Vers un e-tourisme 2.0 ?

Après avoir fait le tour d’une multitude de services estampillés « 2.0 », je vous propose une première compilation sectorielle de ce que le web 2.0 peut nous offrir (à nous les utilisateurs).

Voici donc un petit tour d’horizon du e-tourisme 2.0 :

  • TravelPost est un service de notation de prestations touristiques (principalement des hôtels) par les voyageurs eux-mêmes ;
  • TripAvisor est également un service de notation de prestations touristiques, et ils viennent de sortir un mashup très impressionnant entre leur base de données et Google Maps ;
  • Kayak est un moteur de recherche de billets d’avion tout en AJAX, et son mode de fonctionnement est plutôt impressionnant (assez similaire au FareChase de Yahoo! Travel) ;
  • Farecast est un moteur prédictif de prix de billets d’avion qui se base sur tout un tas de paramètres pour vous dire si les prix vont augmenter ou baisser ;
  • Yahoo! Travel qui propose deux services collaboratifs (Travel Guides et Trip Planner) ;
  • SuperTour est un portail sur le voyage qui mélange vues à 360° et réalité augmentée (dont j’ai déjà parlé dans un précédent billet) ;
  • Travelistic est une plateforme de partage de vidéos dédiées aux voyages (le DailyMotion des globe-trotteurs) ;
  • Synthravels est la première agence de voyages virtuelles (qui organise notamment des voyages dans Second Life ou Entropia Univers).

Alors, ça en fait des idées intéressantes, non ? <message type="subliminal">Et si notre Voyages-SNCF national s’en inspirait pour pimenter son site…</message>

Un commentaire sur “Vers un e-tourisme 2.0 ?

  1. C’est clair que le e-tourisme est un des piliers du « 2.0 ». (doudiou que j’aime pas cette expression ! ça fait mal quand je tape…) C’est un domaine où le partage d’information se faisait déjà bien avant le « 2.0 » (aïe).

  2. Je me permet de proposer également notre portail communautaire de voyage Les internautes peuvent faire leurs carnets de voyage, des albums photos en relation, noter les compagnies aériennes, noter les voyagistes, les hotels, etc. Nous croisons ensuite totues les infos pour fournir le plus de renseignements pour les voyageurs. jp @+

  3. T’es méchant Seb, j’ai cherché pendant au moins 10 minutes dans mes liens sur Internet, car je recherchais ce site, et j’avais pas pris le temps de lire les commentaires, çà m’apprendra. Par contre j’arrive toujours pas à accrocher à ce concept super révolutionnaire qu’est Second Life donc encore moins à son concept d’agence de voyage. Mais a priori les marques achètent des espaces, donc j’imagine que çà peut marcher. Et c’est payant, c’est çà (Second Life)?

  4. On peut voir les sites hoteliers aussi, Comme ceux d’Accor – Accorhotels.com, il ya quelques années disposait d’un moteur de recherche basé sur des criteres subjectifs (météo, eloignement) …en flash.

  5. La liste est intéressante. Ca donne de bonnes orientations de l’agence de « demain » tant attendue… Tu ne cites pas encore Ecotour.com qui offre les notes et les avis non censurés sur ses séjours, vues satellite GoogleMaps, disponibilités et tarifs en temps réel..; résa 100% online, plusieurs CB… bref non pas du Web 2.0 mais du Customer 1.0 ;-) A ta dispo pour plus d’infos.

  6. Merci Seb (et Stéphane) pour avoir fait remarqué la présence de Vinivi. Un autre oubli: Sidestep, gros comparateur US de prix qui arrive en Europe. Voila peut-etre pourquoi Voyages-sncf n’est pas encore sur le Contenu Généré par les Utilisateurs: il se prépare à l’arrivée des comparateurs. Une autre explication également est le fait qu’animer une communauté est un travail à temps plein. Un voyagiste ne mettrait du contenu que pour mieux vendre ses produits, d’où une certaine confusion des genres. Il est dangeureux pour ceux qui veulent rester crédibles de vouloir vendre des voyages et échanger de l’information de manière non biaisée: arrive un moment où un hôtel qui représente un gros volume d’affaire fera pression pour enlever des commentaires… un vrai site d’échange d’avis de consommateur doit être indépendant du circuit de commercialisation.

  7. Gilles, Tout dépend du modèle du voyagiste… les avis des clients non censurés font en effet frissoner beaucoup de professionnels en place. Il y a un élément économique indéniable qui entre en ligne de compte et un double impact à mettre en avant l’avis des consommateurs : 1 – tu limites les litiges (et les remboursmeents) grâce à des infos « réelles » et tu aides à remonter l’info et améliorer la qualité de service 2 – tu responsabilise le client qui achète un produit d’entrée de gamme en connaissance de cause et en se responsabilisant; pas de blabla = pas de déception. Au voyagiste de choisir des produits d’un bon rapport qualité prix..; c’ets là que réside le bénéf de l’info vraie.
    Les voyageurs disposent de l’info dans tous les forums et blogs et tout le monde est heureux (sauf Fredcavazza.net) de glisser des addsens ou des modules d’affiliation dans ses pages..; autant dire que la VA de chacun est de plus en plus floue… Pour info, j’étais co-fondateur de Travelprice.com en 1995… Ecotour.com est une version 2.0 de l’agence en ligne… et vos avis, même contradictoires sont les bienvenus ;-)

  8. Foolpix, ta démarche est constructive (une meilleure information mène à de meilleurs produits, tout à fait d’accord), Ecotour est à l’avant-garde car d’autres acteurs ne sont pas encore arrivé à ton constat. Comme tu le décris, l’information est aujourd’hui diffuse (forums, sites persos, blog, sites de voyagistes, vidéos comme le montre Fred) et comme chaque site marchand commence à prendre l’avis de ses clients, la recherche d’infos va devenir de plus en plus difficile. C’est pour cela que je crois au positionnement ‘hors du circuit de vente’. Cela permet au voyageur de partager et diffuser librement son information, quelle qu’en soit la forme (un avis sur Vinivi peut ainsi référencer un billet de blog, un site perso de photo…). Nous organisons d’ailleurs avec des tours opérateurs la prise d’avis de leurs clients. C’est un système où tout le monde est gagnant et où chacun peut se concentrer sur son métier: le rédacteur sait à quoi/qui sert son avis, les autres voyageurs ont une info fiable, le professionnel à un retour produit organisé et se concentre sur son offre et ses prix.

  9. Je rajouterais : – http://www.igougo.com où comment constituer un portail de carnet-de-voyage-blogs pour offrir de l’information pratique ( et des bonnes raisons de partir ?) et de nous inviter au/à (acheter du ?) voyage. – http://www.booking.com où comment constutier des fiches produits avec des commentaires UGC… audelà de la réalisation très bien faite, le BP est aussi intéressant. Booking ne vend pas des chambres, mais transmet une résa… c’est ensuite les hotels qui font du retro-paiement au broker. C’est intéressant de voir comment les e-acteurs du voyages réagissent à la nouvelle vague actuelle du web. Ils ont été de vrai trend-setter dans la fin des 90s et ont construit un des premiers marchés de l’e-commerce… aujourd’hui, je les trouve un peu à la traine, ne travaillant pas la valeur media de leurs sites comme tant d’autres le fond. A quand le wantugo (wantuno-like) du voyage par exemple?

  10. Bonjour, J’adhère moi aussi à cette première liste de Fred et voudrais l’enrichir de l’excellent système made in France , dixit : « Première solution française de cartographie 3D dynamique avec vue aérienne et services dédiés au marché du tourisme ». Je vous invite à visionner leur vidéo de présentation… Pour ma part, c’est encore un bel exemple d’application du Web2.0 au tourisme…

Laisser un commentaire