Compte-rendu de la conférence des designers interactifs

Beaucoup de monde à la conférence d’hier soir : 110 participants à la 3ème conférence de designers interactifs. Un grand merci et Benoît et à toute l’équipe de m’avoir laissé l’opportunité de m’exprimer à cette conférence aux côtés d’Anuhi Lou.

La salle de la conférence

Je suis ravi d’avoir pu parler et échanger sur un thème qui me tient à coeur et surtout devant une audience ayant des attentes et un niveau d’exigence élevés. Il faut dire qu’avec l’association des Designers Interactifs nous ne sommes pas dans une démarche d’évangélisation mais plutôt de vision prospective (en langage politique ils appellent ça l’excellence).

Pour celles et ceux qui n’ont pas pu se tasser dans la salle, voici le support de ma présentation : Les futurs défis des designers interactifs (format PDF, 2,5 Mo).

Vivement la prochaine édition (il parait qu’il va y avoir une surprise en mai…).

Un commentaire sur “Compte-rendu de la conférence des designers interactifs

  1. J’ai trouvé la première présentation particulièrement confuse et pipeau. Jamais vu autant de faux mots faussement métaphoriques et mystiques (mais finalement « bullshiteux ») mis bout à bout. No méchanceté inside. Quelques bonnes idées cependant émergeaient à la fin de la présentation, mais que de patience pour y arriver ! Par contre magnifiques slides, je veux les mêmes ! Sur la présentation de Fredéric Cavazza, j’ai été aussi un peu déçu car ça sentait le réchauffé avec les idées développées dans d’autres conférences (journée mondiale de l’utilisabilité par exemple). Difficile d’être original à chaque fois évidemment, et de bonnes idées (comme d’habitude)… Au final, un peu déçu de l’événement, mais je retournerai tout de même sûrement au prochain !

  2. Mr le Mécontent, pourquoi se cacher derrière un non-pseudo ? Encore un bon exemple de ce que les gens font en se cachant derrière un pseudo une fois sur le net… Avez-vous essayé de discuter avec les intervenants directement après la conférence hier soir pour leur dire ce que vous pensez plutot que de venir dénigrer ici leur travail ? Enfin même « no méchanceté inside », on ne dit pas du travail d’un autre que c’est pipeau, tout de même… J’étais également là. Pour me placer par rapport à cette conférence, je ne suis pas designer au niveau de mon métier à la base, je suis développeur, mais je pense que l’utilisabilité et le design d’une application étant liées et quasi primordiales, on se doit de travailler sur les deux aspects lorsque l’on développe une application, quel que soit la cible de celle-ci. Je passe donc souvent du temps à travailler l’aspect général d’une appli. La présentation d’Anuhi était je pense aussi, dure à suivre et à comprendre, surtout en entrée en matière, et il s’en est justement rendu compte. Je dirais que la seule chose qui a manqué c’était un brin d’explications supplémentaires pour nous guider dans son raisonnement, et peut être quelques modifications de ses slides. Il aurait peut être du mettre des slides avec moins de texte ou moins compliqués. Un slide avec une vue d’ensemble de la chose en entrée, puis un ajout d’une couche supplémentaire d’analyse pour bien voir l’approche faite aurait surement moins perdu les gens. Là il y avait de nombreux slides assez chargés. Pendant qu’il expliquait les choses, je suis sûr que la moitié de la salle était encore en train de lire le slide affiché. Mais pire, je pense que nombre de personnes étaient en train d’essayer de comprendre le slide, et ratait du coup une partie des explications. C’est pour çà que la présentation a pu paraitre plus intéressante à la fin car on abordait des cas concrets comme la boutique de musique ou l’organisme de crédit. Les slides qui ont beaucoup de choses à dire doivent servir de support et ils doivent être expliqués à fond pour qu’ils soient compris, mais quand ils ne sont pas expliqués à fond et ne sont là que comme support illustré d’une idée, là il faut impérativement qu’ils puissent être « lus » par tout le monde en quelques secondes, pas plus. Ce qui a perdu toute la salle, c’est justement le slide avec les grands humanoïdes et leur racines, sur lequel il est passé très vite, pour finir de l’expliquer 2 slides plus tard. Mais en tout cas tel que j’ai perçu cette personne, que je ne connaissais pas avant hier soir, c’est qu’il a beaucoup de choses intéressantes à dire et raconter, et probablement un degré de réflexion sur le design qui est très poussé (bien plus que le mien en tout cas), mais voilà, en voulant « synthétiser » tout çà en 1h30 de conf, il a réussit à perdre tout son auditoire :-/ Pour ce qui est de l’intervention de Frédéric, comme l’a dit une des personnes de la salle, les idées évoquées sont connues de ceux qui s’intéressent un minimum à ce qui se fait sur le web actuellement. Je pense qu’au final c’est une présentation qui n’avait pas l’auditoire qui lui correspondait (enfin je pense, çà n’est que mon avis). La plupart de ce que vous avez dit, Frédéric, est présent sur votre blog, ce sont des idées que vous exposez ici souvent et régulièrement. C’est peut être en allant plus loin sur un seul des thèmes abordés, par exemple l’authentification unique qui sera comme vous le pensez, une des techno du web à la une de 2007, que çà aurait peut-être été plus intéressant. Enfin l’authentification c’est peut être pas le meilleur cas à étudiez comme « futur défi des designer interactifs », qui était le sujet de la conf hein ;) Enfin après, chacun son avis sur la conf ;)

  3. Effectivement Tom33, ce qu’il manquait à la présentation d’Anuhi c’était 2 ou 3 heures en plus pour pouvoir bien détailler chacune des idées et concepts abordés. Je regrette également ce discours très dense et surtout ce vocabulaire hermétique. Par contre, les hypothèse de travail sur les deux cas d’école (BHV et Cetelem) laissait présager une réflexion très pointu et surtout un niveau d’abstraction très élevé. Concernant ma présentation, effectivement ceux qui lisent ce blog tout les jours n’y apprendront pas grand chose. Du moins n’apprendrons pas grand chose s’ils se contentent de lire le support. Mais ça reste un support, après ça il fallait ête là pour bénéficier de l’intégralité du discours. Ces conférences me sont très utiles pour figer mes idées et mes réflexions. Elles m’aident à faire le tri et surtout à prendre du recul sur les quotidien des billets. Peut-être que l’actualité bouillonnante m’empêche de traiter un sujet en particulier et de pousser la réflexion plus loin… Mais dans ce cas là, ça s’appelle une étude d’opportunités et c’est une prestation que je facture à mes clients ! Je précise tout de même que vouloir apprendre des choses à une audience composée de créatifs, de DA, de développeurs, de concepteurs et autres artistes est une tâche très ardu… mais stimulante. /Fred

  4. Je regrette également ce discours très dense et surtout ce vocabulaire hermétique. Le plus révélateur a pour moi été le prisme avec une série de sigles à l’intérieur, DA, CP, PI etc… où la personne devant moi (derrière vous Frédéric) était en train d’essayer de comprendre ce que ces termes voulaient dire, oubliant d’écouter Anuhi par la même.

  5. Les deux prises de paroles étaient vraiment différentes. Je regrette pour ma part la confusion générale d’Anuhi Lou. C’est d’autant plus regrettable qu’on devine une pensée structurée et avisée. Quant à la vôtre Mr Cavazza, si elle reflète exactement ce qu’on peut lire tous les jours chez vous, je reste pour ma part, un brin sur ma fin quant à SL (votre indiacteur Lancôme c’etait moi). En tout cas bravo pour votre prestation et ne manquez pas de nous tenir informés de vos prises de parole à venir. Cordialement

  6. Design interactif, je trouve le terme peu adapté à une conférence qui ne parle que de design numérique. Le design est une démarche plus large et justement si l’on parle de prospective, il me semble que tant que nous aurons un corps et une planète, les vrais enjeux sont loin d’être uniquement virtuels, en tous cas pour les 50 prochaines années qui nous attendent.

  7. J’etais présent hier et tout comme Tom33 je suis développeur et je tente d’exploiter au maximum le web dans toute sa diversité… J’etais à au début très dérouté par la présentation d’Anuhi, surement trop poussée pour le développeur que je suis, mais en y repensant dans le métro, en remettant les idées dans le bon sens, l’idée globale était merveilleuse : l’enjeu du designer (mais peut également s’appliquer au développeur) est de s’élever au dessus de la technique et d’apprivoiser les notions de structure et de créativité pour amener ce petit plus qui ouvrira les portes et qui provoqueraune réaction positive de celui qui vous écoutera (un DSI, un DA, un Marqueteur, un chef de projet technique, etc…). Sans vouloir jetter des fleurs, votre présentation Frédéric était géniale… les bonnes questions sur le web de demain ont été abordées et en conséquence les difficultés (pour le designer et les developpeurs) qu’apportent leurs réponses. Votre présentation m’a ouvert les yeux sur certains points (en particulier la multiplication du nombre de comportement des utilisateurs, du prochain ordianteur à 100$, la diversité des supports etc…), je dois donc vous dire merci :)

  8. Bonjour, Désolé d’avoir déclenché des tempêtes… mais je vais quand même en remettre une petite couche pour préciser : Malgré la (très) belle qualité graphique des slides de M.Lou, je suis désolé mais la forme relevait plus du délire esthétique et lexical que de la véritable analyse (encore une fois malgré les études de cas à la fin qui présageaient d’un début de réflexion concrète et structurée). Ou comment additionner des faux concepts qui sonnent bien, aggrémentés de belles images théologiques (??), de dessins vectorisés du plus bel effet et surtout de métaphores non expliquées et incompréhensibles… C’était un mix entre une copie d’un étudiant en marketing pipoteur en mal de connaissances, et entre une collection d’art moderne en quête de visiteurs pour faire l’effort de trouver le sens des oeuvres présentées. Dans tous les cas, cela a montré une chose : à trop vouloir « métaphoriser » (sic) des concepts, on les noie dans l’esthétique démonstrative et la terminologie délirante : le syndrome « Power Point marketing » dans sa plus confuse démonstration. Encore une fois c’est réellement dommage car comme cela a été dit, il semblait pointer quelques bonnes idées et une vraie réflexion derrière le délire lexical… Un peu trop artistique peut-être…

  9. Effectivement, je trouve aussi après réflexion, que la présentation d’Anuhi Lou était plutôt confuse ! ;-) Il est clair que j’ai certainement voulu partager trop de chose en si peu de temps… et monsieur Mécontent à tout à fait raison ! la prochaine fois, je ferais des slides beaucoup plus démonstratifs en m’appuyant d’avantages sur les projets réalisés… (et beaucoup moins « jolis » ! je ne rigole pas : il y a une sorte d’incompatibilité culturelle dans certains milieux : on ne peux être beau et intelligent à la fois… (je parle des slides évidemment !!)) Je le vois plus comme un excès d’enthousiasme, plutôt naïf, de vouloir partager beaucoup de choses… donc trop de choses ! Je voulais partager avec un public professionnel et experts les « coulisses » et les « cuisines » d’une démarche. Que même derrière une interface d’un organisme de crédit ou une identité, il y a des occasions de poser et d’agir de manière sociétale. Et effectivement, c’est dommage que vous ne soyez pas venu discuter de vive voix après coup, pour partager votre point de vue. Soyez Mr Mécontent jusqu’au bout ! PS / merci pour l’étudiant en marketing pipoteur : je suis donc encore jeune et plein d’espoir !

  10. Bonjour, Après une relecture à froid de mes messages et de la présentation, je crois qu’il est temps de faire un petit mea culpa : bien qu’il soit vrai que j’ai été déçu de ne pas avoir compris suffisemment les idées présentées, la critique était un peu trop virulente. J’espère ne pas avoir blessé M.Lou. Je maintiens cependant (et il semble le reconnaître lui même) que le message était trop masqué par le vocabulaire employé et les graphismes des slides (magnifiques, je veux les mêmes !!). Bref : la critique était sincère et se voulait constructive, mais mal contenue. Pas possible de rester pour discuter après coup.

  11. ça alors, mais tout est bien qui finit bien alors ! Bon, nous sommes donc tous d’accord pour donner une seconde chance à Anuhi Lou : une conférence avec que des mots en français courant et des diapos sans schémas ;-) /Fred

  12. Bonjour, je ne connaissais pas non plus Anuhi Lou, et je n’ai malheureusement pas pu assister à cette conférence, je me garderais donc d’émettre un quelconque jugement sur son travail. Ceci dit, les commentaires de ce billet m’amusent parce qu’ils illustrent la façon dont l’audience a perçu cette désagréable manie qu’ont les créatifs à vouloir à tout prix être aussi innovants sur la forme de leur discours que sur le fond. Je n’ai rien contre les démonstrations compliquées, à condition que leur forme serve le sens du propos. Ici, je m’amuse à imaginer le paradoxe absurde du communiquant qui ne sait pas communiquer. Plus sérieusement, il ne faudrait pas que l’association des designers interactifs devienne le lieu où se réunissent «ceux qui ont compris» autours de «ceux qui ont tout compris». Les objectifs de l’association sont énoncés sur la page d’accueil du site : « ..organiser et promouvoir les designers interactifs »… Il s’agit maintenant de préciser si les actions de l’association visent à promouvoir l’ensemble de la profession, ou seulement à promouvoir ses élus/fondateurs. Espéreront que la forme des futures conférences de l’association ne discréditera pas la profession auprès de ceux qui nous observent, espéreront aussi que les actions de l’association ne se résumeront pas à assurer l’autopromotion de certains, ou à valoriser l’égo des autres. L’enjeu est plus important que ça. Parce que l’association des designers interactifs est le premier et le seul organisme à faire la promotion, en France, de notre profession, elle devient de fait la vitrine du métier. La responsabilité est lourde. Le véritable enjeu se passe là : L’action des créatifs, en particulier celle des professionnels du design interactif à besoin de se crédibiliser. Il faut rationaliser et objectiviser les processus de production créatifs et les concepts qui en découlent. Personnellement, c’est dans ce sens que j’aimerais voir évoluer l’action de l’association.

Laisser un commentaire