La blogosphere à un tournant de son histoire

J’ai  ouvert ce blog il y a plus de 12 ans. Douze années au cours desquelles j’ai vu la blogosphère naitre, se développer, se transformer, se contracter… Nous sommes bientôt en 2016, et il est très difficile de se faire une idée de l’état réel de la blogosphère, surtout depuis que Technorati ne publie plus ses rapports annuels.

Avec la domination totale de Facebook, Twitter et autres Snapchat, vous avez peut-être l’impression que les blogs ont disparu, pourtant je peux vous assurer qu’ils sont encore là, du moins pour ceux qui savent chercher et qui se soucient un minimum de la qualité des contenus qu’ils consomment. Pour décrire la situation, je vous propose de prendre l’analogie de la télévision : il y a ceux qui ne sont pas très regardants et s’installent devant la première chaîne en attendant de se faire sagement informer / divertir avec des contenus formatés (dont l’objectif est de déplaire au moins de personnes possible) et ceux qui vont choisir leurs contenus à la main (sur Netflix ou autre) et décident du moment où ils vont les consommer. Pour les contenus en ligne, c’est la même chose : il y a la solution de facilité, se mettre devant son fil Facebook et attendre sagement que l’algorithme décide des contenus qui seront affichés, ou sélectionner ses sources en allant explorer la blogosphère. Et quand je dis « explorer », je n’exagère pas.

La blogosphère est plus active que jamais

J’ai assisté hier soir à la sixième édition des Golden Blog Awards. Je n’avais pas eu le temps (bon OK, le courage) de venir aux éditions précédentes, si bien que j’ai été fortement impressionné par l’ampleur de l’événement : un décor superbe et une salle comble.

gba6

J’ai vu au cours de cette soirée de nombreux talents (à l’image de Pierre, le grand gagnant de la soirée) et beaucoup de diversité : hommes, femmes, jeunes et… encore plus jeunes (de nombreux lauréats ressemblaient à des lycéens). J’y ai surtout vu des projets éditoriaux avec des approches très décalées (ex : Les Enjoliveuses, le Hollywood Rapporteur, ou Votre Tour du Monde).

Bref, il y avait du très beau monde et le niveau (éditorial) était très élevé. Je regrette que des blogs comme Aruco ou Siècle Digital n’aient pas été cités (je suis un lecteur régulier), mais le nombre de lauréats est limité. Donc tout va bien pour la blogosphère, sauf que…

De réelles menaces

Nous vivons à une époque où tout va plus vite, peut-être trop vite : plus personne n’a le temps de rien, le snacking media est devenu la norme. Nous constatons ainsi que les contenus sont de plus en plus visuels, nous n’avons plus le temps de décrire le présent avec des mots, alors une photo fera l’affaire (Instagram est maintenant plus gros que Twitter). De ce fait, les éditeurs et plateformes sociales privilégient les micro-contenus comme ceux que l’on trouve sur Snapchat ou Vine : plus faciles à consommer, surtout quand on « picore » tout au long de la journée.

Nous assistons également à l’avènement des plateformes de contenu : Snapchat Discover, Facebook Instant Articles, Google AMP, Apple News… sont les nouveaux portails d’information. Ce qui est vrai dans la distribution physique (concentration des enseignes et des services), l’est également dans le web : plus il y a de contenus et services, et plus vous avez de chance de fidéliser les internautes, de faire partie de leur quotidien, et de leur donner l’illusion qu’ils ont le contrôle (comme à l’époque de My Yahoo). Cette problématique de distribution des contenus sur les canaux numériques est complexe, et je n’ai pas la prétention d’y répondre dans cet article. Il n’empêche que je suis très inquiet quant à l’avenir du web en tant que média libre (sans une autorité centrale de régulation, ou un algorithme pour sélectionner ou écarter des sources).

Dans ce contexte où l’on essaye de contraindre le web dans des silos (pourquoi perdre du temps à chercher sur Google alors que vous pouvez trouver tout ce qui vous intéresse sur Facebook ?), les blogs se positionnent en tant qu’alternatives aux contenus trop pauvres ou trop formatés (ex : « 18 chiots nouveaux-nés prêts à découvrir le monde« , « Les rousses ne sont pas vraiment votre style ? Après ces 15 photos, vous allez changer d’avis…« ).

Je pense ne pas me tromper en disant que ce qui différencie un blogueur d’un journaliste est l’absence de contraintes éditoriales : les blogs sont des territoires d’expression qui ne sont régis par aucune règle éditoriale, pour le meilleur et le pire. Bien que ça ne soit pas aussi simple…

Vers une crise identitaire ?

La soirée d’hier soir était l’occasion d’aborder LA question ultime : qu’est-ce qu’un blog ? Cette question n’est pas simple, surtout quand on apprend que WordPress est installé sur près d’1/4 des sites web. Les différents interlocuteurs auxquels j’ai pu poser la question sont tous unanimes : un blog c’est avant tout une voix, un rédacteur… sauf quand il est anonyme… ou quand ils sont plusieurs. Non en fait, un blog c’est avant tout une passion, on ne le fait pas pour de l’argent… sauf qu’il faut bien payer ses factures, et qu’il y a de nombreux sponsors potentiels. Décrire un blog, et à fortiori la blogosphère, est une tâche plus ardue qu’il n’y parait.

Wikipedia nous donne une définition basique, mais qui reste pertinente : « Un blog, est un type de site web utilisé pour la publication périodique et régulière d’articles, généralement succincts, et rendant compte d’une actualité autour d’un sujet donné ou d’une profession« . À partir de là, nous pouvons identifier plusieurs types de blogs :

  • Les blogs personnels, rédigés par un individu passionné qui souhaite avant tout s’exprimer et partager (ex : Passeur de sciences) ;
  • Les blogs professionnels, tenus par des experts qui souhaitent démontrer et partager une expertise (je classe mon blog dans cette catégorie) ;
  • Les mini-medias, qui sont rédigés par des individus, des collectifs, des entreprises ou organisations diverses qui souhaitent toucher la plus large audience. Dans cette typologie, nous allons retrouver les blogs de mode et les portails en devenir comme Limonadier, Le petit shaman ou Untitled.

Plus largement, un blog sert à exprimer un point de vue. Certes, un blog peut servir à informer, mais la principale distinction avec des publications institutionnelles est que les rédacteurs partagent leurs idées / opinions et sont prêt à débattre (contrairement aux éditorialistes qui se contentent de donner leur point de vue sans voix retour). Les plateformes de blog de « nouvelle génération » comme Medium ou Ghost brouillent les pistes, mais le dénominateur commun reste cette notion de point de vue personnel.

De l’importance des commentaires

Un blog se définit selon moi par un contrat de lecture tacite entre le rédacteur et les lecteurs : on troc de l’objectivité pour de l’interaction. Les lecteurs de Korben vont y chercher des informations et astuces (ex : « Transformer une image en CSS« , « Comment cracker un mot de passe Windows« ), mais également des coups de gueule (ex : « Chers Youtubeurs…« ). Selon cette optique, une publication institutionnelle aura des lecteurs, tandis qu’un blog aura une communauté de lecteurs. La différence est subtile, mais elle a son importance.

Ces derniers temps, les commentaires se font de plus en plus rares, la faute à Twitter (en partie). Ils sont cependant une composante essentielle de la communauté des lecteurs. Sans eux, il n’y a plus d’échanges, on se contente de consommer des contenus au kilomètre. Je constate que les grandes solutions de gestion des commentaires comme Disqus ou LiveFyre se sont égarées (Disqus now you lets create your own forum et Livefyre Launches Ads in Comments), tant pis pour elles. Je reste très attaché aux commentaires et je déplore la baisse notable de dépôts de commentaires sur ce blog. À ce sujet, je veux bien admettre mes erreurs : j’ai été trop ambitieux à vouloir rédiger 8 blogs en même temps, mais je suis en train d’y remédier…

Peut-être y a-t-il également un problème de forme avec les commentaires : ils existent depuis 15 ans et n’ont quasiment pas évolué. J’avais mentionné l’année dernière la sortie de GraphComment, une solution française qui apporte une réponse pragmatique pour faciliter la lecture des commentaires (GraphComment veut dépoussiérer les commentaires). Peut-être qu’un dépoussiérage serait un moyen de redonner envie aux lecteurs de commenter…

Luttons contre la banalisation des contenus !

Vous pourriez penser que je fais une fixation, pourtant je ne suis pas le seul à m’inquiéter des Instant Articles de Facebook et plus généralement de la « plateformisation » du web (The Walled Gardens Of The Web Are Growing, The Web Is Dying, Apps Are Killing It, Facebook’s Quest To Absorb The Internet et Walled gardens and the wild west days of distributed content). Vous noterez au passage la pertinence de la question posée par ce dernier article : « Google AMP – walled garden or public park?« .

walled-garden

Je suis persuadé que ces solutions d’hébergement / distribution d’articles vont accélérer la dissolution des communautés de lecteurs. Sous prétexte d’améliorer le confort de lecture, elles piègent le lecteur dans l’illusion qu’il choisit ses sources, alors que c’est un algorithme qui décide pour lui. Pire : des solutions comme les Instant Articles rétrogradent les auteurs au statut de simple producteurs de contenus.

La blogosphère va-t-elle être victime de l’infobésité ? Peut-être, car nous subissons un phénomène de banalisation des contenus (« commoditization » en anglais) : ces derniers sont produits en masse pour combler les espaces entre les bannières et les publicités natives. Je n’insiste pas sur ce point, car j’ose espérer que vous vous en étiez rendu compte.

Je vous invite donc à lutter pour préserver la blogosphère telle que vous l’avez connue, et plus généralement pour préserver le web « ouvert » : lisez, explorez, partagez, commentez… En résumé : préservez votre statut d’internaute libre et privilégiez la qualité à la quantité.

/* – – – CONFIGURATION VARIABLES: MAKE SURE THE ID IS YOURS – – – */
window.graphcomment_id = ‘Fredcavazza-net’;
/* – – – DON’T EDIT BELOW THIS LINE – – – */
(function() {
if (document.URL) {
if (document.URL.indexOf(‘cavazza.net/’, document.URL.length – ‘cavazza.net/’.length) === -1) {
var gc = document.createElement(‘script’); gc.type = ‘text/javascript’; gc.async = true;
gc.src = ‘https://graphcomment.com/js/integration.js’;
(document.getElementsByTagName(‘head’)[0] || document.getElementsByTagName(‘body’)[0]).appendChild(gc);
}
}
})();

38 commentaires sur “La blogosphere à un tournant de son histoire

  1. Merci pour ce billet qui dresse à la fois un tableau pessimiste mais plein de justesse de la blogosphère que je n’ai investi qu’il y a bientôt 5 ans…
    Et surtout merci pour le classement clair des blog en 3 catégories, très pertinentes !

  2. Il est intéressant de noter que tous les créateurs de campagnes de Crowdfunding qui ont réussi grâce à la mobilisation de leur communauté ont tous un Blog…Je pense à la dessinatrice française de BD Laurel qui a collecté 277 331 euros sur Ulule pour son album Comme convenu. Depuis un 1,5 an elle publiait sur son blog chaque nouvelle planche de sa BD.
    Autre exemple : Jamey Stegmaier, éditeur de jeux de société US qui grâce à son blog et sa communauté a collecté 1 810 294 $ sur Kickstarter pour son nouveau jeu Scythe.
    Donc les Blogs ne sont pas morts et permettent de créer une communauté pour les meilleurs d’entre eux en diffusant des informations de qualité.

  3. Je laisse un commentaire car je sais combien c’est important pour un blogueur ;) En plus de faire chaud au cœur de celui ci, ça le motive un peu plus à créer du contenu qui sort de l’ordinaire, cet ordinaire lassant que nous proposent les grands médias et les gros sites …

    Même si le nombre de commentaires se réduit, même si le nombre de lecteurs se réduit (parfois), il ne faut pas oublier que tenir un blog est aussi un acte militant.
    Le blogueur de par sa ligne éditorial peu dire ce qu’il pense. Le blog n’est pas le passé c’est l’avenir, l’avenir d’une certaine liberté face aux géants qui lobotomisent leurs lecteurs, qui sélectionnent à la place de leurs lecteurs ce qu’il faut lire voir et penser, bref qui enferment leurs lecteurs dans un monde que les géants du web ont choisi pour leurs lecteurs.

  4. Merci beaucoup de ce point de vue qui a beaucoup de recul sur les transformations actuelles.
    De ce que je comprends et vis aussi, écrire un article dans un blog n’est plus suffisant. Il faut participer à l’éco-système décrit ici pour faire connaître l’article et interagir avec les lecteurs sur de multiples plateformes : Facebook, Twitter, post sur LinkedIn, Tumblr, Scoop it … tout en déclinant le contenu (pas de copier / coller !) et les formats.
    De rédacteur, il faut devenir photographe, illustrateur, créatif en maîtrisant les outils comme Canva, Photoshop … sans parler de la vidéo aussi !
    C’est passionnant mais assez chronophage. J’avais tendance à écrire mon prochain article dès le précédent publié; et bien c’est fini ! Le rythme de publication est difficile à maintenir. Et est-ce vraiment le « sens » du bloggueur qui est pour moi un rédacteur passionné avant tout ?

  5. Les menaces sont bien vues (Content Snacking, « plateformisation » des contenus et banalisation), renforcées par une interactivité en perte de vitesse (les commentaires de plus en plus rares). Mais les blogs restent un des rares endroits où s’expriment une vision/une passion/une expertise. Par contre, pas d’accord : ce ne sont pas des « territoires d’expression qui ne sont régis par aucune règle éditoriale ». Les meilleurs blogs sont régis par les règles éditoriales que se donnent leurs auteurs.
    Il va sans doute falloir évoluer, publier moins mais diffuser mieux.

  6. Complètement d’accord avec toi ! Ne laissons pas les algorythmes et la facilité nous dicter nos intérêts et restreindre notre curiosité. Je préfère largement un bon lecteur de flux rss qu’une app.
    Et en tant que blogueur passionné, tout ceci m’inquiète aussi. Je sens que les lecteurs consomment les articles comme un snack, mais je me refuse à me laisser tomber dans les « snackticles ».
    Merci de ton avis éclairé sur le sujet !
    En plus on s’est sûrement croisé aux #gba6 sans le savoir :)
    Tristan

  7. Bonjour Frédéric,
    Première visite sur ton blog (découvert au hasard de Twitter) et je vais m’empresser de faire le tour de tes articles puisque j’ai VRAIMENT apprécié celui-là !
    Je suis devenue bloggeuse en 2006 (et j’ai arrêté depuis 2 ans de publier régulièrement). J’ai donc vu, en presque 10 ans, l’évolution de la blogosphère et j’ai noté, avec désolation, la diminution des commentaires et l’augmentation du « vide » de certains articles.

    Je vis le commentaire comme un véritable échange, l’instauration d’un lien entre le blogeur et ses lecteurs. Je note toutefois que laisser un commentaire relève parfois du parcours du combattant !

    Merci pour ton article et pour tes partages :-)

  8. J’ai juste l’impression que pour survivre, il faut grandir, se regrouper ou se faire absorber. Les communautés se diluent dans la masse et préfèrent suivre les mass medias.

    Radios libres >>>> Groupes médias
    Fanzines >>>> Groupes Medias
    Pages perso >>>> Petits Blogs >>>> Pages Facebook
    Podcasters >>>> Youtubers >>>> M6, Wizdeo, canal+, webedia

    Fred, tu as toi même trouver la solution. C’est celle que de nombreux groupes de musique ont suivi. Face au piratage massif beaucoup de groupes vivent très bien en faisant des concerts ! La blogosphère est pour moi en cours de mutation. Les bloggers sont les conférenciers de demain, les intervenants des MOOC, les ambassadeurs de la transformation digitale…

  9. Un très bel article sur l’avenir des blogs, merci! Et même une belle découverte avec les Enjoliveuses!

  10. tout acte de communication (et produire du contenu, émettre une opinion, partager un savoir… en est un) regroupe 3 actions
    1. recueillir une information et la mettre en forme, soit écrire, photographier, filmer
    2. la mettre en scène soit l’éditer et l’enrichir (titre, paragraphes, liens…)
    3. la diffuser soit en faire la promotion car quelque soit la qualité et l’intérêt, si personne ne sait que ça existe ou n’a pas envie de lire, ça ne sert à rien
    C’est sur ce dernier point que les blogs pèchent.
    Il convient donc de construire toute une stratégie de mise en avant pour atteindre une audience captive.
    Le couplage du blog avec une newsletter et des relais sur les réseaux sociaux est un bon moyen.

  11. Article très précis sur la blogosphère en 2015. J’aime bien votre définition du blog surtout… Quant à la banalisation des contenus, c’est aussi valable à l’échelle locale : étant blogueur lifestyle strasbourgeois, je lutte souvent pour trouver des thèmes d’articles originaux et pertinents.

  12. Merci pour cette analyse… en forme de manifeste… un peu inquiet quand Même, non ?
    On ne peut pas nier que le search et le reach nous ont apporté beaucoup de lecteurs. Mais sans doute que l’unité de lecture est désormais le billet, et non plus le blog. Exit les agrégateurs RSS…
    L’un de tes commenteurs parle juste en évoquant la newsletter comme « nouveau » vecteur vis à vis d’une communauté.
    #blogsneverdie

  13. Il y a, c’est sûr, un essoufflement dans la blogosphère. Face à la montée de la ROIsation « publier sans but ni objectif financier ne serait-ce que rentabiliser ses coûts, pourquoi et à quoi bon ? », face à la lassitude des monologues de ceux qui ont supprimé les commentaires sur leurs blogs, face à la standardisation des « 10 bonnes recettes pour bien bloguer » sur les sujets trendy », face à la mer (pardon, je vais sortir…), face aux tentatives plutôt bien réussies des réseaux sociaux de s’approprier et monétiser les contenus « collaboratifs », face à la pression de devoir publier souvent pour « améliorer sa visibilité » et surtout « occuper l’espace », etc il est indéniable qu’une page web se tourne. Se rapproche t-on chaque jour un peu plus d’idiocratie? Aux blogueurs d’entrer en résistance et de ne pas laisser s’opérer ce nivellement par le bas !

  14. Merci pour cet article qui fait réfléchir. Qu’allons nous devenir, nous, blogueurs ? Je n’ai pas la réponse, mais je veux continuer à partager ma passion avec mes lecteurs et mon entourage comme je le fais aujours’hui. Mon blog m’a permis de rencontrer des personnes elles aussi passionnées, curieuses, intéressantes et pleine de vie ! Le réel a dépassé le virtuel, les connexions se sont concrétisées… Quel univers que celui du blogueur ! Un monde incroyable. Longue vie aux blogueurs :)

  15. Excellente analyse de la situation et j’y adhère totalement.
    Merci pour ce billet.

  16. Bonjour

    Un très intéressant et bel article. Intéressant, il émane d’un acteur-observateur-créateur pertinent, documenté. Beau, il contient une ferveur passant les mots et c’est ce dont le web a besoin – qui, aseptisé par des « Instants » et autres, se stériliserait… De là, oui se documenter est chronophage et même dangereux si boulimie et anorexie s’immiscent et s’imposent en barrière à la curiosité et l’intelligence. Donc il faut la pertinence, la ferveur, savoir se vendre (ou se donner, se prêter au grand jeu de la vie passant ici par les arcannes du virtuel)…

    Donc, merci !

    Serge | Chambéry

  17. Effectivement il convient de faire des efforts pour trouver des blogs et articles pertinents.

    Je constate que cela est notamment dû à la « pollution » liée aux articles qui ne seont là que pour booster le référencement de certains sites et en oublie d’apporter de la valeur ajoutée au lecteur…

Les commentaires sont fermés.