Un référentiel de la gestion de la réputation chez Yahoo!

Pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à la gestion de l’identité numérique et à la gestion de la réputation en ligne, je vous recommande vivement de prendre connaissance de ce référentiel publié par Yahoo! : Reputation Management Patterns. Ce référentiel dresse une liste des différents outils pour mesurer et représenter le statut social d’un individu au sein d’une communauté.

ReputationManagement

Vous trouverez dans ce référentiel tout le savoir-faire de Yahoo! sur les modèles d’évaluation et de structuration de l’activité sociale d’un membre au sein d’une communauté. Ils identifient ainsi une dizaine de schémas (patterns) qui sont plus ou moins adaptés à différentes situations : les niveaux nominatifs ou numériques, les trophées et récompenses à collecter, les systèmes de points, les classements…

Ils ont également travaillé sur une échelle d’implication sociale (Competitive Spectrum) qui  diffère en fonction du niveau de compétitivité de la communauté :

CompetitiveSpectrum

Pourquoi ce référentiel ? Tout simplement parce les systèmes de gestion de la réputation sont une composante essentielle de la dynamique communautaire. Quand vous y réfléchissez bien, la réputation est la résultante des actions et des interactions d’un membre au sein d’une communauté. Pour améliorer sa réputation, un individu doit donc prouver à la communauté qu’il est utile et qu’il s’implique dans cette dernière. D’où l’intérêt de ces outils qui servent à mesurer à la fois l’implication et le statut social (ou un peu des deux).

Pour en savoir plus sur ce référentiel, je vous recommande cette interview : Social Design Patterns for Reputatino Systems: An Interview with Yahoo’s Bryce Glass (et la suite). On y apprend ainsi que certains outils sont plus adaptés que d’autres en fonction de la nature de la communauté : Les trophées et autres récompenses (Collectible Achievements) fonctionnent ainsi très bien dans les communautés de joueurs alors que les niveaux nominatifs (Named Levels) fonctionnent mieux sur les communautés de savoir comme Wikipedia (avec les contributeurs, modérateurs…).

Ce travail est proposé dans le cadre de la Yahoo! Design Pattern Library et je suis admiratif du travail de simplification et de pédagogie réalisé par les équipes de Yahoo! Les explications y sont claires et précises et les illustrations sont parfaitement choisies. Rien à redire, je m’incline !

Google, IBM, Microsoft, Yahoo et VeriSign adoptent OpenID

Je réagis un peu tardivement à une nouvelle qui n’a bizarrement pas fait beaucoup de bruit dans la blogosphère française : Des représentant de Google, IBM, Microsoft, Yahoo et VeriSign viennent de rejoindre la board de la Fondation OpenID (Evolving the OpenID Foundation Board).

Cette nouvelle marque un tournant décisif dans… dans quoi déjà ? Je pense que le moment est bien choisi pour quelques lignes d’explications (adaptées de la définition officielle et de celle de Wikipedia) :

  • OpenID est un système d’authentification décentralisé qui permet l’authentification unique ;
  • Authentification unique = 1 seul identifiant que l’on peut utiliser auprès de plusieurs sites et services en ligne (qui sont « compatibles » OpenID) ;
  • Cet identifiant unique est obtenu auprès de fournisseurs d’identité (OpenID providers) ;
  • Lorsque vous vous inscrivez à un service compatible, vous esquivez le long formulaire d’inscription en saisissant votre identifiant OpenID (le service demande alors à votre fournisseur d’identité de vous authentifier, ce dernier vous répercute la demande) ;
  • OpenID ne gère QUE l’authentification, pas l’identité (donc vous devrez quand même renseigner votre profil).

Si vous souhaitez en savoir plus, je vous recommande ce blog : Spread OpenID, ainsi que cet article qui commente l’annonce de Yahoo! qui est devenu fournisseur d’identité : Yahoo! to Provide OpenID – Will It Take the Next Step?.

Jusqu’à présent les problématiques d’authentification n’avaient pas passionnées grand monde car jusqu’à présent les utilisateurs compensaient en faisant un effort de mémorisation des login / mots de passe, mais combien de temps cela allait-il durer ? Hé bien maintenant la question ne se pose plus dans la mesure où potentiellement les poids lourds du web (Google, Yahoo, Microsoft) vont devenir des fournisseurs d’identité.

Concrètement vous pourrez bientôt vous inscrire à un service lambda en vous servant de votre identifiant Yahoo!, Google ou Microsoft. « Pourrez » car ce n’est pas encore effectif, seul Yahoo! propose ce service : openid.yahoo.com.

Très intéressant, surtout lorsque l’on sait que ces trois poids lourds comptent leurs utilisateurs par centaines de millions. Ceci devrait donc grandement faciliter l’adoption de nouveaux services par les internautes qui seraient ainsi exempts de « corvée de mot de passe« .

Mais avec un peu de recul, on se rend également compte que ceci permettrait également d’évaluer l’appétence des internautes vis à vis d’un nouveau service en surveillant les demandes d’authentification. Et oui ! Puisque c’est Yahoo! / Google / Microsoft qui gèreront vos inscriptions aux différents services, il sera alors beaucoup plus simple pour eux d’identifier le ou les services qui fidéliseront le mieux leurs utilisateurs. Ils ne leur resteront plus qu’à faire leur marché en négociant les prix à la baisse (« c’est grâce à moi que vous avez pu recruter une partie de vos utilisateurs« ).

Redoutable ? Oui tout à fait !

Mais rassurez-vous, il n’y a pas que du mauvais dans cette annonce puisque deux autres acteurs de choix ont rejoint l’aventure :

  • VeriSign, leader du marché de la sécurité par authentification forte (des mécanismes plus sophistiqués qu’OpenID) mais qui était déjà utilisateur via son Personal Identity Provider ;
  • IBM, très gros acteur de l’entreprise 2.0 et des formats ouverts.

Difficile pour le moment d’évaluer l’impact de cette nouvelle sur le rythme d’adoption d’OpenID par le grand public. Toujours est-il que je vous engage à créer dès maintenant votre identifiant unique en utilisant par exemple MyOpenID, un acteur indépendant qui propose des services sympas comme la création d’une page publique (ex. http://fredcavazza.myopenid.com/) ou le support de MicroID.

Hypothèses d’évolution pour le web 2.0

Voilà maintenant plus de deux ans que je parle de web 2.0 sur ce blog. Il s’est passé beaucoup de choses en deux ans, aussi je vous propose de vous projeter dans l’avenir proche (pourquoi pas dans deux ans) et d’essayer d’anticiper quelles pourraient être les hypothèses d’évolution des services ayant fait le succès du web 2.0.

Ce billet ne parle pas du web 3.0 (quoi que…)

Nous pourrions appelez ça le web 3.0… mais cela risquerait de provoquer une autre polémique qui ferait de l’ombre aux services que je vais vous présenter dans ce billet. Je me suis déjà prêté l’année dernière à cet exercice délicat (Vers un web 3.0 ?) mais c’est un billet publié sur How To Split An Atom qui m’a le plus inspiré : How To Define Web 3.0. Si vous voulez vous projeter encore plus loin, je peux également vous recommander ce billet qui s’intéresse aussi au web 4.0 et au web 5.0 : What is Web 3.0?.

Donc pour résumer : appelez-ça le « web 2.1« , le « nouveau web 2.0« , le « web 2.0+« … appelez-le comme vous voulez mais faites au moins l’effort de méditer sur les concepts qui sont présentés dans ce billet avant de vous écrier « mais… c’est ENCORE une connerie de marketeux en mal d’inspiration !« .

Blog 2.0 : Vous êtes votre propre marque

Qui se souvient de la première fois où il a entendu parler de « blog » ? Oui je sais ça date… et pourtant, si vous faites abstraction de ces infâmes sidebar qui pullulent de widgets à la con, le principe des blogs n’a quasiment pas évolué : billets, commentaires, catégories.

Et pourtant, la relève est déjà là sous la forme de services de micro-blogging comme Twitter. J’ai choisi ce service comme exemple car c’est le plus connu. Le moins que l’on puisse dire c’est que ce type de services ne laissent pas indifférent : soit on déteste, soit on reste hypnotisé. Je serais tenté de me rallier à l’opinion de Nicolas Clairembault (Twitter et les a-blogueurs : posons-nous 5 minutes pour en parler) mais je préfère plutôt m’intéresser à un service comme Jaiku qui est bien plus abouti (cf. Twitter + Plazes + Ziki = Jaiku).

En poussant un peu plus loin ce concept d’agrégation de l’activité quotidienne d’un individu, on en arrive à regarder d’un oeil moins méfiant les services de lifelogs comme LiFE-LiNE. Alimentée en permanence par nos actions quotidiennes, ces lignes de vie digitales sont le témoin et la mémoire de notre présence en ligne, de notre existence passée et présente.

Encore plus fort, puisqu’il est question de documenter notre quotidien, pourquoi ne pas en faire un documentaire filmé via une webcam allumée en permanence ? C’est ce que vous propose déjà de faire des services comme uStream : adapter aux individus le principe de lifecast.

Et là vous allez me dire : « mais pourquoi se donner autant de mal pour diffuser la banalité du quotidien d’inconnus ?« . Et je vous répondrais qu’il n’est pas ici question de trouver une audience qui sera intéressée par l’intégralité de vos publications, mais seulement par de petites portions. Les chaînes de télévision génèrent des dizaines de millions d’euros avec des émissions de télé-réalité, pourquoi ne pas laisser le principe de la longue traîne s’appliquer à ce type de contenu : excessivement banal mais tellement authentique. Souvenez-vous que sur le web tout le monde peut avoir son heure de gloire, alors autant prendre des précautions et ne pas rater sa chance !

Social Shopping 2.0 : Nous sommes tous des commerçants

Reparlons maintenant de micro-blogging mais dans un cadre de commerce en ligne : Tant qu’à documenter le quotidien d’un individu (ses actions, déplacements, rendez-vous…) pourquoi ne pas également documenter ses achats ? Nous pourrions ainsi imaginer un service à mi-chemin entre Shopalize et Zlio qui archiverait vos achats et vous rémunèrerais en fonction des ventes réalisées à partir de cette buylog via un système d’affiliation silencieuse (non-contraignant pour l’utilisateur).

De même, cela n’a pas encore été fait en France, mais de nombreux services de Team Buying existent déjà en Chine. Pourquoi ne pas envisager des agents intelligents capables d’identifier des groupes d’utilisateurs homogènes (ayant les mêmes besoins et fréquentant les même quartiers) et de leur proposer des rassemblements spontanés pour faire de l’achat groupé hors-ligne. Le tout orchestré par SMS, géolocalisation de votre téléphone portable et anticipation d’une baisse des prix à l’aide de services prédictifs comme Farecast (pour l’instant limité aux prix de billets d’avion et d’hôtels). Celui ou celle qui mènerait les négociations avec le marchand se verrait créditer des points de confiance par les autres acheteurs (l’utilisation de ces points reste à définir, si vous avez une idée, n’hésitez pas à la publier dans les commentaires).

Réseaux sociaux 2.0 : des millions d’amis (virtuels) à portée de clic

Oubliez MySpace et ces 200 millions de comptes, l’avenir des réseaux sociaux se trouve ailleurs. Peut-être dans la Facebook Platform, une sorte de système d’exploitation en ligne pouvant héberger une infinité de services au sein d’un écosystème (Facebook se métamorphose en web OS). Le tout reposant bien évidement sur la gigantesque base de données d’utilisateurs sous le contrôle d’un éditeur tout puissant (ça ne vous rappelle pas un certain moteur de recherche qui a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années ?).

Puisque que l’on parle du loup, autant aborder le cas de SocialStream,un réseau social universel qui mise avant tout sur l’unification (unified social network) et l’interopérabilité. Une sorte de Facebook Platform à la sauce Google.

Evoquons ensuite le cas très intéressant de Skaaz, un service à mi-chemin entre avatar et agent conversationnel (Créez votre double virtuel avec Skaaz). Le principe est redoutable : créer un avatar intelligent qui va apprendre à reproduire votre personnalité pour pouvoir converser à votre place.

A quand les agents intelligents qui vont parcourir les bases de données des services de rencontre pour trouver un « profil correspondant » du sexe opposé, faire les tour des sites d’opinions pour trouver le meilleur restaurant de la ville, choisir une date compatible avec les agendas publics de Mr et Mme, envoyer un SMS 5 minutes avant le rencard pour être sûr de ne pas être en retard…

Je rajouterais une dernière hypothèse d’évolution avec les réseaux sociaux en 2.5 D comme CyWorld qui propose un compromis très efficace alliant pages perso, avatars, micro-facturation et v-marketing. Chez nous on a le même, et ça s’appelle Habbo.

Contenus multimédia 2.0 : Nous sommes tous des directeurs de programmation

A l’heure où YouTube semble plus puissant que jamais (son audience dépasserait celle de Google), les regards des géants de l’audiovisuel se tournent plutôt vers Joost, une plateforme d’IPTV en P2P (hé hé hé, il fallait la placer celle-là !). Car il faut bien se rendre à l’évidence : plus on leur en donne (du contenu) et plus ils en consomment (de la bande passante). Arrêtons de nous mentir et regardons la réalité en face : trop de frais techniques (hébergement, bande passante), trop de contenus illégaux (sous copyright), trop de polémiques (pour hébergement de contenus à caractère raciste / pornographique)… tout ça va bien s’arrêter un jour, même quand on s’appelle Google. Bref, la solution se trouve dans une nouvelle génération de service de distribution de vidéos en ligne : une infrastructure technique moins lourde, des contenus « casher« , un moteur de recommandation et de ciblage publicitaire efficace…

Et puisque l’on parle de moteur de recommandation, souvenez-vous que le temps est la monnaie de demain. A partir de là, les services capables de faire des recommandations pertinentes sous forme de playlist de vidéos, de musiques et pourquoi pas de casual games seront également en mesure de modéliser des profils de consommateurs valant de l’or pour les annonceurs. J’anticipe ainsi un service à mi-chemin entre Pandora, TOITI, Cafe et régie publicitaire. Le tout en multi-plateforme et haute-définition bien évidemment !

Terminons ces hypothèses de l’entertainment 2.0 avec un principe de show TV open source : les éditeurs se « contenteraient » de rédiger un brief et de réaliser un pilote, les spectateurs se chargeraient ensuite de faire évoluer l’histoire (avec un système de soumissions / votes), de gérer le casting (avec un service de crowdsourcing comme ItsOurMovie) ainsi que le financement (via un système de collecte de fond en mode P2P).

Mashup 2.0 : Vous êtes votre propre directeur informatique

Le web 2.0 à au moins l’avantage d’avoir pu familiariser le grand public avec des notions informatiques complexes comme les mahups et les API. Mais si tout le monde à l’exemple de Google Maps en tête, qui connaît de services de conception de mashup comme Yahoo! Pipes, Google Mashup Editor ou encore Popfly ? En rendant les mashup accessibles à tous, ces services facilitent la re-sémantisation des contenus ainsi que la transformation des sites en services (lire à ce sujet ce très bon billet : When Web Sites Become Web Services).

Encore plus fort, en combinant des solutions comme DAMIA et QEDWiki (déjà présentés en vidéo), on se met à rêver d’un système d’information extrêmement modulaire que l’on pourrait enrichir et personnaliser à l’aide de widgets applicatifs partagés au sein d’un écosystème. Le nirvana de l’Entreprise 2.0 !

Je terminerais cette série d’hypothèse d’évolution avec le concept de web OS, ultime itération des portails personalisables (une sorte de Netvibes 2.0). Les solutions comme EyeOS, Goowy, YouOS, DesktopTwo… sont ainsi très intéressantes mais n’apportent somme toute pas grand chose de neuf. Je rejoins sur ce point l’avis mitigé de Guillaume Plouin : Reparlons des WebOS. Au-delà de l’exploit technique, il manque encore quelque chose à cette nouvelle génération de systèmes d’exploitation… peut-être une gestion du mode déconnecté… comme le promet Parakey… récemment racheté par Facebook. Quoi, Encore Facebook ? Et oui, encore Facebook ! Voilà peut-être qui explique pourquoi la valorisation de ce service est estimée à plusieurs milliards de dollars.

Conclusion

Il est maintenant temps de prendre un peut de recul sur toutes ces hypothèses et d’identifier les signaux-clés :

  1. Les ingrédients sont déjà là mais pas forcément bien dosés ;
  2. Les innovations technologiques liées à ces services restent encore à stabiliser ;
  3. La notion de crowdsourcing est quasi omniprésente ;
  4. les avis sont partagés entre enthousiasme excessif et scepticisme latent.

Traduction : ça va vite (peut-être trop vite) et c’est énorme. Toujours est-il que l’on n’arrête pas le progrès et que je ne peux que me réjouir en découvrant tout ces nouveaux services qui sont autant de nouvelles opportunités. Alors faites-donc comme moi : réjouissez-vous !

Mettez des visages sur vos commentaires avec Gravatar

Je viens d’installer un nouveau plug-in sur ma plateforme pour pouvoir afficher les gravatars (Globaly Recognized Avatar) dans les commentaires. Pour celles et ceux qui se posent la question, Gravatar est un service universel qui sert à afficher votre photo à côté de vos commentaires.

Le fonctionnement est assez simple : lorsque vous déposez un commentaire, votre adresse email est comparée à celles stockées dans la base des gravatars et ci vous êtes dedans, on affiche votre photo. Bref, c’est ludique et ça humanise les commentaires :

gravatars

 

Pour vous inscrire :

  1. Allez saisir votre email sur cette page : Gravatar Signup
  2. Cliquez sur le lien présent dans l’email que vous venez de recevoir
  3. Cliquez sur le lien My Gravatars
  4. Uploadez une photo et associez-là à votre email
  5. N’oubliez pas de saisir votre email quand vous laissez un commentaire

Par contre je n’arrive pas à afficher mon avatar lorsque je laisse un commentaire… Quelqu’un à une idée ?

Et on reparle de l’identité numérique

Parce que c’est (trop) rare, je vous propose aujourd’hui non pas un mais deux très bon articles sur l’identité numérique :

Je suis ravi de constater que le débat autour de l’identité numérique prenne petit à petit de l’ampleur et que ce concept à la base très obscure se démocratise.

Tout ça me donne envie de profiter de l’accalmie du mois de Juillet (et son mauvais temps) pour mettre à jour ma cartographie de l’identité numérique.