Avec l’iPad, Apple lance un touchbook qui ne risque pas de concurrencer les ebooks

Après une interminable attente Apple vient enfin d’annoncer son touchbook : l’iPad. Pour faire simple disons qu’Apple s’est contenté du strict minimum en proposant un gros iPhone (ou un gros iPod Touch si l’on considère la version sans connexion).

iPad_Home
L'écran d'accueil de l'iPad

Rien de très révolutionnaire au niveau des usages (surf sur internet, photos, vidéos, jeux…) ni des technologies mises en oeuvre (écran tactile LED multi touch, connexion WiFi et 3G, 10 heures d’autonomie…). Pour résumer, Apple nous propose avec cet iPad un terminal intermédiaire entre l’iPhone et les MacBooks correspondant à un usage mix intérieur / extérieur.

La future vache à lait de la gamme

Même s’il faut reconnaître l’indéniable qualité de fabrication propre aux produits Apple, force est de constater que cette machine est loin d’être révolutionnaire : pas d’encre électronique, pas de webcam, pas de ports USB ou SD Card, pas de senseurs arrières… Précisons que l’iPad sera propulsé par une version adaptée du système d’exploitation de l’iPhone afin d’assurer une compatibilité avec l’écosystème des applications déjà disponibles. Un choix logique au vu de la richesse de cet écosystème mais qui me laisse sur ma faim : l’iPad est très clairement positionné pour être la vache à lait de la gamme et non développer de nouveaux usages.

La présentation de cet iPad est d’ailleurs entièrement tournée autour des produits « traditionnels » d’Apple : musiques, films, jeux… l’iPad est ainsi le terminal alternatif pour consommer tout ce qui se trouve dans iTunes.

iPad_Games
Les jeux iPhone compatibles avec l'iPad

Les observateurs avertis auront noté la grande ressemblance entre l’iPad et le Litl qui se positionne également sur des usages très « casual » de l’outil informatique domestique :

litl
L'iPad fait quand même beaucoup pensé au Litl, non ?

Toujours pas de Flash dans Safari

L’iPad semble être également un terminal particulièrement bien adapté pour surfer confortablement sur votre canapé. Et pour cause : très léger, il tient bien dans la main et permet d’afficher un site web en pleine largeur grâce à une résolution de 1024*768.

iPad_Safari
Enfin un iPhone capable d'afficher correctement une page web

Seul problème, il n’y a visiblement toujours pas de Flash sur l’iPhone OS :

Pas de flash sur l'iPad
Pas de flash sur l'iPad (et merde !)

Ce manquement est à mon sens une grave erreur car même si cela permet de sécuriser les revenus d’iTunes, cela positionne l’iPad en situation d’infériorité par rapport aux nombreux touchbooks déjà présents sur le marché et surtout les nouvelles générations de machines comme la Slate d’HP.

Un beau gadget pour du travail d’appoint

Steve Jobs a fait sensation lors de la présentation en dévoilant les versions spécifiques d’iWork pour l’iPad : tout a été conçu pour tirer parti des spécificités de la machine.

iPad_iWork
iWork sur l'iPad

J’imagine qu’utiliser un iPad pour projeter un diaporama doit faire sensation auprès des aficionados, mais je doute que le clavier virtuel soit suffisamment confortable pour rédiger dans de bonnes conditions.

iPad_Type
Le clavier virtuel de l'iPad

Comme ils pensent à tout chez Apple vous pouvez bien sur acheter le clavier qui va avec, mais vous perdez ainsi le bénéfice de la transportabilité.

iPad_keyboard
Le clavier qui va avec l'iPad

Donc si nous résumons : l’iPad n’est donc résolument pas tourné vers les usages professionnels. D’autant moins qu’il n’intègre pas de webcam, oubliez donc toutes les possibilités d’en faire le terminal ultime pour faire de la visio-conférence. Vous pouvez éventuellement faire de la VoIP avec l’application Skype ou encore le tout récent Google Voice.

Un terminal pas réellement adapté aux livres et journaux électroniques

Venons-en maintenant au sujet qui fâche : les livres et journaux électroniques. Le NY Times a bien prévu une application adaptée à l’iPad, mais elle me semble guère convaincante pour un usage prolongé car lire sur un écran fatigue les yeux. L’iPad ne va donc pas apporter grand chose au Times Reader, à moins de proposer une mise en page et des services spécifiques (cf. Vers une nouvelle bataille des navigateurs pour les ebooks et touchbooks ?). Mais tout ceci coûtera forcément de l’argent et pourra être rentabilisé par les abonnements mais ne remboursera pas la création du contenu en lui-même.

Je suis plus que sceptique quand au potentiel de l’iPad en tant que lecteur de journaux électronique : le confort de lecture ne sera pas suffisant et l’autonomie est trop faible pour en faire un terminal passe-partout. Je place de bien plus grands espoirs dans le Skiff Reader qui s’annonce réellement révolutionnaire.

Le Skiff Reader qui sera disponible dans le courant de l'année 2010
Le Skiff Reader qui sera disponible dans le courant de l'année 2010

Concernant les livres électroniques, le constat est le même : l’écran de l’iPad n’est tout simplement pas adapté à une lecture prolongée. Même s’ils essayent de bien faire les choses avec une interface où l’on voit les pages tourner, une belle bibliothèque en bois et un très beau iBook Store (comptez 15$ par livre), nous sommes bien loin de l’expérience de lecture proposée par les terminaux à encre électronique (oui c’est bien du Kindle dont je parle).

Les livres électronique sur l'iPad
Les livres électroniques sur l'iPad

Nous en revenons donc à la grande question des contenus (cf. Quels contenus pour les touchbooks et ebooks ?) et je reste persuadé que touchbooks et ebooks ne sont pas réellement concurrents.

Un terminal grand public qui ne va pas révolutionner le marché

Au final nous avons donc une belle machine qui se contente de reproduire l’expérience (concluante) de l’iPhone en prolongeant les usages existants (web, musique, jeux, vidéos…) sans chercher à réellement bouleverser le marché. Comprenez par là qu’avec l’iPad, Apple cherche avant tout à générer du cash au travers de l’écosystème iTunes, mais il en faudra plus pour révolutionner l’outil informatique.

Car même si l’iPad est proposé à 499$, la version complète s’approche des 1.000$ (avec 64 Go de stockage, connexion 3G, station d’accueil, câbles et étui). Et 1.000$ c’est beaucoup plus qu’un touchbook équipé d’Android. Et oui, vous vous doutiez bien que j’allais parler de Google à un moment !

Soyons lucide, ils annoncent trois mois de délai pour la version 3G, trois mois c’est plus qu’il n’en faut à Asus ou HTC pour finaliser un touchbook compatible avec le système d’exploitation mobile de Google qui propose un bien plus grande liberté et un navigateur web avec Flash (cf. Flash Player bientôt disponible sur les smartphones Android). Même si la machine sera moins bien fignolée, elle sera moins chère et surtout plus « ouverte ».

Pour finir je dirais que l’absence de clavier physique sur l’iPad risque d’en rebuter plus d’un. J’invite ceux qui prétendent le contraire à poser la question aux possesseurs de terminaux Blackberry (ils ne sont pas prêt à abandonner leur petit clavier au profit d’une dalle tactile). Ceci laisse donc une autoroute aux netbooks de nouvelle génération qui répondront aux mêmes usages mais avec un clavier en plus. Je pense que le smartbook de Qualcomm associé à Chrome OS sera bien plus disruptif (cf. Avec Chrome OS Google se positionne sur l’outil informatique du futur).

Le smartbook selon Qualcomm
Le smartbook selon Qualcomm

Quel impact sur le marché ?

Au vu de ce qui vient d’être annoncé, j’anticipe un alignement du marché pour préparer l’arrivée de ce terminal :

  • Ajustement des caractéristiques techniques et des interfaces des touchbooks des autres constructeurs ;
  • Généralisation des widgets sur les netbooks (une bonne nouvelle pour Jolicloud) ;
  • Baisse du prix du Kindle et accélération du déploiement d’applications pour ebooks ;
  • Lancement en catastrophe sur le marché de terminaux hybrides propulsés par Android (en attendant Chrome OS).

Rien de révolutionnaire dans tout ça, et pour cause car l’iPad ne possède pas les caractéristiques nécessaires à l’initiation d’une nouvelle révolution des usages. Pour cela il faudra attendre les smartbooks (ou le Kindle 3) (ou le Nexus Two).

72 commentaires sur “Avec l’iPad, Apple lance un touchbook qui ne risque pas de concurrencer les ebooks

  1. L’absence de lecteur flash dans l’iPhone et l’iPad est loin d’être un problème de technologie, c’est un choix stratégique d’Apple. Maintenant reste à savoir pourquoi.

    La dessus je pense que l’arrivée du HTML5 peut être la cause de ce choix. La nouvelle génération de HTML peut potentiellement remplacer le flash et rendre ainsi un lecteur flash inutile. En privant l’iPhone et l’iPad de lecteur flash, peut être que Jobs veut anticiper cette évolution technologique.

  2. @ Ludovic > Heu… je pense qu’il va falloir que tu t’intéresse de plus près à HTML5 pour bien comprendre les changements qu’il cela va apporter (surtout au niveau de la sémantique). Il y a bien sûr la video native dans HTML5 mais ceci n’est que la partie visible de l’iceberg, il faut prendre en compte toute la chaine de création / traitement / distribution de la vidéo et ça HTML ne sait pas le faire. A mon sens les plus gros changements viendront avec CSS3 et non HTML5. Mais de toute façon Flash est et restera un élément indispensable à l’expérience du web.

    /Fred

  3. Assez déçu par l’iPad qui est une machine à visionner des contenus et donc à payer les contenus des stores Apple.

    Personnellement, je suis plus intéressé par le genre d’ebook à 2 écrans type Entourage Edge:
    http://www.entourageedge.com/

    C’est sûr que ce n’est pas une machine pour le jeu mais cela s’approche plus de l’ebook avec consultation web et les avantages qu’offre Androïd (avec webcam intégrée, ports usb, sdcard pour les extensions mémoires)
    Certes il n’y a pas encore la 3G mais cela viendra et au pire il suffit de se connecter en bluetooth ou USB avec son téléphone pour y avoir accès.

  4. @ Antonin > Non désolé je n’envisage pas de surf sans souris / clavier (dans l’ordre de préférence). Le tout tactile est une utopie.

    @ Grand Sylvain > « Mais qui passe 1H30 devant un eBook ? », heu… ceux qui en ont acheté un ! L’eBook est spécifiquement conçu pour cela : la lecture prolongée. Je peux comprendre qu’il y ai de fortes réticences mais de toute façon l’ebook est un produit de niche.

    /Fred

  5. Hello Fred,

    Pour ma part, je suis moins sévère.
    Je suis intéressé par le portage d’applications « classiques » (bureautique, photoshop, etc.) en tactile. Ça promet de vrais changement dans nos interactions avec nos ordis, et le début de la fin du multifenetrage/barre de menus…

    On en reparle next week….

  6. « Le tout tactile est une utopie. »

    Et oui. Le tactile doit être une possibilité en plus, pas une fonctionnalité « à la place de », y compris lorsqu’on s’éloigne de son bureau ou de chez soi (sauf pour des appareils de poche — champ fonctionnel différent — où claviers et souris sont peu pratiques à emporter ou à utiliser confortablement).

  7. bonjour

    Quelques questions sur ce qui me semble être une erreur de conception pour un objet multimédia, à savoir la « non convergence » ou « convergence très partielle » du produit :

    1-comment peut-on sortir un objet présenté comme « révolutionnaire », et préciser de suite : « Mais vous verrez avec la V2, y aura tout ce qu’on trouve déjà sur les autres produits existants dans le marché informatique ! »

    2-qui peut lire 2 ou 3 heures d’affilée un livre dans son salon dans ces conditions , et se promener avec dans les transports en commun pour continuer la lecture (devant un écran à 7 heures du matin, bon courage ) ?

    3-qui peut acheter à un tel prix un appareil sur lequel on ne peut pas connecter une clé USB : où est la webcam ?

    4-pourquoi fabriquer un ordinateur avec écran tactile et commercialiser de suite un clavier extérieur ?

    5-de quelle qualité peut être le son d’un tel objet ?

  8. @Fred : Sans clavier je ne l’imagine pas (pour l’instant!) mais la souris qu’on connait actuellement vit d’après moi ses dernières années… je pense que le tout tactile va rapidement s’imposer, mais qu’on ne touchera pas forcément l’écran principal ou l’on visionne l’info. Je vois bien un autre écran qui sert à écrire / naviguer par exemple (enfin là je vais peut être trop loin dans la prospective ;) )

    Que penses tu de l’ergonomie des appli comme Facebook comparé au site web « classique » ? Ma réflexion vient du fait que je trouve ça bien plus simple et mieux pensé au niveau de la navigation sur un site/app optimisé iphone par rapport à un site web visionné sur ordinateur (hormis la taille de l’écran bien sur)

    Un novice sur internet a beaucoup de mal à utiliser l’Internet d’aujourd’hui : c’est super compliqué pour lui de naviguer, s’inscrire via des formulaires, passer une commande sur un site ecommerce, etc… pour avoir appris à mon grand père à utiliser un ordinateur (il est même sur facebook maintenant à 85 ans ;) ) j’ai pu voir les grandes difficultés qu’il a pour comprendre le système de navigation. Ce que font les développeurs sur iPhone est incomparablement plus facile à utiliser, plus ergonomique, et mieux pensé je trouve (notamment grâce aux exigences imposées par Apple)

    Après je suis d’accord sur le fait que la machine en elle même n’a rien de révolutionnaire au niveau des caractéristiques techniques :)

  9. Ca me rappel les articles qu’on lisait sur l’iphone il y a 3 ans … on peut y retomber dessus en cherchant sur Google… ca me fait bine marer

    et oui l’iphone n’a pas de flash … ca emmerde tout le monde et pourtant : ca se vends comme des ptit pains… et 3 ans plus tard : personne ne peut dire qu’il concurrence l’iphone !

    Tout le monde ne s’y connait pas en informatique pour installer un logiciel savoir s’en servir
    on est là sur du plug ang play et c’est ce que les gens demandent : « oh c’est beau cheri ce truc à la fnac.. t’arrives à la maison et tu peux direct t’en servir : c’est hyper simple, il n’y a pas 10 bouttons… Ma gamine de 22mois ouvre des appli et a compris comme revenir à l’accueil pour ouvrir une autre appli… essai avec une tablette archos pour voir …

    Simple, esthétique, de la COM à la APPLE : rupture de stock avant la distribution des premier iPad

  10. Bonsoir Fred.
    J’ai également publié une réflexion sur l’iPad, et je vois que nous arrivons tous les deux aux même conclusions. Pas évident de bien le cerner le petit!
    Salutations!

  11. Assez d’accord avec @sylvaingrimpe, archos, flash, windows 7, usb5, html6, google phone….
    Le marché dira, dingue ça marche….et en plus c’est tellement simple que c’est génial, il y a pas photo.

  12. Voyons dans ce lancement un exercice de marketing de niche qui incitera des fournisseurs à développer des outils ou applications complémentaires comme pour le iPhone. La reconnaissance de l’écriture (Graffiti), la reconnaissance vocale (Dragon dictate et autres), le mini clavier avec Bleutooth (Targus PA870), pourraient y voir un marché de sous-niche intéressant…
    Laissons vivre quelques mois et attendons la deuxième version. Nous serons en avance parce que nous serons en retard… Et il pourrait bien y avoir une essentielle caméra intégrée

  13. Je crois que tout le monde attend un peu le terminal qui révolutionnera les habitudes internet… Ce n’est pas l’iPad qui va l’apporter.
    J’attends avec impatience la réaction des développeurs d’appli iPhone au nouveau jouet qu’on leur propose ! (J’en parle d’ailleurs sur mon blog)

  14. Bonjour,

    J’ajouterais à la liste où les mûrir choses… C’est premier jet comme le fût Iphone en son temps avec les critiques et les limitations qui pouvait avoir. J’ai aussi le sentiment que l’OS de la présentation n’est pas en version final, rien qu’à regarder la home page… Peut-être que l’OS4 attendu cette année sera plus abouti apportant multi-tâches, etc…

    Pour moi c’est un produit d’appoint intéressant me permettant de me passer de mon partage pour certain usage… et d’améliorer d’autres que je trouve pas vraiment pratique avec mon Iphone. Ça c’est pour dire que je pense qu’elle trouvera un publique.

    Donc peut-être pas une révolution mais une ligne directrice qui avec le temps pourra ce bonifier.

  15. @fred

    Plutôt que d’ajouter un énième commentaire sur oui ou non l’ipad révolutionnera notre comportement j’aimerais parlé un peu de la techno flash.

    Fred – « Mais de toute façon Flash est et restera un élément indispensable à l’expérience du web. »

    Je reformulerais bien si tu me le permet en : « Mais de toute façon Flash est et restera un élément indispensable à l’expérience du web sur les laptop et Pc. »
    Car oui sur un ordinateur, flash comble un manque mais sur les terminaux de mobilité, les petites applications sont bien plus puissantes car intégrées au reste du terminal ( récupération des contacts, des video, des photos, de son agenda…. ) sans les contraintes de chargement et de résolution.

    Pour la plupart, flash est d’ailleurs plutôt synonyme de mauvaise expérience du web :
    -temps de chargement trop long
    -mauvaise accessibilité ( navigation et recherche de l’information )
    -mauvaise intégration dans les moteurs de recherche.
    -Plugin a installer

    Sérieusement qu’apporte flash de plus qu’une page web traditionnelle ( + javascript) aujourd’hui ?
    – la 3d
    – la video

    Et c’est justement ce que les applications iphone et ipad apportent sans les contraintes de chargement et avec un contrôle de l’intégration et de l’accessibilité.
    Non vraiment je ne vois pas l’intérêt d’avoir du flash sur l’iphone/ipad et j’espère bien n’y jamais le voir.

    J’ai développé des applications flash pendant 3 ans avant de l’abandonner pour me consacrer entièrement au javascript. Malgré son passé glorieux, flash n’a pas d’avenir sur les « terminaux de consommation web » et apple l’a très bien compris…

Laisser un commentaire