Les interfaces naturelles nous préparent à l’ère post-smartphone

Aujourd’hui, les smartphones règnent en maîtres sur les usages numériques, mais cela n’empêche pas les GAFAM de préparer l’avenir et de proposer des alternatives par le biais d’interfaces naturelles. S’il est encore tôt pour parler de l’ère post-smartphone, ces innovations accélèrent l’évolution des usages. Adapter vos contenus, services, messages et offres à ces nouvelles exigences va rapidement devenir une question de survie. Si de nombreuses marques restent sceptiques, car elles ont à peine rentabilisé leur application mobile, elles ne pourront pas ralentir l’innovation pour autant et aggraveront leur dette numérique.

AMZ-Part-Finder.jpg

Le smartphone est l’outil informatique de référence, comme l’était le PC avant eux !

Il y a aujourd’hui plus de 3 MM de smartphones en circulation dans le monde, ce qui en fait l’outil informatique le plus répandu, et de loin ! Ceci étant dit, vous noterez que les smartphones n’évoluent plus vraiment, ou alors à la marge (Quelles innovations pour accélérer le renouvellement des smartphones ?). Cela ne veut pas dire que les smartphones sont en fin de cycle de vie, mais ça justifie les efforts réalisés par les géants du numérique pour se positionner sur l’étape d’après : l’ère post-smartphone.

Evolution-internet.jpg

Croyez-le ou non, mais la recherche du prochain modèle d’interaction de référence est sacrément bien avancée, notamment avec la recherche visuelle, les interfaces vocales et la contextualisation des contenus et services.

La recherche visuelle se perfectionne tous les jours

J’ai déjà eu de nombreuses occasions de vous parler de recherche visuelle (Les interfaces naturelles sont l’avenir du web), un mode de recherche très complexe, certes, mais qui progresse à pas de géants à mesure que les pratiques de machine learning s’affinent.

Premier exemple avec Amazon qui vient de lancer une fonction de recherche visuelle pour des accessoires de quincaillerie : Amazon launches Part Finder, built by technology it acquired from Partpic in 2016.

AMZ-part-finder-iphone.jpg

Deuxième exemple avec Snapchat qui permet maintenant d’identifier un produit sur une image ou une story et de le lier avec sa fiche sur Amazon : Snapchat is working on a feature that can find products you snap on Amazon.

Dernier exemple avec Pinterest, une plateforme sociale très populaire auprès des femmes, notamment pour tout les sujets liés à la beauté, qui offre maintenant la possibilité de filtrer des résultats de recherche par type de peau : Pinterest now lets you filter search results by skin tone.

Pinterest-tone-filter.jpg

Tout ceci est très intéressant, mais nous ne voyons que la pointe de la partie visible de l’iceberg. Ne vous y trompez pas, toutes ces innovations ne sont que des étapes intermédiaires qui nous mènent petit à petit vers le Saint Graal : les lunettes de réalité augmentée. Certes, les premiers produits ont été plutôt décevants (Google Glass, Microsoft Hololens…), mais les progrès sont évidents : matériel et logiciels et contenus. Le lancement à la rentrée des lunettes de Magic Leap vont nous fournir une base technique beaucoup plus performante (Magic Leap One coming this summer), en attendant un véritable produit grand public : Why Snap needs its Spectacles. Snapchat sera-t-il le prochain Apple ? Difficile à dire pour le moment, mais ils mettent la pression au reste des grands acteurs du numérique.

Bientôt l’apogée des interfaces vocales ?

Là encore, j’ai déjà publié de nombreux articles sur les progrès réalisés par les interfaces vocales et la façon dont elles bouleversent les usages : Comment les interfaces vocales vont accélérer la transformation digitale.

Comme pour la réalité augmentée ou virtuelle, les interfaces de recherche en langage naturel ne datent pas d’hier. Les premières interfaces de ce type remontent aux années 90 avec Ask Jeeves, et ont depuis fait des progrès spectaculaires : The state of natural language & conversational search in 2018.

Aujourd’hui, le segment le plus dynamique est celui des enceintes connectées, un marché à très forte croissance que se partagent Amazon et Google : Smart speaker market will reach 100M units by year-end. Si les projections annoncées dans l’article sont correctes, il pourrait y avoir plus d’enceintes connectées que de PC dans moins de 5 ans !

Canalys-smart-speakers.jpg

Pour le moment, les usages se concentrent sur des commandes vocales très basiques, mais les poids lourds du numérique travaillent dur pour développer de nouveaux usages : Firefox makers working on voice-controlled web browser called Scout. Certains s’essayent même aux interfaces gestuelles (This Amazon Echo mod lets Alexa understand sign language).

Vous pourriez légitimement remettre en question l’intérêt de développer des interfaces vocales ou gestuelles très sophistiquées alors que les ordinateurs et smartphones offrent un bien meilleur confort d’usage. Mais l’intérêt des interfaces vocales réside dans les moments où l’on ne peut pas utiliser un ordinateur ou un smartphone, notamment au volantThe state of mobile voice search in 2018.

Voice-contexte.jpg

Les interfaces vocales sont donc officiellement en course pour s’imposer dans votre voiture, votre cuisine ou votre salon quand vous avez les mains occupées ou la flemme de vous lever pour attraper votre smartphone. Certes, cela ne représente pas un marché aussi gros que celui des smartphones, mais il n’y a pas 36 façons de gagner des parts de marché : il faut aller les chercher dans les moindres temps-morts de la journée des utilisateurs.

Des contenus et services proposés par anticipation grâce aux assistants personnels

Comme le disait Sun Tzu dans L’Art de la guerre : « Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre« . Le meilleur moyen de ne pas être mis en concurrence, c’est encore d’éliminer la concurrence en devançant les besoins des utilisateurs. C’est notamment ce que proposait Google avec Google Now, une fonctionnalité qui a été ré-introduite dans l’Assistant depuis peu : The Google Assistant app will walk you through your day.

Google-Assistant-Now.gif

Certes, c’est un smartphone qui est mis en scène dans l’illustration ci-dessus, mais ça pourrait tout aussi bien être votre réveil matin (Google’s Smart Displays are going on sale in July), votre thermostat (Nest) ou n’importe lequel de vos appareils électroménagers (Google Assistant now works with 5,000 smart home devices).

Comme vous pouvez le constater, l’ambition des GAFAM est vertigineuse : ils ont une logique d’encerclement avec une intégration bout en bout des objets de notre quotidien. Une stratégie de conquête où il n’y aura qu’un seul vainqueurLes assistants personnels sont les nouveaux navigateurs web, et les GAFAM en sont les maitres absolus.

Les mêmes utilisateurs avec de nouvelles exigences

Nous avions les interfaces web traditionnelles (accessibles via un ordinateur), qu’il a fallu adapter aux smartphones et tablettes, et qu’il va maintenant falloir décliner en versions vocales (Alexa, Google Assistant, Siri, Cortana…), visuelles (Snapchat, Pinterest…) et décomposr en API, c’est à dire en unités de contenus et services en ligne qui peuvent être exploitées par des assistants personnels (ex : Google Now).

Tout ceci représente un surplus de travail, car il y a de nombreux développements à prévoir pour proposer toutes ces interfaces, mais pour des revenus à priori identiques. Nous touchons là le coeur de problème : le défi que vont devoir relever les marques ne sera pas de maitriser ces innovations technologiques, mais de continuer à toucher leurs clients à travers toutes ces interfaces tout en maintenant la rentabilité des opérations.

La dure réalité des choses est que le nombre de clients va stagner, alors que les efforts pour leur délivrer des contenus, services, messages et offres dans des conditions optimales (nécessaires pour garantir leur fidélité) vont considérablement augmenter. Dans cette optique, les entreprises vont obligatoirement devoir rationaliser la conception / production / évolution de ces différentes interfaces pour rester rentables. Ceci nécessitera deux changements culturels :

Idéalement, une entreprise a intérêt à s’entourer des meilleures compétences pour fournir la meilleure expérience à ses clients. Mais nous ne sommes plus dans un monde idéal : l’accélération digitale est une réalité de marché qui pèse lourdement sur les marges opérationnelles. Nous sommes au XXIe siècle, la priorité n’est plus de frapper fort (ex : pilonnage publicitaire), mais de frapper vite et juste (fournir le bon message / contenu / service au bon moment et à la bonne personne). Pour y parvenir, les marques doivent impérativement faire monter en compétences leurs équipes internes pour regagner l’autonomie et la réactivité qu’elles ont perdues en sous-traitant toujours plus de chantiers numériques.

Au final, nous pouvons considérer les interfaces naturelles non pas comme des innovations technologiques, mais comme un « stress test numérique » pour évaluer la capacité de résistance d’une entreprise. Nous savions déjà que nous évoluons dans un contexte marché de grande incertitude (Quels outils et pratiques marketing dans un monde VUCA ?), mais nous ne savions pas que cette instabilité allait prendre de l’ampleur. Petit à petit, nous nous dirigeons vers un climat d’uberisation permanente, ce que j’appelle l’accélération digitale, et qui va devenir la norme. Tous les signes avant-coureurs sont là pour nous prévenir, il ne teint qu’à vous de vous préparer et de préparer votre organisation. Et non, ne rêvez pas, une simple formation à l’agilité ne suffira pas (Mythes et réalités de l’entreprise agile).

5 commentaires sur “Les interfaces naturelles nous préparent à l’ère post-smartphone

  1. Merci pour votre éclairage et vos connaissances que j’utilise volontiers (génération 64) pour être en veille et mieux comprendre les enjeux avec lesquels mes enfants devront coopérer

  2. Merci Frédéric pour ces exemples que je ne connaissais pas tous. Tout à fait en phase, les entreprises qui ont raté la révolution mobile auront du mal à appréhender celle à venir, et ainsi de suite.
    Sur ces sujets, mon analyse est que nous cherchons toujours plus à raccourcir le fil qui lie notre cerveau aux machines / cf https://fr.slideshare.net/AlexandreJubien/mobile-revolution-44980072/97/?src=clipshare
    Les interfaces naturelles (et plus tard les interfaces artificielles à la Neuralink) vont dans ce sens !

  3. Salut Fred, j’ai entendu parler d’une appli espagnole en cours de developpement. Tu prends en photo un objet, l’appli te crée automatiquement l’annonce (titre, texte etc…) qui va bien et la publie directement. Une sorte de Leboncoin Intelligent. Tu connais ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s