La vision du futur de Microsoft

Dans mes prédictions 2009 j’anticipais un retour sur le devant de la scène pour Microsoft, ce retour en grâce passant notamment par un certain nombre de projets innovants comme Photosynth, Surface, Sphere ou encore WorldWide Telescope. À cette liste de projets il faut également ajouter tous les projets expérimentaux menés dans le Microsoft Labs comme cette stupéfiante vidéo : Future Vision Montage.

http://images.video.msn.com/flash/soapbox1_1.swf

Cette compilation de concepts regroupe en effet une incroyable série d’interfaces toutes plus belles les unes que les autres qui me font penser au célèbre Vodafone Future :

microsoftfuturevision

 

Saluons donc le formidable travail de design réalisé pour mettre en scène ces interfaces qui concurrencent sérieusement le concept Aurora de Mozilla (même si dans le fond très peu de ces concepts sont pour le moment réalisables). Dans le même genre il y a aussi le 4G=IP de Cisco. (via R/W Web)

Aurora, le navigateur conceptuel de Mozilla

Pour celles et ceux qui rentre de congés, je vous propose de découvrir le gros buzz de l’été, un concept de navigateur futuriste imaginé par Mozilla Labs et l’agence Adpative Path : Aurora.

aurora_overview

 

Pour faire simple, Aurora n’est pas un produit, mais plus une réflexion menée conjointement par le Mozilla Labs dans le cadre de ses Concept Series pour essayer d’anticiper le futur des navigateurs web et de l’internet (cf. Mozilla Crowdsources Future of the Internet).

Intégration fine entre browser, bureau et mobile

Plusieurs vidéos ont ainsi été publiées pour expliquer les différents concepts fonctionnels et d’IHM de ce navigateur du futur : Aurora Concept Video Part 1.

On y voit ainsi la possibilité de partager l’écran avec un autre utilisateur (regardez bien, il y a deux souris sur cet écran) :

Aurora_DualUser

 

Nous retrouvons également un bureau complètement spatialisé où les documents, applications et contenus sont regroupés de façon sémantique en groupe (clusters en anglais). Vous noterez également la subtile utilisation du cadre pour y insérer les applications en bas, l’historique à gauche, les raccourcis à droite et les macro-fonctions en haut :

Aurora_SpatialView

 

Une autre vidéo présente également un achat en ligne sur un Amazon à interface flou :

Aurora_Amazon

 

Il y a également une version mobile :

Aurora_MobileSpatialView

 

Et même une version de l’interface marchande « sociale » en situation de mobilité :

Aurora_MobileSocialShopping

 

Et pour finir nous avons même droit à une version Set-Top Box avec une interface gestuelle à mi-chemin entre Wii et Minority Report :

Aurora_Gestures

 

Un hypothétique Firefox 5 ?

Force est de constater que le travail réalisé est tout à fait inpirationnel, notamment en termes d’utilisabilité. Certains éléments d’interface ne sont pas neufs comme les menus radiaux (vu dans Second Life et Songza), la widgetisation de portions de page (vu chez Safari et le prochain IE 8 il me semble), la barre d’application à effet fish eye (vu chez Mac OS)…

Il y a par contre des choses plus novatrices comme ces clusters contextualisés qui pourraient inspirés les équipes de Google Desktop. Pour en savoir plus sur cette interface, je vous recommande les explications suivantes : Aurora Interface Guide and Design Concepts de même qu’aux scénarios d’anticipation (Aurora Forecasting the Future)

Pour la petite histoire, les équipes d’Adpative Path étaient également à l’origine d’une autre réflexion tout à fait intéressante sur un concept de terminal médical personnel : Charmr, A Design Concept for Diabetes Management Devices.

Soyons réalistes et espérons que ces idées seront implémentées dans les futures versions de Firefox. Peut-être la version 5 se reprochera-t-elle de ce concept…

Le stade ultime de l’évolution (robotique) ?

Le célèbre magazine Wired avait publié en début d’année un article sur une invention folle : un dinosaure robotisé doué d’intelligence et d’émotions. A l’époque cette invention était encore au stade de projet et les incertitudes étaient nombreuses (notamment sur la viabilité du concept).

Il semblerait que cette invention soit maintenant une réalité puisque le Pleo sera en vente à Noël prochain :

Pleo.jpg

Les spécifications de ce petit dinosaure sont stupéfiantes : ce « jouet » est en effet gavé de capteurs, servomoteurs, caméras et autres micros pour pouvoir interagir de façon extrêmement réaliste avec son environnement. De plus, il est doué d’une intelligence artificielle très développée qui lui permet d’exprimer des émotions.

Je vous laisse admirer la « bête » :

Je suis stupéfait par les progrès réalisé en matière de robotique grand publique. Avec ce Pleo, les Aibos et Robosapiens ont du souci à se faire…

Qu’est-ce que l’identité numérique ?

Je ne suis pas le premier à tenter de vulgariser le concept d’identité numérique, Leafar (Raphaël pour les intimes) a ainsi déjà proposé une représentation de l’identité numérique (voir son billet : U.lik unleash Identity 0.2), j’avais également déjà abordé la question dans un précédent billet. Je souhaite avec cet article compléter cette vision et y apporter ma touche personnelle.

Les utilisateurs au coeur du web 2.0

Avec la prolifération des blogs et wikis, la multiplication des réseaux sociaux et l’explosion du trafic sur les plateformes d’échanges, les contenus générés par les utilisateurs prennent une place toujours plus importante dans notre consommation quotidienne de l’internet. Tous ces contenus laissent des traces sur les sites qui les hébergent et dans les index des moteurs de recherche, ils sont également systématiquement rattachés à un auteur. De plus, la notoriété numérique des individus ainsi que sa valorisation (monétisation de l’audience, de l’expertise…) va rapidement amener les internautes (consomm’auteurs et consomm’acteurs) à se soucier de leur identité numérique.

De la volatilité de l’identité numérique

L’identité numérique d’un individu est composée de données formelles (coordonnées, certificats…) et informelles (commentaires, notes, billets, photos…). Toutes ces bribes d’information composent une identité numérique plus globale qui caractérise un individu, sa personnalité, son entourage et ses habitudes. Ces petits bouts d’identité fonctionnent comme des gènes : ils composent l’ADN numérique d’un individu.

IdentiteNumeriqueSimple.jpg

Gérer son identité numérique veut dire surveiller l’utilisation de chacune des ces bribes d’information, cette tâche est complexe surtout pour un individu qui souhaite exploiter l’internet comme une vitrine. Nous allons donc progressivement devoir acquérir une vision à 360° de toutes les traces que nous laissons au quotidien de manière à maitriser l’image que l’on donne de nous même.

Les différentes facettes de l’identité numérique

Comme nous venons de le voir, notre identité numérique est composée de nombreuses informations (ou traces) qui peuvent être regroupées en facettes :

Le schéma suivant synthétise les différentes facettes de l’identité numérique :

IdentiteNumeriqueComplete.jpg

Pour un schéma de plus grande taille, je vous recommande la version publiée sur FlickR : Cartographie de l’identité numérique (et il y a même une version en anglais : Digital Identity Mapping)

C’est en participant à tous ces services et outils qu’un individu alimente petit à petit toutes les facettes de son identité numérique. La majeure partie des utilisateurs ne mesure pas encore la complexité de la gestion de l’identité numérique, et ceci pour deux raisons :

  • les occasions de laisser des traces sont de plus en plus nombreuses ;
  • les moteurs de recherche conservent chacune des ces traces pendant de nombreuses années.

Voilà donc très certainement quel sera le prochain défi à relever pour les utilisateurs de l’internet : prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas ternir l’image d’eux-mêmes (leur identité, leur double numérique) qu’ils sont progressivement en train de construire.

Le paperboard ultime ?

J’ai déjà eu l’occasion de vous montrer différentes expérimentations d’environnement de travail interactifs, mais alors celui-là me laisse sans voix : Le MIT Digital Drawing Board.

Est-ce que vous réalisez la puissance de ce truc ? Imaginez un peu ce que cela pourrait donner dans les phases de conception d’un site web ou d’une application en ligne (en apprenant au système à reconnaître les liens, boutons, champs… ainsi que leur comportement).

PS : rien que pour cette vidéo, ça valait le coup de payer 1,65 milliards de dollars.

E-tourisme + vue 360° + réalité augmentée = SuperTour

Alors là j’en suis resté scotché à mon siège : SuperTour est un portail de voyage qui mélange vue à 360° et réalité augmentée pour présenter les destinations :

SuperTour

 

Autant vous prévenir tout de suite : c’est très long à charger et surtout très lent à manipuler (l’interface réquisitionnant une bonne partie de votre ressource machine) par contre l’expérience est fantastique : choisir sa destination de vacance et se balader dans un univers à 360° avec des petites icônes qui flottent pour signaler des hôtels, restaurants ou point d’intérêt… procure un sentiment très particulier, un peu comme si vous étiez téléporté dans une autre dimension.

Le service est encore en phase d’expérimentation mais je pense qu’avec une machine puissante (double coeur, 2 Go de mémoire) et une bande passante conséquente (la fibre à 50Mo de Free) l’effet d’immersion doit être renversant. (via Three Minds)

La tablette à dessin ultime ?

La plupart des graphistes et web designeur utilisent des petites tablettes à dessin pour remplacer leur souris. Pourquoi ? Tout simplement parce que travailler avec une souris demande un effort pour retranscrire des gestes que l’on réalise plus naturellement avec un crayon. C’est l’interface (la souris) qui est en cause.

Je vous propose maintenant de découvrir cette tablette graphique qui risque d’en faire baver plus d’un :

Avouez que ça laisse rêveur, non ? Ici la table à dessin est une immense zone d’affichage réactive. Vous remarquerez également l’utilisation d’une véritable palette pour activer les outils. Je trouve cette innovation particulièrement remarquable car elle exploite le meilleur des deux mondes : la richesse de l’interactivité des écrans tactiles avec la souplesse et l’intuitivité des crayons et palettes. Formidable, je veux la même. (ViaGwix et Jamais203.net)