L’avenir des réseaux sociaux est-il à la puce RFID

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous devez savoir qu’il existe une multitude de réseaux sociaux. OK, mais comment faire son choix dans cette profusion ? Et si vous choisissiez un réseau qui combine à la fois la puissance et la praticité des réseaux sociaux en ligne et la proximité des relations de quartier ? C’est en tout cas la promesse que nous fait cette nouvelle génération de plateformes sociales hybrides qui repose sur des profils en ligne et sur des objets équipés de puces RFID pour initier les rencontres.

SnifTag, parce que votre chien drague mieux que vous

Premier exemple avec SnifTag, un réseau social réservé aux propriétaires de chiens (l’équivalent d’un Dogster) qui innove en proposant aux maîtres d’équiper leur chien avec un petit mouchard :

Le mouchard RFID que vous accrochez au colier de votre chien
Le mouchard RFID que vous accrochez au colier de votre chien

Une fois le mouchard installé, vous pouvez suivre les déplacements de votre chien au quotidien (savoir le nombre de kilomètre qu’il a parcouru ou le nombre d’heures  qu’il a dormi) mais également connaître ses fréquentations. Les puces RFID des colliers communiquent entre elles et enregistrent les identifiants des autres chiens qui sont passés à proximité.

Les puces RFID du système SnifTag
Les puces RFID du système SnifTag

Une fois à la maison, vous pouvez consulter les fiches des chiens rencontrés ainsi que celles des propriétaires. Et oui, derrière ce dispositif se cache un réseau de rencontres (amoureuses ou non). L’idée est redoutable car les chiens sont effectivement un très bon vecteur de sociabilisation. Vous combinez donc la puissance du réseau social (avec les listes d’amis, les recommandations…) avec la proximité de votre ville / quartier. Plus d’infos ici : Pet Tracking Meets Social Networking.

Poken, le complément hors-ligne de votre réseau social

Deuxième exemple avec les Poken, de petites figurines qui embarquent elles aussi une puce RFID. Le principe est encore une fois très simple : vous liez votre Poken à votre profil (Facebook, MySpace…), vous accrochez cette figurine à votre tenue de soirée (ça veut dire que vous êtes ouvert à une ou des rencontres) et lorsque vous sympathisez avec une autre personne « pokénisée », vous les faites se taper dans la main pour échanger vos identifiants :

Le fonctionnement des pokens
Le fonctionnement des pokens

Une fois chez vous, il ne vous reste plus qu’à brancher votre Poken sur votre port USB pour récupérer les identifiants de vos rencontres et consulter leur profil. Voilà, c’est simple et bon enfant. Ce système me fait penser à des badges sortis dans les années 80 que l’on pouvait configurer pour qu’ils émettent des signaux lumineux correspondant à notre état d’esprit (vert pour « tu peux me brancher« , rouge pour « casse-toi pov’ con« ).

Même si ce dispositif limite le nombre de points de contact (tout le monde ne passe pas ses soirées à écumer les bars), il a tout de même le mérite de proposer un intermédiaire entre le poke et la drague « old school« . Par contre je serais bien mal placé pour prédire le… taux de transformation. Mais même si vous ne transformez pas (ou mal), au moins vous pouvez faire un peu de data-mining sur vos stats (à quand du date analytics ?). Plus d’infos ici : High-five the panda to connect online.

Bon, trêve de plaisanteries, je suis persuadé que, derrière ce concept de plateformes sociales hybrides (en et hors ligne), nous avons enfin un modèle économique qui ressemble à quelque chose avec la vente des appareils (qui pourraient également servir d’appâts) et pourquoi pas un abonnement ou du micro-paiement à l’acte.

21 commentaires sur “L’avenir des réseaux sociaux est-il à la puce RFID

  1. Allez, je vais faire une honteuse auto-promotion, mais dans ce type d’idées, deux de mes collègues et moi avons publié un article sur l’utilisation du NFC, une technologie de proximité, pour les réseaux sociaux. Notre article s’intitule « Tangibility in social networks – Easing interactions with social networks in mobility using proximity sensor technologies » et il a été publié parmi les papiers du workshop du W3C sur le futur des réseaux sociaux, où on trouve de vraies pépites : http://www.w3.org/2008/09/msnws/papers/

  2. Les pépites, je disais plus ça pour les autres articles que pour celui que j’ai contribué à écrire. Mais sinon, ça va pour mes chevilles ;-)

  3. Aie aie aie. C’est de pire en pire ! Le coup du Contactless pour chien, ça c’est fort ! D’ailleurs je pense que Coréens (du Sud) et Japonais doivent être déjà bien équipés de ce genre de choses ! Et en terme de sécurité … Enfin, je pense pas que ça prenne de l’ampleur en France. Enfin, j’espère !!!!

  4. Il m’est avis que l’avenir sera plus aux codes lisibles sur téléphones mobiles (qr code, code barre) qu’aux puces rfid qui sont brevetées et payantes.

  5. « Voilà, c’est simple et bon enfant ».

    Certes, la phrase citée ici est hors contexte… Mais elle m’a marquée… Je l’ai relié à l’article en général, et ça fait tout drôle… Voir même un peu beaucoup peur… Le tout lié aux autres commentaire, là, ça m’fait carrément flipper…

    S’enthousiasmer de la liaison RFID / Reseau social, c’est un peu comme dire « hey youpi, grâce à ton pass navigo, quand tu passe sous les lecteurs disposés de partout, tout l’monde sait où tu es via ton plugin googletrack sur facebook, et ce, en temps réel, waouw c’est trop génial !!! Et en plus, on va pouvoir le vendre… C’est trop bien, vite appelons Mr Lefevbre pour une visio conf avec MAM et Mr Besson ». Je caricature un brin certes, mais on en est pas loin…

    Au delà de tout clivage politique… heu sérieusement, vous ne trouvez rien à redire ? Cela ne vous effraies pas, même un petit peu ? Enfin ça à l’air de vraiment vous plaire… Et moi j’ai… Peur…

  6. Hé bien. Il y a des gens qui n’ont vraiment rien à fiche. On est vraiment dans le total superflu.
    Je crois qu’on est loin de la faim dans le monde, des 20 000 000 d’enfants qui meurent chaque année, du réchauffement de la planète et de la crise…
    Je ne souhaite pas que ceux dont le souci est de se demander s’ils seront en vie le prochain hiver tombent sur ce billet, parce que moi à leur place, soit je suis désespéré à me dire « il ont des sacrés soucis là bas » ou bien « je vais mettre une bombe chez tous ces egocentriques »… Au choix… Voire les deux. ;)

  7. Puces sur chien… MDR à la lecture de cette « trouvaille » soit disant sur les colliers du toutou : devant un tel « wouaf d’or de l’idée la plus conne du monde », je fais ma révérence.

    Tous les possesseurs de toutous qui les promènent en ville (car je suppose que cette « invention » s’adresse plus à un toutou urbain qu’à un toutou rural) font tous les jours des tas de rencontres grâce à leur compagnon et ce sans cette usine à gaz.

    Tout le monde sait qu’un toutou, c’est génial pour draguer ou pour trouver un job ou encore avoir ses 15 minutes… (voui voui !!!).
    Par ailleurs, un toutou bien poli, c’est routinier dans sa promenade, ce qui signifie que chaque jour, tu risques bien de revoir les mêmes et à la même heure…

    Enfin, être fliquée partout où mon toutou est passé sans que je le sache, ça me fait tout drôle… ;)

    Car le toutou est cavaleur, c’est bien connu. A la saison des amours toutounesques, je ne te raconte pas le nombre de contacts zarbis, sans compter les papiers timbrés de la part d’avocats de plaignants si jamais ton toutou pas trop beau a engrossé quelques pimpantes princesses sur son chemin…

    Bref, c’est une idée sur laquelle même mon chien ne songerait pas à investir la moindre croquette, et encore moins une crotte (et pourtant, en crottes, il est généreux…)

    Biniou Fred !!!

  8. Autant je peux concevoir que le concept peut plaire, dans un contexte bon enfant comme le dit l’auteur de ce billet. Autant, dans le contexte de société de consommation et d’état parano, je trouve cette innovation ridicule et absolument effrayante…

    Les puces RFID, qui déjà permettront à toutes grosses enseignes, de faire des chouettes statistiques sur ce que vous porter (dans un caddie ou vos vêtements et autres gadgets) sous couvert de vous faciliter la vie lors du passage à la caisse, on pourra vous ‘tracker’ sans soucier…
    C’est fou quand même dans ce monde dans lequel chacun veut sa liberté individuel de se laisser fourvoyer par des gadgets inutiles qui ne conduiront que vers un esclavagisme moderne des plus pervers et implacable.

    Vous ferez quoi le jour où en vous plantant de route, vous tomber dans le quartier chaud de votre grande ville, et que madame vous accusera d’adultère car votre profile facebook indiquera à vos super amis que vous passer un instant frivole ?
    Et quid de vos fréquentations personnels accessibles à votre patron totalement opposé à vos idée (exemple d’un gars anti OGM qui bosse dans l’industrie agro-alimentaire, se fera t’il viré ?)

    J’adore la technologie, mais plus on avance, plus y a d’innovation, mais qui ont une durée de vie de plus en plus ridicule, et des contraintes de plus en plus élevées (fichage automatique, sollicitation non désirée, sur exposition de la sphère privée, etc…)

  9. merci Antoine pour le lien et félicitation pour cet article
    Sinon les RFID c’est pas nouveau mais là l’exploitation est plus que prometteuse , merci pour ce papier original Fred

  10. Bon… Me voilà « rassuré », dans le sens où je ne semble pas seul à avoir peur…

    Je suis cependant un brin étonné de l’absence de feedback de la part des gens si enthousiastes vis à vis de ces technologies… J’aurais bien aimé avoir leur avis sur la question, savoir ce qui leur plait tant, savoir s’ils sont conscients des dangers inhérents à toutes ces technologies, d’ailleurs s’ils y voient du danger en fait. Sociologiquement ça me semblait intéressant, mais certes, ça n’engage que moi…

  11. Très intéressant et « Big Brother » en même temps. Comme quoi la RFID ne sert pas uniquement à optimiser la logistique de la marchandise, mais celle des relations également!

  12. Fred, tu dis: « il existe une multitude de réseaux sociaux ». Si c’est le cas, c’est que ces prétendus « réseaux sociaux » n’en sont pas. Ce sont des « sites sociaux »: i.e. Facebook, Twitter, Google himself in some way, etc.

    Le terme « réseaux sociaux » est impropre à décrire la réalité. Please Fred, arrête de l’utiliser.

  13. @ OlivierAuber > « sites sociaux », « services sociaux », « réseaux sociaux »… pourquoi pinailler sur les termes ? J’utilise les termes que mes lecteurs sont le plus scuceptibles de comprendre. Il existe à mon avis des combats bien plus importants à mener (gestion de l’identité numérique, non exploitation commerciale des données « confiées » à Google et Facebook…) que celui des termes.

    /Fred

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s