Les acheteurs de Mac répondraient-ils à des stimuli différents ?

C’est une question que l’on est en droit de se poser, surtout lorsque l’on regarde les différences de traitement entre ces deux packaging d’un même produit :

MS_Mac_Mouse

 

Pour une même souris sans fil, vous avez donc à gauche la version « PC » avec ces couleurs vives et tout ces détails et logos techniques qui sont censés « appâter le geek ». Et à droite la version « Mac » avec une approche graphique beaucoup plus sobre où la technologie s’efface pour laisser plus de place à l’émotion.

Tout ceci me rappelle cette très bonne parodie sur le même thème (le packaging de l’iPod vu par les équipes de Microsoft) :

Ils ont visiblement bien retenu la leçon et nous prouve leur capacité à s’adapter.

(via Valleywag)

25 commentaires sur “Les acheteurs de Mac répondraient-ils à des stimuli différents ?

  1. Tout est dans l’art de raconter une histoire. Les « customers evangelist » qu’Apple sait si bien apprivoisé, ont simplement adhéré à l’histoire que raconte Apple et à sa façon de les stimuler à travers l’emballage, design et autres accroche marketing.
    Seth Godin, le gourou du marketing a écrit très bon livre sur la façon de « vendre » une histoire, une idéologie, une vision du monde plutot que de vendre de simples caractéristiques du produit.

    « Tous les marketeurs sont des menteurs : Tant mieux, car les consommateurs adorent qu’on leur raconte des histoires »

    Vive Seth Godin !

  2. Perso juste le fait qu’il ait la marque Microsoft dessus me ferais pas acheter la souris. Mais je pense en effet qu’on est plus sensible au packge. En tout cas j’aime pas trop l’inscription de trop de tech sur les boîtes.

  3. Drôle, j’ai pensé exactement à la même vidéo ^^

    Sinon, c’est certain que le packaging de droite me plaît bien plus (mac user je suis).

    Dans cet exemple, on n’a pas franchement besoin de connaître la résolution de la souris… à part peut-être si on est un hardcore gamer donc quand on est sous Windows CDFQ

    Et pour les pro de l’imagerie, ils se dirigeront plutôt vers une tablette graphique à haute résolution plutôt que vers une souris, je me trompe ?

  4. Plutôt que de critiquer, saluons la capacité d’adaptation de Microsoft à un autre univers quant il s’agit de vendre un produit.
    Merci pour cet article étonnant.

  5. Ben franchement être rendu a devoir changer le packaging pour vendre leur produit … Ca devient pathétique!

    Mais bon c’est sur que la boite se confond mieux dans un Apple Store..

  6. Le packaging des deux souris peut également montrer l’approche différente qu’auront un habitué d’Apple face à un habitué pc.
    L’utilisateur pc recherchera dans le produit avant tout l’utilité et la performance, celui d’Apple le symbole marketing qui le fait se sentir branché et dans la tendance.
    Pas étonnant qu’ensuite Apple ose sortir une machine aussi peu performante et peu fonctionnelle que le macbook air pour un prix élevé.

  7. Juste une micro correction dans le titre de ton post, je pense que « simuli » devrait etre plutot « stimuli », pluriel de « stimulus » (cf. cours de bio de 5eme) ;-)

  8. Il y a une équipe dédiée au mac chez microsoft, elle a une influence sur les produits et sur le packaging.
    je suis un mac user : passé au mac pour simplifier sa vie numérique et un exemple parfait pour illustrer cet article,
    le packaging de droite est propre et simple, deux infos nécessaires : bluetooth (pas de truc à brancher sur un port usb qui va dépasser) et notebook (taille réduite)

    MS devient plus intelligent en marketing, ils font de très bons périphériques

    autre exemple sur sur les sites webs :
    http://www.microsoft.com/france/mac/default.mspx
    et
    http://office.microsoft.com/fr-fr/

  9. @Konal : « Apple ose sortir une machine aussi peu performante et peu fonctionnelle que le macbook air pour un prix élevé. » tu n’es pas la cible de cette machine, et tu n’as à priori aucune expérience mac pour parler comme ça, je suis sur un portable mac dont j’utilise 95% du temps seulement les fonctionnalités présentes sur le MBAir.

    @GuillaumeB : « Ben franchement être rendu a devoir changer le packaging pour vendre leur produit  »
    c’est juste de l’adaptation, une cible différente, une boite différente, rien de pathétique, c’est plutôt intelligent.

  10. @ GuillaumeB > « changer le packaging pour vendre leur produit” fait vivre des milliers de personnes dans le domaine de la com’ et du marketing. De très grandes marques s’en contentent bien trop souvent, mais des fois ça marche bien ;-)

    @ Konal > Je pense qu’il faut voir le Mac Book Air à 3.000$ comme un produit de luxe sur le modèle du « masstige » (diffusion de masse pour un produit qui véhicule du prestige). La valeur de cet ordinateur est supérieure à celle de ses composants (liée au statut qu’il procure aux acquéreurs qui peuvent se le payer).

    /Fred

  11. Vidéo excellente et (à peine) exagérée, merci, you made my day comme qui diraît.

    Le packaging de la souris est intéressant et illsutre bien ce qui se passe dans un point de vente : si on veut s’insérer dans l’univers Mac, où tout est dans les tons laiteux et épurés, autant se fondre dans la masse, en particulier quand c’est marqué Microsoft sur l’emballage.

    Les couleurs plus pétantes du packaging de gauche feraient tache.

  12. D’ailleurs, par rapport à la vidéo, flottait à l’époque la rumeur (confirmée?) que c’était une équipe Microsoft qui l’avait faite… peut être l’équipe dédiée à MAC ?

  13. @Laurange : Je ne nie pas que le peu de fonctionnalités du Airbook conviendra tout à fait à une certaine catégorie d’utilisateurs. Ce qui me dérange c’est qu’il soit vendu comme un ultra portable très « nomade ». Un seul port usb, pas de port ethernet et pas de lecteur optique, c’est se retrouver forcément limité à un moment ou à un autre en déplacement professionnel. Apple parie sur le « tout sans fil », qui est encore très loin d’être généralisé. Enfin la machine ne m’inspire aucun sentiment de robustesse, ce n’est clairement pas celle que j’enmènerai lors d’un voyage professionnel dans un pays au climat moins tempéré qu’en Europe Occidentale, sachant qu’en plus je ne peux pas l’ouvrir en cas de pépin.
    Bref je ne cherche pas à cracher sur Apple, le fait est que je considère le Macbook pro comme une très bonne machine, je pense simplement que l’Airbook marque le ratage de la firme à la pomme à entrer sur le marché très exigeant des ultras portables.

    @Frédéric : Merci pour l’expression « masstige » que je connaissais pas ! Quand tu dis « La valeur de cet ordinateur est supérieure à celle de ses composants (liée au statut qu’il procure aux acquéreurs qui peuvent se le payer) » c’est justement ça qui me chagrine, que des utilisateurs même avertis puisse privilégier le côté « accessoire de mode » plutôt que celui de la performance et de l’utilité, sachant qu’on parle d’un objet de travail.

  14. @Konal > moi ce qui me désole, c’est quand je vois des utilisateurs avertis ne pas comprendre que le Mac c’est pas un accessoire de mode. Je suis retourné récemment sous mon PC que j’ai abandonné il y a 3 mois. C’est hallucinant, la moitié de ce qu’il y a dans mon menu Démarrer n’a aucun sens sous Mac : antivirus, anti spywares, défragmenteurs, Cygwin, Putty, drivers de webcam, de carte graphique, petits softs pour améliorer Windows (copie de fichier plus rapide et qui ne se met pas à ramer quand on en lance plusieurs, WindowsBlind, etc…).

    La performance est là, l’utilité du Mac c’est de dégager l’esprit de toutes les complexités artificielles de Windows qu’on finit par ne plus voir tellement elles sont présentes et depuis toujours… on finit par les croire normales.

    Quant à l’aspect nomade… j’ai un ami sous Vista qui un jour a débranché son portable d’un écran pendant qu’il était en veille. Quand il l’a réouvert, il a eu le droit à un écran bleu, à l’impossibilité de redémarrer (winload.exe) et il a eu le droit de tout réinstaller.
    Moi c’est ça qui me fait le plus flipper, bien plus que de ne pas avoir de lecteur DVD : de toute façon je ne m’en sers jamais.

    Par contre effectivement, pas d’éthernet, c’est un problème quand on va d’entreprise en entreprise et qu’on besoin d’accéder au réseau.

    Tout ça pour dire que pour moi, la vraie valeur ajoutée du mac, c’est la liberté d’esprit qu’il fait gagner de par la fiabilité de son OS et son ergonomie, et le temps qu’il fait gagner en maintenance.

  15. Dommage que Microsoft ne fasse pas le même effort « cameleon » pour se mouler dans les guidelines de design et d’interface Apple quand il portent des applis sur Mac. Même redondance de menus et de boutons que dans les logiciels PC, même profusion d’assistants en tous genres etc. Quand aux aux critiques du macbook Air que j’ai vu dans quelques posts, je trouve assez drôle d’entendre des gens critiquer quelque chose qu’ils n’ont pas eu en main. Il y a une chose pour laquelle le MacBook Air excelle hors essai ‘physique’ c’est dans la vision de ce que peut être un ultraportable du futur : amélioration de l’autonomie, suppression du lecteur optique qui suit le même chemin que le lecteur de disquettes il y a 10 ans, abandon du disque dur…quand au prix les grincheux n’ont qu’à acheter des Asus.

Laisser un commentaire