Les clés pour réussir sa transformation digitale

J’ai donné hier un webinaire sur la transformation digitale, en partenariat avec la CCI Nord de France (le replay n’est disponible que pendant 7 jours alors profitez-en : Transformation digitale de l’entreprise, les étapes clés pour réussir). Un exercice périlleux, car le sujet est très vaste et je n’avais qu’1/2 h. Ce n’est pas la première fois que j’aborde le sujet sur ce blog ou dans une conférence, et je suis toujours surpris par les témoignages : « mon patron reste sourd, mes collègues ne veulent pas y croire, je ne sais pas par où commencer…« . Je n’ai pas la prétention de pouvoir traiter le sujet de façon magistrale, mais je vais tout de même essayer de vous apporter quelques éléments de compréhension et des clés pour bien démarrer.

Avant toute chose, j’insiste sur le fait que la transformation digitale n’est pas que l’affaire des grands groupes internationaux, car elle a été initiée par les consommateurs et des citoyens. C’est parce qu’ils ont changé leurs habitudes et réflexes d’achat que les entreprises doivent évoluer, toutes les entreprises : de l’artisan jusqu’au grand groupe du CAC 40. Je répète pour être certain de faire passer mon message : toutes les entreprises sont concernées, mêmes les commerçants et les PME/TPE. La raison est simple : si de nouveaux entrants parviennent à capter une petite part de votre chiffre d’affaires (5 à 10%), c’est votre marge qui s’évapore et la viabilité de votre business qui est remis en cause.

Comment s’y préparer ?

Encore une fois, la transformation digitale (autrement appelée transition numérique) est un sujet vaste et complexe à appréhender. Soit, mais avec un minimum d’effort et de bonne volonté, vous pouvez tout à fait vous préparer et trouver l’énergie pour porter un chantier de transformation. Voici les étapes que je préconise :

  1. Se documenter. Il existe de nombreuses sources gratuites pour bien comprendre le phénomène, trouver des arguments ainsi que des chiffres pour convaincre votre entourage : La transformation numérique de l’économie française, le fameux rapport Philippe Lemoine, Accélérer la mutation numérique des entreprises de McKinsey, La transition numérique au coeur de la stratégie d’entreprise de The Family, L’aventure numérique, une chance pour la France de Rolland Berger, GAFAnomics de Faber Novel et enfin le Baromètre de la Transformation Digitale 2016 par CSC.
  2. Sensibiliser ses collaborateurs. Deuxième étape indispensable : en parler. Si tout le monde est d’accord pour dire que la transformation est inévitable, personne n’a envie de changer, et tout le monde pense que ce sont les autres qui doivent changer en premier. Il est donc primordial de vous attaquer en premier lieu aux verrous psychologiques et émotionnels qui s’opposent au changement et paralysent l’innovation. Parlez-en pour faire ressortir les peurs latentes des uns et des autres, et pouvoir ainsi les rassurer / désinhiber.
  3. Auditer la concurrence directe et indirecte. L’écosystème des startups n’a jamais été aussi fertile qu’en ce moment : fintech, assurtech, foodtech, healthtech, traveltech… ce sont de véritables écosystèmes de l’innovation qui se montent petit à petit dans les différents secteurs d’activité. Charge à vous de recenser les acteurs les plus pertinents et d’en évaluer la menace.
  4. S’équiper et tester. Vous seriez extrêmement surpris du faible taux d’équipement et du très bas niveau d’intérêt des patrons pour les nouvelles technologies. Je vous recommande donc vivement d’aider les décideurs à s’équiper, ou à défaut de leur faire découvrir les prouesses des smartphones (de préférence un modèle récent avec capteur d’empreintes digitales), des tablettes (de préférence un modèle récent de type hybride), des services de streaming (Netflix, Spotify), des applications de réalité augmentée (notamment la toute nouvelle Blippar), des casques de réalité virtuelle (Oculus Rift ou HTC Vive), les interfaces gestuelles (ex : Leap Motion), les interfaces vocales (Google Now sur votre smartphone ou dans votre navigateur, Echosim)…
  5. Se former. Pour parachever votre plongée dans le sujet, je vous recommande quelques livres (Leading Digital, Exponential Organizations…) ou même des MooC (notamment ceux du BCG et de The Family).
  6. Concentrer ses efforts. Ultime étape : faire un travail d’introspection pour identifier les activités-clés de l’entreprise, celles qui contribuent le plus à la marge et qui sont le plus difficilement repliquables / substituables (on ne triche pas, aidez-vous pour cela de la cartographie des nouveaux entrants de la troisième étape).

En suivant ces 6 étapes, vous aurez déjà fait une bonne partie du chemin (psychologique) pour vous lancer dans un chantier d’envergure. Et si ce chantier vous semble encore trop gros, commencez par le décomposer en chantiers de taille humaine sur lesquels vous pourriez appliquer la règle d’or.

Une seule règle : SoMoClo

Je suis le premier à reconnaitre que la transformation digitale est une notion fourre-tout dans laquelle on peut faire rentrer beaucoup de choses plus ou moins pertinentes. Si vous avez suivi les étapes décrites plus haut, vous devriez avoir identifié les activités-clés sur lesquelles il vous faudra concentrer vos efforts. Pour vous aider à initier un chantier de transformation, je vous recommande de commencer par le plus simple : le SoMoClo (Social / Mobile / Cloud).

Ces 4 dernières années ont très certainement été les plus intenses en termes d’innovation. Il ne se passe pas une semaine sans que l’on nous annonce une nouvelle technologie révolutionnaire. Big data, intelligence artificielle et machine learning, blockchain, chatbots… sont les dernières innovations d’une longue série qui peut en laisser plus d’un(e) perplexe. Pour être certain de ne pas vous disperser, commencer par vous attaquer aux chantiers dont la valeur ajoutée n’est plus à prouver. Je pars du principe que votre entreprise a déjà un site web, pratique déjà le SEO et autres techniques d’acquisition de trafic. Voici les prochains domaines à travailler :

  • Les médias sociaux qui sont devenus incontournables et sont un support de prédilection pour augmenter la visibilité de votre marque ou de vos produits (cf. mon Panorama des médias sociaux 2016). Véritable mine d’or pour dénicher des prospects, les grandes plateformes sociales sont en train de révolutionner le marketing. Le plus intéressant dans tout ça est qu’elles proposent des solutions publicitaires très sophistiquées qui permettent de toucher des cibles avec une grande précision (notamment grâce aux techniques de programmatic buying).
  • Les smartphones et autres terminaux mobiles qui sont devenus le premier terminal de consultation, l’outil informatique de référence. Pourtant, la majeure partie du budget et des ressources est encore investie dans les sites, services et campagnes pour ordinateurs. Un déphasage qu’il va falloir corriger au plus vite, car les smartphones sont des supports privilégiés pour la transformation et la fidélisation. Et surtout, n’oubliez pas que vous n’avez pas besoin d’une application mobile, mais d’une feuille de route mobile.
  • Le cloud computing et toutes les applications en ligne qui sont une formidable source d’économie, de gain de temps et de productivité. Que ce soit dans un cadre interne (pour faciliter la collaboration, la circulation de l’information et la capitalisation des savoirs) ou dans un cadre externe (pour optimiser les échanges avec les partenaires ou sous-traitants et stimuler l’innovation), il est plus qu’urgent de remettre à niveau vous outils informatiques. Oui je sais, l’informatique n’est qu’un outil, mais bien trop souvent, la DSI est source de rigidité et de conflits, situation que j’ai pu constater de façon quasi systématique chez des grands groupes ou des PME. SaaS, APIs et agilité sont les maitres-mots pour avoir un outil informatique qui soit créateur de valeur / d’opportunités, et non l’inverse.

 

SoMoClo

Social, mobile et cloud sont donc les trois sujets prioritaires, ceux qui vont vous permettre de délivrer un maximum de valeur (gain de productivité, nouveaux clients…) en fournissant un minimum d’efforts. Une fois ces trois chantiers initiés, peut-être aurez-vous acquis suffisamment d’inertie pour vous intéresser à l’expérience client

Je m’arrête volontairement ici pour ne pas vous faire peur. Encore une fois, il n’est jamais trop tard pour initier sa transformation digitale, même si la tâche est intimidante, il suffit de commencer avec de petits chantiers et de remonter vos ambitions au fur et à mesure.

Et pour ce qui est de mon intervention de la veille, le support est ici :