitude d’autres sont venus le remplacer. Voilà pourquoi les producteurs ne voulaient pas s’en prendre à YouTube ou Dailymotion : si les échangent ne se font plus sur ces plateformes, ils se feront ailleurs. De plus, nous pouvons y voir une tentative des producteurs de se défaire de la domination du iTunes Video Store qui impose ses conditions. Maintenant que les grands acteurs sont en place (Sony avec Revver, Yahoo! avec JumpCut et Google avec Youtube), les grandes manoeuvres vont pouvoir commencer et l’on va très certainement voir pulluler des offres de video-on-demand.

3/ Le web 2.0 a encore beaucoup de surprises à nous réserver

Malgré le scepticisme ambiant (auquel moi aussi j’ai cédé hier), de très gros enjeux pèsent sur les services orientés web 2.0 (partage, publication….). C’est d’autant plus encourageant que les services un peu moins médiatisés du web 2.0 (crowdsourcing, social shopping…) et qui représentent pourtant un potentiel bien supérieur n’ont pas encore été touchés par cette vague d’enthousiasme. Peut-être n’en sommes-nous qu’au début d’une vague de rachats, d’autant plus que Microsoft n’a pas encore dégainé…

Voilà quelques pistes de réflexion pour comprendre et essayer d’analyser à chaud ce rachat. Les prochains jours seront riches de commentaires et analyses plus poussées. Et vous, vous en pensez quoi ?

MAJ (11/10/2006) : Quelques réactions et analyses sur le JDNet : Google-YouTube : ce qu’en pensent les managers du Net (cool, je suis maintenant un manager ;-)).

Un commentaire sur “Quels enseignements peut-on tirer du rachat de YouTube par Google ?

  1. Je pense que le web 2.0 n’en ai qu’au début de son histoire. La possibilité des nouvelles technos web est immense et que dans quelques années plus personne ne voudra croire qu’il existait des applications en local. Tout porte à croire que l’avenir des applications passent par le web. (fibre optique, DD flash, wimax…). L’utilisateur devient ainsi mobile et libre, de pouvoir s’exprimer, argumenter, participer…

  2. J’avais toutes les raisons de croire que google allait effectivement racheter youtube, pas mal de signes avan courreur le laissaient penser : Yahoo vidéo largement en tête des distributeurs de vidéo Le poids croissant de la VOD Contrairement à ce que tu disais dans ton article précédent, je ne pense pas que les utilisateurs de Youtube allaient changer comme ça pour Google Vidéo : si ça devait se faire, ce serait déjà fait. Je vois un peu le rachat de Youtube dans la même veine que celui – dans une moindre mesure – de Lafraise, ou des fusions de FAI ADSL il y a quelques années : même si certains d’entre eux n’étaient pas rentables, la valorisation de l’utilisateur était suffisante pour que le deal soit intéressant.

  3. Les producteurs ont besoin de garanties sur les capacités des réseaux de distribution, voilà pourquoi ils sont prêts à négocier. Toutefois sur Youtube comme sur Myspace personne ne sait encore vraiment si ces plates-formes sont efficace pour distribuer de la VOD ou générer de la vente. Le réveil pourrait être douloureux si le ROI n’est pas au rendez-vous. Pour le moment l’immensité et le gigantisme des chiffres cache la réalité : ces services sont-ils des plates-formes de commerce?

  4. « Un accord signé à la va-vite avec Universal et zou »… J’en pense tout le contraire, cela a dû justement être réfléchi et négocié avec les majors sinon Google ne l’aurait pas fait. De ce fait, c’est sûrement une bonne chose.

  5. « Quid de google vidéo » Ben c’est simple : il n’est pratiquement pas utilisé, un peu trop austère peut être, en tout cas, le nombre d’utilisateur de youtube ou de dailymotion est bien plus important que celui de google video. C’est peut etre un peu pour ça aussi que google à fait le rachat… Pour avoir une base utilisateur…

  6. Un petit détail :
    Le rachat, qui s’est opéré par échange d’actions, a provoqué une hausse de l’action Google de 2,02% (source la Tribune), donc les 1,65Mds de dollars sont largement remboursés :
    128 Md soit valorisation Google ante opération x 2,02% soit la hausse de l’action hier =2,56 Mds Une opé plutôt gagnante dans l’absolu pour Google qui coupe l’herbe sous le pied de Microsoft et Yahoo. Sans compter les retombées médiatique de l’opération…

  7. Je suis entièrement d’accord avec Arnaud, l’opération est instantanément relutive pour Google alors que la logique aurait dû conduire vers une baisse du titre compte tenu de l’acquisiton de YT par échange d’actions… C’est donc le signe que le marché valorise fortement cette acquisition, les synergies, voire les revenus futurs. C’est la prime au leader, Yahoo a perdu du terrain hier, et pas qu’en bourse. Je pense que le mouvement de Google est très, très smart.

  8. Ne t’en fait pas Fred, ton analyse d’hier n’était pas si mauvaise. Dans les secteurs tradi, Google n’aurait jamais racheté YouTube et encore moins à ce prix là. Les enjeux sont doubles : avoir les meilleurs emplacements publicitaires et devenir/rester le service n°1 dans chaque domaine. C’est pourquoi, dans le même genre, que Yahoo avait racheté Flickr alors que Yahoo Photos était déjà le service photo n°1…

  9. Ca m’a bien fait sourire lorsque j’ai entendu ce matin, à la radio, le rachat de YouTube par Google alors que j’avais lu le soir même sur votre blog que ce n’était que des rumeurs déplacées… :) Bonne continuation

  10. nous pouvons y voir une tentative des producteurs de se défaire de la domination du iTunes Video Store il n’est pas dit que des accords entre Apple et Google ne soient pas dans les tuyaux. La force d’Apple est tout ce qui gravite désormais autour de l’iPod

  11. Le Web 2.0 n’obéit pas forcément aux logiques économiques traditionnelles. Ce rachat en est la preuve, quoique…

  12. Salut Fred. J’ai essayé hier de développer (http://newbiz.romandie.com/post/4683/34675) une première thèse quelque peu pessimiste (http://newbiz.romandie.com/post/4683/28377) que j’avais formulée fin août et qui s’inscrit dans cette mouvance. En quelques mots la thèse s’articule comme suit. Grâce aux services Web 2.0 participatifs les consommaCteurs vont améliorer la transparence du marché et ainsi rendre la publicité traditionnelle moins efficace et qui aura donc tendance à diminuer sous sa forme actuelle et ceci au détriment des services Internet dont le financement est basé sur ce type de publicité. Tu trouveras plus d’infos sur les posts.

  13. Que Google rachète YouTube est parfaitement logique. Est-ce que le montant du chéque est cohérent avec la valorisation que ça va générer ? trop tôt pour le dire, l’enjeu actuel est la prise de position sur le marché ce qui devrait annoncer d’autres acquisitions. Avec de telles valorisations, j’ai par contre envie de dire qu’on va reparler de bulle. Pour le reste, si tout cela se traduit effectivement par la pub, sur quel élément de valeur est-elle indexée ? Je ne crois pas que ce soit le contenu. Comme pour MySpace, c’est la capacité de l’espace à attirer l’utilisateur par une promesse de notoriété, de socialisation, ou tout simplement parce que c’est là que ça se passe. De ce point de vue, la valeur serait alors en phase avec le fondement même de ce qui motive à déposer de la vidéo sur YouTube et ce serait donc une bonne nouvelle pour l’économie à la sauce 2.0 et sans doute une moins bonne pour les autres espaces, notamment les médias « traditionnels »

  14. ton analyse sur Youtube est toujours parfaitement juste !!! celle d’un homme honnête Youtube á l’heure actuelle retirés les vidéos d’auteur c’est une vaste poubelle ! mais le temps ds pensés honnêtes logiques semble passer a l’arrière plan celle que revient de nouveau après quelques années de purgatoire est celle des requins pour un tel coup seulement un intouchable comme google aurait pu le faire. D’ailleurs en lisant souvent ton blog je suis surpris par une certaine « innocence » notamment celle de la vidéo sur le web !! c’est clair que la téle est saturé de pub et vidé de sont contenu l web c’est un nouveau média qui monte tout sera fait pour nous bombarder de grés ou de force par de animations flash et des vidéos classe !! seulement cela n apporte absolument aucune innovation !!! on ordinateur c’est pas sellent un écran de télé des choses intéressantes semblent arrivent avec les groupes de consommateurs que s’informent i mutuellement sur les produits bref ne plus regarder les pubs a la « simpsons » ( comme aimerait les marketeux) reste a espérer tout en restant prudent car tout va trop vite les choses n’ont pas leur durée de vie normal sur le net on passe de la naissance au déclin trés vite sans avoir de vraie maturité …. et souvent cela éclate comme une bulle… :-) eeh! oui Fred google toujours le gentille prédateur

  15. Je serais surpris que ce soit simplement de placer de la pub qui interesse Google. Il y a d’autres manières de faire que celle-ci, et moins onéreuses. D’autant que c’est une vue court-termiste. Google, à l’heure actuelle est dans une phase d’indexation et d’aggrègation d’information. Toute l’information qu’il peut trouver. Les sites, les mails, les vidéos, nos emplois du temps, nos documents bureautiques, nos conversations, etc. A court terme, ça ne sert à rien. Mais demain…

  16. Eric Schmidt (CEO de Google) siège depuis un mois au conseil d’administration d’Apple. Il ne faudrait donc pas se surprendre si un jour ça devient Google + You Tube + Apple (Music store). À ce moment, l’herbe sous les pieds des autres grands (yahoo, Sony et autres) serait vraiment coupé!

  17. Microsoft a-t-il un site de partage de vidéos ? Si ça n’est pas le cas, dailymotion peut se préparer à un rachat éventuel :) La remarque de Frédéric C. sur les professionnels producteurs de vidéos vaut tout autant pour les autres producteurs de contenu : que va-t-il advenir quand les google/ig, webwag, pageflakes, netvives monétiseront le contenu que d’autres auront produit :/

Laisser un commentaire