De la nécessité d’équilibrer les budgets de communication

Je ne me lancerais pas dans un cours magistral sur l’histoire de la communication et des techniques publicitaires, mais je pense ne pas me tromper en disant que la banalisation d’internet dans un premier temps et l’avènement des médias sociaux ont fortement bouleversés les relations entre annonceurs et consommateurs. Jusqu’à récemment, pour vendre il suffisait d’occuper l’espace. Plus votre marque occupait de la place sur les médias et plus les ventes étaient importantes. Cette configuration de marché forçait donc les communicants à raisonner en fonction du GRP d’un produit, elle a conduit les marques à investir des sommes toujours plus importantes.

Le problème est que cette configuration de marché a maintenant évolué et que matraquer la tête des consommateurs n’est plus suffisant pour doper les ventes. Car le consommateur d’aujourd’hui a appris à se protéger des messages publicitaires et a surtout acquis des réflexes bien spécifiques en phase pré-achat : il se renseigne, lit et discute (cf. 58% des consommateurs s’informent sur internet à propos des produits qu’ils veulent acheter). Cette évolution dans les habitudes de consommation devrait logiquement s’accompagner d’une évolution dans la hiérarchisation des supports de communication. Or, c’est loin d’être le cas, car les budgets des annonceurs sont encore très largement utilisés pour crier et non pour écouter / dialoguer (cf. Branding in the Digital Age: You’re Spending Your Money in All the Wrong Places).

Exposition des prospects lors des différentes étapes du cycle d'achat

Si l’on observe ainsi les pratiques de communication, une très large partie du budget de communication est dépensé lors des étapes de reconnaissance du besoin (publicité, sponsorisation…) et lors de la prise de décision (promotions, PLV…). Entre les deux, il ne se passe pas grand-chose, et c’est bien dommage, car c’est là où tout se joue. Les prospects en phase de recherche des offres et d’étude des alternatives sont ainsi exposés à une multitude de mentions des produits et services sur les médias sociaux (blogs, forums, Facebook, Twitter…). Ils ont également accès à un très grand nombre d’avis client (sur les sites des distributeurs ou sur les sites dédiés) et de critiques expertes (blogs ou portails spécialisés).

Ne trouvez-vous pas dommage de dépenser autant d’argent pour augmenter la notoriété d’un produit / service et de se limiter quand il est question de leur réputation ? Certes, les médias sociaux peuvent impressionner, faire peur (ce sont des territoires de communication bien plus instables que les médias traditionnels) mais ce n’est pas une raison pour maintenir un tel déséquilibre. Pire : vous ne parviendrez jamais à compenser une mauvaise réputation de vos produits en communicant plus fort, au contraire vous aggraverez les choses en augmentant l’exposition des produits (donc le nombre de critiques).

Certains ont décidé de sauter le pas, comme Pepsi-Cola qui n’investit plus un seul centime en communication traditionnelle. Sans aller dans cet extrême, je trouve logique de procéder à un arbitrage plus cohérent des budgets publicitaires en accordant plus d’importance aux médias qui impactent le plus la décision d’achat. En clair : dépenser moins en affichage / marketing direct et plus en social marketing.

Cette vision est peut-être utopiste, mais même un léger équilibrage peut faire une grosse différence : les campagnes traditionnelles se chiffrent en millions d’euros alors qu’une cellule d’écoute / dialogue en coûte 20 à 50 fois moins.

Un autre facteur à prendre en compte est la marge sur les prestations vendues par votre agence de communication : elle privilégiera naturellement les campagnes qui lui rapportent le plus. Mais c’est une autre histoire…

Mes réflexions sur le MIX 2010

Je suis maintenant de retour en France et je prends le temps d’analyser tout ce qui nous a été montré lors de l’édition 2010 du MIX par Microsoft.

Retour en force de Microsoft sur de nombreux fronts

Alors que ces dernières années Apple, Google ou Facebook innovaient dans tous les sens, Microsoft avait accumulé un retard notable sur un certain nombre de sujet : Navigateur, smartphone et cloud computing. Depuis le début de l’année il semblerait bien que la firme de Redmond ait la très ferme intention de revenir dans la course et même de retrouver son leadership avec de nouveaux produits comme Windows Phone et IE 9. Nous commençons également à y voir un peu plus clair dans les plans de Microsoft en ce qui concerne Azure et les nombreux services qui vont petit à petit venir s’y greffer. De toute façon, nous n’en attendions pas moins de Ray Ozzie sur ce dernier point. Maintenant que le voile a été levé, reste à Microsoft d’assurer LE test ultime : celui du marché.

Des changements culturels profonds

Saviez-vous que la moitié des employés de Microsoft ont moins de 8 ans de maison ? Non pas que le turn over soit élevé, mais que le renouvellement des équipes est visiblement une priorité dans la politique RH. Résultat : Une nouvelle vague de collaborateurs issus de la génération Xbox / Zune qui accouche de produits étonnamment disruptifs et en rupture complète par rapport au marché (à l’image du Windows Phone ou du projet Natal). Il y a donc une réelle volonté de la part de Microsoft de tourner la page sur les années Windows / Office et se tourner vers les marchés d’avenir (nomadisme, divertissement…). Autre conséquence de cette nouvelle image : Un rapprochement évident avec les communautés open source (par opposition à Apple qui s’affirme comme le champion des standards fermés).

Silverlight comme le garant d’une expérience riche et multi-plateforme

Plus nous avançons dans les versions de Silverlight et plus il est évident que cette technologie est bien plus qu’un plug-in RIA. En plaçant Silverlight au coeur de produits comme la Xbox ou Windows Phone, Microsoft cherche à en faire le vaisseau amiral d’une nouvelle expérience utilisateur multi-plateforme. À ce petit jeu là, Microsoft risque bien de prendre de vitesse Adobe et son Open Screen Project qui se heurte à Apple.

J’ai également eu la très nette impression que Microsoft cherche à séduire les développeurs de casual et social games en mettant en avant la maturité de l’environnement Visual Studio et les capacités de Silverlight dans ce domaine. Rappelons à ce sujet que Microsoft est actionnaire de Facebook, que Facebook est LA plateforme sociale de référence pour les social games, social games qui tournent à 99,99% sous Flash. On pourrait ainsi supposer que Microsoft a la ferme intention de se positionner sur le marché des social games avec une offre verticale comme peut le proposer Unity. Il faut dire qu’entre XNA et Bungie, Microsoft possède de sérieux atouts.

En attendant le prochain Windows…

Nous ne savons pas grand chose de Windows 8, juste que Microsoft nous prépare quelque chose de gros… Impossible de savoir s’il s’agit de bluff, mais entre le discours de Bill Buxton sur les interfaces naturelles, les incroyables possibilités du project Natal et la maturité de la réflexion sur l’interface du Windows Phone, je me dis qu’ils pourraient bien nous surprendre. D’autant plus s’ils décident de s’intéresser aussi aux périphériques pour proposer une offre hardware + OS + logiciels entièrement nouvelle.

Je peux me tromper, mais j’ai la conviction qu’ils ont à la fois la volonté et les ressources financières / humaines pour complètement ré-inventer leur approche de l’outil informatique. Plus que jamais les prochaines années vont être passionnantes…

MIX 2010 – Jour 0

Et c’est parti pour 3 jours de conférence à Las Vegas à l’occasion du MIX, la grande messe annuelle de Microsoft. La conférence ne commence officiellement que demain mais nous avons droit à une première journée de pre-sessions en ce dimanche ensoleillé.

Une fois passé l’étape de récupération du badge et des goodies (les habituelles gourdes et stylos) nous nous retrouvons dans un centre de conférence bien agréable, surtout la partie lounge avec vue sur la plage artificielle du Mandalay Bay (le type sur la photo voudrais bien y aller mais sortir à l’air libre semble lui faire un peu peur…).

L'espace lounge de la conférence avec vue sur le dehors
L'espace lounge de la conférence avec vue sur le dehors

Pas le temps de se détendre car les premières sessions démarrent déjà.

HTML 5 Now !

La grande attraction de la journée est le workshop géant de Molly Holzschlag, la grande prêtresse du HTML et des standards web qui travaille chez Opera.

Molly sur la scène du MIX 2010
Molly Holzschlag pieds nus !

La matinée est consacrée à une question existentielle : Pourquoi HTML 5 ? (ou du moins comment en sommes-nous arrivé là) :

  • Le web repose sur la notion d’interopérabilité mais comme le HTML a stagné trop longtemps (10 ans depuis HTML 4.01), cette interopérabilité est menacée par les nombreuses initiatives des navigateurs ;
  • Les spécifications du W3C ne sont « que » des recommandations qui sont interprétées et plus ou moins implantées par les éditeurs de navigateur ;
  • Parfois des innovations isolées sont spécifiées ultérieurement par le W3C (ex. : XMLhttpRequest lancé par IE, Border-radius lancé par Firefox – il me semble) ;
  • Les spécifications d’HTML 5 sont plus longues à rédiger car beaucoup plus précises que pour les autres technologies du W3C afin d’éviter toute interprétation par les éditeurs (et notamment la gestion des erreurs) ;
  • HTML 5 est déjà (partiellement) supporté par l’ensemble des navigateurs ;
  • La majeure partie des sites (et des pages web) se font imposer la version d’HTML par l’outil de gestion de contenu qui définit de façon arbitraire le Doctype ;
  • XHTML 2 était trop rigoureux et ne voulait pas gérer les erreurs ni la rétro-compatibilité, les travaux de spécifications ont donc été stoppés car les standards sont supposés reposer sur la notion de compatibilité (même rétro) ;
  • Petite précision : Rétro-compatibilité = Vous avez le contenu sans le design, Dégradation élégante = Vous avez le contenu et la majeure partie du design ;
  • Tous les grands acteurs du web contribuent au groupe de travail sur HTML 5 (rappelons qu’il y a 2 jeux de spécifications : Celles qui sont en cours de rédaction par le WHAT-WG et celles approuvées par le W3C ;
  • Internet Explorer évolue beaucoup plus lentement que les autres navigateurs car ils doivent gérer un héritage très contraignant ;
  • IE est problématique même dans sa dernière version car si le Doctype n’est pas spécifié explicitement c’est le moteur de rendu de IE 5.5 qui est utilisé (gloups !) ;
  • HTML 5 a pour objectif de proposer la meilleure expérience d’utilisation possible pour le web, cette version est tournée vers l’avenir mais doit se plier à une contrainte de rétro-compatibilité (« evolution not revolution« ) ;
  • HTML 5 est une réponse à l’enrichissement du web et aux besoins croissants relatifs aux applications en ligne ;
  • Elle insiste sur le fait que HTML 5 priorise avant tout les besoins des utilisateurs et des auteurs par rapport à ceux des éditeurs de navigateur ;
  • HTML 5 introduit une séparation stricte du contenu, de la structure et de la sémantique, cette version prépare ainsi la transition vers le web multi-plateforme (et les terminaux mobiles) ;
  • L’accessibilité est un sujet toujours d’actualité, surtout au travers des problématiques de référencement naturel.

Une intervention surprenante car plus tournée autour des enjeux « politiques » de HTML 5 que d’une explication des balises. Molly a terminé sur un point de vue surprenant : HTML 5 est plus une philosophie qu’un langage et représente une avancée majeure dans le mode de fonctionnement du W3C et ses rapports avec le marché et les éditeurs.

Vegas Baby !

L’après-midi a été consacrée à des activités beaucoup plus triviale avec un virée sur le strip et notamment le City Center, un tout nouveau complexe hôtelier à près de 11 milliards de $ qui est tellement nouveau que quasiment rien n’est terminé ! Du coup nous nous sommes rabattu sur le Bellagio et sa flamboyante galerie marchande de luxe.

Le Bellagio et sa reproduction du lac de Côme
Le Bellagio et sa reproduction du lac de Côme

La soirée a été tout aussi agréable avec une sortie groupée pour les journalistes / blogueur dans un resto japonais avec table chauffante et crevettes qui volent dans tous les sens :

Le cuisto-cascadeur du restaurant japonais
Le cuisto-cascadeur du restaurant japonais

C’est demain que les choses sérieuses vont commencer avec la keynote d’ouverture. À suivre…

Mes réflexions sur Silverlight 3 et la stratégie RIA de Microsoft

L’édition 2009 du MIX s’achève et comme à chaque fois, Microsoft nous a régalé avec de nombreuses annonces. Oublions le faste et les paillettes de Las Vegas pour prendre du recul et analyser à froid (tiède ?) la teneur de ce qui a été annoncé.

mix09_canyon_1.jpg
Adieu Las Veags et le Grand Canyon

Silverlight 3 et IE8

Annoncé il y a moins de trois ans, Silverlight en est déjà à sa troisième version. Une version par an c’est beaucoup, c’est même énorme pour un acteur de la taille de Microsoft. La preuve qu’ils mettent les bouchées double pour rattraper leur retard sur Flash et s’imposer sur un créneau où Adobe a beaucoup de mal à s’implanter : les RIA d’entreprise. Car ce sont bien les entreprises qui sont la cible principale de Microsoft, tout est fait pour capitaliser sur le framework .Net sur lequel Microsoft a énormément investi (temps et argent).

Le grand public n’est pas en reste avec un focus sur le streaming vidéo et la HD. Petit à petit Microsoft est en train de faire mûrir son offre et sa légitimité avec des partenariats industriels (notamment Akamai) et des partenaires média (NBC, France Television…). Cette approche verticalisée me fait penser à celle d’Apple et QuickTime qui s’est imposé sur la niche des bandes annonces. Sur ce créneau, les ambitions sont clairement affichées : concurrencer le marché des DVD avec de la VOD de qualité et les services qui vont avec. Les disques Blu-ray sont-ils également menacés ? Pourquoi pas, c’est juste une question de débit.

Concernant IE8, il n‘y a pas grand chose à dire : ils sont complètement largés face à une concurrence acharnée de la part de Mozilla (Firefox), Google (Chrome), Apple (Safari) et même Opera. Mon analyse : à quoi bon se battre pour conserver les parts de marché des navigateurs alors qu’ils peuvent noyauter les concurrents avec Silverlight ?

Expression

Débarqué récemment sur un terrain où on ne les attendait pas du tout, Microsoft continue de capitaliser sur la suite Expression qui adresse trois populations distinctes : les designers avec Design, les intégrateurs avec Web et les animateurs avec Blend (désolé pour ce terme barbare mais je n’ai rein trouvé de mieux). Avec SketchFlow il adresse une nouvelle cible (les concepteurs) qui jusque là avait été largement délaissée (laissant quelques miettes à des acteurs de niche comme Axure).

Intégrer un quatrième profil est donc une très bonne chose car ils remontent ainsi encore plus haut dans la chaine de création et peuvent à terme lancer un quatrième produit (qui pourrait potentiellement s’appeler « Flow« ).

Restera alors une cinquième population à cibler (les chefs de projet) qui seraient ravi d’avoir entre les mains un outil de pilotage du projet et de collaboration (avec les équipes internes / externes, le client…). Pourquoi pas une offre hébergée à la Basecamp ? Cela collerait tout à fiat avec la philosophie S+S chère à Ray Ozzie.

Un effort considérable est également réalisé pour développer l’écosystème SL et pour mobiliser une communauté de développeurs (une extension de MSDN ?). Macromedia disposait d’un écosystème incroyablement dense qu’Adobe n’a pas su conserver (changement de marque et de cible). Il y a donc des places à prendre pour convaincre une communauté que la complexité de la gamme Adobe peut rendre sceptique (Photoshop vs. Illustrator vs. Fireworks, Flash Pro vs. Flex Builder…). Sur ce point précis, Microsoft n’a pas a gérer la complexité de l’héritage de nombreux produits.

J’attends donc avec impatience la réponse d’Adobe avec le futur Flash 11 et surtout avec l’évolution de Flash Catalyst, et je vous donne rendez-vous l’année prochaine pour découvrir Silverlight 4 !

MIX 09 : Jour 2 (suite)

Les conférences s’enchaînent au MIX09 et les premières vidéos officielles sont déjà disponibles ici : Live.VisitMix.com.

Wireframes That Work: Designing Rich Internet Applications

Présentation par Aaron Adams de Cynergie Systems sur les techniques de prototypage d’interfaces riches :

  • Il est essentiel de démarrer sur le papier pour laisser s’exprimer la créativité sans se faire parasiter par l’ordinateur (email, Twitter, alertes Facebook…) ;
  • Importance également de bien travailler la hiérarchisation de l’information pour les applications métier (« info containers« ) ;

mix09_infocontainer

  • SketchFlow vient combler un vide dans les outils de conception avec une intégration cohérente dans la chaine de production.

mix09_sketchflowviewer

Décidément, SketchFlow n’en finit plus de ravir les concepteurs d’interfaces riches. Quel dommage qu’il ne soit pas encore disponible en téléchargement !

Xbox Brainstorm to Delivery

Une présentation de Charles Duncan de l’agence AKQA sur l’expérience multi-canal de jeux Xbox ou PC :

  • Collaboration et itérations sont deux éléments clé de l’innovation, à contrario les processus de création en cascade ou trop séquencés sont néfastes ;
  • Pour Fable 2, ils ont voulus exploiter la philosophie du jeu (votre personnage évolue en fonction de ses choix / actions) avec des vidéos interactives façon « Livre dont vous êtes le héro » et des points de récompense (Microsoft Points) utilisables dans la Xbox Live Marketplace ;

mix09_fable2

  • Le dispositif multi-canal va même plus loin avec une présence étendue sur les médias sociaux et les mobiles ;
  • Pour Lips (une sorte de Karaoke pour Xbox), ils ont exploité Silverlight pour reproduire différentes ambiances afin d’illustrer la convivialité du jeux ;
  • Pour Gears of War 2, ils ont mis en ligne une série de vidéos donnant des indices sur l’emplacement de goodies contenant des codes.

mix09_gow-cog

  • A chaque fois qu’un utilisateur trouvait un goodies, il devait s’inscrire sur le site et saisir le code pour débloquer de nouvelles vidéos et gagner des points. Un dispositif à la fois communautaire et collaboratif pour mettre en avant le mode de jeux à 2 du titre.

mix09_gow2

Trois très bons exemples de dispositifs multi-canal novateurs.

Après 2 journées de conférences (et de soirées) intenses, je sens très nettement l’attention des participants qui se dégrade. La preuve avec le stand Rock Band où il y a de plus en plus de monde :

mix09_rockband

Interview de Chris Swenson

J’ai eu la chance de pouvoir interviewer Chris Swenson, Senior Strategy Manager pour la .NET Platform.

MIX09_Swenson_1

À propos de Silverlight :

  • La cible « grand public » est adressée au travers des capacités vidéo HD de SL3, les fonctions de Smooth Streaming et de pause en fon un authentique concurrent au DVD (à ce sujet ils sont en recherche active de partenaires média en Europe) ;
  • La cible « Entreprise » est elle plus concernée par les capacités offline et « out of the browser » de SL3, ils travaillent également à la création de partenariats avec des gros acteurs industriels comme SAP ;
  • L’écosystème SL est en pleine expansion, ils misent notamment beaucoup sur la communauté de développeurs qui développent des composants.

À propos de la suite Expression :

  • SketchFlow est vraiment une avancée majeure dans la maturation de la suite ;
  • Ils ne comptent pas faire de portage de la suite sur Mac, mais il existe un support d’Eclipse (Eclipse4SL) grâce aux équipes de Soyatec (cocorico !).

À propos de la complémentarité Silverlight / WPF :

  • SL est parfait pour les applications légères et pour un usage occasionnel d’applications métier ;
  • Un scénario intéressant serait de réaliser une application en SL puis de faire un portage WPF pour avoir plus de stabilité et de puissance.

À propos de la mobilité :

  • Windows XP représente 85% du marché des OS de netbooks et ils espèrent faire beaucoup mieux avec Windows 7 ;
  • Silverlight sera parfait pour pouvoir exploiter des applications en mode offline (notamment pour les équipes nomades) ;
  • La version mobile de Silverlight a pris du retard car ils veulent réellement assurer une parfaite compatibilité.

Voilà, une interview très enrichissante et surtout de très grosses ambitions affichées.