Avec l’iPad, Apple lance un touchbook qui ne risque pas de concurrencer les ebooks

Après une interminable attente Apple vient enfin d’annoncer son touchbook : l’iPad. Pour faire simple disons qu’Apple s’est contenté du strict minimum en proposant un gros iPhone (ou un gros iPod Touch si l’on considère la version sans connexion).

iPad_Home
L'écran d'accueil de l'iPad

Rien de très révolutionnaire au niveau des usages (surf sur internet, photos, vidéos, jeux…) ni des technologies mises en oeuvre (écran tactile LED multi touch, connexion WiFi et 3G, 10 heures d’autonomie…). Pour résumer, Apple nous propose avec cet iPad un terminal intermédiaire entre l’iPhone et les MacBooks correspondant à un usage mix intérieur / extérieur.

La future vache à lait de la gamme

Même s’il faut reconnaître l’indéniable qualité de fabrication propre aux produits Apple, force est de constater que cette machine est loin d’être révolutionnaire : pas d’encre électronique, pas de webcam, pas de ports USB ou SD Card, pas de senseurs arrières… Précisons que l’iPad sera propulsé par une version adaptée du système d’exploitation de l’iPhone afin d’assurer une compatibilité avec l’écosystème des applications déjà disponibles. Un choix logique au vu de la richesse de cet écosystème mais qui me laisse sur ma faim : l’iPad est très clairement positionné pour être la vache à lait de la gamme et non développer de nouveaux usages.

La présentation de cet iPad est d’ailleurs entièrement tournée autour des produits « traditionnels » d’Apple : musiques, films, jeux… l’iPad est ainsi le terminal alternatif pour consommer tout ce qui se trouve dans iTunes.

iPad_Games
Les jeux iPhone compatibles avec l'iPad

Les observateurs avertis auront noté la grande ressemblance entre l’iPad et le Litl qui se positionne également sur des usages très « casual » de l’outil informatique domestique :

litl
L'iPad fait quand même beaucoup pensé au Litl, non ?

Toujours pas de Flash dans Safari

L’iPad semble être également un terminal particulièrement bien adapté pour surfer confortablement sur votre canapé. Et pour cause : très léger, il tient bien dans la main et permet d’afficher un site web en pleine largeur grâce à une résolution de 1024*768.

iPad_Safari
Enfin un iPhone capable d'afficher correctement une page web

Seul problème, il n’y a visiblement toujours pas de Flash sur l’iPhone OS :

Pas de flash sur l'iPad
Pas de flash sur l'iPad (et merde !)

Ce manquement est à mon sens une grave erreur car même si cela permet de sécuriser les revenus d’iTunes, cela positionne l’iPad en situation d’infériorité par rapport aux nombreux touchbooks déjà présents sur le marché et surtout les nouvelles générations de machines comme la Slate d’HP.

Un beau gadget pour du travail d’appoint

Steve Jobs a fait sensation lors de la présentation en dévoilant les versions spécifiques d’iWork pour l’iPad : tout a été conçu pour tirer parti des spécificités de la machine.

iPad_iWork
iWork sur l'iPad

J’imagine qu’utiliser un iPad pour projeter un diaporama doit faire sensation auprès des aficionados, mais je doute que le clavier virtuel soit suffisamment confortable pour rédiger dans de bonnes conditions.

iPad_Type
Le clavier virtuel de l'iPad

Comme ils pensent à tout chez Apple vous pouvez bien sur acheter le clavier qui va avec, mais vous perdez ainsi le bénéfice de la transportabilité.

iPad_keyboard
Le clavier qui va avec l'iPad

Donc si nous résumons : l’iPad n’est donc résolument pas tourné vers les usages professionnels. D’autant moins qu’il n’intègre pas de webcam, oubliez donc toutes les possibilités d’en faire le terminal ultime pour faire de la visio-conférence. Vous pouvez éventuellement faire de la VoIP avec l’application Skype ou encore le tout récent Google Voice.

Un terminal pas réellement adapté aux livres et journaux électroniques

Venons-en maintenant au sujet qui fâche : les livres et journaux électroniques. Le NY Times a bien prévu une application adaptée à l’iPad, mais elle me semble guère convaincante pour un usage prolongé car lire sur un écran fatigue les yeux. L’iPad ne va donc pas apporter grand chose au Times Reader, à moins de proposer une mise en page et des services spécifiques (cf. Vers une nouvelle bataille des navigateurs pour les ebooks et touchbooks ?). Mais tout ceci coûtera forcément de l’argent et pourra être rentabilisé par les abonnements mais ne remboursera pas la création du contenu en lui-même.

Je suis plus que sceptique quand au potentiel de l’iPad en tant que lecteur de journaux électronique : le confort de lecture ne sera pas suffisant et l’autonomie est trop faible pour en faire un terminal passe-partout. Je place de bien plus grands espoirs dans le Skiff Reader qui s’annonce réellement révolutionnaire.

Le Skiff Reader qui sera disponible dans le courant de l'année 2010
Le Skiff Reader qui sera disponible dans le courant de l'année 2010

Concernant les livres électroniques, le constat est le même : l’écran de l’iPad n’est tout simplement pas adapté à une lecture prolongée. Même s’ils essayent de bien faire les choses avec une interface où l’on voit les pages tourner, une belle bibliothèque en bois et un très beau iBook Store (comptez 15$ par livre), nous sommes bien loin de l’expérience de lecture proposée par les terminaux à encre électronique (oui c’est bien du Kindle dont je parle).

Les livres électronique sur l'iPad
Les livres électroniques sur l'iPad

Nous en revenons donc à la grande question des contenus (cf. Quels contenus pour les touchbooks et ebooks ?) et je reste persuadé que touchbooks et ebooks ne sont pas réellement concurrents.

Un terminal grand public qui ne va pas révolutionner le marché

Au final nous avons donc une belle machine qui se contente de reproduire l’expérience (concluante) de l’iPhone en prolongeant les usages existants (web, musique, jeux, vidéos…) sans chercher à réellement bouleverser le marché. Comprenez par là qu’avec l’iPad, Apple cherche avant tout à générer du cash au travers de l’écosystème iTunes, mais il en faudra plus pour révolutionner l’outil informatique.

Car même si l’iPad est proposé à 499$, la version complète s’approche des 1.000$ (avec 64 Go de stockage, connexion 3G, station d’accueil, câbles et étui). Et 1.000$ c’est beaucoup plus qu’un touchbook équipé d’Android. Et oui, vous vous doutiez bien que j’allais parler de Google à un moment !

Soyons lucide, ils annoncent trois mois de délai pour la version 3G, trois mois c’est plus qu’il n’en faut à Asus ou HTC pour finaliser un touchbook compatible avec le système d’exploitation mobile de Google qui propose un bien plus grande liberté et un navigateur web avec Flash (cf. Flash Player bientôt disponible sur les smartphones Android). Même si la machine sera moins bien fignolée, elle sera moins chère et surtout plus « ouverte ».

Pour finir je dirais que l’absence de clavier physique sur l’iPad risque d’en rebuter plus d’un. J’invite ceux qui prétendent le contraire à poser la question aux possesseurs de terminaux Blackberry (ils ne sont pas prêt à abandonner leur petit clavier au profit d’une dalle tactile). Ceci laisse donc une autoroute aux netbooks de nouvelle génération qui répondront aux mêmes usages mais avec un clavier en plus. Je pense que le smartbook de Qualcomm associé à Chrome OS sera bien plus disruptif (cf. Avec Chrome OS Google se positionne sur l’outil informatique du futur).

Le smartbook selon Qualcomm
Le smartbook selon Qualcomm

Quel impact sur le marché ?

Au vu de ce qui vient d’être annoncé, j’anticipe un alignement du marché pour préparer l’arrivée de ce terminal :

  • Ajustement des caractéristiques techniques et des interfaces des touchbooks des autres constructeurs ;
  • Généralisation des widgets sur les netbooks (une bonne nouvelle pour Jolicloud) ;
  • Baisse du prix du Kindle et accélération du déploiement d’applications pour ebooks ;
  • Lancement en catastrophe sur le marché de terminaux hybrides propulsés par Android (en attendant Chrome OS).

Rien de révolutionnaire dans tout ça, et pour cause car l’iPad ne possède pas les caractéristiques nécessaires à l’initiation d’une nouvelle révolution des usages. Pour cela il faudra attendre les smartbooks (ou le Kindle 3) (ou le Nexus Two).

72 commentaires sur “Avec l’iPad, Apple lance un touchbook qui ne risque pas de concurrencer les ebooks

  1. L’iPad se positionne en effet clairement sur le créneau des loisirs numériques (video, jeux, etc …) qui pourront être consommés avec un confort supérieur que l’iPhone.
    Par contre, il ne rivalisera pas en terme de confort de lecture avec les purs ebooks.
    En même temps, pour avoir un appareil vraiment polyvalent qui soit aussi bon pour lire les livres que pour regarder des vidéos HD, et en l’état actuel de la technologie, ne faudrait-il pas tout simplement inventer un appareil à deux écrans, écran multimédia côté pile, écran ebook côté face ?

  2. 1. Il y aura bien une extesion SD card: http://www.apple.com/ipad/specs/ en bas on lit « Or you can use the SD Card Reader to import photos and videos directly from the camera’s SD card. »
    2. Pas de Flash ne veut pas dire inferieur aux autres… ca veut juste dire pas de flash: compte tenu du fait que l’outil est orienté photo, video, bouquin, site media, ca ne gene en rien.
    3.Apple s’est contenté du minimum ? pardon ? méprise je pense, Apple propose un produit dans leur philosophie: simple, design et accessible en ergonomie.

  3. je suis moins sceptique. Après tout, quand l’iphone est sorti, il n’apportait pas grand chose de « révolutionnaire » sur le papier, pas vraiment de « nouveaux usages » jusque là « inimaginés »… téléphone, baladeur,photos internet… tout çà existait déjà sur d’autres téléphones. Et pourtant, ils ont bel et bien révolutionné ce marché, et apparaisse leader en à peine trois ans. Et même plus loin dans nos mémoires, l’ipod, qui n’a peut être pas été le 1er lecteur mp3 historique, mais qui a aussi explosé, et en cela révolutionné, le marché. Derrière tous ces succès : iTunes et ses « multi-stores connectés ». Une plateforme de vente , au moins un peu, révolutionnaire dans son approche, mais surtout de par son succès.MusicStore , appStore, et maintenant bookStore. Et l’appareil sort dans quelques mois dans sa première version, d’ici la sortie peut être quelques annonces. Et puis… le SDK. Qui va ajouter à la richesse et l’utilité potentielle de ce nouveau périphériques, le fruit de l’imagination de milliers de développeurs d’applications. Finalement je comprends qu’on puisse être déçu, c’est presque trop facile. Tout l’écosystème est posé. Ils ont dévoré la vente de musique en ligne, d’applications mobiles, maintenant au tour du livre, du petit périphériques hybrides.Rien de révolutionnaire, mais Amazon doit quand même se faire un peu de soucis, beaucoup sont déjà en train d’imaginer leur clones, ou leur ipad killer…. Si l’imitation est bien le plus sincère des compliments, je suis prêt à parier que la concurrence sera plus qu’élogieuse… En tout cas vivement l’iPad Pro :)

  4. comme souvent – comme presque toujours, je souscris totalement à ton opinion, qui a le mérite de voir plus loin que la mienne ^^
    J’avoue être très déçu par cet iPad, j’ai la douloureuse impression qu’apple a fait le choix de la rentabilité, point barre. Evidemment, rien de mal à ça, mais ceux qui espéraient (et étaient en droit d’attendre ?) qu’Apple allait apporté une vrai révolution ne peuvent être que déçu… et c’est mon cas.
    Car si de prime abord l’iTab peut paraitre séduisante – au début de la keynote la question n’était pas de savoir SI j’allai l’achater, mais QUAND – au final, la succession de restrictions en font une machine banales, presque incomplète.
    Tout a été fait pour préserver l’eco système d’itune et le rendre indispensable : pas de flash, et un os iphone fermé et bridé – plutôt qu’un mac OS qui aurait apporté tellement plus – même dans une version light…
    Et pourtant, quelle classe ça aurait été de voir un patron adobe rejoindre jobs sur scène pour faire la démonstration de flash sur l’iTab, vola qui aurait marqué les esprits ! ça ou la vision d’un OS vraiment connecté, avec moult widgets par exemple… Mais non, l’iTab doit écoulé les même soft que l’iPhone, rentabilité oblige…
    ..c’est dommage, apple aurait pu se permettre plus d’ambition il me semble..

  5. Je comprends l’usage intérieur mais peu celui extérieur. Il me semble vraiment trop large pour être sorti convenablement dans le métro ou en attendant son bus. Il est, par contre, beaucoup plus pratique sur ses genoux devant la télé mais dans ce cas à quoi bon acheter du Apple pour que personne ne le voit ?! (n’est-ce pas le premier levier des consommateurs Apple ?)

    (A noter que c’est aussi l’occasion de remettre au gout du jour l’une des répliques mises dans la bouche de Jean Sarkozy : « Mais non papa, j’avais demandé l’iPad pas l’EPAD ! » :)

  6. @ Sylvain > Effectivement je suis un peu dur avec Apple. Reformulons : Avec l’iPad vous avez de la qualité Apple à un prix très abordable (attendons de voir comment ils convertissent 499$ en Euros). L’iPhone reste à mon sens une authentique révolution, mais l’iPad n’est qu’un prolongement, au même titre que la DS XL qui doit sortir le mois prochain.

    @ bob > Je ne doute pas que l’écosystème de développeurs vont faire des merveilles avec cet iPad, par contre cette machine ne va en aucun cas bousculer les livres électroniques. Surtout avec la disponibilité prochaine d’un SDK pour le Kindle.

    /Fred

  7. Apple démontre encore une fois avec l’ipad que ce qui les intéresse ce n’est pas le terminal mais le contenu.
    Musique avec iTune, livres avec iBook store et applications avec l’appstore. Ils veulent être le passage obligé pour toute commercialisation sur leurs terminaux. Je ne suis pas sur que les Telcos et les boutiques en ligne comme Amazon soient très heureux de cette situation.
    Quant à l’absence de Flash, qui permet une fermeture totale du terminal, cela risque de devenir une singularité sur le marché et entrainer, à terme, un rejet de ces terminaux par les opérateurs.

  8. Petite réflexion concernant « Un terminal pas réellement adapté aux livres et journaux électroniques ». On pourrait aussi se dire que ce sont les journaux qui ne sont pas adaptés à la lecture sur écran (je ne parle pas des livres). Or aujourd’hui, la plupart des quotidiens, hebdomadaires, ont un site web tout en couleur, avec des vidéo, des photos, des extraits sonores. Est-ce que le Skiff Reader (ou Kindle), bien que proche du papier en terme de rendu, est adapté à ces nouveaux formats ? J’en doute sincèrement.

  9. Un confort de lecture qui ne sera pas à la hauteur face aux eBooks ?
    Peut-être ! Mais qui passe 1H30 devant un eBook ?
    Alors que nous sommes dans une ère de plus en plus multi-médias, l’iPad fait l’essentiel et et le fait bien comme d’habitude !

    La question essentielle pour moi est: puisque Steve Job l’a présenté à juste titre comme notre compagnon de sofa: cet unique moment où je suis devant ma TV et pas devant mon Mac ou mon iPhone…Mais ce moment vaut-il 500$ alors que j’ai déjà l’iPhone sous la main pour lire quelques mails ou mon MacBook pour regarder une vidéo ou skyper un ami…???

  10. À propos du clavier, je partage totalement ton avis (j’ai d’ailleurs moi même pas mal milité à ce sujet par commentaires ou billets interposés, depuis des mois). Un clavier intégrable m’aurait d’avantage séduit… Un clavier qui épouse la forme de la tablette et qui puisse se clipser sur sa façade écran aurait facilité et augmenté la solidité de l’ensemble en cas de transport. Pour me consoler, je me dis simplement que l’iPad servira peut être au moins à mettre au grand jour l’intérêt d’un clavier « en dur » sur une machine au format cartable (sur un format poche, un clavier en dur est beaucoup moins utile) qui se veuille un minimum polyvalente.

    Sinon, le positionnement clairement affirmé entre smartphone et ordinateur portable est celui que je redoutais le plus : l’iPad n’est pas un meilleur objet que les deux autres, c’est plutôt un objet plus limité et conçu à l’économie, qui comble quelques utilisations jusque là défaillantes avec les 2 appareils précités (lire au lit sur un format confortable par exemple). Un objet bouche trou en quelque sorte, tout en étant effectivement conçu et positionné pour faire rentrer un maximum d’argent.

  11. Je me permettrai simplement de citer (avant l’annonce) Macgénération qui a une légère habitude des keynotes et des nouveaux produits Apple :

    http://www.igeneration.fr/rumeurs/20-choses-qu-sait-deja-sur-la-tablette-10274

    « 1. Vous voudrez l’avoir.
    2. Il lui manquera quelque chose « d’essentiel ».
    3. Elle aura au moins une fonctionnalité vraiment surprenante.
    4. Elle remettra sur pied une industrie mourante à elle seule.
    5. Ca sera l’appareil de l’année pour Time Magazine.
    6. Sa batterie aura une courte longévité.
    7. Elle standardisera au moins une nouvelle technologie.
    8. Steve Ballmer dira d’elle qu’elle est trop chère et trop limitée.
    9. Les sociétés vont jouer à la rattraper. Leurs produits seront appelés « iTablet/iSlate killers ».
    10. Les tests de tous les autres produits similaires les y compareront.
    11. Au moins un critique majeur la détestera juste par principe, puis il finira par l’essayer une semaine durant. Elle deviendra sa machine principale et il écrira un article sur sa transition.
    12. Les gens diront sarcastiquement qu’elle fait tout y compris le café. Inexplicablement la blague ne lassera jamais.
    13. Au moins une entreprise fabriquera pour elle un périphérique absolument ridicule et inutile.
    14. Un certain nombre de personnes diront qu’elles attendent jusqu’à ce qu’elle ait telle ou telle fonctionnalité avant de l’acheter. Elle finira par avoir la fonctionnalité en question. Ils ne l’achèteront toujours pas.
    15. Pratiquement tous les étuis pour l’appareil seront bien trop chers.
    16. Elle sera utilisée par l’armée d’une manière ou d’une autre
    17. Son nom, vous finirez par en revenir.
    18. Des analystes diront qu’elle fait le lien entre l’iPhone et le Mac, et développera l’effet « halo », sans la moindre preuve.
    19. Les premiers acheteurs auront le cœur brisé quand la version 2 du produit sortira.
    20. Les gens diront qu’Apple a mis une nouvelle version de l’appareil trop vite sur le marché. Steve Jobs dira qu’il faut s’en remettre. »

    On en reparlera à la fin de l’année.

  12. J’ai aussi fait un bilan à chaud:
    http://sylvain.gamel.free.fr/blog/?p=1236

    Mais finalement la première impression est celle d’un gros iPod touch (bien plus qu’un gros iPhone). On est largement en droit d’être déçu, et l’absence de caméra semble être le premier grief fait à cet appareil.

    N’oubliez pas qu’il ne s’agit qu’une d’une première génération. L’OS n’est qu’une évolution « mineure » d’iPhone OS. Je doute qu’Apple en reste là très longtemps.

    iPad est une coquille qui montrera sa vraie valeur lorsque les développeurs l’aurons pris en mains.

    Quand à dire que l’absence de Flash le transforme en plateforme fermée… comment dire… aller demander son avis à Tristan (http://standblog.org/blog/)…

    :-)

  13. Complètement d’accords avec cette lecture de ce produit. J’ai bien peur hélas que la presse en générale soit bien moins objective et fasse de cet appareil le modèle à suivre comme c’est le cas à chaque produit (bon ou passable) d’Apple, qui en conséquence ne changera pas sa stratégie.

    Mais peut-être faut-il voir dans ce produit les conséquences du succès commercial d’Apple bâtis sur la mise en place de ces écosystèmes très fermés, uniquement entrepris du point de vue commercial contrôlé, hérité du succes de l’Ipod/Itunes qui commencent par leur succès à montrer leur limites.
    Peut-être que cet essoufflement d’Apple (ou nous qui sommes moins dupes de toute cette agitation) n’est pas plus mal car il permet à d’autres acteurs (dont ceux que vous citez) d’émerger. Je ne suis pas sûr que la presse leur fasse autant de faveur qu’à Apple. Ça permettra d’entrevoir des possibilités inattendues et de sortir de cette vieille vision de l’informatique très centralisée et, dans le cas d’Apple, enfermée dans une culture de marque omniprésente.

  14. Merci pour ce billet intéressant. C’est marrant car pour moi au contraire je pense que l’appareil va complètement révolutionner les usages d’Internet.

    Les sites développés pour iphone comme Facebook et d’autres sont ultra ergonomique et facile d’utilisation. L’écran réduit fait que c’est moins pratique, mais c’est super bien pensé.

    Avec un écran 10 pouces et la même interface, à mon avis on voit ici le web de demain tout simplement. Un web tactile beaucoup plus facile d’accès pour les novices, moins compliqué à utiliser, plus joli et avec une bien meilleure utilisabiilité.

    En gros pour moi l’ipad représente le futur de nos usages, et Apple est encore une fois le précurseur grâce à ce produit extrêmement bien conçu. On parle des équivalents, mais on parlait aussi des équivalents pour l’iPhone quand le produit est sorti. Et on voit bine qu’il n’y a vraiment rien de mieux fait / fini / pensé que l’iPhone (malgré ces quelques défauts)

    Je dis ça et je suis même pas un Apple fan pour la précision ! Je n’ai que l’iPhone et même si j’ai déjà été sur mac, je tourne sur PC en ce moment ;)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s