Google lance Buzz pour contrer Facebook et Twitter

L’annonce vient juste de tomber, le nouveau produit « social » de Google s’appelle Google Buzz : Introducing Google Buzz et Google Buzz in Gmail.

GoogleBuzz_logo

 

À première vue il s’agit plus d’un outil de micro-partage à la FriendFeed que de microblogging à la Twitter. Ce nouveau service semble très ambitieux et représente la réponse de Google à Facebook, mais également à des services qui montent comme FourSquare.

Un service déjà à jour par rapport à ses concurrents

Voilà ce que l’on sait de Google Buzz pour le moment :

  • C’est un service intégré à Gmail (un onglet juste sous Inbox) qui permet de partager des liens, photos, images… ;
  • Les publications peuvent être privées, publiques ou restreintes (auprès d’un groupe d’amis) ;
  • Les tweets sont ouverts aux commentaires et sont agrégés dans des conversations (comme Gmail), il est également possible d’apprécier une publication (Like) ;
  • Il est possible d’adresser un tweet à une personne en particulier avec le signe @ ;
  • Les tweets seront géolocalisés, il sera possible de consulter tous les tweets d’un endroit en particulier sur les Place pages ;
  • Le service est disponible sur les terminaux mobiles et synchronisé avec Google Maps ;
  • Le flux de tweets sera filtré pour limiter la pollution.

Plus d’infos ici : Google Goes Social with Google Buzz.

L’interface est, comme toujours chez Google, très épurée et intuitive :

GoogleBuzz_feed

Il semblerait donc que les équipes de Google aient décidé d’adopter une posture de suiveur réactif plutôt que d’innovateur : If Google Wave Is The Future, Google Buzz Is The Present.

Voici à quoi ressemble un profil avec un flux de Buzz (en l’occurence celui de Mashable) :

GoogleBuzz_Mashable

Plus proche de Friendfeed et Foursquare que de Facebook et Twitter

Même si je n’ai pas encore pu tester ce service (déploiement en cours…), je pense ne pas me tromper en disant que ce service ne souhaite pas devenir un clone de Twitter et propose ainsi des fonctions plus proches de FriendFeed :

  • Pas de limitation dans le nombre de caractères ;
  • Possibilité de commenter les publications ;
  • Affichage des photos et vidéos directement dans les tweets…

Le fondateur de FriendFeed a déjà fait un petit commentaire à ce sujet : FriendFeed (and Gmail) Founder’s Reaction To Google Buzz: “This Seems Vaguely Familiar”.

Ce service est également assez proche de Foursquare ou Brightkite :

  • Les tweets sont géolocalisés et donc consultables dans un périmètre donné (nearby) ;
  • Les points d’intérêts agrègent les tweets publiés à proximité (principe de placestream) ;
  • Il est possible de simplement signaler son passage dans un lieu sans rien publier de particulier (l’équivalent d’un ping ou d’un check-in) ;
  • Le service est disponible sur les téléphones mobiles et smartphones.

 

GoogleBuzz_mobile

Si vous ne pouvez accéder à la version web sur Gmail, la version mobile sur buzz.google.com est dès maintenant accessible via iPhone ou smartphone Android (avec la reconnaissance vocale en prime).

Un service intégré à la suite Google qui exploite le graph social des utilisateurs

L’avantage de coupler ce service à Gmail est de pouvoir bénéficier directement de la base d’utilisateurs et de pouvoir exploiter leur graph social. Il n’existe pas à ma connaissance de chiffres officiels, mais il me semble qu’il y a près de 100 millions d’utilisateurs de Gmail dans le monde, ce qui place Google Buzz largement en retrait par rapport à Facebook et ses 400 millions de membres (dont une bonne partie hyper-actifs).

Là où Google Buzz peut par contre faire la différence, c’est qu’il s’intègre à une myriade de services existants pour servir de ciment social : Picasa pour les photos, YouTube pour les vidéos, Latitude pour la géolocalisation, Profile pour l’authentification, Reader pour les news, Goo.gl pour les URLs courtes… Il est également possible d’importer vos publications d’autres sites comme FlickR, Twitter et bien sur vos flux RSS.

Autant dire que nous pouvons nous attendre à un démarrage canon pour ce service, en tout cas sûrement plus rapide que Yahoo! Meme ou Yahoo! Buzz. En fait ce qui va vraiment accélérer le déploiement du service va être sa capacité à analyser votre historique de mails et à construire ainsi votre liste de followers / followings à partir de votre base de contacts.

Un service tourné vers l’avenir (et contre Facebook)

En faisant le choix de ne pas limiter les tweets à 140 caractères, Google Buzz se tourne donc résolument vers l’avenir (pour s’extraire de la contraintes des SMS, même si le service est compatible). Notons de plus qu’il n’y aura pas d’application iPhone / Android mais plutôt une application en ligne construite visiblement avec HTM5. Plus simple à déployer / maintenir, pas besoin de se faire approuver dans les marketplaces, prise en charge native de la géolocalisation… les avantages sont nombreux et ce service s’intègre à merveille sur le tout récent Nexus One.

Si l’on prend un peu de recul, il semble clair que ce nouveau service est la réponse tant attendue de Google à Facebook, il signe le grand retour de Google dans les médias sociaux depuis le rachat de Blogger et YouTube (Orkut ne compte pas). Attendez-vous à une bataille épique et surtout une course à l’armement.

Quel va être l’impact du lancement de Google Buzz ?

Difficile de se faire un avis sur ce service dans la mesure où je n’ai pas encore mis la main dessus. Mais je peux néanmoins émettre quelques hypothèses :

  • Gmail se positionne donc comme la pierre angulaire de la stratégie sociale de Google (mail + messagerie instantanée + microblog), ceci pourrait confirmer une probable fusion de Wave et Gmail ;
  • La pression sur Facebook va être de plus en plus forte, j’anticipe une accélération du processus de transformation open source de Facebook pour garder les faveurs de la communauté (à moins que Google ne les prenne de vitesse : How Google Buzz is Disruptive: Open Data Standards) ;
  • De nouvelles opportunités de revenus pour les AdWords ;
  • Une ré-orchestration des real-time search et des social search results ;
  • Disparition prochaine de services de moindre importance comme Jaiku ou Latitude ;
  • Intégration probable dans les Google Apps pour en faire un outil de micro-partage interne ;
  • Remise à jour en urgence des social desktop apps comme Tweetdeck, Seesmic & cie ;
  • Pourquoi pas le lancement ou le rachat d’un service équivalent par Apple.

À ce stade je ne me risquerai pas à prédire une disparition prochaine de tel ou tel service. J’imagine que dans un premier temps Google Buzz va venir compléter une liste déjà bien longue. Pour la suite et son avenir à moyen terme, celà va dépendre de l’implication de Google dans la promotion de ce nouveau service (cf. Les acquisitions ratées de Google) et de la place qui va lui être laissé dans la stratégie globale.

46 réflexions sur “Google lance Buzz pour contrer Facebook et Twitter

  1. Ca va devenir un sacré foutoir Gmail. Et dire que quand je creuse superficiellement les possibilité qu’offre le mail de Google, je me sens déjà perdu. Il ne manque plus qu’on mélange le tout avec Wave.
    Par ailleurs, ça a des aires, toute chronologie mise à part, de réponse aux ambitions « titanesques » de Facebook.

    J'aime

  2. Effectivement, Gmail est un bon véhicule pour le « partage social ». Sérieux concurrent pour Twitter qui ne devrait pas durer bien longtemps (trop limité) par contre Facebook ne risque pas grand chose.

    Pas facile de prendre le virage réseau social quand on est leader du Search…

    J'aime

  3. D’habitude je commente plutôt ici pour discuter de l’avis exprimé mais là je voudrais juste te féliciter pour avoir écrit un billet aussi intéressant en si peu de temps.

    Pour ce qui est du service le potentiel est réel mais, malgré un environnement social très geek, j’ai encore beaucoup plus d’amis qui dispose d’un compte Facebook que d’un compte Gmail…

    J'aime

  4. Pas étonnant de voir Google, sur la base de Gmail tenter de créer une vraie plateforme sociale. On en parlait déjà en 2007 (http://cdeniaud.canalblog.com/archives/2007/11/20/6955026.html). Après, la question est de savoir si le marchés des utilisateurs Gmail est prêt puisque il faut se rappeler le semi échec de Google Wave (qui du coup risque de tomber définitivement aux oubliettes avec Google Buzz) et la relative adoption des applications sur Yahoo! Mail.

    Après c’est aujourd’hui une tentative de contrer Facebook : c’est évident. De son côté Facebook, qui devrait son service de webmail, va venir essayer d’attaquer Gmail sur son territoire.

    Je pense que clairement Facebook est mieux positionné et que Google, via Gmail, propose une solution finalement attendue mais qui risque d’être vaine dans la lutte pour être LA plateforme sociale

    J'aime

  5. Je suis assez d’accord avec Cédric. Il va être très complexe pour Google d’imposer Buzz comme LA plateforme sociale de référence, en particulier pour des raisons de branding et de positionnement.

    Buzz repose sur une technologie, pas sur une réponse à un besoin exprimé de façon claire. Facebook, c’est les réseaux d’amis, Twitter, c’est la communication fluide, pro et rapide, mais j’ai du mal à voir comment Google Buzz va se situer à ce niveau.

    Reste que la technologie a l’air vraiment aboutie, et que les synergies avec les différents services Google vont être top. Les téléphone Androïd devraient en bénéficier, la démo sur le Nexus One donnait bien envie :)

    J'aime

  6. @ Youssef >En fait je ne sais plus trop où j’ai vu ce nombre de 400 M d’utilisateurs, je crois chez Jeremiah Owyang : http://www.web-strategist.com/blog/2009/07/09/email-the-first-social-network/.

    Jean > Mais qui parle d’imposer un service qui va écraser les autres ? Nous sommes plus dans une logique d’écosystème où différents fournisseurs de plateforme de micro-blogging / partage cohabitent. De plus comme Buzz est une plateforme ouverte (APIs et standards), il se peut que de nombreux utilisateurs s’en servent sans s’en rendre compte.

    /Fred

    J'aime

  7. Je ne parviens plus à suivre Google …
    Ce qui était à l’époque simple et épuré devient aujourd’hui, très compliqué malgré les apparences.

    Google offre une multitude d’applications (Gmail, Picasa, Calendar, …) mais rien n’est vraiment lié graphiquement, tout se trouve à une autre adresse, avec des interfaces moches (même si à l’époque tout le monde trouvait cette sobriété sympa).

    Moi je n’utilise pas l’interface Gmail pour relever mes mails, alors des services du genre Talk et Buzz, je vois pas comment les utiliser.

    Si Google veut devenir imparable, il devrait se concentrer sur une interface qui engloberait tout cela… Ce que fait facebook en version Lite en fait !

    Google Community, qui à la manière de facebook:

    Facebook Messages –> Gmail
    Albums –> Picasa
    Evènements –> Calendar
    Statut –> Buzz
    Discussions instantanées –> Talk

    Ils pourraient créer très facilement un univers graphique reprenant l’ensemble de leurs services dans un look un peu plus élaboré (Apple Mobile Me) et là, ils pourraient vraiment choper bcp de monde !

    Un facebook bien plus puissant offrant une intéraction entre la communauté (messages internes, statuts) et l’extérieur (mails, agenda, …).

    J'aime

  8. Très bon article encore une fois.

    Je tiens juste à faire le lien entre Google Buzz et une annonce plutôt discrète, il y a 2 semaines, de Google concernant le Social Search…

    Voyez plutôt la vidéo ici http://www.fluid-advance.com/2010/01/google-anticipe-social-research/, Buzz permet de faire le lien entre les gens et donc à terme d’intégrer le contenu de votre réseau d’amis/connections dans les résultats de vos recherches Google.

    Bref, la guerre dans le social search ne fait que commencer qd on apprend dans le même temps un rapprochement plus fort entre Bing et Facebook en début de semaine également.

    J'aime

  9. @steph: Re La charte graphique, l’Esthétique de l’interface et l’univers Google. Je partage cet avis Steph sur la question de la forme. C’est le point faible à mon avis de Google aujourd’hui. Le packaging des produits et des services est très geek. C’est un univers techno. C’est surement un positionnement qui a du sens, ou qui en a eu. En revanche, très certainement un frein pour ce qui est de la pénétration de Google auprès d’une cible grand public, de ses services et de la réussite de sa récente offensive sur l’univers de la téléphonie. Ou de Chrome. La campagne dans le Métro parisien pour Chrome affichait clairement les intentions de Google de cibler un public beaucoup plus large. Je suis curieux de voir quelles auront été les retombées et l’impact de cette com. Bien sur, c’est un investissement long terme dans la construction de cette image pour inscrire Google dans une dynamique d’utilisateurs toujours plus nombreux. Je suis un adepte de l’univers Google. Je suis fasciné par la puissance et la simplicité de la vision de l’entreprise. Là où Apple a réussi à convaincre par l’Image qui est devenu un standard pour le grand public, l’univers Google reste abscons. Mon mobile est un Google phone. Of course, mon compte Gmail est optimisé pour la synchronisation et je teste tous les jours l’ensemble du pack de service. Je bénéficie des fonctionnalités incroyables de l’environnement. Et pourtant! Je suis frustré par la pauvreté et l’indigence des choix graphiques. Aux bons temps analogiques, on disait que le beau faisait vendre. Est-ce toujours vrai ?

    J'aime

  10. @VincentGuilloche : Si Google impressionne par sa rapidité et son efficacité à sortir continuellement de nouveaux services et produits, je trouve qu’elle en perd une cohésion. Malgré ses efforts a lié ses applications, le lien graphique ne se fait pas …

    Il y a toute une série de boules Google en suspension et on doit jongler avec … pas évident pour les utilisateurs lambda …

    Mais transformer tout cela en un magnifique atomium ( en tant que belge, je me devais :) ) bien brillant et tout le monde aurait envie de visiter chaque boule !

    J'aime

  11. Selon nous Google Buzz, est autre chose qu’une simple concurrence à Facebook ou Twitter même si ses fonctionnalités sociales semblent le suggérer. En effet, il est probable que l’aspect social de Google Buzz viennent en complément de réseaux tels que Facebook et Twitter pour s’enrichir mutuellement, plutôt que pour les concurrencer. En revanche, là où nous attendons Buzz, c’est sur son ambitieuse fonction mobile et de géolocalisation : si les utilisateurs jouent le jeu, ça pourrait faire un gros…BUZZ! :-)
    Voici notre point de vue sur ce nouveau service :
    http://checkitnetworks.com/google-lance-buzz-une-nouveau-service-web-social-et-mobile/

    J'aime

  12. Je suis sceptique quant à l’analyse de l’absence de client mobile natif.
    Une webapp en HTML5 offre pas mal d’avantages sur les navigateurs mobiles (à commencer par la localisation) et permet de s’affranchir de la bénédiction d’Apple pour la publication (qui est d’ailleurs le seul à avoir un app store avec modération a priori).

    Néanmoins les fonctions multimédia (partage de photo, vidéo, musique) et la notification en mode push sont des fonctionnalités qui pourraient de manquer.

    Mais, dans tous les cas, j’apprécie la pertinence de l’article !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s