La télévision est-elle l’avenir de l’internet ? En partie

Vous connaissez la télévision ? Mais si enfin, ce gros boitier moche qui trône au beau milieu de votre salon, celui-là même qui n’a quasiment pas évolué en 20 ans (si ce n’est quelques centimètres d’épaisseur en moins). Et bien figurez-vous qu’après des décennies de bons et loyaux services, la télévision s’apprête enfin à connaitre sa révolution. Non je ne veux pas parler de la haute définition (il s’agit « juste » de quelques pixels en plus) mais plutôt de la révolution des services accessibles au travers de cette télévision. Des services que l’on retrouvent ailleurs (ordinateurs, mobiles…) mais qui prennent un sens différent dans le contexte de l’écran de télévision.

Télévision + Internet = $

Souvenez-vous, il y a plus de 3 ans j’avais rédigé un article sur les intérêts croisés de la télévision et de l’internet : Internet = l’avenir de la télévision (et inversement). Il y était question des ambitions de conquêtes des grandes chaînes TV sur le net et des grands acteurs du net sur la TV. Ce sujet est toujours d’actualité mais la situation a largement eu le temps de mûrir :

Bref, plus que jamais les uns convoitent les audiences des autres, ou plus exactement les parts d’audience.

Le web s’invite sur les télévisions

D’après un récent rapport de Forrester (Connected TVs Need To Sharpen Their Value Proposition), les télévisions connectées devraient représenter près d’1/3 du parc d’ici à 2014 :

Croissance des parts de marché des TV connectées
Croissance des parts de marché des TV connectées

De nombreux constructeurs sont ainsi lancés dans une course à l’armement (Samsung, Philips, Sony…), mais également des industriels comme Intel (qui vient de lancer un processeur dédié à ce marché : Intel tries anew to built its smarts into TVs), des éditeurs comme Opera (et son navigateur Opera for TV) ainsi que des éditeurs de services comme Yahoo! avec sa Yahoo! Connected TV :

FlickR sur Yahoo! Connected TV
Les widgets de Yahoo! sur votre TV

Avec autant de gros acteurs sur le créneau, il faut croire que le marché à du potentiel. Mais ce n’est pas tout, car il sera bientôt possible d’intégrer bien plus de choses que des widgets dans votre télévision.

Télévision + médias sociaux = :-)

Le problème des services distribués sur des TV connectées, c’est qu’il faut qu’elles le soient (connectables). Si ce n’est pas le cas, pas de problème il y a toujours une solution. Et cette solution c’est les consoles de jeux au travers desquelles il va être possible d’exploiter des services comme Facebook ou Twitter : Twitter and Facebook Launch on the Xbox 360 et PS3 3.10 Update Adds Facebook Features, Fixes Up Friends List.

Facebook sur votre Xbox 360
Facebook sur votre Xbox 360

Notez que cela fonctionne aussi avec des contenus TV diffusés sur le net et regardés sur votre télévision à l’aide de boitiers comme la future Boxee Box (cf. The Boxee Box will rock your sox!). Vous seriez tenté de me dire « pourquoi ne pas tout simplement être devant sa télé à l’heure où le programme est diffusé ? » et je vous répondrais « non, l’époque de l’asservissement des spectateurs par les grilles de programme est révolue !« . Car les téléspectateurs sont également des internautes comblés, comblés par la praticité de l’internet et par sa dimension sociale que l’on ne retrouve absolument pas dans la télé à papa. Ces terminaux (et une connexion haut débit) permettront ainsi de réconcilier ces deux mondes : l’interactivité et la sociabilisation de l’internet avec les contenus de la télé (cf. The future of television: Social TV).

Pourquoi la TV est-elle l’avenir de l’internet ?

Tout simplement parce qu’il reste très peu de leviers de croissance sur le web. Comprenez par là que l’audience de l’internet est en croissante constante depuis ces dernières années mais que cette croissance va très bientôt se tasser à mesure que les foyers vont s’équiper. À partir de là, comment va-t-on faire pour gagner des parts d’audience ? Tout simplement en augmentant le temps d’exposition en multipliant les occasions de connexions. Et pour cela, rien de tel que la diversification des terminaux. Vous passez de moins en moins de temps devant les programmes de la télévision pour aller sur le net ? Qu’à cela ne tienne, ils sont en train de travailler dur pour injecter le web dans votre TV pour faire en sorte que vous ne bougiez pas vos fesses du canapé. Car c’est bien là qu’est l’enjeu : vous maintenir devant l’écran (et les coupures pubs).

Autant le mobile est l’avenir de l’internet car il permet de prolonger le temps d’exposition à des services en ligne pour les utilisateurs en situation de mobilité (ça fonctionne aussi avec les netbooks), autant la télévision est également l’avenir de l’internet car il permet de prolonger le temps d’exposition à des services en ligne pour les utilisateurs en situation de repos. Hé oui, car un autre enjeu de cette évolution est de pouvoir toucher les internautes dans un contexte différent (en mode « détente ») où les sites des concurrents ne sont plus réellement à un clic de souris vu que ces internautes n’ont pas de souris à portée de main (juste une télécommande améliorée).

Elle est donc là l’astuce : repackager les services en ligne dans un contexte où les internautes seront plus perméables aux messages publicitaires (moins méfiants). Devant votre ordinateur vous êtes alerte, concentré, prêt à fermer les pop-up ou à ouvrir un nouvel onglet si un site est trop long à charger. Dans votre canapé ça sera différent : vous serez détendu (plus de temps, plus de patience) et vous n’aurez pas du tout le même équipement (un navigateur équipé d’un bloqueur de bannière).

Faut-il se réjouir ou redouter ce scénario ? Il est encore trop tôt pour le dire. Ce dont je suis certain c’est que les publicitaires ne sont pas stupides et qu’ils seront faire preuve de subtilité pour ne pas nuire à cette nouvelle expérience de consommation de services en ligne au travers de votre télévision. D’autant plus que la concurrence sera rude (lire à ce sujet cet autre rapport de Forrester sur l’IP TV : European IPTV Forecast, 2009 To 2014) et que de nouveaux entrants vont également venir briguer la place en face du canapé (notamment les fournisseurs de cloud-gaming comme OnLive).

Croissance des parts de marché de l'IPTV
Croissance des parts de marché de l'IPTV

Moralité : Grâce au web, vous passez plus de temps devant votre TV (et devant votre mobile) (et sur votre netbook).

39 commentaires sur “La télévision est-elle l’avenir de l’internet ? En partie

  1. Article assez riche, bravo.
    Mois je crois vraiment à une convergeance des écrans de manière assez rapide. Demain on ne regardera plus la télé comme avant et on regardera aussi bien TF1 que Youtube depuis son canapé. Internet ayant la possibilité d’offrir en plus une réelle interactivité que la télé classique ne peut produire pour le moment.
    C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle j’ai lancé un service de placement de produit déidé aux vidéos sur le web Plazzle.com car pour moi, internet c’est l’avenir de la télé ;-)

  2. Vous faites pas de bile, Apple va nous sortir un concept TV/Imac/Itunes dans un ecran 40 pouces et va mettre tout le monde d’accord, comme Apple l’a fait avec l’Iphone… c’est dommage que ce soit les seuls a savoir aboutir ce genre de concept tourné vers l’utilisateur

  3. L’article est intéressant. Il permet de comprendre clairement les enjeux économiques d’une télévision de plus en plus connectée à Internet. Toutefois, il aurait sans doute gagné à évoquer les mutations identitaires liées aux changements sémantiques provoqués par le progrès. Nous le savons, la télévision est amenée à changer. Une télévision composée de Widgets qui comblera le téléspectateur puisqu’il aura la possibilité d’avoir une télévision totalement « à la carte ». On peut même imaginer une mutation de la publicité sur nos écrans. Ainsi, le téléspectateur, de plus en plus émetteur de métadonnées, ne sera plus soumis à des coupures publicitaires impersonnelles, mais plutôt à des publicités en rapport avec ses goûts, les programmes qu’il visionne et qu’il consomme. Des publicités « à la carte » mises en place grâce à une récupération d’informations émises par le téléspectateur. Ce qu’il aurait été intéressant de développer en même temps que le changement de statut de la télévision, c’est la mutation des droits de diffusion, d’édition et de production. Car une nouvelle télévision impose forcément de nouveaux droits, du fait qu’elle rend les anciens dépassés. Certains penseront que ça ne change pas grand chose, pourtant, je suis assez curieux de comprendre comment les choses évolueront à ce niveau. Ne devons-nous pas nous attendre à des mutations juridiques qui ne seront que la conséquence de la multiplication des canaux de distribution? Ne devons-nous pas nous poser la question de la façon dont les audiences qu’attirera cette « nouvelle télé » seront rentabilisées, à l’heure où la publicité est de plus en plus rejetée par le téléspectateur?

    Globalement, je me pose beaucoup de questions là dessus (j’ai d’ailleurs mis un blog en ligne pour poser mes réflexions afin d’y voir plus clair). J’espère que vous pourrez m’éclairer là dessus…

    Bien cordialement,

    Rémi R.

  4. Et que faites vous de la TV par Internet???
    Lorsque je vais sur playtv a partir de n’importe qu’elle connexion mon pc se transforme en une télévision mêlé à un guide des programme…
    Alors à ceux qui disent pas d’avenir en la TV, et qui voient l’avenir en INTERNET et ordinateur, je dis Attention!!!

    Aujourd’hui internet est aussi un canal de distribution de la télévision….
    Allez voir sur ce site vous allez comprendre: http://www.playtv.fr/

    Il ne faut pas oublier l’avantage de la télévision,
    -le rassemblement, des milliers de gens regardent le même programme en même temps
    -les évènements en direct live, match de foot, investiture… qui n’ont aucun intérêt en consultation à la demande
    -Et aussi le fait qu’il faut savoir sur quoi s’orienter quand on regarde un programme a la demande, la télévision vous suggère des programmes

  5. Internet est l’avenir de la télé et vice versa, et ce sera complémentaire avec la téléphonie, et la presse qui va devenir de plus en plus numérique.
    Il y en aura toujours à la traine qui préfèreront continuer à regarder Derrick sur leur télé dans le salon. Mais c’est sûr que globalement, tout va se centraliser.

Laisser un commentaire