Premières impressions sur Apollo

A peine la première version d’Apollo vient-elle de sortir (voir à ce sujet mon précédent billet : Les premiers pas d’Adobe Apollo) que les premières expérimentations sont là :

Une fois le runtime installé, le déploiement d’applications avec Apollo est assez simple : un simple clic sur le fichier .air et le panneau de contrôle d’Apollo apparait presque instantanément (pour confirmation). Après cela, les applications Apollo se comporte comme des applications à part entière avec des temps de chargement tout à fait acceptables. Nous sommes donc ici bien loin des longues secondes nécessaires au chargement et à l’initialisation de la machine virtuelle Java.

Nous n’en sommes qu’aux premiers balbutiements d’Apollo et je déplore le manque de prototypes et autres démos. Quel dommage surtout que ces deux premières expérimentations soient en fait des widgets améliorés. Ceci pourrait créer de la confusion et faire passer Apollo pour un vulgaire moteur de widgets. Pour celles et ceux qui l’ignorent, Apollo est une machine virtuelle permettant de lire de l’HTML, du PDF, du Flash et même des [RDA (pour une plus longue explication, je vous recommande cet article : Adobe Apollo: beyond the hype).

Loin de moi l’idée de critiquer le travail réalisé par les auteurs de ces expérimentations, car ils ont fait preuve d’une remarquable réactivité. Ce n’est qu’un début, mais un début prometteur. Pourtant l’instant rien de comparable à ce qui se fait WPF (à l’image des RDA de la FNAC ou de Burton Snowboards), mais il faut dire qu’ils ont eu de nombreux mois pour peaufiner ces démos.

Même si certains annoncent déjà la relève (Apollo, la concurrence est déjà là…), je reste très optimiste sur l’avenir de cette solution et sur la capacité d’Adobe (et des ex. Macromedia) à motiver la communauté des Flasheurs à s’initier.

Un commentaire sur “Premières impressions sur Apollo

  1. Je viens de tester colocmoney, yourminis et weather stations. C’est vrai qu’on aimerait voir des applicaion plus évolués, parceaue c’st juste des widgets comme on en déjà pleins… l’intérêt principal réside dans le développement d’application multiplateforme ?

  2. Fred, tu as testé l’application « ebay », on est que au début, évidemment, mais pour moi apollo c’est vraiment l’avenir, un peu de patience et on verra de très belles innovations, je me demande même si ça ne va pas « aider » les entreprises traditionnelles ayant besoin de renouvellement au niveau technique de sauter du site internet aux RIA…

  3. Moose > L’idée de ces exemples n’étaient pas de faire des applications évoluées mais avant tout de se faire plaisir en sortant une petite appli histoire de tester rapidement le bousin. La suite viendra dans quelques semaines. Difficile de développer une grosse appli en une soirée. Patience…

  4. Hey là vous déconnez les mecs et moi qui attendez fébrilement une application de traitement d’image sous appolo pour concurrencer photoshop, je vais devoir attendre alors ?! concrètement que peut-on espérer comme applications futures ? Ça risque pas de poser des problèmes de sécurité à l’avenir ? Le message de sécurité quand on lance une application fait peur, sur Mac on n’a pas l’habitude…

  5. Des problèmes de sécurité ? Hum… tu veux dire si jamais un virus était compilé en .air et se faisait passé pour une application ? Je pense que les équipes d’Apollo y ont pensé et que ce point là est blindé. Enfin je pense… /Fred

  6. Moi je pense comme Manu :) La suite viendra bientôt, pour l’instant ce n’est que le résultat de quelques heures de découverte… et puis ce n’est qu’une version alpha ! Ce n’est pas du web 2.0, ça va évoluer et gagner énormément en fonctionnalités jusqu’à la version 1.0. Bref, patience, patience ! Et Moose, tu peux certainement t’attendre à voir débarquer des logiciels de traitement d’images :)

  7. Oui je pensais à un virus ou tout simplement une application qui utilise une faille de sécurité comme on a pu en voir dans des fichiers word ou excel avec des macros, ou de simple applications en VB. Le message d’avertissement lorsque l’on lance une appli .air prouve que les équipe d’adobe y ont pensé, mais ça prouve surtout qu’il y a un risque indépendant de l’OS (d’ailleurs ce n’est pas un message d’avertissement de l’OS, c’est une message d’appollo qui apparait ce qui peut prêter à confusion). Les utilisateurs de windows ne seront probablement pas choqué vu que c’est leur lot quotidien, par contre les utilisateurs de Mac eux risquent d’être surpris. Dans un sens ça obligera les développeurs à faire certifier leurs applis… Manu > Merci pour Battlebay ça donne idée des perspectives (même si ça reste extrêmement buggé).

  8. En tout cas, l’idée est très bonne, elle va permettre à plein de développeurs en herbe de se faire plaisir et d’accéder à une plus grande liberté. Niveau sécurité on ne peut encore rien annoncer tant qu’il s’agit d’une alpha, mais tout système à ses failles. Une publicité de plus pour les logiciels de sécurités paranoïaques… Au moins, ça met les plateformes sur un pied d’égalité à ce niveau là :) Mais restons positif, un nouveau produit c’est que du bonus ! J’apprécie particulièrement la feature window Chrome. Mais ce que je voudrai connaitre moi c’est la rapidité de la machine virtuelle.

  9. Ca me semble normal que pour le moment Apollo ne sert qu’à mettre au monde des petits widget-like car tous les développeurs ont envie de se faire rapidement une idée de la techno et le plus rapide c’est de créer/adapter quelque chose de plutôt simple. J’ai moi même eu cette attitude là avec une appli Flex ;). On ne va pas tarder à voir arriver de gros jouets et quand on voit ce que donne la démo d’Ebay ça donne une bonne idée des applis futures qui vont apparaîtres dans les mois à venir. Contrairement à Flex qui a mis un petit moment avant de démarrer je pense qu’Apollo va être très vite adopté en partie grâce aux possibilités de développement dans plusieurs langages (html, ajax, flex..). C’est pas réservé à une élite et c’est bien! Globalement j’ai été agréablement surpris par ce runtime et par la rapidité de l’installation et de la navigation sur les applis Apollo. J’attend avec impatience de nouvelles images ou de nouveaux retours par ici.

  10. Vraiment très interressant. Si Apollo est calibré pour les RDAs, faut-il déja songer à abandonner les Powerbuilder, Windows Forms et autres pour les applications d’entreprises ? Peut-être pas pour le moment… Il n’est pas exclu qu’Apollo convienne pour ce marché si l’intéropérabilité avec les bases de données et les serveurs d’applications sont au rendez-vous.En attendant de faire ses preuves dans ce monde là, je pense tout comme Adrien que cette plateforme va au début faire plutôt dans du « Widget » et des RIA à vocation graphique de petite à moyenne taille.Apollo pour l’entreprise, qu’en dites-vous ?

  11. Apollo pour l’entreprise, j’y crois énormément, bien plus que ce que l’on pourrait penser à première vue. Actuellement je développe du Flex pour une appli d’entreprise et je suis convaincu qu’Apollo apportera une valeur ajoutée. Les contraintes disparaissent : installer le runtime n’est pas un problème pour une entreprise si on se fait client d’une application Apollo. Et pour moi il ne faut pas oublier tous les outils misent à disposition par Adobe pour permettre un lien fort avec le back office (notamment J2EE) et donc offrir des véritables avantages aux entreprises. Je pense surtout au framework Cairngorm, à Flex Data Services (renommé LiveCycle Data Services pour sa version 2.5) et à l’inclusion du PDF dans les applications Apollo. Le PDF est LE standard documentaire, utilisé dans de très nombreuses entreprises. Imaginez la facilité et l’avancée de pouvoir utiliser du pdf à l’intérieur même de votre application (admettons un outil de gestion documentaire) : pas de download, aperçu immédiat, modification à la volée, remplissage automatique des documents PDF via l’interface Flex… Adobe a inévitablement sa carte à jouer sur ce terrain et je suis persuadé que l’on verra de biens beaux exemples dès la présentation de la version supportant le format PDF.

  12. Cela me semble intéressant car cela va stimuler la concurrence. Mais perso, j’ai du mal à me faire une idée de l’impact de l’utilisation d’Apollo. D’une part, à cause du temps de latence dans l’adoption par les entreprises. Et aussi, parce que l’on voit arriver des hybridations que l’on pourrait qualifier de cross-platform. Par exemple, Google Web Toolkit permet de développer des applications AJAX en utilisant uniquement Java. Et j’ai émis l’idée dans Why not running a Java Browser Edition on top of Firefox VM (Tamarin) ? que la machine virtuelle de Firefox pourrait être envisagée pour faire tourner du code Java avec qques avantages, notamment du point de vue du temps de démarrage. D’autres cogitent sur Java Browser Edition. L’actualité s’annonce chargée et c’est tant mieux.

  13. Trés interressant ces commentaires, pour ma part, j’ai un peu l’impression que Adobe met la charrue avant les boeufs dans le sens on va avoir un outil dont on a pas besoin aujourd’hui (ou dont les besoins ne sont pas clairement identifié) de même que je ne suis pas sur que les clients puissent déja formuler des besoins de ce type, enfin on verra…

Laisser un commentaire