MAX Europe 2007, Jour 1 (suite et fin)

Les sessions s’enchainent à un rythme infernal et je ne sais plus où donner de la tête…

360° Design

C’est James Hilton (le directeur de création de l’agence AKQA) qui nous présente sa vision à 360° du design.

MAX_Barcelone_12

 

Les points-clés de son intervention :

  • Il n’y a pas de média à 360° mais plutôt de pertinence à 360° (rien ne sert d’être présents sur tout les supports, il faut plutôt se concentrer sur les plus pertinents dans le contexte de la marque) ;
  • La dimension participative est au cœur des expériences-client les plus engageantes (je n’ai pas su traduire « engaging« );
  • L’Attention Deficit Desorder menace tout l’écosystème publicitaire (report des temps d’audience de la TV vers des supports beaucoup moins bien maîtrisés comme les réseaux sociaux et les univers virtuels) ;
  • Il faut passer d’une logique d’Advertising (un message générique broadcasté via les médias traditionnels) à une logique d’Experiencing (une expérience de marque partagée de façon individualisée) – tout ça me fait penser à la notion de Tryvertising.

Cette session est l’occasion de découvrir un certain nombre d’opérations très innovantes réalisées par l’agence (ils sont vraiment très forts).

15 H : Je profite de la pause pour faire un tour dans le Community Pavillon :

MAX_Barcelone_11

 

Ambiance gros coussins de relaxation et salons privatifs du plus bel effêt (grâce à l’utilisation de gigantesques voiles).

From the Web to the Desktop with AIR and Flex

Une session un peu plus technique orchestrée par un Daniel Dura très en forme.

MAX_Barcelone_13

 

Il est si question du portage d’applications en ligne (avec Flex) vers un client riche (avec AIR) :

  • Le client riche est une notion ambigüe, il préfère parler de Web-Enabled Dekstop Application ;
  • Les applications réalisées avec Flex Builder 3 peuvent être indifféremment publiée en mode RIA (avec Flash) ou en mode RDA (avec AIR), il faut par contre être rigoureux dans l’architecture de l’application pour pouvoir réutiliser un maximum de composants ;
  • AIR apporte beaucoup de souplesse dans la personnalisation des applications (fenêtre, icône animé du system tray, menus et raccourcis clavier…
  • Possibilité de faire de la surveillance d’état et d’activité (pour gérer le basculement de mode en / hors ligne et la re-synchronisation des données) ;
  • Possibilité de faire du drag & drop depuis ou vers une application AIR (fichiers, liens, images…) ;
  • Gestion simplifiée du déploiement (par l’intermédiaire de badges) et des mises à jour (il faut pour cela acquérir un certificat).

La journée s’achève et j’ai une furieuse envie de prendre l’air (sans mauvais jeux de mots). ça tombe bien car nous avons droit à une visite guidée pédestre du centre-ville (superbe).

Un commentaire sur “MAX Europe 2007, Jour 1 (suite et fin)

  1. Est-ce qu’impliquantes ne seraient pas la bonne traduction dans cette phrase : « La dimension participative est au cœur des expériences-client les plus engageantes (je n’ai pas su traduire “engaging“) »

Laisser un commentaire