Pourquoi j’ai décidé de sortir du classement Wikio

Après de nombreux mois de tergiversation, je me suis enfin décidé à prendre le taureau par les cornes et à sortir du classement Wikio. Pourquoi ? Parce que je ne suis pas dans une logique de d’éditeur. En effet, les blogs qui font vivre leur(s) auteur(s) (comme Presse-Citron, Le Blog Auto, Le Journal du Geek…) sont à la recherche du plus gros trafic. C’est logique, ils raisonnent comme des éditeurs : plus de trafic = plus de revenus. Même si nous utilisons le même socle technique (un moteur de blog) nous ne poursuivons pas le même objectif.

Deux audiences non-compatibles

J’ai fait le choix d’utiliser mon blog pour parler (et échanger) de mon quotidien professionnel. Oui mais voilà, j’évolue dans un environnement professionnel obscur où l’on jargonne à tout va. Il en résulte des billets incompréhensibles pour les néophytes où par moment on ne parle plus tout à fait français (quel framework Ajax choisir pour assurer un bon ROI à un mashup marchand en marque grise monétisé au CPA ?).

Exposer un tel contenu à une audience de non-initiés ne peux pas fonctionner : problèmes de compréhension, mauvaises interprétations, commentaires hors-sujet…). Voilà pourquoi dans mon cas : plus de trafic = plus de pollution.

L’objectif que je m’étais fixé avec ce blog était de m’assurer la meilleure visibilité possible auprès des personnes de la profession. Cet objectif est désormais atteint et je travaille maintenant à fidéliser un lectorat de professionnels. Cette fidélisation ne peut fonctionner qu’au travers de contacts réguliers (via le flux RSS et la newsletter). Voilà pourquoi j’ai 10 fois plus d’abonnés à mon flux RSS que de visiteurs sur le site.

En regardant de près mes statistiques de fréquentation je me suis très vite aperçu que le trafic en provenance de Wikio ne correspondait pas aux lecteurs que je souhaite toucher : ils arrivent sur le site et reparte tout de suite (très certainement effrayé par cette débauche d’acronymes et de jargons).

Traduction : l’audience de Wikio n’est pas celle que je souhaite atteindre. Sans mépris aucun, elle n’est simplement pas dans ma cible.

Des sollicitations incessantes

Être dans le classement Wikio ça veut dire être publiquement exposé à toutes et à tous… surtout à toutes les agences de RP et à tous les étudiants. Il en résulte un flot incessant de sollicitations (« ça serait sympa si tu parlais de mon projet »), de courriers non-ciblés (« veuillez trouver en pièce jointe le communiqué de presse de ce nouveau service qui va révolutionner l’internet »), de demandes en tout genre (« pouvez-vous m’aider pour mon mémoire », « je cherche un emploi / un stage », « j’ai besoin de conseils pour mon orientation de carrière », « pouvez-vous répondre à ce questionnaire »…).

En moyenne je dois recevoir une trentaine de sollicitations de ce type par jour et ça prend beaucoup de temps de répondre à tout ce petit monde (même si c’est pour décliner). Autant vous le dire tout de suite : je ne suis ni un mécène ni un prof de fac, juste un professionnel qui doit travailler pour gagner sa vie. Et je le répète : bloguer n’est pas mon métier.

Traduction : Être dans ce classement m’apporte plus de désagrément que d’avantages.

Un service encore jeune

Au-delà de ces deux effets de bord, le principe même de classement me dérange. Pourquoi devrions-nous être comparés ? Après tout je ne convoite pas le titre de meilleur blogueur, plutôt celui de meilleur consultant. Cela a-t-il du sens de placer les blogueurs dans un contexte de compétition ? Non car il y a de la place pour tout le monde. Le classement de Wikio est donc un outil intéressant mais qui mériterait un peu plus de pédagogie : pourquoi un classement et comment s’en servir (du point de vue des professionnels).

Mais ce qui me frustre le plus c’est très certainement ce système de catégories que je trouve très restrictives. Pourquoi devrais-je être un blogueur High-Tech ? Pourquoi réduire la diversité de la blogosphère à quelques catégories ? Un blog doit-il nécessairement être mono-sujet ? A la limite je veux bien concourir dans la catégorie du meilleur Fred Cavazza, mais pas du meilleur blog « High-Tech ». Quel est le dernier billet où je parlais de high-tech ? J’avais plus l’impression de parler de médias sociaux, d’utilisabilité, d’interfaces riches, d’entreprise 2.0…

Conclusion

Après avoir lu tout ça vous vous êtes très certainement fait la réflexion suivante : « si ça ne lui plaît pas, pourquoi y être ? » Et bien c’est justement l’objet de ce billet : expliquer pourquoi j’ai décidé de sortir de cette logique de classement. Et ce qui est valable pour Wikio est également valable pour les autres : j’ai également demandé à sortir du classement Alianzo.

Voilà, vous connaissez maintenant mes raisons, je vais maintenant avoir l’esprit tout à fait tranquille pour bloguer sur mes sujets favoris (et pouvoir jargonner tout mon soûl). Du coup je libère une place pour les autres…

78 réflexions sur “Pourquoi j’ai décidé de sortir du classement Wikio

  1. Votre réaction me fait penser à ce fameux Chef étoilé qui a décidé de décliner les macarons du Guide rouge Michelin pour faire tomber la pression et se consacrer pleinement à son métier de la bouche ;-)

    J'aime

  2. Un peu élitiste comme raisonnement, même si je comprends très (trop !) bien certains arguments.

    Moi ce qui me dérange actuellement c’est qu’il monétisent mon contenu malgré la licence CC qui précise NC, je ne sais pas dans quelle mesure c’est légal tout ça…

    J'aime

  3. Très bon billet (bis repetita). J’ai beaucoup aimé ceci « ils raisonnent comme des éditeurs : plus de trafic = plus de revenus » et je m’y retrouve beaucoup.
    Merci, c’est le genre de billet rafraichissant pour ceux qui voient encore le blog en tant que simple plateforme de partage sans recherche de retour monétaire.

    J'aime

  4. Très bon arguments.
    Mais comment peux-tu dire que « médias sociaux, utilisabilité, interfaces riches, entreprise 2.0 » ne sont pas « High-Tech » ?
    Il faut quand même bien faire des catégories, bien sure personne n’aime se voir étiqueter, mais « High-Tech » reste justement assé générique.
    Demandes à tes lecteurs sous quel Label ils te classent dans leur agrégateur. Je pense qu’aucun d’eux ne te classe sous le label « Fred Cavazza ».

    J'aime

  5. @ Sovattha > Oui oui, je m’attend réellement à une tempête dans un verre d’eau (comme c’est bien souvent le cas dans la blogosphère)

    @ David > C’est parfaitement légal à partir du moment où tu donnes ton accord implicite (en laissant faire). Si ta licence CC précise « pas d’exploitation commerciale » (comme la mienne) alors à toi de faire respecter ton choix.

    @ Edouard > Engagdet et un blog « High-tech », on y parle de haute-technologie. Et non pourquoi faudrait-il des catégories ?

    /Fred

    J'aime

  6. Bienvenue au club, Fred ;o)

    À part ça, le système de catégorie me semble cohérent quand on est dans une logique éditeur où l’on se soucie de bien atteindre sa cible… Par contre, on retrouve pas cette logique dans l’algo :o1

    J'aime

  7. Les pendules sont remises à l’heure, merci pour ces précisions. Restons dans le professionnellement correct…les frontières entre les sphères privées, publiques et professionnelles sont parfois mal délimitées sur les blogs, un rappel s’avérait nécessaire. Une trentaine de sollicitations par jour, c’est énorme…désolée d’avoir été l’une d’entre elles!

    J'aime

  8. Malheureusemet, face aux profits de plus en plus grands engendrés par tout ce qui touche les médias sociaux, tout le monde succombe face à l’odeur de l’argent.

    Ce qui est dommage en soi, car le contenu perd de son intérêt primaire. Pour augmenter le trafic, on augmente le nombre d’articles (publier pour publier versus publier pour partager), on se disperse.

    C’est bien dommage.

    Pour ce qui est de catégoriser un blog, je pense qu’on peut lui indiquer une tendance générale, mais il ne faut pas que celle-ci soit restrictive. Effectivement, certains ne parlent QUE de haute technologie, QUE de web 2.0 ou QUE de politique. Mais rien n’empêche les auteurs de ces blogs de partager leurs pensées à propos d’autres sujets.

    J'aime

  9. @ Raph > Alors là tu as bien raison, oubliions cette histoire de classement.

    @ Lauris > Non, je dis simplement qu’un prof est bien mieux placé que moi pour donner des conseils sur le choix de telle ou telle formation.

    /Fred

    J'aime

  10. Voilà un choix qui me semble tout à fait logique (et ne devrait pas faire polémique, heureusement).

    Je rebondis sur votre réponse à David:
    «C’est parfaitement légal à partir du moment où tu donnes ton accord implicite (en laissant faire). Si ta licence CC précise “pas d’exploitation commerciale” (comme la mienne) alors à toi de faire respecter ton choix.»

    Sauf erreur de ma part, c’est le contraire. Si la licence Creative Commons ne permet pas les exploitations commerciales (au sens très large, cf. la documentation de Creative Commons), ce n’est pas à l’auteur de le préciser pour empêcher chaque utilisation commerciale qui le gênerait. Le droit d’auteur interdit les reproductions par défaut, et une licence Creative Commons permet à l’auteur de les autoriser largement en posant des conditions. Si ces conditions ne sont pas respectées, la personne qui veut utiliser le contenu ne le peut pas, car elle n’est pas en mesure d’accepter le contrat Creative Commons.

    Les autorisations de reproduction en droit d’auteur, c’est de l’opt-in, certainement pas de l’opt-out. ;)

    Si David s’est inscrit sur Wikio (je ne sais plus comment ils fonctionnent exactement), alors il a sans doute donné son autorisation (voir les CGU Wikio). S’il ne s’est pas inscrit, c’est une reproduction illégale, une contrefaçon.

    Ceci dit, il y a des exemples désormais classiques de contrefaçons largement tolérées (avec possibilité de opt-out): les moteurs de recherche généralistes (Google, Yahoo!, etc.). Leur mode de fonctionnement est peut-être compatible avec le copyright américain (en exploitant la doctrine du fair use), mais à priori pas compatible avec le droit d’auteur français et son exception de citation trop spécifique et trop limitée pour l’usage que les moteurs font des contenus.

    J'aime

  11. Bravo !

    Enfin, les arguments en faveur d’une blogosphère plus sensée seront peut être entendus…
    Je me souviens d’une époque où on bloguait pour partager le savoir sans contrepartie financière, où on « monétisait » non pas en relayant des campagnes de buzz à deux balles mais en obtenant une crédibilité professionnelle (ce qui prend du travail ; quand j’en lis dire que faire un post sponso est un travail je bondis).

    Et ça me fait bien rire qu’il suffisse de placer « 2.0 » dans un titre pour obtenir +200% de visiteurs en provenance de Wikio dans la journée…

    @David : ah tiens, dans mes râleries (comment traduit-on « rant » correctement ?) sur la reprise plus ou moins à la hussarde des contenus par Wikio, j’avais oublié la question des licences NC.

    Au passage, peut être que quelqu’un ici a fait un post dessus, pour garder le contrôle de vos feeds et de qui peut les reprendre, évitez de donner une adresse sur FeedBurner même ; faites la redirection vous-mêmes. Je vois tellement de blogs qui filent le flux FeedBurner que j’ai mal pour eux…

    J'aime

  12. Tempête dans un verre d’eau, pas forcément.
    Ton cas est précis, il est lié à ta profession et tu l’as parfaitement exposé. Maintenant, je pense à tous les blogueurs qui figurent dans ce classement, qui n’ont pas forcément tes contraintes mais qui aiment à déclarer que les classements ne servent à rien, que c’est une mesure de quéquettes, etc.
    En te retirant au moment ou tu occupes le haut du classement Wikio, en quelque sorte, tu mets les anti-classement-classés en porte-à-faux d’un point de vue idéologique. Ces blogueurs là vont-ils assumer leurs idées jusqu’au bout et suivre ta démarche, maintenant qu’on sait tous que c’est possible ? (on le savait déjà avant mais ton cas médiatise quand même bien cette possibilité de se retirer d’un classement)

    J'aime

  13. @edouard : le confort, l’efficacité, les relations intrapersonnels n’ont rien de technique ? Certes il y a des techniques pour articuler cela, mais Fred prend justement le parti de parler des usages, tout en soulignant l’architecture technique.

    En tout cas, je trouve cette décision très intégre et louable, tout comme le fait de ne pas mettre de pub. D’autant plus que malgré son planning, Fred n’était pas le dernier pour se rendre disponible auprès d’autres (étudiant en l’occurence). Alors quand la somme de travail devient ingérable et impertinente, il est bien normal d’y mettre un terme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s