Bilan du MIX07

Et voilà, c’est la fin du MIX07 qui c’est déroulé pendant tout une semaine à Las Vegas. Alors que je suis encore en train de me remettre du décalage horaire, je vous propose de prendre un peu de recul et de faire un petit bilan de la semaine et des impacts à prévoir pour les prochains mois (années ?).

Une réorientation stratégique pour Microsoft

Je ne suis pas un habitué des conférences et autres évènements Microsoft, mais ce qui est certain, c’est que nous avons pu observer un nouveau virage dans le discours de Microsoft : Abandonner cette image de position dominante et afficher une volonté d’ouverture. Pas une seule conférence n’a été faite sans que l’on nous rassure sur la compatibilité vers d’autres navigateurs (Firefox, Opera, Safari) ou d’autres systèmes d’exploitation (principalement Mac). Les démonstrations étaient ainsi systématiquement montrées sous Windows / IE et Mac / Firefox.

Ca n’a l’air de rien, mais ceci est révélateur d’une nouvelle posture pour Microsoft qui semble avoir assimilé le fait qu’une partie des utilisateurs de l’outil informatique sont maintenant définitivement acquis au culte Apple. Il était intéressant de compter le nombre de Mac Book qui trainaient dans les couloirs ou dans la Blogger Room. Après tout, comme le dit si bien Manuel : mieux vaut un Mac avec une licence Office plutôt qu’un PC avec un logiciel piraté !

Le choc des cultures

En voulant élargir son audience aux concepteurs et designeurs, Microsoft s’aventure sur un terrain qu’il ne connait pas avec un discours qu’il ne maîtrise visiblement pas. Et effectivement on ne raconte pas la même chose à des développeurs qu’à des designeurs. Il était très facile de ranger dans deux catégories les intervenants aux conférences : les employés de Microsoft (qui parlent de code) et les autres (qui parlent d’expérience utilisateur, d’émotion…).

LasVegas9

L’écart était ainsi vertigineux entre les employés de Microsoft qui ne faisaient que de la revue de code et les autres qui essayaient tant bien que mal de nous faire assimiler des notions comme le design 3.0, l‘innovation managériale ou encore les nouveaux modèles d’agences web.

En tout cas ce qui est certain, c’est que Microsoft est bien décidé à s’implanter durablement sur ce créneau et qu’ils ont mis en place une organisation centrée sur des community managers en charge d’évangélisation (en interne comme en externe) et de fédérer.

Un nouveau marché à conquérir

Avec la gamme Expression, Microsoft s’attaque à une véritable institution où règne sans partage Adobe (et Macromedia). Quelle stratégie Microsoft va-t-il devoir mettre en place pour grignoter des parts de marché ? En fait la bonne question est plutôt : quelles concessions ? Il y a ainsi fort à parier que Microsoft ne se risquera pas à vendre ses produits à l’unité, mais plutôt à les écouler au travers des licences globales des grandes entreprises : une sorte de cerise (les outils Expression) sur le gâteau (les licences Windows, Office…).

Reste à résoudre le problème de la montée en compétence : il n’existe pas de formation aux outils Expression. Microsoft va donc devoir jouer de son influence pour que les organismes et autres écoles élargissent leur catalogue de formation ou rajoutent des modules spécifiques aux nouveaux outils de Microsoft.

Une vision transverse

Avec le langage XAML, Microsoft vise plusieurs cibles : les navigateurs web (au travers de Silverlight) et le système d’exploitation (Vista et autres à l’aide de Smart Client). En s’attaquant à la fois au marché des RIA et des RDA Microsoft essaye de prendre de vitesse Adobe qui est encore en phase de pré-lancement pour Apollo (et probablement de recyclage pour Flex).

Et ce n’est qu’un début puisque certaines conférences plaçaient les premières pierres d’une vision beaucoup plus large qui inclue également les produits d‘entertainment (Media Center, Xbox…).

Plusieurs gros chantiers à mener

Avec les annonces faites durant la semaine (et avec le repositionnement en cours), il reste un long chemin à parcourir pour Microsoft. Certes, il faut bien un premier pas, mais les équipes de Microsoft devront s’attaquer de front à plusieurs chantiers :

  • Améliorer les outils de production (la V2 de Blend est déjà proposée en beta) ;
  • Stabiliser les environnements d’exécution (à commencer par Silverlight 1.1 Alpha) ;
  • Convaincre la filière (écoles, organismes de formation, agences, freelances…)
  • Séduire la communauté (bloggeurs, forums, portails, associations et lobby…).

Ouf ! La liste est longue et Microsoft devra concentrer ces efforts pour réussir et surtout ne pas se disperser (non mais c’est quoi ces rumeurs de rachat de Yahoo!). Pour donner de la crédibilité à son action, ils se sont déjà associés à des pointures comme Avenue A / Razorfish et AKQA ou à des ultra-spécialistes comme MetalIQ ou IdentityMine.

En tout cas ce qui est certain, et je le répète volontairement, c’est que le paysage et l‘écosystème des interfaces riches est définitivement modifié.

Un commentaire sur “Bilan du MIX07

  1. Jour de gloire, mon premier post :) Bonjour Fred ;) Petite question, en lisant ton compte-rendu sur SilverLight et sur les conférences du MIX07 en général. J’ai pu constaté que tu étais enthousiaste sur cette nouvelle technologie de Microsoft mais bon, toujours un peu sceptique (pas mal de chemin à parcourir pour Microsoft pour rattraper 10 ans de retard même s’ils peuvent potentiellement avoir accès des millions de developpeurs qui utilisent Visual Studio et non utilisateur de la gamme Adobe). Toutefois je n’ai pas vu de vrai démo donc difficile de me faire une opinion, mais je suis tombé sur un article de Michael Arrington qui est plutot radicale concernant la comparaison Silverlight / Flash: – « It makes Flash/Flex look like an absolute toy » – « It blows away native Javascript routines – without exaggeration, Ajax looks like a bicycle next to a Ferrari when compared to Silverlight » … ma question est … est-il vraiment TROP enthousiaste rapidement ou tu ne l’es pas assez ? (pas de critique la dedans :) )

  2. Microsoft changer ? mmmm ça fait des années qu’on y croit plus vraiment Cette phrase fait très Sarkozy mdr : Abandonner cette image de position dominante et afficher une volonté d’ouverture Pour le XAML, je vais essayer de suivre l’actualité

  3. Tu es très juste quand tu parles de la nouvelle posture. Cela fait deux bonnes années que ce processus est enclenché chez Microsoft. A Bruxelles, pour une présentation de Vista à un panel de blogueurs, la démo avait été faite sur un mac book pro a l’aide de bootcamp. O’Reilly vient de faire une petite analyse sur les ventes de livres techniques : RubyOnRails explose littéralement tous les chiffes au contraire des livres AJAX, ASP ou PHP qui se tassent sérieusement. Et l’engouement pour RubyOnRails reste encore une excellente image de marque pour la petite pomme. Presque tous les leaders de ce framework sont des fanas d’Apple à plusieurs titres. L’idéologie de ce framework est d’ailleurs un des enfants spirituels d’apple. http://weblog.rubyonrails.com/2007/5/7/ruby-and-rails-continues-book-bonanza

  4. @ Michel > J’ai beaucoup de respect pour Michael Arrington, mais je pense qu’il ne sait pas de quoi il parle. On ne peut pas comparer Javascript à Silverlight ou même à Flash, donc ça je n’en parle pas (ça n’a rien à voir). En fait ce n’est pas Silverlight et Flash qu’il faut comparer, mais plutôt les offres dans leur globalité : d’un côté Flex/flash + Apollo + Photoshop/Illustrator de l’autre Silverlight + WPF/Smart Client + Expression + Visual Studio Car pour l’instant Flash conserve une bonne longueur d’avance sur Silverlight (qui n’est pas encore officiellement sorti !). /Fred

  5. Je suis d’accord avec toi sur le fait qu’il faut comparer les offres, mais ceci est principalement vrai pour les nouveaux developpeurs. Je m’explique: étant developpeur utilisant déjà la gamme Adobe et d’autres outils réputés pour la création d’application internet, il me faudra une bonne raison pour utiliser SilverLight (sauf si un client le demande explicitement ou pour le plaisir de tester un peu les nouvelles technologies) vu que le domaine d’utilisation semble le même que Flash/Flex. Si SilverLight offre des fonctionnalités utiles et performances supérieurs à Flash, ca pourrait en effet attirer les developpeurs actuels. Il faut bien une raison correcte pour que les développeurs changent leurs outils.

  6. Je rejoins l’avis de Fred sur la vision de Michael Arrington. Surtout pour : It blows away native Javascript routines – without exaggeration, Ajax looks like a bicycle next to a Ferrari when compared to Silverlight C’est 2 techno n’ont vraiment rien avoir. Elles ne seront pas du tout utilisé au même endroit:

    - Ajax : léger, utilisable sur 98% des machines(voir 100% si l'ajax est non intrusif ds le site) - Silverlight : est lourd, non référencable(là je m'avance un peu,mais l'inverse m'étonnerais beaucoup) et en contre partie il dispose de fonctionnalités avancés : vidéo, 3D, ...

    Je pense que Sylverlight sera très présent dans la vague Intranet 2.0.

    - Quelqu'un sait si Silverlight permet d'accéder au ressources systéme et au périphérique ? - Quels outils Microsoft proposera t'il pour le design ? Car Visual Studio est vraiment pas fait pour ça, seront nous réduit à l'importation d'objet fait sous adobe ?

    Pour les demos, il y en a quelque une mais rien d’impressionant : http://silverlight.net/community/communitygallery.aspx

  7. Il est bon de rappeler encore une fois la raison d’exister de WPF/silverlight : transformer les développeurs d’entreprise actuels issus des technologies MS en développeurs de RDA (avec .NET 3.0 et WPF) et RIA (avec Silverlight), du fait d’une forte demande/d’un effet de mode (barrez la mention inutile). Comme le dit très bien Michel, « Il faut une raison correcte pour que les développeurs changent leurs outils ». C’est bien parce que .NET est sorti en 2002 que des millions de developpeurs VB6 ne sont pas passés à Java. De la même manière, c’est parce XAML existe que les développeurs .NET n’auront pas besoin de tout réapprendre chez Macromedia pour faire des interfaces graphiquement très évoluées. Microsoft répond simplement à une demande en produisant les outils adaptés à la tendance, et c’est tout ce qu’on attend d’un bon fournisseur. « Mettre une claque à Macromedia/Adobe » est une exagération, car les développeurs appartenant à ce monde n’ont aucune raison de changer de technologie, surtout dans ce métier ou il y’en a tellement qu’il devient très coûteux de se disperser. Avec tous les nouveaux demandeurs en perspective, il devrait y’en avoir pour tout le monde.

  8. Nous sommes d’accord sur le fait qu’Arrington craque parfois complètement en particulier quand il s’agit de technique ! Je pense pour ma part que la comparaison Flash/Silverlight tient tout à fait la route même si je laisse pour ma part une très grosse avance à Flash sur le sujet. Ceci dit les 2 peuvent parfaitement coexister et Silverlight sera une corde supplémentaire à l’arc des concepteurs de solutions web riches : c’est donc une bonne nouvelle mais loin d’être véritablement une révolution. J’attends par contre beaucoup plus de la part de Microsoft sur WPF : là, on va vraiment pouvoir se lacher au niveau de l’enrichissement des interfaces (par contre, on restera contraint aux plate-formes Microsoft…)

  9. simples questions d’un développeur Web 2.0.
    Flash est magnifique. Flash est chez tout utilisateur.
    Pourtant flash n’a pas remplacé Ajax (html+js+bidouillage) ?
    Pourquoi ?
    D’ailleurs pourquoi faut-il du flash ?
    ok pour la vidéo et l’animation légère.
    Lorsqu’un mastodonte possède un plugin video et que l’un de ces concurants sort une technologie identique un peu mieux, on peu crier à la révolution.
    Moi je m’en fou je veux ni l’un ni l’autre !

Laisser un commentaire