Deviendrons-nous tous des médias potentiels ?

Je constate depuis un certain temps une montée en puissance des services d’agrégation du type SocialThing, Ziki, mEgo ou encore LiFE2Front. Dernier en date, FriendFeed qui est semble-t-il la nouvelle coqueluche de la Silicon Valley : FriendFeed Gets $5M, Launches to the Public.

Il faut dire qu’avec cette ribambelle de services « 2.0 » tout est prétexte à publication et partage : vos billets (via flux RSS), vos favoris (del.icio.us), vos photos (FlickR), vos diaporamas (Slideshare), vos achats (Shopalize), vos films loués (Netflix), vos chansons écoutées (Last.fm), vos humeurs (Facebook Feed & Status), vos moindres faits et gestes (Twitter)…

N’importe qui peut se prêter à ce petit jeu, mais il est tout de même préférable d’avoir un peu d’audience pour que ça devienne intéressant. Exemple : Loic Lemeur, l’homme public que l’on peut suivre au quotidien à l’aide de son blog, de son flux Twitter ou des ses podcast. Imaginez un peu ce que cela pourrait donner avec une version mobile de Seesmic

Petit à petit nous nous rapprochons de la notion de sousveillance pour laquelle il existe déjà des services comme Justin.tv, BlogTV ou encore le tout récent Yahoo! Live. Nouvelle forme d’expression ? Très certainement, car contrairement aux blogs où il faut publier pour exister, dans le cas de ces services de Lifecast l’exposition est passive et quasi-pervasive, du moins pour la partie publique de la vie des auteurs. D’ailleurs, produisent-ils réellement du contenu ? Vaste question…

Comment cette tendance va-t-elle évoluer ? Difficile à dire, d’autant plus avec Google qui a récemment racheté Jaiku. Essayez donc d’imaginer ce qu’ils pourraient faire en appuyant ce service sur leurs data-centers : une indexation en quasi-temps réel de notre quotidien, une sorte de back-up permanent de notre vie de tous les jours.

Finalement le concept de lifestream n’a jamais été autant d’actualité (lire à ce sujet ce blog : Lifestream Blog). Je m’étonne que les éditeurs de services en ligne n’ont pas encore étendu ce principe en proposant des variantes :

  • des lifestreams familliaux (regroupant les activités quotidiennes des différents membres de la famille) ;
  • des lifestreams locaux (regroupant le quotidien des habitants d’un même quartier) ;
  • des lifestreams verticaux (pour des groupes homogènes de passionnés ou de professionnels d’un même métier)…

Vous êtes libre de compléter cette liste dans les commentaires.

21 commentaires sur “Deviendrons-nous tous des médias potentiels ?

  1. Je sais, je sais ; « Mais quand va t’il ouvrir son – bazard – ? »… Pour le grand public, probablement – jamais, oh jamais, grand Dieu – !

    Plus sérieusement, pour LiFE2Front, je ne me tourne pas les pouces, et comme Apple je ne me lance pas sur un « nouveau » marché le premier. Et pour celui du « lifestreaming », certainement pas sans savoir comment le financer. Car pour – bien faire -, les coûts de fonctionnement par utilisateur sont sans commune mesure par rapport à un Twitter, notamment le trés gros (double*) traffic qu’il faut assumer.
    (*) Ma LiFE-Line doit télécharger 1 à 3 Mo de données, pour produire une « sortie » de 90Ko, 24 fois par jour !

    Ce que je reprocherais à FriendFeed et MyBlogLog, c’est une approche non-raisonnée sur le traitement des données qui permettrait de les mettre en valeur. Et avec certains « gros » utilisateurs, comme moi, le stream est trés rapidement saturé. Désolé pour les amis qui me suivent via ces services :o|

    Enfin, si à mes débuts, je cherchais comme eux à aggréger le maximum de données utilisateurs, depuis quelques mois je recule pour me cibler sur ce que j’avais appelé dans mon Lab les – morceaux choisis – qui sont dignes d’intêret pour notre réseau d’amis, et qui mettent en évidence notre personnalité et nos centres d’intêret.

    @Fred (only): pu besoin de backlink, chuis banni :o))))

  2. Ce genre d’outil pourrait aussi s’appliquer à des évennements culturels publics ou directement avec des artistes dans le cas de performances. Je pense que cela pourrait développer des choses intéressantes.

  3. « produisent-ils réellement du contenu ? » Assurément si il y a un contenant pour le contenir. Après tout nous avons inventé ce mot justement pour qu’il soit le plus large possible. S’agit-il de production ? Bien entendu, et c’est ce qui est intéressant: on reconnait qu’il y a un capital partout. Y compris dans l’entreprise où on parle de capital humain. Si on y regarde de plus prêt c’est un cas d’implosion du capitalisme parallèlement à une explosion de la souveraineté de plus en plus difficile à appliquer.

    http://fr.wikisource.org/wiki/La_Soci%C3%A9t%C3%A9_du_spectacle_-_Chapitre_1
    Nous y sommes, et je ne pense pas que ce soit l’apocalypse annoncée: simplement nous passons d’une civilisation de l’écrit à une civilisation de la mise en scène. Nous pouvons transposer « La société du spectacle » de notre temps à l’heure de l’avènement de l’écriture: ce serait alors « La société de l’épigraphe ». Nous sommes encore là et l’écriture n’était pas une plaisanterie.

  4. quand tu écris, les mots ne sont pas des images de TOUTES tes pensées
    tu sélectionnes et tu jettes
    quand tu parles également, il y a non seulement des silences, mais des non dit.
    et des malentendus don jankelevitch disait qu’ils étaient à la conversation comme le jeu de la porte qui lui permet de s’ouvrir et de se fermer
    quand on fait un film, au tournage on doit écrire avec ce qui est vu mais aussi ce qui est hors champ;
    et particulièrement lors du montage, on se rend compte que le plus important ce n’est pas de choisir, mais d’écarter, de rejeter
    comment imaginer tout enregistrer, sans silence, sans hors champ, sans non dit.
    sans rien jeter, sinon son sperme à la mer!!

    nous n’en sommes qu’au début, mais j’espère que cela va venir

  5. Salut Fred,

    Nous sommes déjà pour beaucoup de mini-medium sur Facebook, MySpace ou avec son blog perso. Mais le lifestream dont tu parles resteras un micro-medium à influence courte (un peu le bluetooth du web)

    Après, certaines personnes ont par exemple un blog influent, que l’on peut considérer comme un vrai medium, tu vois de qui je parle ? :D

  6. Mode persuasif: ON

    @alex: mon orientation est de mettre la popularité d’un profil au service de la promotion des profils tiers et contenus de son propriétaire. Càd, que tu remarqueras que, la différence de FriendFeed et consorts, mes profils font des backlinks « qualifiés » vers les permaliens originaux des contenus. Çà accelère et optimise l’indexation et le référencement des contenus… N’est-ce pas une perspective qui t’émeus ?

    Mode persuasif: OFF

    Il est vrai que on peut s’étonner de l’engouement actuel. Les early-adopters étant du genre à accepter des bidules à l’utilisabilité et ergonomie baclée. Mais, il y a là un potentiel pour que ce genre d’outils fassent gagner du temps et de la productivité. Et même si le grand public est perplexe, voir même méfiant, face au lifestreaming, je pense que des professionnels l’accueilleront avec enthousiasme.

  7. Je ne suis pas sûr que le médiatique fasse le medium, comme Nagui ne fait pas la télévision (peu importe le câble ou l’hertzien d’ailleurs qui sont des supports), YouTube ne fait pas le web.
    Au sujet de l’influence il y a de nombreuses études divergeantes en ce moment sur le sujet et la corrélation avec l’affluence semble aussi assez complexe même si elle existe sans doute… j’imagine que ce serait le travail (scientifique, je ne parle pas de technique) de la mémétique de trouver des modèles de diffusion des mèmes. Mais la discipline est sans doute un peu jeune et trop à la mode pour générer des représentations sans tomber dans l’utilitaire ; surtout qu’il y a de puissants intérêts en jeu.

  8. Il y avait la volonté de puissance Nietzschéenne, maintenant il y la volonté de visibilité numérique. L’art d’arranger et d’idéaliser son paraitre sous une peau numérique.

    Exister, partout et tout le temps. Accéder à l’immortalité grâce au « live web ».

    Des sujets très intéressants qui sont en passe de devenir une seconde nature (« Second Life »).

    Bonne continuation,

  9. Beaucoup de bruits pour pas grand chose generalement chez facebook et autre delicious:jusqu’ou ira t-on dans l’inflation et la surrenchere « pas techno-pas rentable-anti reseau social »?
    pierre

  10. « N’importe qui peut se prêter à ce petit jeu, mais il est tout de même préférable d’avoir un peu d’audience pour que ça devienne intéressant. »

    oui effectivement c’est bien la le problème c’est que tout le du monde n’a pas forcement grand chose dire de si intéressant que ça pour produire une audience, depuis facilité de publication des blogues il est clair que la plus part des gens se parlent ou regardent eux mêmes,!!
    pour cela pas besoin d’internet ni de services bien compliqués á la seesmic une simple glace peut suffire !! … ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s