Qu’est-ce que l’Entreprise 2.0 ?

Si le web 2.0 a été le buzzword de l’année 2006, on commence de plus en plus à entendre parler d’Entreprise 2.0. Pour faire court, il s’agit d’utiliser dans le monde de l’entreprise les outils qui ont fait le succès du web 2.0.

N’allez surtout pas vous imaginer que cela se résume à lancer un blog et un wiki interne, cette notion recoupe en fait des pratiques bien plus riches que des simples blogs et surtout engendre des mutations qui vont au-delà de la mise en ligne de nouveaux outils.

Avant de vous livrer un schéma récapitulatif qui risque de vous perturber, je vous propose dans un premier temps de débroussailler le sujet.

Quelques définitions et articles fondateurs (et après on n’en parle plus)

Commençons par une définition très académique qui nous vient du professeur Andrew McAfee : « L’entreprise 2.0 correspond à une utilisation de plateformes sociales émergentes au sein de sociétés ou entre des sociétés, leurs partenaires et leurs clients« . Une définition qui a le mérite d’être courte, mais pas plus courte que celle d’Indus Khaitan : « Enterprise 2.0 = Writable Intranet« . Si vous souhaitez quelque chose de plus long, je vous recommande cet article : Enterprise 2.0, The Big Picture.

Nous pouvons compléter cette définition avec l’acronyme SLATES qui liste les composantes essentielles de la collaboration : Search, Links, Authoring, Tags, Extensions et Signals.

Nous pouvons également citer les notions d’Enterprise Social Software et ses 7 principes fondateurs.

Il y a aussi ce diaporama (Meet Charlie) qui est intéressant mais qui se contente de survoler le sujet.

Je vous propose enfin cette petite sélection d’articles pour enrichir vos favoris :

Maintenant que vous avez à votre disposition un premier fond documentaire, il est temps de simplifier tout ça et de poser quelques notions de base.

C’est tout (quoi que pas tout à fait) sauf une question de technologie

Tout comme la révolution du web 2.0 ne repose pas sur des innovations technologiques (mais y est néanmoins indirectement liée), l’Entreprise 2.0 regroupe un certain nombre de nouvelles pratiques de collaboration qui ne nécessitent pas d’aménagement dans votre système d’information.

Correction : qui ne nécessitent à priori pas d’aménagement. Car autant il est très simple de greffer un blog ou un wiki à un intranet, autant les véritables bénéfices de l’Entreprise 2.0 ne se feront ressentir qu’après avoir déployé une nouvelle architecture logicielle de votre SI. Comprenez par là qu’il n’y aura pas de révolution dans les méthodes et outils de travail sans révolution informatique. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si dans sa première définition le professeur Andrew McAfee faisait référence aux architectures orientées services : Enterprise 2.0 vs. SOA.

La bonne nouvelle, c’est qu’une entreprise n’acquiert pas du jour au lendemain sont statut « 2.0 ». C’est un processus long et progressif dont les premières étapes n’ont quasiment aucun impact sur le SI. Par contre, une fois les pratiques de collaboration de base (blog et wiki) assimilées par les employés, les grands travaux peuvent alors commencer pour adopter progressivement un SI plus flexible avec une forte modularité qui permet de mettre les employés au cœur des processus et de personnaliser la connaissance et les outils en fonction du contexte quotidien. Le professeur Andrew McAfee (encore lui !) est d’ailleurs on ne peut plus clair à ce sujet : It’s Not Not About the Technology, et il n’est pas le seul : Enterprise 2.0 = Next Generation IT.

Bien évidement ne vous imaginez pas non plus qu’il est possible de se passer d’une structure informatique « locale » et de tout sous-traiter à des fournisseurs de services en ligne. Dans la plupart des cas, l’adoption de solutions dites d’ »Entreprise 2 .0 » ne met pas les informaticiens au chômage, bien au contraire : Does Enterprise 2.0 actually mean a bigger IT Department? L’idée n’est pas de diminuer la dépendance aux outils informatiques, mais plutôt d’en décloisonner les usages.

C’est mon fichier, c’est moi qui décide !

Qu’on se le dise, l’Entreprise 2.0 c’est avant tout l’école du partage et de la collaboration. Lancer un blog, un wiki ou un espace de travail en ligne sans s’assurer de l’adhésion des collaborateurs est une perte de temps et d’argent. La plus grosse erreur serait de sous-estimer le poids des habitudes et surtout la résistance au changement. L’information (la bonne, la vraie) est en effet une denrée rare que les collaborateurs s’arrachent : ils la stockent dans un fichier qui est jalousement protégé par un mot de passe, une arborescence complexe et un répertoire non-partagé.

Travailler en mode « wiki », délivrer son expérience et son savoir-faire sur un blog sont des pratiques qui vont à l’encontre de ce que l’on apprend sur le terrain ; à savoir : se débrouiller pour apparaitre comme indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise auprès de ses supérieurs. C’était jusque là le meilleur moyen de progresser dans la hiérarchie (en attendant que des places se libèrent au dessus) et de toucher sa prime de fin d’année.

Oui mais voilà, les temps changent : les chinois sont maintenant capables de confectionner des produits similaires aux nôtres pour 1/10ème du prix et les indiens des services similaires pour 1/5ème du prix. Et le pire, c’est que nous n’en sommes qu’au début des complications puisque ces pays sont eux-mêmes menacés par de la main d’œuvre encore moins cher (les philippins faisant concurrence aux chinois et les sri-lankais aux indiens). Moralité : pour rester compétitif, il va falloir modifier nos habitudes, méthodes et outils de travail. Le but de la manœuvre étant de faire circuler plus vite la bonne information à la bonne personne, les américains appellent ça la business-critical information.

Entreprise 2.0 = Collaborateurs 2.0 = RH 2.0

Je sais ce que vous allez me dire : on ne peut pas changer tout seul, il faut que les autres changent avec nous. Et je suis bien d’accord avec vous ! En plus des impacts sur les méthodes et outils de travail, l’Entreprise 2.0 nécessite également de revoir entièrement la gestion des carrières et les modèles d’évaluation des collaborateurs. Les critères qualitatifs existent depuis de nombreuses années dans le monde de l’entreprise, et il serait très tentant (et dangereux) de vouloir faire du qualitatif avec du quantitatif. Exemple : fixer des objectifs de volume (10 billets à publier par mois).

Le plus gros défi à relever pour un collaborateur n’est pas de trouver de l’information (car elle est là quelque part), mais plutôt de trouver la bonne information et en un minimum de temps. Le spectre de l’infobésité est en effet très présent en entreprise et ceux qui produisent de l’information ne sont pas forcément les plus utiles. Il existe en effet une catégorie de collaborateurs qui ne produisent rien mais qui organisent, notent, commentent, filtrent… le tout au bénéfice de l’ensemble des autres employés. Comprenez par là que cette fonction de « filtre humain »est tout aussi importante que celle de rédacteur.

Il en va de même pour les habitués des réunions de couloir et des salles fumeurs : ils discutent, rencontrent, font se rencontrer, colportent, relayent… bref ils facilitent l’interaction sociale entre les employés. Même s’ils n’apparaissent pas comme essentiels aux yeux des patrons, ils jouent un rôle très important dans la structure sociale et dans les échanges informels. Les spécialistes des réseaux sociaux les appellent des nœuds forts.

Dans un principe d’équité, il devient alors indispensable de pouvoir évaluer et valoriser l’importance d’un collaborateur en fonction de ses rôles / actions formelles et informelles. Dans une entreprise où tout est partagé avec tout le monde, ce n’est pas une mince affaire, mais c’est loin d’être impossible.

Vue d’ensemble de l’Entreprise 2.0

Je vous propose maintenant de décortiquer les différentes composantes de l’Entreprise 2.0 en s’appuyant sur le schéma récapitulatif suivant :

Entreprise20.jpg

 

Oui je sais, ça fait beaucoup de flèches, mais c’est parce que dans le modèle « Entreprise 2.0 » ce sont les collaborateurs qui sont au centre et les informations / outils qui gravitent autour. Vous pouvez aussi aller voir la version originale sur FlickR ou télécharger ce schéma au format PDF.

Tout d’abord, l’essentiel de l’activité d’un collaborateur devrait pouvoir se faire en ligne (sur l’intranet ou avec des accès sécurisés quand il est en déplacement ou en télétravail). Le portail d’entreprise endosse alors une très grosse responsabilité car il est l’épine dorsale sur laquelle repose un certain nombre de briques essentielles :

  • Le tableau de bord qui sert à concentrer l’attention des collaborateurs sur un écran unique d’où il pourra accéder à l’ensemble des informations, services et applications qui lui sont utiles au quotidien (sous forme d’indicateurs, de raccourcis ou d’alertes). C’est en quelque sorte un Netvibes d’entreprise (ou un Portaneo qui est un équivalent open source) ;
  • Le profil du collaborateur qui va lui permettre de contextualiser et de personnaliser l’information mais également l’accès aux différents services. Ce profil sera également le point de départ (et d’arrivée) de l’ensemble de l’activité sociale du collaborateur (quelque chose à mi-chemin entre Facebook et LinkedIn) ;
  • Le mécanisme d’authentification qui va lui permettre d’avoir un accès complet ou restreint aux applications internes, partagées ou externes (l’équivalent d’un OpenID mais en plus robuste) ;
  • Les filtres seront particulièrement utiles pour ne pas le noyer sous une masse d’information. Ils pourront être individuels (en fonction de critères définis par le collaborateur) ou collaboratifs (en fonction de critères et paramètres communs à un groupe d’utilisateurs ciblés) ;
  • Le moteur de recherche sera enfin un outil essentiel pour pouvoir accéder à la fameuse business-critical information. Ce moteur pourra être sémantique (fonctionnant à partir d’un thésaurus), empirique (auto-apprenant comme l’index de Google) ou social (utilisant de tags et de systèmes de notation) ; ou pourquoi pas les trois (comme le propose CoReap).

Fermes de blogs et wikis comme alternatives aux fichiers qui s’égarent

Par définition, un fichier ça s’égare, ça ne tient pas forcément dans la limite imposée par votre boîte email, ça encombre les serveurs… bref c’est un outil qui date d’une autre époque, celle des années 90 où Microsoft et sa suite Office étaient vues comme des accélérateurs de business. Aujourd’hui la réalité est tout autre : nous rédigeons sous Powerpoint, faisons des tableaux dans Word et des schémas dans Excel. Bref, il est temps que ça change et c’est là où les blogs et wikis entrent en scène.

Les blogs tout d’abord, avec leur moteur de publication très simple qui permet aux contributeurs de commencer à rédiger sans avoir à chercher la notice ou à suivre une formation. Ces blogs et leurs interfaces intuitives permettent également aux novices de « consommer » l’information avec plus de précision (système de catégories, d’archives, de mots-clés) et d’efficacité (abonnement au flux RSS). Dans certains grands groupes (IBM, Microsoft, GE…) les blogs se comptent par milliers et sont regroupés dans des fermes de blogs : horizontales (par métiers), verticales (par business unit ou pays) et transversales. Les blogs sont un moyen très simple d’extraire l’information de systèmes propriétaires (fichiers, emails…) et de la partager à grande échelle (le blog du patron) ou de façon plus locale (blog d’une équipe projet composée de quelques personnes).

La communication n’en devient alors que plus simple : plus d’emails qui se perdent, plus de réponses enchevêtrées où il manque toujours quelqu’un en copie, plus de doublons, plus de susceptibilités (« ce message m’était adressé en priorité, pourquoi ne suis-je qu’en copie ?« ). Tout est géré par le moteur du blog : la publication, les commentaires, l’archivage, la catégorisation. Cerise sur le gâteau : un nouvel entrant dans une équipe peut avoir accès à l’historique des échanges en quelques clics. La règle d’or : si vous avez plus de 5 personnes en copie d’un email, faites-en plutôt un billet. Typepad est bien évidement un acteur de choix mais IBM propose aussi son offre.

IBM_Blog.jpg

De plus, les moteurs de blog intègrent tous la possibilité de publier des flux RSS qui sont un pré-requis indispensable à la circulation de l’information : légers, flexibles et universels. Des sociétés se sont même spécialisées dans la gestion de flux RSS d’entreprise à l’image de KnowNow.

Les blogs externes font également partis de la blogosphère d’une entreprise : les collaborateurs peuvent y souscrire individuellement ou les inscrire au sein de grands bookmarks collectifs. Ceux-ci peuvent être spécifiques à un métier ou un département. Cogenz, ConnectBeam et IBM proposent des solutions de ce type.

IBM_Bookmarks.jpg

De même, des portails collaboratifs comme Digg ou Wikio peuvent être mis en œuvre au sein d’un département pour pouvoir filtrer l’information et ne faire ressortir que les articles les plus pertinents (en fonction des notes).

Les wikis sont également l’occasion de se simplifier la vie (professionnelle) : plus de conflits de version, plus de d’historique des modifications indéchiffrables, plus d’aller / retour incessants par email, plus de noms de fichiers à la noix (« cr_reunion_final_fr_V2_Fred_OK_print.doc »)… Les wikis sont des applications en ligne qui sont nativement collaboratives : chacun apporte sa petite contribution (rédaction, compléments, corrections…) et l’information est toujours à jour. De plus, l’historisation est automatique, la modération peut se faire à postériori, les droits peuvent être gérés en fonction du profil (lecture, modification, modération…).

Dans le cadre de bases de connaissance verticalisées (marketing, juridique, S.I….) les wikis offrent une alternative très simple aux systèmes de gestion de la connaissance. Beaucoup moins sophistiquée, certes, mais beaucoup plus simple à mettre en œuvre. Les champions du wiki d’entreprise sont des fournisseurs comme SocialText, Atlassian ou MindTouch.

SocialText_Dashboard.jpg

Il est important de préciser que les wikis ne s’exploitent pas forcément de manière isolée, ils peuvent être combinés avec d’autres outils pour pouvoir bâtir des Knowledge Ecosystems.

Univers virtuels et micro-blogs comme supports de formation

De nombreux progrès peuvent être fait dans le domaine de la formation en ligne, à commencer par l’utilisation de blogs dans le cadre de micro-formation. L’idée ici d’éviter déplacement des collaborateurs en un même endroit pendant une journée et de leur délivrer à la place par email ou par flux RSS un petit bout d’une formation (entre 2 à 5 minutes avec éventuellement un exercice corrigé). Cette pratique permet d’éviter d’immobiliser une salle et une journée de travail pour les collaborateurs. De plus, elle permet de travailler sur le long terme (mémoire chimique par opposition à la mémoire électrique).

Dans un autre domaine, le v-learning peut également aider à palier aux contraintes logistiques (déplacements et réservation d’une salle de réunion) en proposant une alternative très crédible aux conférences téléphoniques : les espaces de collaboration 3D comme peuvent en proposer Tixeo ou I-maginer.

3D_conf.jpg

Il est également possible d’exploiter les univers virtuels dans le cadre de simulation ultra-réalistes (serious games) pour tester les réactions et comportements des employés face à des situations de crise très difficiles à mettre en œuvre sur un site physique. C’est ce que proposent des sociétés comme IBM ou Sun avec cette nouvelle itération du théâtre d’entreprise.

Sun_Virtual_Workplace.jpg

Pour en savoir plus, je vous recommande de lire la définition de Wikipedia : Serious Game ; cette simulation de start-up : SpigIt ; ou encore cet article sur des simulations de situations de crise : Emergency Training in Second Life.

Pourquoi ne pas évoquer également le cas de Grockit, une start-up qui propose une solution de v-learning basée sur la collaboration massive, ils appellent ça du MMPOL (Massive Multi-Player Online Learning).

En poussant ce concept un peu plus loin, il serait même possible d’envisager des espaces virtuels où les collaborateurs pourraient suivre de formations, organiser des réunions, partager des expériences professionnelles… au travers d’une interface 3D. Ces intranets virtuels (intravers) sont d’ailleurs en expérimentation comme en témoignent les vidéos de ce billet : Vers des intravers avec les Virtual Workplaces de Sun et IBM.

Extranet + Collaboration = Collaboranet ?

Toujours dans le domaine de la collaboration, les espaces de travail collaboratifs présentent l’énorme avantage de simplifier le déploiement et la gestion des participants. Ceux qui ont déjà dû endurer (subir ?) MS Project ou Lotus Notes savent de quoi je parle. Les applications de gestion de projet en ligne comme BaseCamp, ProjectPlace ou ActiveCollab (un équivalent open source) ou des extranets applicatifs comme JotSpot ou ClearSpace sont un modèle d’efficacité et d’intuitivité.

ActiveCollab.jpg

Ce type de plateforme collaborative existait déjà dans le monde du logiciel (avec des services comme CollabNet) mais peut être adapté à tout type d’activité.

Nous pouvons également citer les plateformes de collaboration qui fonctionnent comme des boîtes à idées collaboratives, c’est la cas de FeedBack 2.0 qui propose une solution de collaboration basée sur des recommandations.

Mashup d’entreprise et applications en ligne viabilisés par les API

Les interfaces riches ont grandement contribué à la remise au goût du jour des applications en ligne. Que ce soit dans une configuration bureautique (voir les offres suivantes : Zoho, ThinkFree, Zimbra… ainsi que cet article : Boundary Spanning at Office 2.0) ou pour une application plus lourde (vous connaissez SalesForce ?). Le bénéfice évident de ces solutions est un gain de simplicité (déploiement, mise à jour, modèle de facturation) sans pour autant diminuer la richesse ou la productivité. Dans certains cas de figure, les applications en ligne permettent même de faciliter l’intégration et de faire du SOA en version light : Extending SalesForce.com and SOA with rich internet applications.

En ouvrant des API pour ces applications, leur intérêt s’en retrouve par contre démultiplié en rendant possible l’élaboration de tableaux de bord personnalisés ou de mashups d’entreprise avec des outils comme le proposent DreamFactory ou CogHead (lire à ce sujet ces très bons articles : Mashups: The next major new software development model? et A bumper crop of new mashup platforms).

SalesForce_Dashboard.jpg

Peut-être dans un avenir proche pourrez-vous concevoir votre système d’information personnel à la demande (c’est le but poursuivi par des plateformes comme AppExchange, SugarExchange, Iceberg…) ou encore à des systèmes d’information wikifiés (attendez pour cela de voir ce que va donner la fusion de JotSpot et de Google Apps).

En plus de ces applications internes, le système d’authentification peut également vous servir à vous connecter à des applications externes (places de marché B to B, sites de voyage…) sans avoir un solliciter un intermédiaire (juste un serveur d’identité professionnelle).

Réseau social d’entreprise et système de coaching social pour favoriser l’intégration

C’est très certainement dans la dimension sociale d’une entreprise que l’on peut réaliser les plus gros progrès. Les grands groupes (ou même les PME) souffrent en effet d’un manque de… gens qui parlent entre eux ! Pour faire court : les mêmes tâches sont réalisées par plusieurs personnes d’une même structure. C’est là où les réseaux sociaux trouvent leur place : mettre en relation les bonnes personnes, que ce soit pour récupérer une information, pour mutualiser des compétences ou pour monter des équipes. L’idée n’est pas d’outrepasser la hiérarchie ou le service des RH mais plutôt de fluidifier les échanges (pour de vrai !). Les réseaux sociaux B to B (comme LinkedIn) sont intéressants mais ouverts à tous. A partir du moment où une structure dépasse le millier de collaborateurs, des solutions comme Affinitiz ou VisiblePath prennent tout leur sens.

VisbilePath.jpg

Ces réseaux sociaux internes reposent sur des profils de collaborateurs extrêmement détaillés qui permettraient de rassembler des collaborateurs par compétences / affinités voir de proposer un principe de coaching d’entreprise : les collaborateurs poursuivant le même objectif (apprendre le chinois, se perfectionner en informatique…) se regroupent pour s’entre-aider. Ce principe existe déjà avec des services comme 43 Things, InpowR ou encore GoalMigo.

Enfin, il serait tout à fait possible dans un second temps d’étendre ce réseau social d’entreprise aux anciens collaborateurs : retraités, stagiaires, prestataires… pour pouvoir rapidement retrouver une compétence ou une information perdue avec un système de prime (boonty) comme on en trouve sur les plateformes de crowdsoucing (du type Innocentive).

Micro-blogging et lifelog pour documenter le quotidien

Pour finir, il serait également intéressant d’implémenter des solutions de micro-blogging (comme Twitter ou Jaiku) pour pouvoir animer des micro-communautés (et désengorger la messagerie d’email parasites). Ces services pourraient également servir à « documenter » (historiser ?) l’activité quotidienne d’un collaborateur (en s’inspirant de services comme Plazes par exemple pour suivre les déplacements).

En poussant cette idée un peu plus loin, il serait même possible d’implémenter des services comme Slife ou MyLifBits pour éviter aux collaborateurs d’avoir à saisir leurs journées de travail dans des systèmes de time reporting.

MyLifeBits.jpg

Le principe de lifelog d’entreprise est peut-être celui qui vous fera le plus grimacer. Son côté surveillance au quotidien à de quoi faire peur mais il pourrait s’avérer très utile pour déterminer quel à été l’apport global d’un collaborateur, d’évaluer l’empreinte qu’il a laissée. Voir à ce sujet cet article : Les LifeLogs, créer une mémoire d’entreprise.

Un pour tous et tous pour un

Je me permets d’insister une nouvelle fois sur deux notions essentielles :

  • Tous ces outils ne servent à rien s’ils ne sont pas adoptés par les collaborateurs. Comprenez par là que l’impulsion doit venir de la Direction Générale qui va cautionner et encourager les changements nécessaires dans les habitudes et méthodes de travail. Des expérimentations peuvent être menées dans un premier temps pour tester l’appétence des collaborateurs à ces nouvelles pratiques, mais vous devrez forcément impliquer votre direction pour pouvoir envisager un déploiement plus large.
  • L’efficacité de ces outils est décuplée s’ils fonctionnent ensemble. Essayez d’imaginer la puissance d’un dispositif comme celui décrit dans mon schéma d’ensemble : les collaborateurs se connecteraient tous les matins à leur Netvibes d’entreprise pour surveiller l’actualité, l’avancement des projets ou encore l’activité dont ils ont la charge ; ils auraient à leur disposition les outils sociaux pour trouver rapidement l’information ou la personne-clé. Ils pourraient en quelques clics accéder ou déployer l’application en ligne la plus adaptée à leur besoin, à défaut ils la créeraient.

Ce n’est donc pas les outils qui tirent la collaboration, mais plutôt les utilisateurs. Souvenez-vous que s’il est possible de faire de la très bonne collaboration avec une simple feuille de papier, il est quasi-impossible d’en faire de même avec des collaborateurs récalcitrants ou méfiants (même avec les meilleurs outils du marché).

Quelle solution choisir ?

De nombreux acteurs sont déjà positionnés sur le créneau de l’Entreprise 2.0 :

Il serait très délicat de vous suggérer une solution miracle qui corresponde à toutes les configurations possibles et se conforme à toutes les contraintes. La meilleure approche est encore d’expérimenter et d’adopter une démarche empirique.

Par où commencer ?

Comme je l’ai précisé plus haut, la mise en œuvre de pratiques dites d' »Entreprise 2.0 » s’accompagne de nombreux bouleversements dans les habitudes de travail. Il convient donc d’avoir une approche graduelle :

  1. Recenser dans votre organisation des initiatives déjà menée (sait-on jamais…) ;
  2. Faites un sondage auprès des collaborateurs pour savoir quels services web 2.0 ils utilisent déjà (Netvibes, LinkedIn, Wikipedia, blogs…) ;
  3. Identifiez les collaborateurs-clés qui sont faciles à convaincre et peuvent faire du prosélytisme (des « champions » de l’Entreprise 2.0) ;
  4. Trouvez un service de petite à moyenne taille avec des collaborateurs à l’esprit ouvert et proposez-leur un blog ou un wiki ;
  5. Mettez en place des indicateurs de performance (KPI) pour pouvoir mesurer l’apport de ces outils ;
  6. Soutenez-les au quotidien dans l’utilisation de cet outil (faites des « piqures de rappel ») ;
  7. Faites-le point avec eux au bout de 2 à 3 mois (entretiens individuels ou de groupe) ;
  8. Monter un dossier où vous expliquez le contexte, décrivez la valeur ajoutée (avec les KPI et des témoignages) et proposez un déploiement à plus grande échelle à votre direction ;
  9. Rédigez une feuille de route où vous lancerez différentes expérimentations en parallèle dans différents services ;
  10. Passez votre entretien annuel d’évaluation et touchez votre prime de fin d’année pour avoir « démontré une forte capacité d’innovation et joué un rôle majeur dans la mutation des processus internes et l’enrichissement de la vie sociale de l’entreprise« .

Bien évidemment Rome ne s’est pas faite en un jour et il serait illusoire de vouloir passer du tout au tout. Je peux donc vous recommander un certain nombre de lectures pour étoffer votre propos (The Wisdom of Crowds, Wikinomics) ou encore ce site qui récence des études de cas : Cases 2.0.

Pour conclure, j’aimerais vous préciser quelque chose : les pratiques d’Entreprise 2.0 sont déjà en cours au sein de votre organisation. Vos collaborateurs ont en effet déjà créé leur profil LinkedIn, ils lisent déjà des blogs et possèdent une page Netvibes, ils consultent régulièrement Wikipedia ou YouTube. Ces pratiques sont pour le moment restreintes à une petite part des collaborateurs (ceux qui sont le plus à l’aise avec l’internet), mais qu’en sera-t-il dans 5 ans ? Modifier les outils et habitudes de travail est un gros chantier, surtout dans une grosse organisation. Il est donc essentiel d’entamer dès à présent une réflexion de fond sur l’Entreprise 2.0 avant que les nouveaux diplômés de la génération MySpace et Skyblog arrivent sur le marché du travail et ne fuient votre entreprise (car ils la trouveront trop ringarde) pour postuler chez vos concurrents.

205 commentaires sur “Qu’est-ce que l’Entreprise 2.0 ?

  1. Wow.
    Génial.
    Super boulot, exactement tout ce qui me fallait : clair, précis, concis, avec des liens qui vont bien.

  2. Un bel article de fond, à quand le livre ? ;-)

    Sinon, j’ai lu Wikinomics, et sans rentrer dans la dimension technologique et en parallèle l’incapacité des acteurs d’une même entreprise à collaborer, j’aimerai souligner la force du concept développé dans cet intéressant ouvrage : l’entreprise 2.0 c’est vous et moi… il n’y a plus de frontière, tout le monde peut être collaborateur.

    Et pour que ça marche, prenez ce que vous avez de plus précieux et donnez le à la foule des inconnus, ils vous le rendront encore plus beau. Confiez vos codes sources à vos visiteurs, et ils vont vous faire des gadgets et même vous optimisez votre code. Organisez un concours en dévoilant la formule de votre dernière molécule, et des milliers de thésards vont vous faire des propositions plus intéressantes les unes que les autres…

    Naturellement je simplifie au maximum (comment gérer la foule, comment succiter sa sympathie pour la marque…), mais je pense que c’est vraiment cette dimension est une évolution majeure car elle définit aussi le cadre d’une nouvelle organisation du travail et un nouveau statut pour le travail et le travailleur.

  3. Sorry je vais fair un commentaire qui n’apporte pas une grande valeur ajoutée mais je ne pouvais rester muette. Très bien l’article !!!

  4. Merci Fred pour ce point très complet sur les outils entreprise 2.0. Tu pourras bientôt remplacer « Netvibes d’entreprise » par « Portaneo Edition Entreprise », notre portail intranet personnalisable et collaboratif ;)

  5. Merci pour ce superbe billet!
    La résistance au changement est une problématique essentielle. Expliquer et faire connaitre les outils et l’approche « entreprise 2.0 » en général ne peut qu’en faciliter le passage. Il n’est en effet pas toujours aisé de faire adopter ces nouveaux usages en entreprise; la plus-value n’étant pas claire et immédiate pour beaucoup; l’approche 2.0 souvent vécue comme une contrainte. Ton billet pourra certainement aider. Je m’en servirai en tout cas dans mon cheminement professionnel.

  6. C’est très séduisant et je pense que ça a un réel potentiel, mais j’ai l’impression que ça suppose quelques changement de mentalité d’abord :
    > passage du modèle féodal et hiérarchique à une organisation par rôles et par communautés de compétences
    > renonciation à la règle de l’autorité
    > renonciation à la rétention d’information et acceptation du don d’informations, de compétences vers les autres membres
    > climat social non concurrentiel / mais « émulationnel »
    > abandon de la notion de performance analysée (et des outils de mesure individualisés genre CPM par exemple)…

    sans cela, les outils seraient pervertis à mon avis.

    En fait, il y a des entreprises qui sont déjà dans un esprit communautaire -et d’autres qui ne le sont pas, il faut dire que quand par exemple tu viens de fusionner et que tu connais la logique de la fusion, l’idée de communauté se réduit vite au modèle du radeau de la méduse…

    Mais le « pire » n’est pas une référence, mieux vaut se calquer sur un modèle positif :) Pour moi, ce « 2.0 » de l’entreprise est un modèle comportemental très plausible. A la limite, il serait peut-être plus pertinent pour gérer l’adversité, que ce qu’on connaît actuellement.

    Et puis non, j’ai peut-être tort de croire que les mentalités ont à changer d’abord : parfois c’est la pratique qui reconfigure la pensée et les comportements.

  7. @ Gilles Satgé : si, la collaboration en entreprise, ça peut fonctionner. Mais toutes les entreprises ne sont pas prêtes aujourd’hui. L’entreprise dans laquelle je travaille accompagne des TPE, PME et grandes entreprises dans leur transition vers des systèmes d’information full-web : nous allons naturellement vers les entreprises qui ont une culture de l’innovation ! Les autres les rejoindront dans quelques années.

    N’oublions pas que nous vivons une révolution comparable à l’imprimerie. En terme de systèmes d’information, nous sommes à la fin d’un épisode de 20 ans et au début de l’épisode suivant (Dieu sait combien de temps il durera). La transition totale prendra peut-être une dizaine d’années mais beaucoup d’utilisateurs sont déjà prêts dans les entreprises. Parfois même sans le savoir. Tout ce qu’ils disent lorsqu’on leur propose ce changement culturel, c’est : « enfin ! » Des wikis et des blogs en entreprise, j’en vois déjà fonctionner : l’appropriation par les utilisateurs est impressionnante. Mais il ne faut surtout pas que cela soit contrôlé : tout au plus maîtrisé mais surtout pas de procédure de validation.

    Le changement que nous vivons est culturel et pas seulement technologique : il est tout-à-fait normal qu’il ne se fasse pas immédiatement. Ce qui est certain, c’est qu’il est en marche.

  8. « L’information (la bonne, la vraie) est en effet une denrée rare que les collaborateurs s’arrachent » … les entreprises ont sans doute intérêt, et vite, de bien dénicher leurs connecteurs, leurs mavens (ceux qui acquiert les connaissances et les partage par conviction) et leurs vendeurs (référence au livre « Le point de bascule » de Malcolm Gladwell) pour créer cet univers de partage. La rétention d’information est malheureusement une tare, surtout dans les sociétés de services.
    Enorme article au passage ! Par contre, je dirais que tu restes un blogueur influent (cf. ton billet du 19 juillet), non ? :)

  9. Bonjour,

    Je pense que les limites du Web 2.0 et la règle des 1% de participant ( http://www.internetactu.net/?p=7035 ), s’applique encore plus dans le contexte d’entreprise.

    Participer à un réseau social prend du temps, or la production d’information n’est pas directement productif pour une personne. Un salarié à qui l’on donne des objectifs à tenir ne vas pas « perdre son temps » à cela, et il ne le fera pas dans son temps libre, car il souhaite « se libèrer l’esprit ».

    Le seul et unique moyen de forcer la participation est de la rémunérer, avec une grille complexe, où la qualité du contenu (comme cet article par exemple) doit être plus fortement rémunéré.

    Sans cela une plateforme collaborative d’entreprise est vouée à être utilisée par 1% des salariés, ce qui pour 90% des entreprises correspond à la collaboration de l’administrateur du site avec lui-même.

    C’est à l’entreprise de se poser la question du retour sur investissement, mais le partage de savoir a un coût.

    D’ailleurs plutôt qu’Entreprise 2.0 (ridicule cette mode de versionning), ne pourrait-t-on pas parler de Knowledge Management ?

    Définition Wikipédia :

    La gestion des connaissances (en anglais Knowledge Management) – ou ingénierie des connaissances – est l’ensemble des méthodes et des techniques permettant de percevoir, d’identifier, d’analyser, d’organiser, de mémoriser, et de partager des connaissances entre les membres des organisations, en particulier les savoirs créés par l’entreprise elle-même (ex : marketing, recherche et développement) ou acquis de l’extérieur (ex : intelligence économique).

    Les acteurs de l’organisation ne doivent pas se limiter à la consommation d’informations brutes. Ils doivent veiller aux usages des informations, ce qui signifie interprétation, structuration, capitalisation, et partage des connaissances.

    PLUS> http://fr.wikipedia.org/wiki/Gestion_des_connaissances

  10. Je rejoins le point de vue de Gilles Satgé. Pense-tu, Fred, que tout le monde a l’âme d’un bloggueur ? Crois-tu que tout le monde a envie de rédiger un billet sur la dernière problématique du moment ?

    Comme on l’observe à travers Internet (wikipedia, blog, etc…) peu de gens sont créateurs de contenu. Pourquoi ce serait différent en entreprise ?

    Ce modèle n’est intéressant que si l’entreprise est composée uniquement de « Frederic Cavazza » (créateur de contenu).

    P.S.: Article très intéressant.

  11. @Olivier :
    le problème des outils collaboratifs (qui ne sont à mon avis qu’un des aspects de l’entreprise 2.0), c’est qu’ils représentent à la fois un choc culturel et technologique. Je vais te donner un exemple que je viens de vivre. Quand je déploie un de mes softs chez un client, j’utilise un espace de travail collaboratif (maison mais très proche dans sa philosophie de Basecamp). Voici la réaction de la responsable paie d’une boîte de 500 personnes face à cet outil:

    « Nous sommes connectés toute la journée sur la messagerie outlook, vos messages seraient lus dès réception, or là nous recevons un mail nous disant qu’il faut aller consulter vos messages sur votre site C’est une perte de temps qui elle oui m’énerve un peu. J’aimerais que nous restions sur un mode normal de fonctionnement qui est le mail. »

    Tous nos clients ne réagissent pas comme ça, mais franchement, des boîtes dont la culture d’entreprise (technologique et politique) permet la mise en place optimale d’outils collaboratifs du type forums et espace de travail collaboratifs (sans même parler de blogs ou de wikis), je n’en connais vraiment pas beaucoup.

Laisser un commentaire