A quoi sert Second Life ?

C’est à la suite d’une très instructive émission diffusée vendredi soir sur Netgaming TV que j’ai entamé une réflexion de fond sur Second Life, et plus généralement sur l’intérêt des univers virtuels. Vous trouverez donc dans ce billet un certain nombre de questions existentielles relatives aux univers virtuels et à la condition sociale des avatars.

C’est quoi Second Life ?

Voilà une question anodine qui pourtant est au coeur de l’incompréhension latente de ce bazar. Selon Wikipedia version US, Second Life est un univers virtuel en 3D. Cette définition est pour moi tout à fait correcte, bien plus correcte que la traduction française de cette page Wikipedia où il est question d’un jeu de rôle à univers persistant en 3D. Faux, car qui a dit que Second Life était un jeu ? Personne, en tout cas pas les concepteurs qui le définissent comme une société en ligne balbutiante qui est entièrement façonnée par ses résidents (a burgeoning new online society, shaped entirely by its residents).

Je préfèrerais étendre cette définition et dire que Second Life est comme un média : chacun peut y trouver ce qu’il cherche. Au même titre que la télévision ou que l’internet, sur Second Life on peut se divertir, faire des rencontres, jouer, s’informer, créer, échanger, exprimer sa créativité… On y retrouve ainsi une population très hétéroclite où chaque résident est animé par des ambitions très variées : trouver l’âme soeur, passer du bon temps en s’extirpant du quotidien, faire des affaires, recruter des fidèles, assouvir ces fantasmes, faire avancer le débat politique… et parfois tout ça en même temps !

Pourquoi Second Life ?

Et pourquoi pas ? Car après tout le logiciel et l’accès à l’univers est gratuit. De plus, les contraintes y sont moindres et le sentiment de liberté est immense. A partir de là, pourquoi serions-nous condamnés à supporter le langage indéchiffrable des Skyblogs (lol-kikoo-mdr) et les mises en page hideuses des MySpace ?

Pour faire simple, je dirai que le succès de Second Life est conditionné par deux facteurs :

  • la créativité de nombreux résidents qui souhaitent partager leur talent ;
  • l’opportunisme d’un petit nombre qui souhaite spéculer à court terme.

Mais dans la mesure où nous sommes entre adultes consentants (car je vous rappelle qu’il existe un Second Life pour les moins de 18 ans), où est le mal ? Il est certain que si vous souhaitez voir des excentriques, des fanatiques, des marchands de sexe et autres cyber-terroristes alors vous allez être servi ! Mais vous avez aussi la possibilité de ne pas les voir, de les ignorer, comme vous pouvez le faire dans votre quotidien. La nature humaine est ainsi faite qu’elle autorise toutes sortes d’excès et de débordements, et Second Life ne fait pas exception.

Pourquoi dépenser son argent dans Second Life ?

Encore une fois et pourquoi pas ? Faire des achats dans Second Life n’est pas plus stupide que d’acheter des cigarettes ou des sonneries de téléphone portable : c’est juste un petit plaisir solitaire dont il ne reste pas grand chose au bout du compte.

Mais bon, comme on dit chez nous : les petits ruisseaux fond les grandes rivières, et le v-Business (Virtual Business) est une réalité fort lucrative : les marques font parler d’elles avec un minimum d’investissement, les créateurs d’objets et de biens relatifs aux avatars parviennent à monétiser leur créativité en limitant les frais, les promoteurs immobiliers et autres marchands de biens (virtuels) s’en donnent à coeur joie. Regardez par exemple comme il beau mon avatar avec son costume à patte d’eph’:

FredCardozo

 

Tout ceci est néanmoins très surprenant dans la mesure où la notion de propriété dans Second Life est tout relative : il s’agit plus d’une prestation que d’une priorité car le jour où les serveurs seront débranchés vous ne possèderez plus rien. Et pourtant ça marche…

Pourquoi communiquer dans Second Life ?

Nous en arrivons donc tout logiquement à nous demander dans quelle mesure une marque ou une institution aurait un intérêt à s’implanter dans cet univers virtuel. Les exemples de grandes marques américaines ayant tenté l’aventure sont nombreux, quoique….!…quand on y réfléchit bien, Second Life ne représente qu’à peine plus de 2 millions d’utilisateurs pour une cinquantaine de marques grand public. Est-ce une révolution dans l’univers de la communication de marque ? Non, pas réellement. En tout cas plus depuis que les annonceurs et les régies publicitaires ont intégré le virtuel (internet, jeux vidéos en ligne et univers virtuels) dans leur stratégie.

A partir de là, est-il réellement opportun de s’implanter dans Second Life ? La réponse à cette question est forcément ambigüe :

  • si vous êtes une marque qui cible exclusivement les jeunes et les adopteurs précoces alors oui, vous avez tout intérêt à y être ;
  • si vous avez l’ambition d’être la banque des jeunes et que ces même jeunes se lassent des T-shirt et des CD que vous offrez depuis 15 ans pour les séduire, alors oui vous avez bien raison d’y être (voir à ce sujet ce billet : BNP PARIBAS, premier grand groupe français dans Second Life ?) ;
  • si vous n’avez pas de site web ou si votre site web peut être amélioré, alors concentrez-vous sur cette tâche au lieu de vous disperser.

Conclusion

Vous l’aurez sans doute compris, le buzz médiatique autour de Second Life n’est pas forcément mérité. Pas forcément car cette plateforme est, rappelons-le, minuscule (moins de 2,5 millions de membres pour combien d’utilisateurs actifs ?) mais où néanmoins les possibilités sont immenses et où la créativité est au rendez-vous.

Inutile également de vous voiler la face : à l’instar des MySpace ou de YouTube, Second Life n’attirera jamais plus de 100 millions de membres. Tout simplement parce que les barrières à l’entrée y sont très élevées :

  • un matériel de pointe (ordinateur récent et très bonne connexion à internet) ;
  • une forte motivation (créer un avatar et comprendre le fonctionnement de l’interface demande bien 30 minutes, faire son premier achat est encore plus complexe) ;
  • une ambiance très folklorique (et c’est un euphémisme) qui peut refroidir plus d’un utilisateur ;
  • une concurrence très active de la part d’autres univers virtuels (Entropia Univers, There, Habbo Hotel, CyWorld, CityPixel…) ou de jeux en ligne (World of Warcraft, Everquest…).

Bref, tout porte à croire qu’avec Second Life, nous nous dirigeons tout droit vers une nouvelle (petite) bulle spéculative. Mais bon, c’est quand même très sympa d’y passer un petit moment.

63 commentaires sur “A quoi sert Second Life ?

  1. Bonjour à tous, Vivant dans un monde de Hard-core gamers ( on est une vingtaine d’amis connectés environ 7j/7; 14h/24 ), je vois souvent l’hostilité des personnes à l’encontre des jeux, qu’ils soient alone ou sur la toile. Premièrement, comme d’autres précédemment l’on cité, SL n’est pas un jeu;ni simple, ni de rôle: c’est une interface de communication, une sorte de web dans le web, mais en plus « propre », plus joli. Deuxièmement, les personnes qui jouent à SL ne sont pas les joueurs communs de jeux simples ou en ligne usuels, tel que guildwars.. D’où l’engouement et l’intrigue dûe à cette nouveauté: il rassemble une toute nouvelle catégorie de « joueurs », donc une nouvelle cible marketing… Pour résumer: SL est une sorte de nouveau média ( avec tout les aventages d’un nouveau média que sont l’absence de règles étatiques, morales, coutumières…)doté d’une architecture basique libéraliste ( à savoir, tous les aventages réels sont à la faveur du concepteur: rentrée d’argent, pas de contrainte ou peu, faible risque d’exécution, très facile à stoper en cas de problème grave ): Le coup de génie du concepteur, est d’avoir adapté tout simplement le modèle du « PIMP »( maquereau) américain à une interface web. C’est l’architecture pyramidale: au sommet un chef, qui lache un peu de pécule à ses lieutenant pour qu’ils contrôlent d’autre personnes, qui elles même prennent leur part du gâteau en faisant bosser les autres … Pour finir, je dirais que je trouve étrange l’attirance des femmes pour cette interface: ce sont elles en dansant voir en vendant leurs charmes qui sont à la base de l’économie: bien sûr, tout le monde peut dire que avoir un avatar femme est excusable esthétiquement parlant ( nombreux items dispo)…mais pour se les payer il faut travailler: hors, la plupart des boulots « réglaux » ne payent pratiquement rien et acheter des dollars virtuels contre des réels remets en cause le principe même de l’interface libre… Dur dilemme: soit tu tapinnes, soit t’es habillée en haillons. Donc, faut tapinner: Bref, j’ ai hâte de voir la tronche des mecs qui verront un jour leurs nanas en chat « baise », excuser moi du terme, avec un ou plusieurs parfait inconnus… Ca donnerai un peu ça: « tu fais quoi chérie? Oh, rien, je suis en train de me faire …. et de …. par trois guys la, et puis après j’ai une nana à satisfaire dans un endroit sympa avec du cuir partout et plein d’objets anodins… » A quand le mode web cam live dans le jeu messieurs les concepteurs ! Enfin, pour ce qui est du but de Sl, ba… niveau jeu: il n’y en a pas, niveau chat: peut-être quoique pas très performant par rapport aux concurrents, niveau graphisme et environement n’en parlons même pas, niveau atteinte d’une nouvelle population d’internaute: certainement, niveau pub: très limité car un monde très fermé et assez discret; niveau de liberté: autant que sur le net en général; niveau endoctrinement: c’est une évidence, niveau enrichissement personnel: pour ceux qui aiment raconter leur vie à des inconnus, mais ça, c’est toujours du chat; niveau enrichissement tout court: celui du concepteur,c’est sûr! niveau isolement: dés la première nuit blanche à jouer il est temps de se poser des questions… niveau Real Life: a vous de juger, étant hardcore gamer, mon opinion ne vous aidera certainement pas… Bon, merci de m’avoir écouté, je retourne sur mon serveur asiatique… Au revoir à tous « Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle? »

  2. ALOHA ALOHA :) le golden boy du dessus n’a pas tout saisi a second life :) notamment en ce qui concerne les femmes :) payé pour avoir des vetements ne remet en rien la liberté, tu as bien payé pour acheter guildwars ou pour jouer sur wow, eve online ou peu importe le jeu de no-life auquel tu joues :) je rejoins un peu faith dans ce qu’elle a dit :) je suis sur Sl depuis plus d’un an et oui ces derniers mois nous avons vu les français debarqués, a tel point que nous sommes devenus la deuxieme population sur sl 32% d’americains pou 13% de français 11.8 d’allemand dans ces eaux la pour le mois de janvier il me semble ( a peu prés hein ne chipotons pas) l’analyse du monsieur du blog est coherente et realiste sur la majorité des plans, mais a contrario du monsieur, je pense que second life a un avenir :) non pas pour les grandes marques, peu importe celles ci et de plus je crois que nous preferons acheter dans des lieux construit par d’autres, chic boutique, nyte ‘nd day.. de grands noms de la mode secondlifienne :) et ensuite pour les français nous avons 6 qg de campagne politique ou croyez en ce que vous voulez il ya debat :) et meme dvt des journaux : http://www.quelcandidat.com ( allez voir dans la section blog) le seul defaut reel de sl c’est l’addiction qu’il entraine et les depenses :) mais les rencontres ( qui sont devenues reelles pour moi avec certaines personnes) et la liberté d’agir de creer sont vraiment extra :) et le fait qu’il n’y ai pas de quetes ou de but defini est un but en soi :) quand aux cours, je donne pour ma part des cours dans second life et je concours pour etre miss L’oreal :) vivi on est 20 selectionnées parmi 300 filles :) alors moi je vous dis, tentez :) visitez, discuter :) ps: mon petit cheri est un vrai refractaire a SL, mais je l’ai fait tenté et meme s’il n’accroche pas il comprend maintenant pourquoi moi j’accroche :) ps2: n’hesitez pas a me faire un coucou dans sl :) vous avez mon nom :)

  3. Hum… en fait nous sommes tous un peu d’accord : SL représente un très fort potentiel mais doit subir de lourdes évolutions pour assainir sa plateforme et absorber la montée en charge c’est le paradis des artistes, artisans et micro-entrepreneurs c’est également un territoire dangereux pour les grandes marques qui y ont finalement tout à y perdre /Fred

  4. bonjour je suis surpris de l’analyse des chiffres que vous faites en parler des 20000 residents online car je ne suis vraiment pas sur que cela soit significatif: c’est comme si dans le supermarché du coins vous considérer le nombre de personnes à l’interieur comme le nombre de client. C’est un peu simpliste car à l’echelle de la planete et des fuseaux horaires je pense (et je suis sur ) qu’il ne s’agit pas des memes personnes , meme si parfois on retrouve parfois les memes residents moi, je suis resident SL depuis peu et n’arrive pas encore à me faire une idée: phenomene de mode ou endroit incontournable du futur…..: dans le premier cas j’aurais perdu quelques heures , dans le 2eme cas je ne veux absolument pas rater le train (ou le TGV) cash kidd

  5. Bonjour, C’est évident que SL est un phénomène de mode, les humains ne pourront pas à terme continuer à voir la vie en numérique autrement ils deviendront des robots esclaves de leur ordinateur. Les relations induites par second life sont artificielles, ça ne dure qu’un temps. La découverte du jeu est intéressante mais lassante!

  6. Salut, mon grain de sable.. J’ai encontré des « personnes » sur SL..nous parlons de sujets qui nous interessent, politique, sociologie, photo et tout ce qui nous branche dans la RL, on le devoloppe sur SL, les idées sont là, les expos de pinture, les qg de partis politiques..les Français et les Espagnols comme moi aussi ils sont nombreux.. Maintenant nous avons notre land,(parcelle de terrain au bord de l’eau ;)) nous exposons des photos, créons des meubles, faisons des projets. J’ai découvert Pierre Bourdieu et aussi quelques bouquins à lire imperativement. On apprend sur SL on se perfectionne en langues (moi en Français et Anglais) et on partage nos connaissances. Le sexe y est aussi, tout comme dans la vie chacun est libre de ses phantasmes..et beaucoup se font du bien virtuellement. Mais l’argent peut se gagner autrement qu’à quatre pattes, golden boy revenu de tout! ;)

    
    

    merci pour le débat fort interessant Formentera sur SL

  7. j’aimerais bien organiser une petite conférence d’une matinée pour un client sur second life. Genre rencontre dans un café, un lieu convivial, chacun pose ses questions. Ce serait juste un « one shot », on ne s’installe pas durablement. Concrètement, est-ce que quelqu’un sait combien cela pourrait me coûter et s’il ya des lieux sur SL qui valent mieux que d’autres, parce qu’ils sont plus fréquentés, des forums de joueurs sur lesquels je peux me rendre?

  8. Beaucoup de choses intéressantes ont été dites sur Second Life. Pour y être depuis plus de cinq mois je n’hésiterai pas à dire que: Oui, Second Life est une nouvelle planète. Ce monde virtuel est colonisé par des êtres humains. Ils y expriment leur « humanité » d’une façon nécessairement différente. Mais ils restent « humains ». Cette expression différente de notre humanité est en train de donner naissance à une forme de nouvelle culture, de nouvelles relations entre les êtres, voire une nouvelle civilisation. Second Life est révolutionnaire. Il nous fait comprendre et découvrir qu’un monde virtuel a une existence « réelle ». C’est un monde immatériel et cette immatéralité ne le rend pas moins réel que notre monde réel. Il est juste différent. Second Life n’est pas un phénomène de mode. C’est un monde « inédit ». Aujourd’hui, il y a plus de 6 millions et demi de résidents sur Second Life. La création y est constante et ceux qui vivent cette expérience sentent bien qu’ils sont à l’aube de quelque chose d’important. Il n’y a qu’à voir tout ce qui s’y crée et s’expérimente comme nouvelle forme d’expression artistique. C’est un baromètre. ( ex: un concert donné en direct dans un lieu virtuel par quatre musiciens qui vivent chacun à l’autre bout du monde. Expérience hallucinante et pourtant réelle) D’autres mondes virtuels prendront aussi un essor. Certains peut-être disparaîtront ou seront absorbés. Mais il faut s’habituer à l’idée suivante: nous n’échapperons pas aux mondes virtuels. Et il est clair que ceux qui ne se penchent pas sérieusement sur la question prendront du retard. Cela n’est que mon avis. L’homme n’est pas stupide. Il a bien compris l’intérêt d’explorer de nouveaux univers. Intérêt artistique, cela est certain, humaniste aussi, politique sans doute. Cette nouvelle civilisation qui est en train de prendre forme est imprégnée de son humanité originelle, mais s’exprime dans le virtuel. Elle aura donc nécessairement une autre « forme », une autre couleur. Enfin, comme les règles physiques et spatiales sont différentes, Second Life permet de découvrir en soi des possibilités qui n’étaient pas exprimées dans le monde « réel ». Second life est en quelque sorte un moyen d’approfondir la connaissance de soi. A travers l’avatar, c’est un autre « soi  » qu’il est possible de découvrir. Mon avatar, ce n’est pas X ( mon nom réel) mais c’est quand même moi. Ainsi cela participe d’un élargissement de notre appréhension du réel. Les mondes virtuels en général et Second Life en particulier font peur parce qu’ils nous contraignent à remettre en question notre rapport au réel. Le réel est beaucoup plus large que ce que l’on aurait pû croire. Il englobe en tout cas le matériel mais aussi l’immatériel. Mais ne le savions-nous pas? Qu’est-ce que sont les « pensées »? les rêves? l’imaginaire? De l’immatériel qui a une existence… Beaucoup d’autres choses encore… Myster welles http://www.maviedavatar.com

  9. schyzophrènie vous connaissez ? le dédoublement de personnalité, à tel point qu’on ne sait plus qui on est réellement le personnage de la vraie vie ou celui de la vie virtuelle ? on peut devenir un assassin , un violeur, un voleur virtuel mais ne plus se souvenir qu’on ne doit pas continuer à être ce personnage dans la vraie vie ! combien d’adultes « border line » vont-ils ainsi basculer , cela présage de beaux jours pour les psy ! et les enfants sauront-ils faire la part entre ce qui est autorisé dans le virtuel mais pas dans le réel ? je suis très très inquiète pour l’avenir de l’humanité

  10. Bonjour,

    J’ai lu pas mal de vos commentaires et viens apporter ma pierre à l’édifice.

    Début mai 2007, j’ai lu un article sur SL. J’aime les jeux videos et me suis dit pourquoi pas allons voir. POur info, je suis une personneplus que majeur et ayant des responsabilités parentales (d’ailleurs vous en rencontrerez souvent des gens comme moi).

    Bref, j’y vais télécharge le soft, et c’est parti. j’arrive sur une ile. j’y comprend rien fais le tour 15 fois essaie de passé les étapes pour pouvoir évoluer Je suis dit c’est le tutorial et donc c’est comme dans un jeu, une fois réussit je pourrais me ballader.
    J’essaie et j’essaie demande à tes nouveaux arrivants comme moi de m’aider si ils comprennent quelque chose…..Je pense que pas mal doivent s’arrêter là.

    Je finis par trouver quelqu’un de plus intelligent que nous tous et je finis par m’échapper. Direction gaia la terre française. Un conseil allez-y car il y a tjrs des personnes pour vous aider.

    Je fais différentes rencontre, m’apperçois qu ej’améliore mon anglais et ma compréhension. Des gens me donnent des fringues car je suis un peu le pouilleux du coin…..me ballade et de file en aiguille je commence à avoir pas mal d’ami.

    Ceratins m’aident d’autres me lachent une fois qu’ils ont ce qu’ils veulent. Un « ami » me dit qu’il a trouvé un job alors que j’étais la depuis 2 jours d eplus et j’en avais pas. Il me rencarde et me degote le contact, j’ai un entretien et commence à bosser dans SL. a a duré quelques heures et puis j’ai lâche le morceau. Autant mettre 10 euros dans le jeu et donc acheté des lindens et s’amuser de suite.

    Bon depuis le début, je me suis tjrs posé la question, qu’est ce que je fous ici? je demandais aux gens et personnes n’est vraiment capable de vou sréondre. beaucoup ne savent pas pourquoi. Ils sont addicted !
    Mais je revenais un peu pour visiter des ami(e)s et me ballader dans différents décors. Techniquement c’est quand même bine foutu. Ya des endroits magnifiques.

    J’allais décrocher finalement SL n’est ni un eldorado, ni un autre endroit mais juste le reflet de notre société. Effectivemment ne compter pas faire fortune sur SL, tres peu y arrive. Ne travaillez mais injecter de l’argent direct car travailler va vous vouffer autant de temps que dans la vraie vie mais par contre pour un salaire de misère.
    Les gens ne sont pas plus sympas ici qu’ailleurs sauf que vous en rencontrez plus car c’est Wolrd Wide. SL n’est que le relet de notre société. La première chose, on vous catalogue rapidement à votre apparence. On repère très rapidement un nouveau. Sa peau ses vetements, la forme de son coprs…etc…ca se voit que vous avez des rucs gratuits. Heureusement tous les gens ne sont pas comme ça dans SL. Mais c’est un exemple vous montrant que les gens que vous n’aimez pas dans la vraie vie vous les retrouver sous une autre forme dans SL.

    Ensuite vous avez la possibilité d’appartenir à des commnautés pour faire du jeux de roles, des commerces, des courses de voitures des combats…..vous avez le choix.
    C’est là ou peut être vous allez trouver des gens proches de vos attentes ou d’un état d’esprit.
    Fan de jeux de rôle fantastique et medieval, j’ai paticipé à différents land mais ca n’allait pas toujours dans mon sens ou je ne partageais pas toute les idées.

    J’ai donc fini par acheter un terrain, a construire et des membres se sont inscrites à notre jeux de rôles. Nous avons défini un cadre des règles, et une liberté….
    La dedans j’ai trouvé ma voie. J’aime les jeux videos mais le plaisir de SL est cet espace de liberté qui permet de créer son propre mon monde, ses propres règles, de trouver des missions et de ne pas rester dans un cadre d’une console de jeux.

    Je ne suis pas addict mais j’aime jouer, j’ai une équipe à animer, une terre a faire évoluer.
    La schizophrénie comme l’un de vous l’a dit n’est pas forcemment loin. Il est vrai que j’interdirais a mon gamin d’y jouer il peut être tres difficile d’en décrocher et de décrocher de la personnalité de son double.
    Même pour un adulte la limite n’est pas non plus très loin. toujours borderline.

    Ce sont des choix perso, SL aide aussi des gens isolés, handicapés à avoir accès a des activités a une occupation à un dialogue avec le monde. Je conçois que le dialogue est bien souvent basic et ne mène pas a grand chose. J’ai encore du mal à comprendre l’intéret de certaines choses sur SL mais après cet espace de liberté est aussi un espace de liberté artistique

  11. Bonjour A tous.
    J’ai également cédé à la tentation de découvrir second life. Le bruit médiatique autour du produit a eu raison de ma détermination.
    Je voulais savoir. Qu’est-ce que second life? Est-ce un jeu? Qu’y font les gens? Pourquoi?

    Cela fait à présent 2 semaines que j’y ai fais mes premiers pas. J’ai tout d’abord exploré le monde, les lieux, rencontré d’autres résidents, de toutes nationalités tout en cherchant à comprendre le moteur du succès de S.L.

    Et finalement, je crois avoir fini par comprendre. Il ne s’agit pas d’un jeu, pas simplement d’un monde virtuel, pas simplement d’un système de chat élaboré, pas simplement d’un espace de créativité.
    D’après moi, il s’agit de bien plus que cela. SL est une forme d’expérimentation qui fonctionne et nous permet d’entrevoir l’Internet de demain.
    L’Internet que nous connaissons est pour l’heure une somme de paperasse, dont le contenu est créé par chaque utilisateur. On y trouve donc tout et n’importe quoi et c’est pourquoi on aime. Sexe, Business, religion, informations, services, connaissances, méconnaissance, rencontres, loisirs… Internet s’est développé à une vitesse exceptionnelle, s’est démocratisée et est pourtant encore jeune.

    Dans Second Life, j’ai retrouvé exactement les mêmes contenus que dans l’Internet. Tous créés par ses utilisateurs. Le fonctionnement de SL est rigoureusement identique à celui d’internet. Son succès ne réside-t-il pas simplement dans son interface? La possibilité de se matérialiser, de voir les choses, l’image que veut nous proposer celui à qui l’on parle?
    SL n’est-il pas l’internet de demain? Ou notre Avatar se rendra dans une poste virtuelle pour envoyer un message, dans une agence de voyage virtuelle pour réserver un billet, dans un café virtuel pour chatter, faire des rencontres, dans des magasins virtuels pour acheter des vêtements. Pour moi la réponse est oui. C’est peut-être un peu tôt, pas assez mature, mais d’après moi, c’est la raison d’être de SL et nous allons connaître prochainement cette mutation d’Internet.

  12. Lorsque je je m’inscrit, on m’envoit sur la pgae pay pal, faut – il ke je m’inscrive à pay pal, sachant ke mes aprents ne veulent rien payer ?
    merci !!!

  13. Je souscris à la pierre de XXX en la taillant au mieux.
    SL n’est rien qu’un univers où la voie idéale n’existe pas.
    Bien sûr, les grandes règles communautaires judeo-chrétiennes de notre société y sont reportées à quelques exceptions de lieux. On pourra ainsi y satisfaire ses pulsions de tuer dans un sous-univers médiéval, comptemporain ou futuriste. Et alors ?
    SL reste un univers brut, anonyme, inculte initialement. Le mérite revient à tous ceux qui ont su y apporter leur petite pierre ou leur bâtiment tout cuit ou que sais-je encore.
    SL est un « Far-West » intellectuel qui permet à tous de construire. Mais construire quoi?
    Et bien, la réponse réside en chacun car chacun possède ses propres aspirations.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s