Live Mesh = Software + Service + Synchronisation + …

Microsoft a présenté hier un nouveau service : Live Mesh. N’allez surtout pas croire qu’il s’agit d’un banal service de synchronisation de vos fichiers car c’est en fait bien plus que cela.

Pour faire simple, Live Mesh est une plateforme qui sert à relier entre eux des terminaux, services et données. Donc vous pouvez logiquement vous dire que cette plateforme regroupe des services comme SkyDrive, FolderShare ou encore Live Spaces. Oui… et non ! Car ce projet est bien plus ambitieux, il est le résultat de deux années de travail d’une équipe assez conséquente et est surtout le concrétisation de la vision de Ray Ozzie (le Chief Architect de Microsoft) : le web comme un épine dorsale de votre expérience sociale numérique. Plus d’infos ici : Ten things to know about Microsoft’s Live Mesh et Live Mesh: First Look at Microsoft’s New Platform.

LiveMesh.png

Concrètement, Mesh va vous servir à plusieurs choses :

  • Synchroniser des données entre plusieurs terminaux. Admettons que vous preniez une photo avec votre téléphone, cette photo va être immédiatement rendu disponible sur votre ordinateur, sur votre Xbox, sur votre page Live et même sur votre page Facebook. Encore plus fort, elle pourra également être distribuée à différents groupes en fonction de règles et autres permissions.
  • Synchroniser des données entre plusieurs services. Reprenons l’exemple de la photo publiée un peu partout. Si un commentaire est publié sur Facebook, il sera immédiatement récupéré et re-publié sur les autres services où la photo est disponible.
  • Gérer l’accès hors-ligne et la resynchronisation. Admettons que vous perdiez votre connexion sur votre ordinateur portable et que vous fassiez une modification à cette photo, dès que vous êtes à nouveau connecté, la photo est mise à jour partout là où elle a été publiée.
  • Gérer le paramétrage et la mise à jour des applications. A partir du moment où vous connectez un service ou une application à Mesh (ils appellent ça une application « mesh-aware« ), la plateforme se charge de le/la transformer en une sorte de widget qui va pouvoir échanger des flux d’information avec la plateforme (à la fois des flux d’information mais également des flux applicatifs).

Heu….

Quoi ?

Comment ?

Oui vous avez bien lu : gérer l’accès hors-ligne, la resynchronisation, le déploiement et la mise à jour. En d’autres termes, Mesh n’est ni plus ni moins qu’une authentique révolution, l’équivalent de la Facebook Platform mais en bien plus puissant.

Reprenons depuis le début :

  • Synchronisation des données entre plusieurs terminaux (Windows dans un premier temps puis Mac et cie par la suite). Pour moi il s’agit d’un pied de nez aux services de stockage en ligne du type Data on the Cloud (Google Apps, Gdrive…). Pour plus de précisions, je vous recommande ce billet qui parle de la vision du cloud computing de Google : Kai-Fu Lee on Cloud Computing. Et si vous êtes en forme, allez donc voir ce qui se prépare du côté de Mozilla Weave.
  • Gestion du déploiement des applications sous forme de pseudo-widgets et de la synchronisation des données. Chez moi on appel ça un concurrent direct de OpenSocial.
  • Gestion du mode hors-ligne et de la resynchronisation. Pour moi nous sommes en présence d’un concurrent des Google Gears et autres Mozilla Prism.
  • Gestion de la mise à jour des applications via flux RSS ou équivalent (nom de code = « FeedSync« ). Là nous avons quelque chose de tout nouveau mais que j’avais évoqué il y a plus de deux ans (cf. Après les podcasts et les videocasts, les softcasts ?).

Ouf ! Voilà donc à quoi ressemble le fameux social mesh dont Ray Ozzie nous avait déjà parlé lors du MIX08 : Un accès universel aux données et aux services au sein d’une plateforme sociale unifiée.

Certains spéculent déjà sur une extrapolation de cette plateforme à un nouveau modèle de licence pour les logiciels : vous achetez une licence, vous l’associez à Live Mesh et la plateforme se charge de déployer ce service sur vos différents terminaux et même de gérer vos données (cf Microsoft’s Mesh Revealed—Sync All Apps And All Files To All Devices (As Long As They’re Windows)).

Toujours plus fort, Microsoft a la volonté d’ouvrir sa plateforme à la communauté en intégrant les applications et services d’éditeurs tiers et en déployant un certain nombre d’API pour pouvoir rendre le service exploitable par d’autres.

Ajoutez à cela des fonctionnalités « sociales » comme le Live Mesh Notifier (une sorte de lifestream) et vous aurez une bonne idée de l’ambition de Microsoft vis à vis de cette plateforme : un écosystème où cohabitent utilisateurs, données, services et applications (le tout sur différents OS et terminaux). Pour en savoir plus, je vous recommande ce mémo interne publié par Ray Ozzie à ses troupes : Full Text of Ray Ozzie Mesh Memo.

Le plus attentifs me diront : « différents OS et terminaux, mais comment vont-ils s’y prendre ?« . Et je leur répondrais par un seul mot : Silverlight. Et oui, Silverlight pourrait être le cheval de Troie de Live Mesh, l’environnement d’exécution multi-OS et multi-plateformes : Linux, mobile… Plus d’infos sur ce point ici : Silverlight and the future core of Microsoft.

Vous l’aurez donc compris, Microsoft vient de frapper un grand coup avec ce Live Mesh, s’ils parviennent à tenir leurs promesses alors la transformation du géant de Redmond commencera à prendre forme. Il ne leur manquerait plus qu’à finaliser le rachat de Yahoo! pour amorcer un virage encore plus net.

22 commentaires sur “Live Mesh = Software + Service + Synchronisation + …

  1. Impressionnant ! Ceci dit c’est plutôt Mesh qui fait office de Cheval de Troie pour glisser du Silverlight partout non ?

    J’ai hâte de voir ça en pratique. J’espère surtout qu’on ne va pas se faire enfermer dans un protocole proprio de plus.

  2. Alors là je reste bouche bée ….Si cela se fait, on a réellement à faire une révolution, de l’échange d’informations (d’un point vue services, social, etc…) et la révolution pour Microsoft surtout si c’est ouvert et transversal.
    J’ai hâte que tu continues à nous informer sur ce sujet ;)

  3. Moi j’ai surtout hâte de voir la bête sur mon OS X, histoire de bien me rendre compte da la révolution.

    D’ailleurs je parlais à un ami d’une idée un peu similaire basée sur OpenSocial, le principe était de créer un réseau virtuel au dessus de tous les réseaux. Par exemple, si tu mettais ton profil à jour sur MySpace, celui-ci était également répercuté sur les autres réseaux. Mais là effectivement Microsoft va encore plus loin.

    A+

  4. L’effort de Microsoft est à souligner. Utilisation de standards non propriétaires, ouverture de sa plateforme à des API tierces. Une vraie révolution !
    Le projet est ambitieux et totalement dans la mouvance actuelle.
    Cependant je reste circonspect, et plusieurs questions sont restés sans réponses malgrés les explications sur les blogs cités :
    – A part un « partage d’espace » qu’en est il du partage de documents dans le sens « versionning » ?
    – Quid de la rétrocompatibilité sur des machines (mobiles ou non) n’utilisant pas Silverlight ?
    – Quid de la facilité de mise en place pour l’utilisateur, multiples intallations/configurations ?
    – Et n’est pas la le dernier souffle d’un Microsoft dont le modèle économique s’effondre et qui n’arrive pas à accrocher le train du Web (si ce n’est en faisant de pâles copies d’existants) ?

    Je sais, je sais, je suis un peu pessimiste mais le service à l’air d’englober tellement de fonctionnalités d’un coup que cela fait apparaître le spectre des promesses non tenues. Je me doute bien que les manques d’aujourd’hui seront très vites comblés, notamment pour constituer une offre entreprise (ce qui reste le but final d’un tel service).
    Mais pour le moment, tout comme Yvan, je tiens à tester…

  5. A San Francisco pour la Web 2.0 Expo de Tim O’Reilly, que je couvre sur mon blog http://www.franckperrier.com/ .

    Je viens tout juste d’assiter à la présentation, très / trop corporate, de Amit Mital, le leader du projet Live Mesh chez Microsoft.

    Voici aussi une citation extraite de son discours : « Microsoft is a platform company. It’s our DNA. We wanted to create a platform which connected devices to the web. »

    A lire, le post de Robert Scobble

  6. @ Gilles > Attention à ne pas mal interpréter mes propos : Silverlight et son côté « Cheval de Troie » n’est qu’une supposition. Dans un premier temps il faudra installer un soft pour pouvoir connecter son ordinateur / mobile au Live Mesh.

    /Fred

  7. Merci. Article bien intéressant. Jusque une parenthèse : Prism et Google Gears on pour vocation de rendre fonctionnels hors ligne, des appli web. C’est bien plus qu’une simple synchro à la reconnexion.

  8. Ça a l’air pas mal, reste à voir le résultat. En tout cas le fait que Microsoft s’ouvre à des standards non prioritaire, n’est pas négligeable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s